Archives pour le mot-clef ‘Conseil général de l’Isère’

Hébergement d’urgence et Conseil général : coupes sombres

Publié le 15 février 2013

Le conseil général de l’Isère envisage pour 2013 de ne plus assurer l’hébergement d’urgence en louant des chambres d’hôtel privé.

Motif : c’est une prérogative de l’Etat, à lui de s’en occuper.

Décision : Coupe budgétaire de 4 millions d’euros.

Conséquences : 600 personnes à la rue en Isère, qui s’ajouteront aux 800 auxquels faisaient face la Préfecture et la DDCS (Direction Départementale de la Cohésion Sociale) grâce à la mobilisation des centres d’hébergement, notamment dans la période hivernale.

Parallèlement le nombre de demandes d’hébergement dans l’Isère aurait augmenté de 20% entre 2011 et 2012.

Quelles solutions  possibles ?

Lire le reste de cet article »

La rocade nord était illégale !

Publié le 17 janvier 2013

nitunnelniviaducIl aura fallu 5 ans à trois militants de l’ADES pour faire juger l’illégalité des délibérations du Conseil général de l’Isère qui lançaient la réalisation de la rocade Nord.

Le tribunal a jugé que la prise de maîtrise d’ouvrage par le Conseil général de la réalisation de la rocade était illégale. De même la délibération qui donnait délégation à la commission permanente de mettre en œuvre les procédures nécessaires à la réalisation de la rocade est annulée. Ceci signifie que ces décisions n’ont jamais existé. Donc toutes les dépenses (plusieurs dizaines de millions d’euros) liées à la rocade et engagées à partir de fin 2007 se sont faites dans l’illégalité la plus complète au détriment des contribuables de l’Isère.

Lire le reste de cet article »

Conseil général : les acteurs culturels se rebiffent

Publié le 4 janvier 2013

De nombreux acteurs culturels du département s’étaient mobilisés en 2010 et 2011 contre les coupes budgétaires du Conseil général de l’Isère (CGI). Ils avaient obtenu que les baisses budgétaires annoncées soient annulées ou revues. Mais avec le budget 2013, les coupes sombres ont été revotées. Voici l’appel à manifester le 24 janvier devant le CGI :

Lire le reste de cet article »

A51 : Tartarin en Isère

Publié le 20 octobre 2012

Il n’est pas toujours facile de jouer au grand chef, de laisser croire que l’on peut, d’un simple claquement de doigt, remplacer l’Etat si celui-ci se défile. A trop fanfaronner, la réalité finit par vous rattraper et l’on s’expose alors à de sérieux revers. Quelques exemples pour illustrer le propos. L’état ne veut pas prendre la maîtrise d’ouvrage (autrement dit ne veut plus être commanditaire) de la Rocade Nord et de son inoubliable tunnel sous la Bastille ? Qu’à cela ne tienne, le grand chef isérois A. Vallini décide que le Conseil général fera parfaitement l’affaire. Avec le résultat que l’on connaît aujourd’hui et la gabegie d’argent public qui aurait été bien utile ailleurs. On évoque l’élargissement de l’A 480 et la timide participation financière de l’Etat pour sa réalisation ? Là encore A. Vallini magnanime vient au nom du Conseil général au secours de l’Etat. Sa dernière lubie remonte à ces derniers jours, où il vient d’exhumer des placards poussiéreux cette ineptie que constitue l’autoroute A 51. On a bien compris que chaque fois, il caresse dans le sens du poil le lobby du BTP (on parle là des grands groupes) qui est aux anges.

Lire le reste de cet article »

Coupe ICARE, ça roule et c’est gratuit

Publié le 14 septembre 2012

LA 39ème COUPE ICARE qui se déroule du 20 au 23 Septembre 2012 sur le site de St Hilaire du Touvet – Lumbin, est l’une des plus grandes rencontres du monde du vol libre.

Cette année, grâce à la ténacité de Pierre Mériaux, élu écologiste au Conseil régional chargé du Contrat de Développement Durable du Grésivaudan, des navettes gratuites sont mises à disposition des spectateurs par le Conseil général de l’Isère, la Communauté de communes du Grésivaudan et la Région Rhône Alpes.

Il faut profiter de cette occasion, car ces dernières années, la circulation en voiture dans le Grésivaudan tournait au cauchemar durant le week-end de la coupe.

Moralité : pour profiter pleinement de la Coupe Icare cette année, une seule solution, prendre les navettes !

Lire le reste de cet article »

Quelques faits de cet été à Grenoble ou dans l’agglomération

Publié le 3 septembre 2012

L’école des Buttes à la Villeneuve a été en grande partie détruite par un incendie le samedi 7 juillet 2012, incendie dont on ne connait toujours pas l’origine exacte. Il semblerait que ce soit un problème électrique qui a déclenché l’incendie. Ceci démontre que de gros efforts de maintenance du patrimoine scolaire devraient être faits pour éviter ces catastrophes. Ce qui est le plus choquant, c’est qu’un incendie, heureusement sans conséquences pour les personnes et les enfants (absents à cette date), avait déjà eu lieu dans cette école à la Toussaint 2011 et que cela aurait dû servir d’alerte. La majorité municipale a divisé par deux les investissements dans les bâtiments scolaires depuis 2008. Il faudrait que d’urgence elle redonne la priorité à la maintenance des bâtiments publics au lieu de dépenser dans des opérations de prestige, il est vrai plus médiatiques.

L’évacuation des campements de familles roumaines a repris sans que l’engagement du président de la République de solution alternative de réimplantation ne soit tenu.

Lire le reste de cet article »

Renversant

Publié le 1 juin 2012

Dans le dernier numéro de « Nova magazine » de mai 2012, journal interne au Conseil général de l’Isère CGI), dont le directeur de publication est le Directeur Général des Services, Thierry Vignon (DGS), on découvre cette déclaration de ce dernier :

« Mon itinéraire, au gré des régions, des collectivités et des métiers, a nourri ma passion pour l’action publique – une passion pour les autres – dans des collectivités dotées de compétences concrètes. En 2004, lorsqu’André Vallini m’a nommé directeur général des services de l’Isère, j’ai choisi de placer l’usager au centre de mes préoccupations, préférant les organisations centrées sur les personnes à celles centrées sur les techniques. Cette vision m’a guidé en 2005, lorsque nous avons conçu la territorialisation « made in Isère », avec nos 13 territoires, nos directions territoriales et nos Maisons du Conseil général, qui ont offert la proximité, la lisibilité et la transversalité que de nombreux départements nous envient. Sur ce sujet comme sur bien d’autres nous avons été innovants… »

Il n’est pas du tout sûr que cette déclaration la main sur le cœur soit très appréciée des personnels du CGI. Quand on connait, l’autoritarisme et les pratiques de gestion du personnel de ce DGS, on se dit qu’il y a un gouffre entre les paroles et les actes.

Précisons que le CGI dépense moins en personnel que la moyenne des autres départements. Voici une mise au point de l’intersyndicale CGT-CFDT suite au mouvement de grève récent au CGI

Lire le reste de cet article »

Conseil général : changement permanent

Publié le 27 avril 2012

Depuis plusieurs années le personnel de l’action sociale et médico-sociale du Conseil général, c’est à dire celui qui est en charge entre autres des familles les plus précaires, de la protection de l’enfance est lui-même mal traité par sa hiérarchie et la politique mise en place. Le 24 avril dernier, les syndicats (CGT et CFDT) ont appelé à un mouvement de grève pour dénoncer dans un tract intitulé « le changement c’est maintenant » :

  • « Des réorganisations de services dont les vrais mobiles ne sont pas communiqués aux agents et qui se succèdent sans le moindre bilan et analyse des précédentes réorganisations (sur tout le conseil général 29 réorganisations en 2 ans !)
  • Une exaspération des personnels.
  • Des méthodes inacceptables provoquant une souffrance au travail qui met en danger les agents.
  • Des contraintes de polyvalence de missions qui vont entraîner une révolution et un appauvrissement des métiers, une perte d’identité
  • Des parodies de concertations.
  • Des injonctions paradoxales.
  • Des manques cruciaux de personnels des services sociaux au bord de la rupture.
  • Des usagers perdus et des partenariats complexifiés en raison des changements perpétuels.
  • Une perte de confiance des personnels envers les élus. »

Quand les personnels sont à ce point maltraités ce sont les familles bénéficiaires qui en font les frais et sont à leur tour maltraités et enfoncés un peu plus dans leurs difficultés. Le personnel a demandé à être reçu par le président du conseil général qui n’a pas jugé utile d’ouvrir sa porte. Sans doute est-il actuellement trop occupé pour se soucier du sort des personnels du conseil général et des familles iséroises, oubliant que l’action sociale est une compétence essentielle du conseil général.

Vallini soutient encore le lobby routier

Publié le 10 mars 2012

Le Président du Conseil général de l’Isère (CGI) qui vient tout juste de sortir, pas très grandi, d’un conflit au tribunal Prudhommes avait sans doute besoin de se refaire la main. Pour ce faire, il n’a rien trouvé de mieux que d’annoncer la relance des investissements routiers superflus en proposant de financer l’élargissement de l’A480 à 2 fois 3 voies. Visiblement il est en manque de rocade et déclare que la rocade nord ne s’est pas faite parce qu’il n’a pas été suffisamment soutenu ! La vérité est qu’il a lui-même reculé au moment de lancer la réalisation de la rocade sachant bien que son dossier ne passerait pas financièrement et qu’il aurait été retoqué juridiquement. Comme tous les princes, il privilégie les dépenses d’investissements (qui s’inaugurent) au fonctionnement, particulièrement dans le social, compétence essentielle du CGI, pourtant bien mal traitée.

Lire le reste de cet article »

M.Vallini fait encore la une

Publié le 14 janvier 2012

Le site Médiapart a rendu publique une information qui courrait depuis plusieurs semaines en Isère : le Président du CGI (Conseil général de l’Isère) est mis en cause pour licenciement abusif en 2010, harcèlement moral et discrimination, par une ancienne assistante parlementaire. La plainte est jugée par le conseil des prud’hommes et a été mise en délibéré au 14 février 2012 (à la Saint Valentin …).

Décidément depuis quelques mois, l’image du nouveau sénateur de l’Isère est sérieusement dégradée, lui qui s’ennuie et déplore l’absence de journalistes au Sénat qu’il compare à un bordel des années 30 !

Lire le reste de cet article »

Rocade Nord : sanction sévère !

Publié le 7 janvier 2012

Dessin Cled'12 (tous droits réservés), publié dans Le Rouge & le Vert n°106 de juillet-septembre 2007

Une sanction sévère vient de tomber contre le Président du conseil général de l’Isère et ceux qui soutenaient le projet de rocade nord.

Au moment où, sous la houlette du MEDEF et de la CCI (Chambre de Commerce et d’Industrie de l’Isère), les tenants d’un contournement autoroutier nord de Grenoble redonnent de la voix, le Tribunal administratif de Grenoble annule la consultation bidon de 2007 sur la rocade-Nord !

Le 25 mai 2007, la commission permanente du Conseil Général vote une délibération décidant de consulter les électeurs de la région urbaine sur l’intérêt d’inclure la rocade-nord dans les solutions pour « améliorer les déplacements dans l’agglomération grenobloise ».

Tous les conseillers généraux, sauf les 3 élus écologistes, votent cette délibération. Les élus votent cette délibération sans même connaître les questions qui seront posées.

Raymond Avrillier, Vincent Comparat accompagnés d’Olivier Bertrand (conseiller général) déposent des recours en annulation de cette délibération qu’ils considèrent comme illégale.

Cette consultation (dite « consultation-bidon ») organisée au début de l‘été a été une véritable manœuvre d’intoxication. Il s’agissait d’un référendum caché pour faire adopter le projet de rocade. Le Président du conseil général répondant le 22 juin 2007 à la question : « Et si la rocade est jugée inutile ? »,  déclare : « je suis très clair, si les Isérois n’en veulent pas nous ne la ferons pas. »

La question posée était tellement orientée, et la présentation du projet tellement idyllique mais fallacieuse, que le résultat ne pouvait pas faire de doute. De surcroît les électeurs n’avaient pas eu accès aux différentes opinions sur ce projet alors que c’est une obligation légale dans une consultation des électeurs.

Le Tribunal administratif de Grenoble dans un jugement du 29 décembre 2011 vient de donner raison aux écologistes : la commission permanente n’avait pas le droit de décider une consultation dans de telles conditions d’absence de respect de la démocratie, le Président était donc incompétent pour l’organiser.

Lire le reste de cet article »

Culture : la tension monte en Isère

Publié le 24 septembre 2011

La mobilisation des acteurs culturels de l’Isère contre les diminutions de 25 % des subventions par le Conseil général de l’Isère (CGI) s’amplifie et pourrait faire reculer le Président. Il y a déjà des annonces de rallonges possibles, mais c’est encore insuffisant. Il est prévu une mobilisation pour que lors du vote de la décision budgétaire modificative n° 2, les subventions soient rétablies pour 2011 au niveau de 2010.

Dans le secteur culturel les subventions servent à payer des salaires, cette baisse imposée violemment entrainera des suppressions d’emplois dans une conjoncture très difficile, où les licenciés auraient beaucoup de difficultés à retrouver du travail. Nous indiquerons prochainement le lieu et la date de la manifestation en préparation.

Déplacements dans l’agglo, l’expertise du CETE de Lyon existe bien !

Publié le 16 juin 2011

Contrairement à ce que nous avions annoncé à propos de l’expertise des contributions sur les déplacements dans l’agglomération grenobloise, le Centre d’Etude Technique de Lyon a bien remis son rapport au Conseil général de l’Isère(CGI) le 31 janvier 2011. Curieusement le CGI n’en a fait aucune publicité et il faut aller chercher sur son site internet le rapport et ses annexes.

Ce rapport n’apporte pas d’informations nouvelles. Il décrit tout de même un scénario théorique (D0) où la circulation automobile est diminuée de 10% ce qui a des conséquences vertueuses sur l’ensemble des déplacements, ce que les écologistes ont toujours affirmé, mais il n’en donne pas la solution.

Le Conseil général doit organiser une réunion publique le 27 juin pour tirer le bilan de ces propositions et de l’expertise.

Voici la conclusion du rapport :

« A la suite de l’avis défavorable de la commission d’enquête en date du 22 mars 2010 à ce qu’il soit conféré le caractère d’utilité publique au projet de rocade-Nord de l’agglomération grenobloise, le Conseil Général de l’Isère a décidé de ne pas poursuivre le projet et d’organiser un débat citoyen pour permettre, à tous ceux qui le souhaitent, de formuler des propositions pour améliorer les conditions de déplacement dans l’agglomération grenobloise.

Lire le reste de cet article »

Le secteur culturel isérois attend qu’André Vallini tienne sa promesse

Publié le 28 mai 2011

Le 24 mai 2011, Les acteurs culturels de l’Isère communiquent :

« Face à la diminution du budget de la culture du Conseil Général de l’Isère depuis 2008 (- 27%), les acteurs culturels de l’Isère se sont mobilisés. Fin 2010, ils ont interpelé André Vallini, président du conseil général, sur la mise en danger de leurs structures et de leurs actions depuis trois ans. Ils ont demandé le maintien des financements 2011 à hauteur des subventions de l’année 2010, accompagné d’une concertation entre les acteurs culturels et les élus.

A la suite de cette mobilisation, André Vallini s’est engagé devant les représentants des acteurs culturels à rétablir les crédits dédiés au spectacle vivant à hauteur de ceux de l’année 2010, c’est-à-dire 1 600 000 Euros  de rattrapage. Cet engagement a été confirmé en séance plénière le 16 décembre 2010.

Sur cette base, les acteurs culturels ont élaboré leurs saisons, leurs projets artistiques et leurs actions culturelles de l’année.

Or, lors d’une réunion au Conseil Général le lundi 23 mai rassemblant les représentants du milieu culturel, Pascal Payen, nouveau vice-président à la culture, et Emmanuel Henras, nouveau directeur de la culture et du patrimoine, ont fait savoir que cet engagement ne serait pas tenu. Seul, un montant de 280 000 Euros a été inscrit au vote du budget supplémentaire pour l’année 2011.

Indignés par le non respect de cette promesse, les acteurs culturels demandent solennellement à André Vallini de revenir sur cette décision et d’honorer sa parole ».

8 femmes

Publié le 11 mai 2011

Non, ce n’est pas un titre de film, c’est le nombre de conseillères générales qui figurent, noyées au milieu de 58 hommes, en une d’Isère Magazine de mai 2011, une-trombinoscope du nouveau conseil général. Un coup d’œil suffit pour voir que la diversité en général, et la parité en particulier, n’ont absolument pas progressé suite aux élections : hommes, blancs, la cinquantaine bien sonnée, costume-cravate de rigueur. Et ce n’est pas la réforme des collectivités qui va améliorer les choses !

Côté groupes politiques, l’UMP réussit l’exploit de n’avoir aucune élue sur 7, idem pour les non inscrits (4) et les sans étiquettes (4),  0 sur 1 pour l’homme de droite hors groupe, 4 femmes sur 29 pour le PS et apparentés, 1 sur 4 pour les divers-droite, 2 sur 7 pour le PC. Les écologistes, seuls à avoir présenté des candidatures avec une parité parfaite (14 hommes, 14 femmes), ont également le seul groupe paritaire au CG38, avec 2 élu-e-s : 1 femme, 1 homme !

Contre le regroupement des centres médicaux-sociaux par le Conseil général

Publié le 18 février 2011

Dans une lettre ouverte au Président du Conseil général de l’Isère (texte ci-dessous), l’intersyndicale CGT- CFDT demande de suspendre la réorganisation prévue concernant le regroupement des centres médico-sociaux en Isère et dénonce ses conséquences néfastes sur le travail social.

Elle organise un « Pic-nic action«  le jeudi 24 février de 12h à 14h, sur le parvis de l’Hôtel du département.

« Les mouvements de décentralisation ont profondément transformé les politiques d’action sociale. Le Conseil général de l’Isère a fait le choix de la territorialisation de ses services ; les multiples réorganisations passées et à venir de notre collectivité ont donc des conséquences importantes sur les pratiques d’intervention sociale. Le travail social se voit ainsi mis à l’épreuve du management et des impératifs gestionnaires.

Progressivement, on assiste à la remise en cause du travail social en tant que pratique d’accueil et d’accompagnement des personnes vulnérables.

Le Conseil général préfère privilégier une gestion de service sans qualité, déshumanisée, conforme aux idéaux d’une politique libérale rompant avec la politique de proximité et abandonnant les publics les plus fragiles.

Ce modèle qui tend à se généraliser ne permet plus d’appréhender la complexité de la pratique sociale ; il cherche au contraire à la simplifier pour mieux l’instrumentaliser en la réduisant à des dispositifs qui occultent la prévention et l’accompagnement global.

Si nous n’en prenons pas la mesure, nous risquons de voir nos professions s’éloigner de leur vocation première au service des populations fragilisées, à prendre soin des personnes les plus démunies.

Les évènements survenus l’été dernier à Grenoble ont mis en lumière la nécessité de maintenir et même remettre au cœur des quartiers dits « sensibles » des services publics et notamment des équipements sociaux de proximités. Face aux difficultés, un accompagnement social et l’accès facilité aux droits et aux services médico-sociaux restent une priorité.

Le regroupement des centres médico-sociaux du département va donc à l’encontre de toutes les réflexions sur le développement social local. »

Mobilisation au Collège Fantin-Latour

Publié le 18 février 2011

Le jeudi 17 février, le collectif Fantin-Latour, composé des parents d’élèves et du personnel du collège Fantin-Latour à Grenoble, a organisé une manifestation pour refuser la pénurie organisée par l’Etat et le Conseil Général.

Aux coupes claires dans les postes d’enseignants appliquées par le gouvernement et à une augmentation importante du nombre d’élèves, s’ajoute une gestion à l’économie du Conseil général qui conduit à un manque de postes d’agents d’entretien. Le collectif n’accepte pas que le collège accueille les élèves dans des conditions d’enseignement, de confort et de sécurité dégradées, il demande :

  • Une solution rapide et pérenne au problème des effectifs.
  • Un agent supplémentaire à la restauration scolaire.
  • Une dotation en enseignement à la hauteur des besoins du collège et des élèves.

Hausse d’impôts et leçon de politique

Publié le 18 février 2011

A. Vallini (PS) fait la leçon à M. Destot (PS). Dans le dernier Isère magazine, André Vallini dans l’éditorial intitulé « un budget anti-crise », explique qu’il a fait le choix d’une gestion rigoureuse pour ne pas augmenter les impôts. Ce serait donc possible au Conseil général mais pas à Grenoble. Rappel, les élus écologistes ont proposé de faire mieux et autrement à Grenoble sans augmenter les taux des impôts. Il suffit de changer les priorités en abandonnant les politiques de prestige et les aides aux intérêts privés sans contreparties.

Le social à la sauce techno

Publié le 11 février 2011

Au cours de ces dernières années les services sociaux du Conseil Général ont connu une réorganisation permanente. L’idée que pour plus de proximité il fallait réorganiser ces services sur des territoires n’était pas totalement farfelue, même si les 18 circonscriptions d’action sociale existantes répondaient assez bien à ce besoin. On a donc commencé par découper le département de l’Isère en 11 territoires, et l’on a très rapidement communiqué pour faire connaître cette « révolution » en éditant une plaquette en couleur sur papier glacé, qui sera malheureusement mise au pilon quelques mois plus tard. En effet de 11 territoires on est passé à 13 territoires, histoire probablement de contenter quelques conseillers généraux qui avaient dû se sentir lésés. Pendant ce temps on a procédé à des rénovations ou des acquisitions de locaux neufs, ce qui a donné lieu à des déménagements et des adaptations successives des travailleurs sociaux et évidemment du public.

A Grenoble on s’est particulièrement distingué, en peu de temps le territoire d’abord implanté rue Moyrand a migré à Europole pour finalement s’installer bientôt avec l’ensemble des services sociaux de l’agglomération grenobloise dans des locaux (loués, achetés ?) Caserne de Bonne. Cette dernière initiative a provoqué une levée de boucliers immédiate des maires concernés, tous de la majorité départementale, qui se sont fendus d’un courrier au Président du Conseil Général, A. Vallini, le 21 décembre dernier. Ils s’étonnent que « cette démarche n’ait fait l’objet d’aucune concertation avec les conseillers généraux des territoires concernés, pas plus qu’avec aucun élu des communes de l’agglomération ».

Quant au fond, les élus estiment que cette démarche constitue « un grave recul de l’action territoriale fondée sur le partenariat avec les services sociaux des communes (CCAS) et les associations ». En effet poursuivent-ils, déplorant l’idée d’un regroupement des services sociaux polyvalents (assistants sociaux), PMI (Protection Maternelle et Infantile) et l’ASE (Aide Sociale à l’Enfance) hors des centres sociaux, « cette démarche aurait des conséquences particulièrement graves… d’abord pour le public concerné ». La lettre continue sur ce ton, pointant tour à tour les incohérences et les difficultés à venir, et demande pour finir au Président du Conseil Général de suspendre la mise en œuvre de ce projet. Certains signataires sont à la fois Maires et conseillers généraux, comme Marc Baïetto (Eybens) et René Proby (St Martin d’Hères). D’autres maires signataires ne sont pas eux-mêmes conseillers généraux, mais certains de leurs conseillers municipaux le sont comme à Echirolles par exemple ou encore à Grenoble où J. Chiron et A. Pilaud portent la double casquette.

Qu’est-il donc advenu à la suite de ce courrier ? Eh bien, rien. Car les mêmes qui s’étaient insurgés contre la réorganisation en cours des services sociaux, l’ont tous, dans une belle unanimité, approuvé ou l’ont laissé approuver au Conseil Général. Leur main droite devait ignorer ce que faisait leur main gauche ! Pas facile à vivre, le cumul des mandats, surtout pour la population.

Le corrompu et son acolyte devront payer leurs dettes

Publié le 4 février 2011

Nous avions relaté les manœuvres du corrompu et du Préfet Peneau pour essayer de ne pas payer leur dette de plus de 300 000 € au Conseil général de l’Isère. Leur recours gracieux auprès du ministre du budget a été refusé le 13 décembre 2010. Il reste maintenant au Conseil général à mettre la pression pour que le recouvrement soit mis réellement à exécution.

Voir l’excellente enquête réalisée par un journaliste de France Inter qui a été alimenté par de bonnes sources grenobloises : cliquez ici.