Archives pour le mot-clef ‘insee’

Le patrimoine des ménages français

Publié le 13 octobre 2017

L’INSEE a rendu une étude sur le patrimoine des ménages français en 2015. Elle présente le patrimoine brut et net (patrimoine brut diminué des emprunts bancaires). Pour chaque catégorie de ménage elle donne le patrimoine moyen de la catégorie et le patrimoine médian (celui qui divise la catégorie en deux parties égales).

Quatre tableaux décrivent les montants du patrimoine des ménages en fonction :

  • des déciles de revenu disponible
  • le type de ménage et le nombre de personnes
  • de l’âge de la personne de référence du ménage
  • de la profession de la personne de référence du ménage

Globalement, le patrimoine net moyen de l’ensemble des ménages atteint 235 900 € début 2015. Le patrimoine net médian étant seulement de 113 900 €. Les 1% qui ont le revenu le plus élevé détiennent un patrimoine moyen de 2,2 millions d’euros.

Evidemment le patrimoine augmente régulièrement avec les revenus disponibles sauf entre le 1er et 2ème décile. Ce sont les couples sans enfants qui ont le patrimoine le plus important. Comme attendu, le patrimoine augmente avec l’âge (sauf pour les plus âgés).

Lire le reste de cet article »

Salaires moyens à Grenoble et dans la métropole

Publié le 1 septembre 2017

L’INSEE rend public le salaire net horaire moyen total selon les catégories socioprofessionnelles en 2014. Il s’agit des salariés du privé et des entreprises publiques (hors agriculture) habitant la commune de Grenoble ou la métropole.

A noter que la durée du travail de 35 heures par semaine correspond à une durée mensuelle forfaitaire de 151,666 heures.

Systématiquement les salaires horaires sont inférieurs à Grenoble par rapport aux salaires dans l’agglomération.

Les salaires des femmes sont systématiquement inférieurs à celui des hommes, mais la différence est un peu moins prononcée à Grenoble (18% au lieu de 20%) et cette différence dépend beaucoup de l’âge. Les jeunes de 18 à 25 ans sont en moyenne un petit peu mieux payé à Grenoble qu’à la Métro.

Les écarts de salaire entre femmes et hommes augmentent très fortement avec l’âge, les plus de 50 ans gagent 80 % de plus que les 18-25 ans.

Lire le reste de cet article »

Quelques données du recensement 2014 pour la métropole

Publié le 25 août 2017

La population de la Métro atteint 444 078 personnes lors du dernier recensement de 2014 (issu des données collectées de 2012 à 2016). Les plus de 15 ans (367 382) se répartissent selon les catégories socioprofessionnelles avec des différences avec la ville centre. A Grenoble il y a plus de cadres et professions intellectuelles supérieures. Par contre hors de Grenoble il y a plus de retraités. Pour les logements il y a beaucoup plus de maisons individuelles (21%) dans l’agglomération qu’à Grenoble (3%). Le nombre de logements vacants est nettement inférieur (7,7%) dans l’agglomération qu’à Grenoble (10,4%). Dans les résidences principales, les propriétaires occupants sont la moitié (51%) dans la Métro alors qu’à Grenoble ils sont seulement 18%. Les habitants de Grenoble déménagent plus souvent que dans la moyenne de l’agglomération. Les ménages hors Grenoble ont plus de voitures et plus d’emplacement réservé au stationnement du véhicule que dans la ville centre. Voir les différents tableaux ci-dessous).

Lire le reste de cet article »

L’INSEE donne les résultats du dernier recensement

Publié le 13 juillet 2017

L’INSEE rend public les données détaillées issues du recensement 2014. Rappel, les données 2014 sont issues des recensements partiels de 2012 à 2016, chaque année un échantillon de 8 % de la population est recensé. Donc les évolutions d’une année sur l’autre sont moyennées sur 5 ans ce qui peut lisser certaines éventuelles évolutions rapides. Voici un certain nombre de données pour la ville de Grenoble.

La population 2014 de Grenoble est de 160 779 alors qu’en 2013 elle était de 160 215, soit une augmentation de 564 habitants. En 2012 la population était de 158 356 habitants, Il y a donc une moindre augmentation que ces dernières années.

Cette évolution plus lente se confirme en examinant le nombre de résidences principales : 83 855 en 2014 et 83 394 en 2013 soit seulement 461 résidences principales supplémentaires alors qu’entre 2012 et 2013 l’augmentation a été de 1183. On voit là la forte diminution de la densification de la ville par le ralentissement de la construction de logements neufs depuis l’arrivée de la nouvelle équipe municipale.

Lire le reste de cet article »

Salaires horaires à Grenoble et ailleurs

Publié le 2 juin 2017

L’INSEE vient de publier les salaires horaires issus du dernier recensement de 2013. Il s’agit des salaires horaires moyens par âge et sexe et des salaires horaires moyens par catégories professionnelles : cadre supérieurs, professions intermédiaires, employés et ouvriers.

Il y a de petites différences suivant que l’on examine la commune de Grenoble, la Métro, le département de l’Isère, la région Rhône-Alpes et la France métropolitaine. C’est la Métro où, en moyenne, les salariés sont les mieux payés (14,75 € de l’heure), mais pour les cadres supérieurs c’est la France qui est en tête (25,54 € de l’heure). L’Isère est en tête pour les professions intermédiaires (14,73 € de l’heure) et pour les employés (10,65 €). La Métro est la première pour le salaire moyen des ouvriers (11,30 €)

Lire le reste de cet article »

Caractéristiques de l’emploi des habitants de la métropole

Publié le 26 mai 2017

L’INSEE édite les résultats du dernier recensement (2013) sur les caractéristiques de l’emploi dans les différentes collectivités publiques. On y trouve la répartition en statut professionnel des 187 000 habitants ayant un emploi (salariés, CDI, CDD intérim, fonction publique, non salarié, indépendants, employeurs…), 90% des emplois sont des emplois de salarié.

Le taux de travail partiel est beaucoup plus important pour les femmes 32,9% que pour les hommes 8,7 %. 34,7% de ceux qui ont un emploi travaillent dans leur commune de résidence et pour aller travailler, 59,9% utilisent la voiture, 19,5% les transports en commun, 8,9 % les deux roues et 8,9 % la marche à pied.

Lire le reste de cet article »

Hébergements touristiques à Grenoble et dans la métropole

Publié le 19 mai 2017

L’INSEE a publié les hébergements touristiques à Grenoble dans la métropole au 1er janvier 2017. Il s’agit du nombre des hôtels et de leur capacité en fonction de leurs catégories, du nombre et les capacités des campings et des résidences de tourisme, des villages vacances et des auberges de jeunesses…

Comme cela avait été noté lors de la candidature à la candidature aux Jeux Olympiques d’hiver 2018, il y a un manque de capacités hôtelières à Grenoble et dans l’agglomération, ce qui est un handicap pour certaines manifestations de grande ampleur.

Nombre et capacité des hôtels au 1er janvier 2017 Lire le reste de cet article »

Composition des ménages grenoblois

Publié le 28 avril 2017

La moitié des ménages grenoblois ne comporte qu’une seule personne (chiffres du dernier recensement en 2013), soit 3 500 ménages de plus qu’en 2008, avec un peu plus de femmes seules que d’hommes. L’INSEE rappelle qu’il y a égalité entre le nombre de ménages et le nombre de résidences principales. Comme le nombre des autres ménages augmente légèrement, cela signifie qu’il a fallu construire 3750 résidences principales de plus en 5 ans pour loger l’ensemble des ménages (soit en moyenne 750 par an).

Une précision de l’INSEE sur la définition des ménages : les personnes vivant en communauté (foyers de travailleurs, maisons de retraite, résidences universitaires…) sont considérées comme vivant hors ménage. » Ceci représente un peu plus de 3 200 personnes à Grenoble.

Le nombre de ménages avec famille évolue très peu en 5 ans, par contre le nombre de ménages avec enfants augmente que ce soit pour des couples et surtout des familles monoparentales.

Il y a une légère augmentation des « autres ménages sans famille », qui sont les colocations qui regroupent plus de 13 000 personnes.

Lire le reste de cet article »

Moindre mobilisation pour les inscriptions sur les listes électorales en France

Publié le 7 avril 2017

Le 6 mars l’INSEE fait le point sur les inscriptions sur les listes électorales en vue des élections présidentielles et législatives, au niveau national.

L’INSEE estime que 88,6% des personnes majeures de nationalité française sont inscrites sur les listes électorales.

Durant l’année passée, 6,5% de l’électorat potentiel a fait une démarche soit pour s’inscrire pour la première fois ou pour changer de commune de résidence. C’est moins que pour les élections de 2012 (7,7%) et pour celles de 2007 (8,6%). Il faut rajouter les inscriptions d’office (1,4%) pour les jeunes qui ont atteint les 18 ans. Il y a donc 80,7 % des électeurs potentiels qui n’ont pas changé d’inscription depuis fin 2016.

Lire le reste de cet article »

Chômage dans les quartiers politique de la ville (QPV) de la Métro

Publié le 17 mars 2017

L’INSEE a rendu public le nombre de demandeurs d’emploi au 3ème trimestre 2016 dans l’ensemble des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), des communes et des intercommunalités.

Comme il fallait s’y attendre, les QPV sont beaucoup plus touchés par le chômage que les communes et les intercommunalités.

Les QPV sont des territoires définis uniquement par un revenu médian (par unité de consommation) inférieur à 60 % du revenu médian de référence.

Encore une fois les inégalités se cumulent lourdement : très faibles revenus et très fort taux de chômage.

Le taux d’actifs à Grenoble et dans la Métro est de 48 % de la population. La moitié de la population peut prétendre à un emploi.

Lire le reste de cet article »

Chauffage et confort dans les résidences principales à Grenoble

Publié le 3 mars 2017

A Grenoble, sans surprise, plus de 95 % des résidences principales ont une salle de bain avec douche ou baignoire. Pour les modes de chauffage, le chauffage central collectif gagne du terrain (passant de 36 % en 1999 à 39,6 % en 2013), mais le chauffage électrique se maintient à 28,5% alors qu’il représentait 27 % en 1999. Le reste des logements est chauffé par un chauffage central individuel. Il y a de grandes différences par quartiers.

Lire le reste de cet article »

Les conditions de logement en France

Publié le 3 mars 2017

L’INSEE vient de publier une grande étude sur le logement en France de 220 pages fondée sur les données du dernier recensement de 2013. Cette étude note certaines évolutions globales : après le développement accéléré du choix de la maison individuelle, l’INSEE observe depuis 2008 un repli de ce mouvement et un retour aux appartements avec pour causes, les coûts environnementaux du transport automobile, le vieillissement de la population et l’importance des gains de productivité grâce à la concentration des activités. La mobilité résidentielle tend à se réduire (à cause du vieillissement), particulièrement dans le secteur social. On retrouve les évolutions que l’on connait à Grenoble et son agglomération, une augmentation plus importante du nombre de résidences principales que de la population dans des proportions assez proches. En 2013 Grenoble a le même nombre d’habitant qu’en 2008, mais 51 % de logements en plus, alors qu’au niveau national, entre ces deux dates, il y a eu 76 % de logements en plus mais avec une augmentation de la population de 28%.

Lire le reste de cet article »

Taille des logements à Grenoble

Publié le 24 février 2017

La superficie des résidences principales est beaucoup plus faible à Grenoble qu’en France et plus faible que sur l’ensemble de la métropole grenobloise. Il y a beaucoup plus de petits logements et les logements ont moins de pièces. A Grenoble il n’y a que 4% de résidences de plus de 120 m2 alors que dans l’agglomération c’est 8,5% et en France métropolitaine de 15 %. Les écarts sur le nombre de pièces est aussi net : seul 13 % des résidences ont 5 pièces ou plus à Grenoble alors que dans l’agglomération il y en a 23,6 % et en France 35 % !

Ces chiffres ne sont pas surprenant car le prix des logements dans une grande ville (en location ou à l’achat) est beaucoup plus élevé qu’ailleurs alors que les revenus des ménages ne sont pas sensiblement différents à Grenoble, dans la Métro et au niveau national. A Grenoble la superficie moyenne d’une résidence principale est d’environ 65 m2 et elle a en moyenne 3 pièces.

Lire le reste de cet article »

Propriétaires et locataires à Grenoble

Publié le 17 février 2017

En France en 2013, près de six ménages sur dix (57,6%) sont propriétaires de leur résidence principale. Cette proportion est stable depuis le début des années 2000 après avoir régulièrement progressé durant ces trente dernières années (51 % en 1984). Cette stagnation est due au coût des logements qui ont explosé à partir de 2000.

Mais dans les grandes villes le taux de propriétaires occupants est beaucoup plus faible : dans la Métro c’est 51% et à Grenoble c’est seulement 38 %.

Le taux de logements HLM loués vides est d’environ 17,5 % au niveau national alors que dans l’agglomération il est de 15,8% et à Grenoble de 16% ; ce taux est stable à Grenoble depuis de longues années.

A Grenoble, il y a une corrélation très forte entre le taux de logements HLM (loués vide) en 2013 et la médiane des revenus du quartier IRIS (valeurs 2012). C’est tout à fait normal puisque l’accès au logement HLM est sous conditions de ressources et que l’accès à la propriété exige des revenus suffisants vu les prix de l’immobilier à Grenoble. En dessous de 10 000 € de médiane des revenus le taux de HLM dépasse les 60 % des logements et à partir de 20 000 € le taux de HLM est en dessous de 20 %.

Lire le reste de cet article »

Les Grenoblois déménagent souvent

Publié le 10 février 2017

Les Grenoblois bougent beaucoup. Il y a seulement 80 % des grenoblois qui étaient dans le même logement un an auparavant et ce chiffre est stable sur une longue période. Par exemple lors du recensement de 2006, seuls 52 % habitaient le même logement depuis au moins 5 ans, en 2013 c’est 49 %. Chaque année de 7 à 9 % des Grenoblois déménagent en restant dans la commune. Chaque année 11% environ des personnes viennent à Grenoble de l’extérieur de la ville. A l’inverse le même nombre quitte la ville, mais le recensement n’indique pas où vont ces personnes. La présence de nombreux étudiants pèse sur ces statistiques.

Grenoblois habitant 1 an auparavant 2013 2012 2011
Dans le même logement 80,5% 80,3% 81,2%
Dans un autre logement à Grenoble 8,9% 8,2% 7,5%
Dans une autre commune 10,6% 11,5% 11,3%

Lire le reste de cet article »

Nombre d’enfants par famille à Grenoble

Publié le 3 février 2017

La moitié des familles sont sans enfant à Grenoble, ce qui est supérieur à la situation française et celle de la Métro. Il y a en moyenne par famille ayant des enfants : 1,76 enfant à Grenoble en 2013, 1,78 à la Métro et 1,8 en France. Le nombre moyen a un peu diminué depuis 1999 à Grenoble passant de 1,78 à 1,77 en 2006.

Mais avec l’augmentation de la population, il y a 1200 enfants de plus en 2013 qu’en 2006.

Les différences sont surtout pour les familles avec 2 ou 3 enfants qui sont nettement moins nombreuses à Grenoble (25,2% contre 28,1% à la Métro). Les statistiques de l’INSEE ne comptent que les enfants de moins de 25 ans.

Lire le reste de cet article »

Ségrégation résidentielle par le revenu

Publié le 27 janvier 2017

L’INSEE vient d’éditer une étude (Insee Analyses Auvergne-Rhône-Alpes – No 30) sur les 4 grandes villes de la région, Clermont-Ferrand, Lyon, Grenoble et Saint Etienne, qui examine comment se répartissent spatialement dans la ville, les zones où se trouvent les ménages à faibles revenus.

Depuis une dizaine d’année l’INSEE établit une représentation fine de la répartition géographique des revenus en découpant le territoire en mailles carrées de 200 m de côté.

L’examen des cartes de répartition des revenus est très instructif sur l’ampleur de la ségrégation (ghettos de riches et ghettos de pauvres) et indique qu’à Grenoble les distances entre les zones à haut et bas revenus sont moins importantes que dans les autres villes.

Lire le reste de cet article »

Activité et chômage à Grenoble

Publié le 20 janvier 2017

Entre 2006 et 2013, le nombre de chômeurs habitant Grenoble a augmenté de 26 % et atteint presque 12 000 personnes sur une population (de 15 à 64 ans) de 111 000 personnes. Certes le taux de chômage de 10,6 % à Grenoble est inférieur à celui du niveau national qui est de 13,6 %. Une municipalité n’a pas la capacité d’agir directement sur le chômage, par contre par ses dépenses publiques, notamment en investissement elle peut aider au maintien d’emplois publics ou privés. Cette augmentation du chômage s’est effectuée durant le mandat municipal précédent et les choix économiques faits de privilégier le high-tech n’a pas permis d’atténuer cette hausse du chômage. Les choix actuels fait dans le cadre de la transition énergétique et écologique devraient être plus profitables à l’emploi local.

A Grenoble la population de 15 à 64 ans se répartie entre 70,1 % d’actifs et 29,9 % d’inactifs (étudiants, retraités…). Il y a plus d’inactifs que la moyenne nationale (26,8%). Parmi les chômeurs 49,5 % sont des femmes (au niveau national 50,9%), il y a 25,6% des chômeurs qui sont âgés de 15 à 24 ans et 6,6% entre 55 et 64 ans.

Lire le reste de cet article »

Légère évolution de la population de Grenoble

Publié le 6 janvier 2017

En début de chaque année, l’INSEE publie les résultats des recensements des populations des communes. Pour Grenoble la population municipale légale pour l’année 2014 est égale à 160 779 habitants en légère augmentation (+ 564 habitants) par rapport à l’année passée qui était de 160 215 habitants. Le rythme d’augmentation diminue nettement par rapport à l’évolution depuis 2010 qui était en moyenne de 1500 habitants supplémentaires par an.

Il faut être prudent sur l’utilisation de ces chiffres car il ne s’agit pas d’une photographie instantanée de la population issue du recensement partiel effectué en 2016. Jusqu’en 1999, la France effectuait des recensements généraux de toute la population, ce qui était très lourd et n’était fait que rarement. Entre 1962 et 1999 il n’y eut que 6 recensements. A partir de 2004 et chaque année, un échantillon de seulement 8 % de la population des communes de plus de 10 000 habitants est recensé et au lieu de donner les résultats de chaque année, il faut faire la moyenne sur 5 années consécutives et affecter cette moyenne à l’année centrale. En janvier 2017, l’INSEE a fait la moyenne des 5 années de 2012 à 2016 et affecté le résultat à l’année 2014.

Vu cette faible augmentation qui a suivi une plus forte depuis 2010, il n’est pas impossible de voir en janvier 2018 une stabilisation ou une légère diminution pour le recensement 2015.

Voici la définition de la population municipale : « La population municipale comprend les personnes ayant leur résidence habituelle sur le territoire de la commune. Elle inclut les personnes sans abri ou résidant habituellement dans des habitations mobiles recensées sur le territoire de la commune ainsi que les détenus dans les établissements pénitentiaires de la commune. C’est la population statistique comparable à la population sans double compte des précédents recensements…

Dans les communes de 10 000 habitants ou plus, où les enquêtes de recensement ont lieu tous les ans par sondage, le principe du calcul consiste à faire la somme des observations des cinq dernières années, puis à en déduire la commune tout entière en se référant au nombre de logements du milieu de la période, connu par le répertoire d’immeubles localisés.

« Le répertoire d’immeubles localisés (RIL) est une base de données géographiques comprenant l’ensemble des adresses et leur localisation géographique des communes de 10 000 habitants ou plus… ce répertoire est mis à jour à partir :

  • des fichiers de permis de construire ;
  • du répertoire national des entreprises et des établissements (Sirene) ;
  • des fichiers de La Poste ;
  • des fichiers administratifs comportant une adresse (que l’Insee est autorisé à utiliser).

Il est également entretenu grâce aux échanges continus d’informations géographiques avec les communes concernées. »

Evolution sur le long terme depuis 1962.

Avant 2006 ce sont les chiffres des recensements suivant l’ancienne méthode qui a disparu après 1999. On peut voir une continuité d’évolution sur le moyen terme depuis 1990 après la forte diminution qui s’est faite entre 1975 et 1990.

L’âge moyen des grenoblois : environ 37 ans

Publié le 6 janvier 2017

La moyenne d’âge des grenoblois en 2013 a très légèrement augmenté depuis 2006 (passant de 37,3 à 37,6 ans soit + 0,8%). Heureusement le nombre d’enfants très jeunes (de 0 à 5 ans) atteint 7% de la population ce qui compense un peu le nombre de personnes âgées (75 ans ou plus) qui atteint presque 9 %.

Mais ces évolutions sont très différentes suivant les quartiers (IRIS de l’INSEE).

Les quartiers où l’âge moyen est le plus faible (moins de 35 ans) sont : Jean Macé, Europole, Diderot, Gabriel Péri, Esplanade, Grenette, Génissieu, Valmy, Jouhaux, Les Trembles, Arlequin, Vigny-Musset, Village Olympique Sud.

Les quartiers les plus âgés (plus de 40 ans) sont : Trois Cours, Ile Verte Saint Roch, Hébert-Mutualité, Clinique Mutualiste, Eaux Claires-Painlevé, Houille Blanche, Diables Bleus, Clémenceau, Reynies, Péretto, Bajatière-Est, Malherbe, La Bruyère, Village Olympique-Nord.

Lire le reste de cet article »