Archives pour le mot-clef ‘ADES’

Notre ville, notre métropole, notre quotidien et notre avenir

Publié le 31 mai 2019

A partir de septembre 2019, la campagne électorale pour les élections municipales de mars 2020 va prendre de l’importance. C’est donc le moment de porter notre regard sur les actions publiques locales, de la Ville de Grenoble et de la Métropole, pour faire le point sur le chemin qui a été parcouru depuis mars 2014. Nous mesurerons les grandes ruptures effectuées par rapport aux gestions passées et elles sont nombreuses. Ces ruptures montrent que l’action publique n’est pas vaine et qu’elle a des impacts sur nos vies quotidiennes beaucoup plus importants que ce que l’on croit généralement. Ces politiques publiques solidaires, écologiques et démocratiques valent d’être défendues et développées, mêmes si quelques-unes n’ont pas été menées au bout.

L’action publique locale, dans l’intérêt général, doit être défendue contre les intérêts privés, contre le clientélisme et contre la corruption. Nous refusons un certain défaitisme ambiant qui tend à laisser croire que l’action politique est inefficace : ce qui a été réalisé par la majorité plurielle depuis 2014 à Grenoble démontre clairement son efficacité. Des oppositions se sont contentées du « Grenoble bashing » au lieu de proposer des alternatives possibles.

Lire le reste de cet article »

Aujourd’hui l’ADES édite le n° 400 de son petit journal

Publié le 29 mars 2019

Créé en 1983, au moment où le nouveau maire, qui va devenir corrompu, prend en main la mairie de Grenoble. « Le Rouge et le Vert » n’a cessé de porter les valeurs de démocratie, d’écologie et de solidarité dans l’action publique à Grenoble et dans l’agglomération. Il a porté l’idée, actuellement trop mise en cause, que l’action publique n’est pas vaine lorsqu’elle s’attache à défendre les biens communs et qu’elle le fait pour tous et que les élu-e-s sont formés à être les défenseurs de l’intérêt général qui est rappelé dans les textes fondamentaux de notre République, notamment la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789.  Durant ces longues années, l’ADES à travers le Rouge et le Vert et ses diverses actions, a accompagné de nombreux élu-e-s en les aidant durant leur mandat. Lieu de réflexion, de formation et d’action, l’ADES poursuit son chemin et participe aux mobilisations actuelles pour construire un avenir acceptable pour tous dans notre agglomération. Elle sera vigilante pour que les pratiquants de la corruption ne reviennent pas aux affaires publiques.

Un grand débat, très bancal…

Publié le 18 janvier 2019

Le débat est toujours nécessaire dans une démocratie, mais pour qu’il serve à quelque chose il faudrait qu’il précise à quoi il va servir et c’est là où le bât blesse : la manière dont il est organisé et le contenu même du débat en fera un grand défouloir dont il ne sortira pas grand-chose ; sauf un grand catalogue non hiérarchisé.

Le pouvoir, dans la lettre du Président de la République, a clairement expliqué que le fond de sa politique économique et sociale ne changera pas mais qu’on peut discuter de tout ! Si des millions de personnes participent, ce sera quasi impossible de retracer correctement la diversité des opinions.

Si c’était pour connaitre dans le détail l’opinion de la population, un grand sondage (sur plusieurs dizaines de milliers de personnes) aurait été beaucoup plus intéressant en tenant compte de la diversité des situations géographiques, sociales, professionnelles, d’âges, de sexe, de conditions familiales, de formation, d’activités, de ressources, de convictions politiques… Cela aurait permis d’avoir une grande photographie à l’instant t de la population française, très utile pour réfléchir aux politiques efficaces et ciblées pour améliorer la vie de toutes et tous.

Mais en fait il s’agit seulement de trouver un moyen pour éteindre le mouvement des gilets jaunes et permettre au gouvernement de reprendre la main.

Pour tout savoir sur l’organisation du grand débat voir ici.

L’autorité administrative indépendante, la Commission national du débat public (CNDP) a été éliminée de l’organisation. C’est une reprise en main par l’exécutif.

Lire le reste de cet article »

Des vœux pour 2019

Publié le 11 janvier 2019

Le Rouge et le Vert ainsi que l’ADES, présentent aux lecteurs leurs meilleurs vœux pour cette année 2019 qui promet d’être très particulière.

Face à une politique gouvernementale qui ne sait plus quoi faire, il faut espérer que les énergies citoyennes arrivent à trouver des débouchés positifs pour notre société démocratique, républicaine et laïque. La reconstruction de la cohésion sociale ne pourra se faire que par des politiques de justice sociale, en remettant en cause la fiscalité très injuste qu’elle soit nationale ou locale et en modernisant les services publics notamment de proximité qui sont à l’abandon, notamment notre système hospitalier qui est au bord de l’explosion.

Il y a aussi l’urgence écologique puisque les dégâts du changement climatique vont s’amplifier inexorablement si la transition énergétique vers une société décarbonée, n’est pas très rapidement mise en œuvre au niveau mondial. Les communes et la métropole ont de grandes responsabilités à ce sujet et les efforts développés depuis quelques années doivent être amplifiés et la mobilisation des habitants sollicitée pour accélérer. De même il faut militer pour que des tarifications sociales puissent être mises en route dans l’ensemble des services publics notamment locaux, pouvant aller jusqu’à la gratuité pour l’usager ; ceci exige d’importantes évolutions législatives, mais le gouvernement actuel ne s’y intéresse pas.

2019 va voir se dérouler les élections européennes en mai, ce sera l’occasion d’un grand débat sur l’avenir de l’Europe, puis à partir de septembre s’ouvrira la campagne des élections municipales de mars 2020 qui fixeront les politiques publiques au niveau communal et métropolitain. Nous militerons pour une accentuation d’une politique solidaire, écologique et démocratique qui a, depuis 2014, accéléré les changements nécessaires pour l’amélioration des services publics et l’adaptation au changement climatique dans une situation très difficile due à des politiques gouvernementales successives très négatives.

Editorial : face à la crise sociale, inventer la justice fiscale et la solidarité

Publié le 7 décembre 2018

La crise révélée par les gilets jaunes est la conséquence d’années de refus de regarder la réalité en face : un très grand nombre de personnes vivent de plus en plus mal dans notre société et les inégalités se creusent inexorablement. Tout est fait pour favoriser les plus riches et laisser sur le bord du chemin de plus en plus de personnes. Et comme « les corps intermédiaires » ont disparu ou se sont délités, c’est l’explosion des colères individuelles, avec des revendications qui partent dans tous les sens, mais avec un point commun, la souffrance sociale d’une grande majorité des citoyens qui ont le sentiment d’être abandonnés et broyés par un système totalement injuste, bon pour les riches, dur pour les autres.

Les politiques suivies depuis longtemps mais fortement accélérées par la politique de Macron ont organisé le détricotage systématique de tous les filets qui empêchaient de sombrer dans la grande misère et le déclassement. Le mal est profond et un changement de cap est urgent et le gouvernement n’est pas à la hauteur des réponses exigées.

Depuis les acquis de la révolution de 1789 on sait que les dépenses des administrations doivent être payées par les citoyens en fonction de leurs ressources financières : c’est le fondement même de l’acceptation de l’impôt. Or ce n’est plus le cas et de loin ; le ras le bol fiscal est à la hauteur des impositions très injustes.

Lire le reste de cet article »

Soutenir notre effort d’information

Publié le 23 novembre 2018

Chaque semaine, l’ADES envoie « le Rouge et le Vert » électronique, à de nombreux lecteurs. Les retours sont en général positifs, même si cette « newsletter » fait grincer les dents de celles et ceux qui ne partagent pas nos valeurs et choix politiques. Le Rouge et le Vert hebdomadaire offre des informations qui ne sont, pour la plupart, pas accessibles dans les médias locaux.

Au moment où un corrompu veut revenir aux affaires à Grenoble, il y a besoin de défendre et promouvoir une action publique locale qui respecte les valeurs de notre République, comme s’efforce de le faire la majorité municipale dans une période d’austérité imposée par les différents gouvernements de ces dernières années.

L’ADES s’efforce aussi de renseigner les citoyens sur le fonctionnement des collectivités locales, des services publics locaux et sur l’impact des politiques nationales sur la gestion des collectivités locales, en particulier sur la Ville de Grenoble et la Métropole.

Si vous trouvez cet effort d’information important, si vous souhaitez qu’il continue, vous avez plusieurs façons d’exprimer votre soutien, en faisant parvenir à l’ADES 12 rue Voltaire 38000 Grenoble :

Lire le reste de cet article »

Le ROUGE et le VERT en vacances…

Publié le 13 juillet 2018

Le Rouge et le Vert suspend sa parution hebdomadaire pendant la période de vacances pour environ un mois. C’est pourquoi ce numéro est un peu plus copieux que d’habitude. Si des évènements locaux importants se déroulaient, une information sera faite. Bonnes vacances et rendez-vous à la rentrée qui sera studieuse et importante, notamment avec la préparation du budget 2019, avec des réunions d’information et de formation citoyennes comme les années précédentes depuis 2014.

Les politiques de solidarités sont oubliées

Publié le 30 mars 2018

Le gouvernement et le Président réforment à tour de bras, mais ils oublient les politiques sociales les plus élémentaires qui, permettraient à de nombreux habitants qui sont abandonnés de retrouver une vie plus digne. Au lieu de supprimer l’impôt sur la fortune, de serrer la vis aux collectivités et de mettre à mal les bailleurs sociaux, surtout ceux qui logent les habitants les plus fragiles, le gouvernement devrait en urgence mettre en place, enfin, une politique efficace qui diminue la pauvreté au lieu de l’augmenter. Malheureusement il poursuit les politiques précédentes en les amplifiant. Les services publics sont en voie de démantèlement alors qu’ils sont le socle qui devrait permettre à tous de vivre décemment.

La démission du maire de Sevran, dégouté du mépris de l’Etat, est le symbole de ce mal profond qui est en train de miner les fondements de notre société. Les assemblées élues pour gérer les collectivités et les services publics dans de nombreuses communes n’ont plus la capacité de défendre leurs populations face au chômage, à la crise du logement… En octobre dernier une centaine de maires de banlieue lançaient un appel demandant un sursaut national et un plan national de solidarité.

Il faut souhaiter que ces appels au secours soient enfin entendus et que la solidarité nationale devienne une réalité dans la vie quotidienne de tous les habitants.

Soutenir notre effort d’information

Publié le 15 décembre 2017

Depuis mars 2010, chaque semaine, l’ADES envoie « le Rouge et le Vert » électronique, à de nombreux lecteurs. Les retours sont en général très positifs, même si cette « newsletter » fait grincer les dents les oppositions municipales de Grenoble dont nous pointons régulièrement les dérives.

L’ADES soutient la majorité municipale de Grenoble du Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes (RCGE), même si elle peut avoir des appréciations parfois critiques sur certains aspects de la politique municipale.

Le Rouge et le Vert hebdomadaire offre des informations qui ne sont, pour la plupart, pas accessibles dans les médias locaux ; et des analyses et propositions de l’action des élus RCGE.

L’ADES s’efforce aussi de renseigner les citoyens sur le fonctionnement des collectivités locales, des services publics locaux et sur l’impact des politiques nationales sur la gestion des collectivités locales, en particulier sur la Ville de Grenoble et la Métropole.

Lire le reste de cet article »

Appel de l’ADES pour le 2ème tour des élections législatives

Publié le 16 juin 2017

L’Association pour la Démocratie l’Ecologie et la Solidarité n’avait soutenu aucun candidat lors du 1er tour sur les 1ère et 3ème circonscriptions (qui intéressent directement Grenoble) à cause de la division du camp citoyen de gauche et écologiste dont les candidats défendaient pourtant les mêmes valeurs. Sans cette division il y aurait eu des représentants de ce courant au 2ème tour dans ces deux circonscriptions.

Dans la 3ème circonscription, Raphael Briot affronte la candidate « en marche ». L’ADES appelle à voter pour R. Briot afin qu’il y ait au moins un député de gauche et écologiste dans l’Isère. Il n’est jamais bon qu’une assemblée qui fait la loi et contrôle le gouvernement soit dominée par un seul mouvement, la vie politique exige le pluralisme. L’Assemblée nationale qui sortira de ces élections ne représentera en rien la diversité de notre société, ce qui fait courir un risque à notre démocratie qui est déjà bien malade.

De plus nous avons besoin de combattre l’austérité financière imposée aux collectivités et il est important d’avoir un député qui défend l’importance des services publics de proximité qui sont un fondement d’une politique sociale, surtout quand des tarifications sociales peuvent être mises en place ce qui suppose parfois des changements dans la loi. Un député de gauche doit porter ces exigences.

Dans cette circonscription la participation a été très faible (47,7%) et surtout dans les quartiers favorables à la gauche. Pour gagner il est indispensable que les électeurs de gauche et écologistes se mobilisent pour permettre à R. Briot d’être élu député.

Pour ce qui concerne les autres circonscriptions de l’Isère, l’ADES appelle à faire barrage au Front National présent dans les 2ème, 6ème, 8ème et 10ème circonscriptions.

Comment apprécier les résultats du 1er tour de l’élection présidentielle à Grenoble ?

Publié le 21 avril 2017

À l’ADES nous avons pris l’habitude d’examiner les résultats des élections en fonction de l’évolution d’électorats bien définis politiquement : extrême droite, droite, (parfois centre droit), gauche PS, gauche PC ou Front de gauche, écologistes, extrême gauche. Bon an, mal an, à toutes les élections locales ou nationales nous pouvions ranger les candidats dans ces catégories et regarder les évolutions, ainsi que l’évolution de l’abstention et des votes nuls (et blancs). Pour cette présidentielle, il est quasiment impossible de ranger tous les candidats dans ces catégories habituelles, c’est ce qui en fait son intérêt mais interroge sur les significations profondes du changement dans les votes.

Pour que nos lecteurs puissent faire des comparaisons avec les élections présidentielles précédentes à Grenoble nous en rappelons les résultats.

Lire le reste de cet article »

Les priorités politiques de l’ADES

Publié le 21 avril 2017

Mouvement politique local, l’ADES n’est pas engagée directement dans les élections à venir. L’ADES n’est cependant pas indifférente à ce qui va « sortir » des urnes et qui pourrait entraver ou favoriser nos actions pour développer les services publics locaux pour plus de démocratie, d’écologie et de solidarité dans la commune de Grenoble et dans la Métropole.

Cette première moitié de mandat a été dominée par le sauvetage en urgence de l’institution municipale menacée d’étouffement financier suite à l’héritage laissé par l’équipe précédente et les violentes baisses des dotations budgétaires de l’Etat annoncées après mars 2014. La nouvelle majorité a vite réagi en évitant la mise sous tutelle et en ne cédant pas à la facilité qui consistait à augmenter le taux des impôts locaux (des impôts très injustes socialement et très élevés à Grenoble). En ce domaine complexe, il aurait fallu plus d’explication sur le plan de sauvegarde des services publics locaux, mais le temps manquait. Coté métropole, alors que se multiplient les transferts de compétences et que s’alourdit l’appareil administratif, la majorité plurielle reste trop favorable à la gestion publique-privée des services publics (l’eau mise à part) comme on l’a vu pour le service du chauffage urbain.

En revanche, au cours de cette moitié de mandat, les oppositions municipales n’ont rien proposé de constructif. Elles se sont contentées de tirer à boulets rouges contre les mesures nécessaires, en transformant les séances du conseil municipal en happening continu et en encourageant les entraves à la vie démocratique. Les oppositions n’ont pas fait leur travail en refusant d’enrichir les débats de l’assemblée délibérante.

Lire le reste de cet article »

Disparition de Pierrette PAYSSOT, ancienne adjointe au maire (1995-2001)

Publié le 3 mars 2017

Militante de l’ADES depuis sa création, Pierrette Payssot est décédée le 26 février dans sa 91ème année. Nous présentons à sa famille et ses proches nos plus sincères condoléances. Habitante de la Villeneuve, galerie de l’Arlequin, elle a milité à l’Union de Quartier et a toujours défendu son quartier dans toutes ses diversités. Elle a été la pharmacienne de la Villeneuve jusqu’à sa retraite et s’est beaucoup investie sur les questions sociales et de santé, notamment en direction des personnes âgées.

Elle a participé à de nombreuses campagnes municipales, notamment en 1989 en 13ème place sur la liste « DESIR, démocratie, écologie, solidarité, initiative, responsabilité » menée par Geneviève Jonot, (seule élue écologiste entre 1983 et 1989) et en 1995 en 8ème position sur la liste « Démocratie, Ecologie, Solidarité » menée par Raymond Avrillier et qui aura 11 élus. Pierrette Payssot devient adjointe au maire chargée de la politique sociale et aux relations avec les associations. Etant la doyenne du Conseil municipal, elle présidera la première réunion du conseil municipal où M. Destot sera élu maire en remplacement du maire corrompu. Lors de cette réunion, après que R. Cazenave représentant de l’opposition, ait déclaré qu’il représenterait les électeurs qui avaient voté pour sa liste, Pierrette lui a répondu que la majorité s’adresserait à tous les Grenoblois ! Elle participe à la campagne de 2001 sur la liste des écologistes et de la gauche citoyenne menée par Pierre Kermen et Jean Philippe Motte.

Lire le reste de cet article »

Bonne année 2016 pour tous

Publié le 1 janvier 2016

Logo Ades webL’ADES vous souhaite une bonne et heureuse année 2016, année bissextile sans élection prévue donc propice aux actions concrètes. Que ce soit à Grenoble ou dans l’agglomération il y aura de nombreux changements qui devraient apporter lentement mais surement une amélioration de la qualité de vie pour tous : une vie plus démocratique plus solidaire et plus écologique.

Le démarrage d’une agglomération apaisée avec la limitation de la vitesse à 30 km/h devrait diminuer les bruits et la pollution atmosphérique et améliorer la sécurité pour les piétons et les cyclistes. Souhaitons que les automobilistes s’adaptent rapidement à cette nouvelle donne. Parallèlement les débats publics sur les « autoroutes à vélo » ainsi que sur la politique du stationnement dans la ville déboucheront sur des décisions qui auront des impacts forts et positifs sur les modes de déplacement. La révision du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Grenoble va se poursuivre par la refonte du PADD (projet d’aménagement et de développement durables) qui décrira l’avenir à moyen terme de Grenoble dans son agglomération ; cette révision sera mise au débat rapidement.

Lire le reste de cet article »

Bonnes fêtes et à bientôt

Publié le 19 décembre 2015

Fete Un VœuLe Rouge et le Vert et l’ADES vous souhaitent de bonnes fêtes de Noël et suspend sa publication jusqu’au début de l’année prochaine.

Eléments d’histoire de l’ADES

Publié le 10 avril 2015

logo adesUne longue histoire d’un rassemblement de citoyennes et citoyens actifs

De longue date, à Grenoble et dans sa région, des actions ont été conduites mettant en cause les politiques de droite et les dogmes de la gauche traditionnelle, tout en ayant pour volonté de construire des alternatives à une société industrielle productiviste gaspilleuse de ressources. La fin des années soixante, suite aux différents mouvements post-68 et de soutien aux peuples colonisés en lutte, a été riche en la matière, avec la création des Amis de la Terre en 1969, les luttes anti-nucléaires avec la manif pionnière de Bugey en 1971, le premier sommet de la terre à Stockholm en 1972, la Gueule ouverte, l’hebdo de Pierre Fournier lancé en 1972 avec le soutien de Charlie Hebdo, le rôle des militants du PSU restés hors PS en 1974, le livre fondateur contre « les dégâts du progrès » de la CFDT en 1977, Malville en 1976 et 1977, le projet nucléaire Thermos à Grenoble en 1977 et les thèses pro-nucléaires des proches de Dubedout, la liste autonome écologiste « Grenoble écologie pour autogérer la cité » conduite par Denise Andrevon qui fait 9,1% aux municipales de 1977… obligeant un deuxième tour à la liste PS-PC-MRG conduite par Dubedout (49,2% des voix au premier tour).

Lire le reste de cet article »

L’ADES : un OPNI (objet politique non identifié) ?

Publié le 10 avril 2015

Logo Ades webL’ADES, en tant que mouvement, a toujours voulu maintenir une liaison étroite entre élu-es et citoyen-nes motivé-es et rassemblé-es avec pour perspective de changer les politiques publiques dans un sens social, économique, patrimonial et écologique. La difficulté est la suivante : s’il n’y a pas de liaison étroite des élu-es avec un collectif militant et avec la société civile organisée, la machine politico-institutionnelle transforme les élu-es, soit en politiciens professionnels, soit en godillots. Il faut souligner que les partis traditionnels, réduits à des instruments électoralistes de la conquête du pouvoir national (et local), ne sont plus des lieux de réflexion ou d’élaboration de propositions politiques locales, mais des corporations d’élu-es cherchant à pérenniser leurs mandats, leurs intérêts clientélistes et personnels. Trop souvent ce sont les élu-es qui prennent le pouvoir dans les partis politiques, profitant de cette position pour se construire, localement, des clientèles, des fiefs personnels, servis qu’ils sont par le personnel des collectivités territoriales et leurs satellites, dont des contractuels, qu’ils ont fait embaucher. La plupart des partis politiques traditionnels n’ont que peu d’adhérents autres que les élu-es et les serviteurs de l’appareil, d’où leur crise profonde après les défaites électorales.

Lire le reste de cet article »

Changement de bureau à l’ADES

Publié le 14 juin 2014

Logo Ades webL’ADES a renouvelé son bureau. Vincent Comparat est devenu président, Eveline Banguid secrétaire et Gilles Kuntz trésorier.

L’ADES qui est une association loi 1901 est aussi déclarée comme mouvement politique à la CNCCFP, ce qui lui permet de délivrer des reçus fiscaux aux personnes qui adhérent ou qui font des dons. Ainsi un don de 100 € permet de déduire 66 € du montant des impôts sur le revenu (pour ceux qui en paient).

Donc si vous voulez soutenir ou adhérer à l’ADES, rien de plus simple que de faire un chèque à l’ordre de AFADES à envoyer à ADES 12 rue Voltaire 38000 Grenoble.