Analyse 2ème tour des présidentielles à Grenoble

Publié le 11 mai 2012

Avec 64,3 % des suffrages exprimés, F. Hollande réalise un très gros score à Grenoble, S. Royal n’avait réuni que 58 % des suffrages en 2007. C’est un des meilleurs résultats de toutes les grandes villes, derrière Rennes (67%). A contrario, la droite s’effondre par rapport au scrutin de 2007, passant de 42% à 35,7%. Globalement ces évolutions sont beaucoup plus fortes qu’au niveau national.

Participation

Contrairement au niveau national, Grenoble a légèrement moins voté au 2ème tour qu’au 1er (0,4 point de moins soit 140 électeurs en moins).

Sur les 9 bureaux de vote qui ont le plus reculé en participation entre les deux tours, le vote FN et de droite était légèrement supérieur à la moyenne de Grenoble. Les 5 bureaux très populaires (Teisseire 1, Arlequin 1,2 et 3, Mistral), où la participation a le plus progressé, le vote de gauche était très fort au 1er tour. La mobilisation anti Sarkozy dans ces quartiers en difficulté a été très forte. Dans les 5 bureaux de vote, Sarkozy n’atteint que 16,8 % des exprimés au 2ème tour alors qu’au premier tour, le cumul des voix de droite (hors Modem) et d’extrême droite atteignait plus de 17,5 %. A Grenoble, le score de Sarkozy au 2ème tour est supérieur de 2,3 points à la somme droite (hors Modem ) et extrême droite, ce qui est normal puisque des votes pour Bayrou se sont reportés sur Sarkozy.

Les Votes nuls

Comme au niveau national, les votes nuls ont fortement augmenté au 2ème tour à Grenoble, 2510 au lieu de 943 au 1er tour, soit 3,8 % des votants du 2ème tour.

La corrélation avec le vote Front National du 1er tour est très claire. Dans les 13 bureaux de vote où les nuls dépassent 5 %, le FN totalisait au premier tour plus de 15 % au lieu de 10,8 % sur l’ensemble de la ville.

Les transferts de voix entre les deux tours

Les transferts des votes entre les deux tours sont assez limpides. Sur l’ensemble des bureaux de vote de Grenoble, il est possible de simuler les voix obtenues par F. Hollande au 2ème tour de la façon suivante : les électeurs d’extrême gauche, du Front de gauche, d’EELV et de Hollande ont voté pour ce dernier au 2ème tour auxquels il faut ajouter environ 55 % des électeurs de F. Bayrou. Cette simulation permet de connaître le résultat, en voix, de chaque bureau de vote à 5% près. Pour Sarkozy, une bonne approximation est obtenue par l’addition de 85 % du vote FN aux votes de droite du premier tour et de 30% des votes pour Bayrou. Les résultats de cette simulation bureaux par bureaux sont un peu moins bons que pour Hollande (quelques bureaux s’éloignent de 10% des vrais résultats).

Les prochaines élections législatives des 10 et 17 juin

Dans l’agglomération grenobloise, la droite n’a aucun espoir de pouvoir regagner une circonscription aux législatives. Il sera intéressant de voir comment vont se répartir les votes à l’intérieur du camp de la gauche et des écologistes.

L’ADES, mouvement politique local, n’est pas directement engagé dans cette élection nationale, mais a des préférences pour certains candidats qui portent les mêmes exigences politiques de Démocratie d’Ecologie et de Solidarité : il s’agit des candidats appartenant à Europe Ecologie-les Verts et au Parti de Gauche. A Grenoble, nous considérons que les candidats du PS et du PC ne sont pas digne d’intérêt puisque, dans la pratique, ils gouvernent la ville avec des composantes de la droite locale qui a activement soutenu le maire corrompu. Nous proposerons donc aux candidats suivants qui se présentent sur les circonscriptions grenobloises – sur la 1ere circonscription Alain Dontaine (PG) et Eric Piolle (EELV) ;  sur la 3ème circonscription Yann Mongaburu (EELV) -  de s’exprimer librement dans un prochain numéro de notre lettre hebdomadaire.

Mots-clefs :

Le commentaires sont fermés.