Archives pour le mot-clef ‘Destot’

Politique politicienne

Publié le 20 octobre 2017

Comment se fait-il qu’un responsable politique puisse se mentir à ce point ? Le 13 octobre M. Destot à France Bleu Isère déclare à propos de sa candidature ratée aux dernières élections législatives (il n’est arrivé que 4ème derrière des candidats sans notoriété) : « À titre personnel, je n’étais pas candidat moi-même aux élections législatives, on m’a poussé à y aller. » !!! La réalité est tout autre, il a tout fait pour empêcher sa succession et il n’a pas arrêté de penser à une revanche depuis la défaite de sa liste aux élections municipales de 2014. En fait lorsque les responsables politiques restent trop longtemps aux affaires, ils perdent le contact avec la vraie vie et sont incapables d’analyser les défaites et ce n’est jamais de leur faute, c’est toujours celle des autres. Souhaitons-lui une vraie retraite de la vie politique et qu’il ne tente pas un retour sans espoir comme essaye de le faire son prédécesseur à la mairie de Grenoble.


Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 9 juin 2017

Les soutiens à M. Destot pour l’élection législative fondent comme glace au soleil. Alors qu’en 2012 il présentait un comté de soutien de plus de 1000 personnes, pour 2017 ce ne sont même pas 220 personnes qui lui ont apporté le soutien pour un 7ème mandat et très peu d’électeurs de la circonscription. Si les soutiens sont proportionnels aux votes, le député sortant a beaucoup de souci à se faire. Vu l’exigence de renouvellement que les électeurs expriment, il est probable que le député sortant soit sorti !

Politique politicienne

Publié le 11 novembre 2016

politiquepoliticienneCes dernières semaines, les Grenoblois ont été abreuvés de documents accusant le maire de tuer les services publics en faisant des économies. Provenance de ces documents : le PS, le PC et certains syndicats. Or jamais à aucun moment ils n’indiquent la source des difficultés et de l’austérité imposée à Grenoble et à toutes les autres communes : les baisses violentes des dotations de l’Etat décidées par le gouvernement et le Président de la République. Quand on ne s’attaque pas aux vraies causes on loupe la cible. Politique très politicienne !


Est-ce que vous êtes intéressé par l’activité politique du député de la 3ème circonscription de l’Isère, M. Destot ? Sur son blog de député vous apprenez que la fin de saison 2016 en montagne du citoyen Destot (il n’était pas en mission) : « s’est achevée avec le mois d’octobre. Au compteur 51 415 m de dénivelé positif, désormais mon record personnel. Au total 59 sorties dont 5 en haute montagne… ». Chapeau bas, car quel montagnard ayant une mission à temps plein rémunérée sur argent public arrive à cumuler 59 sorties en un été ? C’est une façon originale d’attirer les passionnés de montagne vers la politique, non ? Très intéressant comme bilan politique pour se représenter à la députation pour la 7ème fois au bout de 29 ans de mandat sans interruption !

Eco-Emballages offre des voyages à un député grenoblois…

Publié le 4 novembre 2016
destot_mayotte

Joël Guerriau , Catherine Tasca, Eric Brac (ex-DG d’Eco-Emballages), Dominique Gillot et Michel Destot à Mayotte en 2015 (photo extraite d’un communiqué d’Eco-Emballages).

Le site « Déchets infos » s’interroge sur le lobbying de la société Eco-Emballages auprès de parlementaires. « On croyait qu’Eco-Emballages était un éco-organisme exclusivement chargé de promouvoir, développer et financer l’élimination et la valorisation des déchets d’emballages ménagers. Apparemment, on s’était trompé. L’entreprise a aussi développé depuis longtemps une activité d’organisateur de voyages, en particulier pour quelques élus soigneusement choisis. Bien entendu, officiellement, il ne s’agit que de voyages de travail qui s’inscrivent dans le cadre des missions de la société, résultant de son agrément. Mais au vu du détail des pérégrinations et de leurs participants, on est en droit de se poser quelques questions, au moins pour certains voyages et certains participants. »

Cette information est reprise par le Canard enchainé du 2 novembre 2016 :

Lire le reste de cet article »

De drôles de pratiques politiques !!!

Publié le 16 janvier 2015

balance justiceNous apprenons qu’à la demande de la municipalité un ancien adjoint de la majorité Destot-Safar a dû rembourser des frais de mission qui lui étaient payés deux fois, par la ville et par une association qu’il présidait, association subventionnée sur fonds publics.

Comment se fait-il que l’ancien maire, l’ancienne Direction Générale et l’ancienne majorité aient laissé faire de telles pratiques ? Il y avait à l’évidence un manque de contrôle sur le fonctionnement de certains satellites et sur les frais de mission des élus.

La nouvelle majorité doit poursuivre les contrôles et les renforcer. A suivre.

M. Destot et le syndrome du Grand Large

Publié le 15 mars 2014

Avant de quitter ses fonctions de maire de Grenoble, Michel Destot nous laisse un billet sur son blog, auquel il ne nous avait pas habitués : « Mes années au service des Grenoblois (15). Le grand large » . La métaphore du Grand Large est intéressante pour parler de cette ville enserrée dans les montagnes.

Il nous avoue n’avoir «  jamais succombé aux sirènes de la proximité ». En effet, le maire actuel a d’abord été député depuis 1989 dans une circonscription dont on a coutume de dire que c’est la dernière circonscription qui pourrait être gagnée par la droite, tellement le découpage a été bien formaté pour qu’elle se maintienne dans l’escarcelle du parti socialiste. Mais Pasqua a bien fait les choses : des découpages pour la droite, d’autres pour la gauche et ainsi… les postes sont bien gardés, et pour très longtemps.

Grâce à ce billet, nous avons enfin l’explication de l’absence du maire à toute la durée des conseils municipaux, pendant de nombreux mois. Il s’agissait tout simplement de ne pas avoir l’air étriqué, en consacrant son temps de maire, à d’autres tâches plus nobles, que le « small » des affaires municipales, comme par exemple, la préparation des présidentielles de 2012.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : flottements à droite, pédalage au PS

Publié le 6 décembre 2013

La liste Dumolard s’est auto-détruite. Comme on pouvait s’y attendre l’aventure solitaire est terminée. Il ne rejoindra pas la liste UMP, mais engage une discussion avec D. Bonzy qui laisse croire à une liste « indépendante » alors que cet ancien bras droit du maire corrompu a toujours été de droite. Le renfort de Dumolard qui dit « respecter le Front National » constituerait un attelage toujours plus à droite.

Lire le reste de cet article »

Qu’on se le dise, ou le fait du Prince…

Publié le 26 septembre 2013

Oyez, Oyez, damoiseaux, gentes dames et gentils hommes, en cet an de grâce 2013, le jour 20 de septembre, sa majesté M. Destot a fait savoir que ses paroles fortes allaient charmer le peuple. Or donc, de toute la province, échotiers, porteurs de microphones itou, ont accouru pour ouïr et transcrire dans gazettes et ondes magiques les profondes pensées du monarque, d’une plume serve, toujours prête comme la cour, à consacrer le nom de ceux qui chantent leur gloire et leurs louanges. Si fait, au côté de sa royale personne, le prince qui sort, héritier adoubé et oint de son huile sacrée pour régner sur la delphinale cité.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne: dauphin au PS, politique d’urbanisme et sociologie

Publié le 21 septembre 2013

M. Destot a décidé de passer la main à Jérôme Safar. Dans le Point du 18 septembre il déclarait « N’est-il pas plus difficile d’installer son dauphin que d’être réélu pour la quatrième fois ? »  On se croirait en monarchie : le suzerain installe son dauphin. En république ce sont les électeurs qui décident, ce sera encore le cas à Grenoble. Les militants socialistes devront entériner sans broncher le choix du prince et pourtant ils sont nombreux à ne pas apprécier cette façon de fonctionner. La candidature de J. Safar, ne changera rien puisque déjà il faisait tout. Ce sera la continuité sans changement. On ne peut pas dire que M. Destot, sur son blog, apporte un soutien sans faille à son dauphin : « j’ajoute, pour ceux qui aiment les défis que personne n’a jamais réussi, à Grenoble, à passer la main à un successeur de sa famille politique ». Les lois de la statistique sont donc en défaveur du dauphin.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : ça sent la rentrée et les municipales !

Publié le 30 août 2013

La rentrée va être riche en activité politique car la préparation des élections municipales va s’accélérer.

Les primaires de l’UMP vont devenir le gag de l’été. Des contestations se font jour sur la régularité de ces primaires, on évoque même un accord entre Carignon et Chamussy… R. Cazenave n’arrête pas de s’interroger. Le règlement des primaires sort enfin, la liste définitive des candidats serait arrêtée le 4 septembre et le vote aurait lieu comme prévu les 6 et 13 octobre. Mais subitement les primaires sont suspendues à la demande de P. Gascon (ancien 1er adjoint de Carignon), l’UMP accusant la mairie de ne pas mettre les salles à sa disposition pour permettre les votes. Argument évidemment fallacieux qui cache la volonté de laisser Paris choisir la tête de liste. Décidément la droite UMP ne peut se défaire de ses vieux démons attisés par la présence du corrompu qui ne cesse de manœuvrer depuis des années pour faire perdre son camp. Attendons la suite du feuilleton.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : De Longevialle, Carignon, Destot, sociauxDem

Publié le 12 juillet 2013

On vous l’avait bien dit, l’adjoint à l’immobilier est le prototype de l’homme de droite qui essaye de se camoufler au centre. Pour lancer sa campagne électorale, il déclare qu’il va falloir : « faire mieux avec moins de moyens » et donc « rationaliser, notamment les équipements et les services publics ». La rationalisation à la « de Longevialle » signifie priorité au privé comme il a su si bien le faire durant ce mandat en politique immobilière.

Alain Carignon se présente comme le défenseur de la santé des Grenoblois agressés par la pollution atmosphérique. Il ne manque pas d’air (pollué). Lui qui a observé avec beaucoup de pertinence que le nuage de Tchernobyl s’était arrêté à la frontière se permet de déclarer que Grenoble est la seule agglomération en France à connaître une augmentation de cancers de la thyroïde !!!

Lire le reste de cet article »

Esplanade : le maire en apesanteur

Publié le 22 juin 2013

vivre-a-grenoble-esplanadeUn Conseil municipal « Spécial Esplanade » a donc eu lieu lundi 17 juin. Qu’aura donc retenu le maire de cette soirée exceptionnelle d’une part, du fait de sa configuration -pour la première fois des Grenoblois opposés à un projet ont pu s’exprimer dans l’enceinte municipale- et d’autre part en raison de sa durée (4h30) due notamment aux nombreuses prises de paroles des élus de la majorité ?

Comme d’habitude, malgré de louables efforts l’intervention de M. Destot aura laissé le sentiment que Grenoble était très loin de ses préoccupations au point de parler et d’écrire « Mieux Vivre à Grenoble » à propos de l’association « Vivre à Grenoble » acteur phare de la soirée.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne grenobloise : municipales 2014

Publié le 13 mai 2013

Michel Destot a donc pris sa décision en ce qui concerne les municipales de mars 2014 à Grenoble, mais il fait durer le suspens et ne la rendra publique qu’en septembre 2013. Comme nous l’indiquions précédemment il prépare une candidature à un 4 ème mandat, c’est ce qui ressort de l’interview donné le 4 mai à France 3 Alpes. Au moins reconnaît-il un échec de son activité passée : « Le regret, c’est de ne pas avoir été plus efficace, justement, en matière de solidarité pour tous ceux qui souffrent le plus aujourd’hui, qui sont dans la situation de précarité, de souffrance… ». On pouvait alors s’attendre à ce qu’il fixe comme priorité pour l’avenir l’amélioration de la vie quotidienne de tous les Grenoblois. Eh ! bien non ! il reste figé dans ses choix : priorité aux investissements étrangers et français à Grenoble, sans autre précision, c’est un peu court comme vision de l’avenir de la ville.

A droite ça va bientôt être le trop plein de candidatures à Grenoble : l’UMP désignera sa tête de liste en octobre 2013. Pendant ce temps G. Dumolard creuse son sillon et le centre droit (UDI de Borloo) désignera une éventuelle tête de liste en juin 2013.

Politique politicienne grenobloise: agitations pré-municipales

Publié le 22 avril 2013

Il y a des élus de la majorité municipale qui s’inquiètent de leur avenir. Le groupe des 4 élus autour de l’adjoint à l’immobilier se demande ce qui va lui arriver aux prochaines municipales. Ces élus voudraient bien repartir avec le PS, mais comme ils n’ont pas de réponse, ils menacent de faire une liste. Chiche ! L’adjoint à l’immobilier a démontré lors des dernières législatives que son électorat était plutôt réduit à la portion congrue.

Coté PS, les choix sont difficiles et malheureusement les carrières personnelles prennent le pas sur le collectif.

Lire le reste de cet article »

L’indignité récompensée par une médaille

Publié le 22 avril 2013

Personne ne devait se sentir obligé de participer aux louanges unanimes qui ont salué Stéphane Hessel mort le 27 février 2013 à l’âge de 95 ans. Il reste que ce vieux jeune homme, tour à tour diplomate, ambassadeur, résistant, militant, avait su jusqu’à son dernier souffle et avec quelle énergie, montrer la voie au monde et à la jeunesse.

Ce bel ensemble était cependant terni par des propos discordants, violents et pour tout dire, indignes, publiés le jour même dans un communiqué. Richard Prasquier, son auteur, président du CRIF (Conseil Représentatif des Institutions Juives de France) n’avait pas fait dans la nuance à propos de S. Hessel : « …sa volonté obsessionnelle de faire de Gaza l’épicentre de l’injustice dans ce monde et du Hamas, un mouvement pacifique quasiment d’assistance sociale… sa propension à grandir ou à laisser grandir par ses thuriféraires dévoués le rôle qu’il avait tenu dans plusieurs événements importants de notre histoire ainsi que par la volonté des médias de ne pas relayer ses déclarations sur la bénignité de l’occupation nazie en France… Stéphane Hessel fut avant tout un maître à ne pas penser… ». Voilà des phrases qui transpirent la haine recuite d’un président du CRIF dont on peut espérer que le moment venu il ne pourra compter sur des « thuriféraires dévoués ». Comme le dit l’écrivain québécois V.L Beaulieu « C’est par la parole qu’on devient indigne de tout ». Sont-ils nombreux ceux qui ont approuvé ces mots, faut-il compter parmi eux le maire de Grenoble qui a eu le bon goût de lui remettre la médaille d’Or de la Ville de Grenoble le 12 avril dernier ? Quel autre fait d’arme pouvait valoir à R. Prasquier une telle reconnaissance ?

La médaille d’or du déshonneur ! Stéphane Hessel en est indigné et nous avec lui.

La sécurité, une exigence démocratique fondamentale

Publié le 5 avril 2013

Le 2 avril, le Dauphiné Libéré a décrit, témoignages à l’appui, les zones de non droit qui se développent dans certains quartiers, zones prises en main par les mafias de la drogue et de l’économie parallèle. Les habitants des immeubles dont les adresses sont rendues publiques, sont victimes de ces agissements inadmissibles et se sentent totalement abandonnés. L’ADES a fait un communiqué à ce sujet qui rappelle les responsabilités notamment du maire pour la répression des troubles de voisinage.

Malheureusement l’Etat n’assume pas ses devoirs et la destruction de la police de proximité par la droite a conduit à abandonner de nombreux quartiers aux mafias. Il faut tout reconstruire. De plus, trop souvent, le maire n’assume pas non plus ses responsabilités de police.

Il n’est donc pas inutile que tout citoyen sache ce que dit la loi à ce sujet.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : primaires à l’UMP, Destot et les citoyens

Publié le 23 mars 2013

Primaires UMP

Comme il fallait s’y attendre, la désignation de la tête de liste de la droite pour les élections municipales à Grenoble ne va pas être un long fleuve tranquille. Une réunion publique a eu lieu mercredi où un certain nombre de personnalités ne sont pas venues. On apprend que G. Dumolard indique qu’il n’est plus adhérent à l’UMP et donc qu’il ne participera pas à ces primaires… R. Cazenave s’interroge et pour l’instant les seuls compétiteurs sont M. Chamussy, A. Carignon et D. Bonzy, et deux jeunes inconnus (Benjamin Piton et Colin Lecordier) viennent faire un tour de piste pour gagner leur place dans une liste. Il sera intéressant de savoir pour qui ils vont se désister. Pour participer à la réunion publique de mercredi il fallait payer 2 Euros et signer l’engagement : ”Je soussigné déclare sur l’honneur souhaiter le changement de municipalité de Grenoble en 2014 et la participation de l’UMP à la prochaine équipe municipale”.

Quand le maire s’interroge, enfin !

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 9 mars 2013

Où le maire avoue qu’il n’a pas fait grand-chose durant ce 3ème mandat

Lors d’une interview à « 20 Minutes » paru le 25 février, à la question, « quelle est la principale réussite de ce mandat ? », le maire répond : « S’il faut en donner une seule, c’est la caserne de Bonne… ». Or tout Grenoblois sait bien que la caserne de Bonne a été finalisée lors du 2ème mandat, sous la responsabilité de l’écologiste Pierre Kermen, alors adjoint à l’urbanisme (à l’exception de la galerie commerciale), et la réalisation de l’école Lucie Aubrac pilotée par Jean-Marc Cantéle, adjoint à l’éducation. Donc rien de sérieux à se mettre sous la dent durant ce 3ème mandat, à part du vent de com’.

Eau de Grenoble : l’art de réécrire l’histoire

A propos du retour en régie du service de l’eau de Grenoble on avait eu droit à la révision de l’histoire par M. Baïetto… Maintenant c’est au tour du Président de la Régie des Eaux de Grenoble de se prendre les pieds dans le tapis, mais à sa décharge il n’était pas Grenoblois à cette époque et n’a pas vécu la parenthèse de 10 ans de gestion de l’eau avec les contrats issus de la corruption.

Lire le reste de cet article »

M. Destot vers un quatrième mandat ?

Publié le 9 mars 2013

Alors que les supputations allaient bon train sur la date à laquelle le maire allait céder son fauteuil au premier adjoint, cette éventualité semble de plus en plus improbable. Il faut dire que la pression sur le non cumul des mandats a disparu depuis que le gouvernement a visiblement décidé de repousser à 2017 une éventuelle loi anti-cumul ! Le changement ce n’est plus maintenant. Ainsi le député-maire de Grenoble comme tous les autres cumulards, peut s’accrocher à son mandat, en reniant sans scrupule ses engagements personnels et ceux de son parti sur l’application du non cumul des mandats dès la fin 2012.

Il y a de fortes probabilités que M. Destot reste en place jusqu’en mars 2014. Dès lors il ne serait pas invraisemblable qu’il se représente pour un 4ème mandat. Le président du groupe PS et assimilés de la majorité municipale l’y incite fortement en déclarant : « Celui qui a la meilleure vision de l’avenir de Grenoble, à l’horizon dix ans, quinze ans, vingt ans, il s’appelle Michel Destot ». C’est J. Safar qui doit être satisfait de ce genre de déclaration ! Le « cirage de pompes » commence, la course pour obtenir un poste d’élu-e est lancée !

Politique politicienne à Grenoble

Publié le 17 janvier 2013

Le maire de Grenoble, partira… partira pas avant mars 2014 ?

Le feuilleton du départ de M. Destot avant la fin de son mandat n’en finit pas d’alimenter les gazettes. Comme souvent, le maire parle et les commentateurs se perdent en conjectures. Lors de ses vœux, il a donné une information très précise : « Tout aura une fin, pas pour Grenoble, mais je ne resterai pas maire éternellement » et « contrairement à ce qui a été dit, ici et là, je ne me suis jamais engagé sur un calendrier ». Il précise que « la décision sera prise collectivement, de manière respectueuse, y compris envers moi-même, et en temps voulu ». Sous entendu, je ne vais pas me laisser mettre à la porte. En fait, le maire est contredit par G. Fioraso qui déclare dans le quotidien régional que le maire a déjà choisi son successeur. Les seuls absents de ce débat sont les électeurs qui ont voté (minoritairement) pour un maire et risquent de se retrouver avec un autre sans qu’on leur ait demandé leur avis.

Lire le reste de cet article »