Archives pour le mot-clef ‘Municipales 2014’

La Tronche reste à gauche…

Publié le 3 juillet 2014

i-love-la-troncheLe maire de droite sortant, avait été battu de 13 voix au second tour de l’élection municipale par la liste de gauche et écologiste. Vu le faible écart il pouvait espérer faire annuler l’élection. Mais ses arguments n’ont pas convaincu le juge administratif. Le 26 juin, le Tribunal administratif a rejeté sa demande en jugeant de manière très classique que si, dans un tract diffusé à la fin de la campagne, il n’y a pas d’éléments nouveaux qui pourraient influencer l’électeur et atteindre la sincérité du scrutin, il n’y a pas matière à annuler le vote.

Lire le reste de cet article »

Rencontre-débat : que s’est-il passé aux dernières élections municipales de Grenoble ?

Publié le 6 juin 2014

Le Monded Diplomatique« Tandis que médias ou responsables politiques nationaux réactivent le mythe du “laboratoire grenoblois” pour imaginer une recomposition de la gauche, les acteurs locaux insistent sur la nécessité d’un travail de long terme — qui ne peut se résumer à un rapprochement des appareils — et sur la formulation de réponses claires, tangibles, voire audacieuses », écrivait Le Monde diplomatique en mai dernier (« Le Rouge et le Vert » s’écrit à Grenoble).

D’où viennent les courants citoyens, écologistes ou autogestionnaires de Grenoble ? Comment le rassemblement a-t-il pu se construire et la campagne devenir gagnante ? Quelles priorités, quelles difficultés et contradictions pour les prochains mois ? Quelles leçons en tirer hors de la cuvette grenobloise ?

Analyses de Simon Labouret (Institut d’études politiques de Grenoble) et Philippe Descamps, journaliste au Monde diplomatique.

Témoignages de Martine Jullian, Alain Denoyelle (Réseau citoyen), Enzo Lesourt (Europe Écologie les Verts), Vincent Comparat (ADES) et Alain Dontaine (Parti de Gauche).

Débat avec le public.

Jeudi 12 juin, à 20 h 15 Maison des Associations de Grenoble 6, rue Berthe-de-Boissieux.

Municipales 2014 à Grenoble, le vide des analyses !

Publié le 6 juin 2014

Grenoble Une Ville Pour Tous-300x141Le résultat des élections municipales à Grenoble a fait la une des médias. Des analyses ont été produites par des politologues, notamment localement par Simon Labouret, chercheur à Sciences-PoGrenoble.

Du coté du Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes de nombreuses analyses ont expliqué pourquoi celui-ci avait gagné. Par contre pour les listes perdantes, c’est le silence total.

A droite, à l’UMP, tout continue comme avant avec moins d’élus et un score historiquement bas alors qu’il y avait une poussée nationale importante qui ne s’est pas traduite sur Grenoble. Pourquoi ? Au centre, Ph. De Longevialle n’explique pas son échec alors que le vote centriste est toujours présent dans la géographie électorale grenobloise (voir le résultat des européennes).

Lire le reste de cet article »

La Métro met en place son exécutif

Publié le 17 mai 2014
Metro : VP du Rassemblement

Les six vice-présidences du Rassemblement citoyen, solidaire, écologiste

Vendredi 16 mai, le conseil de Métro a désigné les vice-président-es, les conseiller-es délégué-es et a fixé les indemnités des élus. Avant cela, le président C. Ferrari avait annoncé les groupes qui s’étaient déclarés auprès de lui : 28 membres pour le Rassemblement citoyen, solidaire, écologiste (RCSE) qui devient le premier groupe de la Métro, juste devant le groupe des petites communes qui compte 27 membres. La majorité est complétée par le groupe socialiste avec 23 membres, et le groupe communiste de 11 membres. La droite (24 élu-es), les non-inscrits (9 élu-es)et le FN (2 élu-es) sont dans l’opposition. La majorité de l’agglomération compte donc aujourd’hui 89 élu-es sur 124, ce qui permettra de mettre en œuvre la charte adoptée par ses 4 groupes avant l’élection du président le 25 avril dernier. 18 vices-président-es (contre 40 depuis janvier !) ont été élu-es un par un au cours d’un début de conseil qui a semblé interminable. Quatre conseillers délégués ont été choisis par arrêtés du Président, un par groupe de la majorité, ce qui donne un exécutif de 23 membres couvrant toutes les compétences de l’agglomération actuelle et de la future Métropole.

Lire le reste de cet article »

Une question de look…

Publié le 17 mai 2014

Cérémonie du 8 mai à GrenobleEst-ce que vous avez déjà rencontré Eric Piolle avec une cravate ? Non, bien sûr ! Et pourtant il a été élu maire de Grenoble et donc les électeurs ont accepté et apprécié son look d’ailleurs très soigné et étudié. Le jean, la chemise blanche et la veste sont un uniforme qu’il porte très bien. Que cela insupporte certains, montre, d’une certaine façon, le décrochage grenoblois par rapport aux choses du monde.

Lire le reste de cet article »

Quelques leçons des résultats des élections municipales à Grenoble

Publié le 19 avril 2014

Vote ArlequinLes élections municipales à Grenoble devraient faire l’objet d’études approfondies car elles sont atypiques. Jamais des sondages ne se sont tant trompés (par qui étaient-ils payés ?) et les évolutions politiques entre les deux tours sont très intéressantes.

Que prédisaient les sondages, ceux publiés et non publiés : la liste de la majorité de droite et PS sortante menée par J. Safar était largement en tête au 1er tour et la liste du rassemblement menée par Eric Piolle était soit en 2e soit en 3e position. Et le plus surprenant c’était qu’au 2e tour en cas de triangulaire (PS, Rassemblement, UMP), la liste du Rassemblement s’effondrait au profit de la liste Safar, ce qui était une prédiction très curieuse. (voir plus loin les détails sur ces sondages).

Lire le reste de cet article »

Un début d’analyse d’un échec

Publié le 19 avril 2014

GO-citoyenneteGo citoyenneté commence à réfléchir sur l’échec cuisant qu’il a subi lors de l’élection municipale. Le seul élu, Paul Bron a été interviewé par les journalistes du site « Place’Grenet ». Il reconnait avoir perdu le contact avec certains réseaux dans la ville, ce qui, pour un mouvement politique qui se revendique local, est évidemment problématique. « Nous avons perdu. Pour passer à autre chose, il faut comprendre avant de reconstruire. ». C’est le début de la sagesse.

Par contre il y a encore des choses importantes qu’ils n’ont pas compris : « Je pense, en revanche, que nous avons fait une campagne trop traditionnelle qui n’était pas adaptée au désir de changement. La liste concurrente a anticipé cela, à commencer par la figure de son leader qui s’est imposée au fur et à mesure de la campagne, en laissant dans l’ombre ses partenaires improbables. » La liste du rassemblement ne se résume pas à une figure sympathique et compétente entourée de partenaires discutables !! Là il va falloir qu’ils affinent leurs analyses car ils ont faux sur toute la ligne. La construction du Rassemblement a créé une synthèse parfaitement incarnée par la tête de liste, qui a mis en mouvement des militants et de citoyens, femmes et hommes, d’opinions diverses mais animés de valeurs simples et efficaces : priorités à l’action citoyenne, de gauche et écologiste, et des propositions de changement touchant la vie quotidienne des Grenoblois.

Quelle opposition seront-ils ? « Nous ne serons pas dans la dérive procédurière de l’Association démocratie écologie et solidarité (Ades) qui est intervenue uniquement à charge dans le mandat précédent ». Il faut toujours avoir un bouc émissaire, mais là aussi ils devraient trouver des motifs d’interrogation sur les pratiques politiques qu’ils ont développés et que l’ADES a dénoncé durant 6 ans sans concession. Parfois il faut savoir écouter l’opposition, surtout quand elle prévient, avant le vote de la délibération, qu’elle est illégale et sera attaquée. Et GO devrait vite s’apercevoir que loin d’être une dérive procédurière la pratique de l’ADES est assez efficace pour permettre d’accélérer le changement politique.

Enfin une dernière inexactitude : « la ville a un budget équilibré ». C’est totalement faux et bientôt tout sera mis sur la table avec une dégradation de la situation financière catastrophique ces derniers mois. Autant le budget primitif 2014 était équilibré tel qu’annoncé avant la campagne électorale, autant le résultat réel ne le sera pas, et les responsabilités devront clairement dénoncées.

PC Grenoble comme Pas Compris Grenoble

Publié le 19 avril 2014

Le PCF Isère qui s’était mis dans le bus Safar pour avoir des élus sans débattre des projets n’a plus aucun élu au conseil municipal de Grenoble : il a brillé par un communiqué d’entre deux tours soutenant Safar contre « le projet catastrophique » du Rassemblement, « l’inflation démagogique de la liste écologiste », « la conditionnalité bloquante des aides aux entreprises » du Rassemblement. Nous sommes passés à deux doigts d’une attaque contre « la menace d’extrême-gauche » que constituerait le Rassemblement, thème développé par Safar, la droite et l’extrême-droite. Dans ce communiqué de la chambre de commerce, pardon du PCF Isère, les représentants du PCF qui voulaient être élus derrière Safar s’opposent clairement à la remunicipalisation des services publics délégués au privé.

Merci patrons.

La bonne pratique de Grenoble est-elle transférable ?

Publié le 11 avril 2014
Meeting Rassemblement Grenoble 19/3/14

Photo GK

Depuis le 30 mars 2014, date du succès de la liste du rassemblement citoyen, de la gauche et des écologistes, il n’y a pas un article ou émission politique qui ne présente la démarche grenobloise comme l’exemple à suivre. Dans le marasme ambiant, effectivement, on peut comprendre que la primaire à gauche qui s’est déroulée à Grenoble en intéresse plus d’un, et notamment, certains partis politiques nationaux en quête d’alternative. Mais attention à ne pas aller trop vite en besogne dans les solutions magiques qu’affectionnent les médias et la «province parisienne», car si un tel résultat a été obtenu à Grenoble, ce n’est pas le fait d’un simple collage d’étiquettes, mais le fruit d’un très long travail sur le terrain. Et ce succès n’a d’intérêt que s’il est soutenable dans le temps car la conquête d’un «pouvoir» n’est rien par rapport à son exercice au quotidien pendant 6 ans. Heureusement de nombreux ingrédients ont été rassemblés pour changer les manières de faire, reste à bien les agencer à l’avenir.

Par delà la qualité de la campagne et de la liste, plusieurs ingrédients ont permis ce résultat :

  • une capacité de faire permettant de peser sur les politiques municipales et d’agglomération successives, soit dans l’opposition à la droite au pouvoir (1983-1995), soit minoritaires écologistes dans une majorité d’union de la gauche (1995-2008), soit dans l’opposition à un arrangement « gauche » et droite (2008-2014),
  • une méthode, en contestant de manière non incantatoire ou symbolique les intérêts aux affaires, en proposant des alternatives en actes, innovantes, en démontrant une compétence à restaurer l’intérêt général et à gouverner la cité de manière citoyenne, de gauche et écologiste.
  • une volonté de coproduire ces alternatives avec les forces vives de cette ville (entreprises, services publics et privés, citoyens) et notamment les associations : unions de quartiers, associations de migrants et de demandeurs d’asile, associations d’éducation populaire, associations sociales et culturelles, ….

Lire le reste de cet article »

Un tournant historique : citoyen, à gauche et écologiste

Publié le 5 avril 2014

GrenobleUneVillePourTousLa surprise (pour certains et pour les sondeurs) du 1er tour qui a vu la liste du Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes devancer largement celle de J. Safar, s’est transformée en tsunami au 2ème tour. Avec une participation amplifiée, avec 40 % des votes et 6200 voix d’avance sur la liste « aimer » de J. Safar, c’est un succès très important pour notre liste de rassemblement citoyen, de la gauche et des écologistes. Pourtant Eric Piolle qui la conduisait était peu connu du plus grand nombre quelques semaines auparavant. Ce rassemblement se préparait depuis longtemps et a su saisir les attentes d’une grande partie des Grenoblois, car il était composé d’une majorité de citoyens impliqués dans la vie de la cité et qui ont participé aux nombreuses contestations de la politique de la majorité sortante (urbanisme spéculatif, Mounier, chauffage urbain, rocade Nord…), en proposant d’autres priorités pour le logement social, pour l’entretien et le renouvellement de l’habitat et des équipements dont ceux liés à l’éducation, pour des tarifs justes des services publics, pour des transports publics, pour des économies d’énergie…

Lire le reste de cet article »

Une fin de campagne indigne

Publié le 5 avril 2014

GrenobleUneVillePourTousDurant toute la campagne du 1er tour, la liste du Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes « Grenoble Une ville pour tous » conduite par Eric Piolle a vu ses positions totalement caricaturées par les autres listes, c’est malheureusement trop souvent la loi du genre. La liste du rassemblement a appliqué la règle absolue qui dit de ne pas parler des autres mais de développer ses propres propositions, ce qu’ont oublié les autres listes.

Mais après le séisme du 1er tour la campagne est devenue haineuse que ce soit à droite ou… à droite par la liste Safar.

Lire le reste de cet article »

Municipales 2014 : Analyse rapide des résultats de l’élection

Publié le 5 avril 2014

Participation

Une évolution impressionnante ente les 2 tours : + 13,3 % de votes exprimés sur la ville. Jusqu’à atteindre 59 % de votants  contre 52,4 % au 1er tour. A comparer avec les élections précédentes où la participation avait diminuée de manière régulière depuis 1983, où plus des deux tiers des électeurs se déplaçaient pour voter. Lorsqu’il y a une offre intéressante, l’électeur se déplace.

ParticipationMunicipales1983-2014

Il  y a eu 5776 exprimés de plus pour le 2ème tour. 5 listes ont disparu entre les 2 tours, il y a donc des reports de voix sur les 4 listes restantes au 2e tour. Piolle augmente de  6918 voix (+54% !!!) ;  Safar n’attire que 2514 voix de plus (+23%) alors qu’il bénéficiait de désistements de listes de droite éliminées dès le 1er tour.

Le supplément de participation a profité largement à la liste d’E. Piolle, qui apparaissait comme l’alternative crédible après le bon résultat du 1er tour.

Lire le reste de cet article »

30 mars : Grenoble, Une ville pour tous !

Publié le 31 mars 2014

GrenobleUneVillePourTousLe Rassemblement citoyen de la gauche et des écologistes « Grenoble Une ville pour tous » est en tête du deuxième tour à Grenoble, avec 40.02% des voix.

 

Voici les résultats du deuxième tour des élections municipales 2014 à Grenoble

Liste Résultat Elus Grenoble Elus Métro
Grenoble Une ville pour tous, Eric Piolle 40,02% 42 22
Aimer Grenoble pour vous, Jérôme Safar 27,45% 8 4
Croire en Grenoble, Mathieu Chamussy 23,99% 7 4
Grenoble bleu Marine, Mireille D’Ornano 8,52% 2 1
Abstention 49,5%

 

Les résultats complets sont sur le site de la Préfecture de l’Isère ici

Dimanche 30 mars, choisir entre : le changement, la glaciation ou la droite !

Publié le 28 mars 2014

GrenobleUneVillePourTousDimanche dernier, surprise pour beaucoup : la liste « Grenoble une ville pour tous », conduite par Eric Piolle arrive en tête et devance largement (29%) la liste de la majorité sortante (25%). La liste de l’UMP plombée par la présence de l’ancien maire corrompu a fait le plus mauvais score de son histoire (20%). Malheureusement le Front National a dépassé la barre des 10 % et aura donc des élus dimanche prochain.

Dimanche 30 mars, au deuxième tour, le choix est très simple :

Lire le reste de cet article »

Tribune – Des peaux de saucisson devant les yeux

Publié le 15 mars 2014

Des tempêtes à répétition sur les côtes, des inondations catastrophiques avec des millions d’euros de dégâts et des centaines de milliers de personnes sans électricité… L’hiver le plus doux depuis 1968 après un printemps 2013 particulièrement pourri. Toute personne sensée pourrait  constater les preuves des méfaits du dérèglement climatique tels que les dénoncent depuis 20 ans les écologistes, les scientifiques et les associations de protection de la nature.

Lire le reste de cet article »

Education : quand M. Chamussy souffre d’amnésie sélective…

Publié le 15 mars 2014

Que ce soit par les socialistes ou par la droite UMP, les écologistes grenoblois sont assimilés à l’ultragauche, aux gauchistes, bref à des gens pas fréquentables du tout ! Ce sont exactement les mêmes clichés éculés que ceux véhiculés par A. Carignon durant son mandat de maire : quand on ne sait pas débattre au fond, on caricature. Mais plus personne ne se laisse prendre à ce genre de caricatures. En réponse à l’attaque de la droite UMP, Jean-Marc  Cantèle ancien adjoint écologiste à l’éducation, à la vie scolaire et à la restauration municipale de 2001 à 2008, rappelle quelques vérités :

Lire le reste de cet article »

Percée de « Grenoble Une ville pour tous » : à Grenoble, le 23 mars, tout est possible !

Publié le 9 mars 2014

GrenobleUneVillePourTousLa campagne des élections municipales à Grenoble est bien lancée. Tous les témoignages indiquent une percée nette de la liste « Grenoble une ville pour tous ». C’est confirmé par le sondage commandé par FR3 et rendu public le 7 mars dernier : il n’y a qu’une liste qui perce, c’est celle du Rassemblement « Grenoble une ville pour tous » mené par Eric Piolle. Le PS est en recul important, ainsi que la droite UMP.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : le centre à droite, tentatives de démarquage au PS, contradictions au PC

Publié le 9 mars 2014

PanneauxdeLongevialleA droite, la liste « imagine Grenoble » essaye de tromper l’électeur en affirmant que c’est la seule liste 100 % centriste. Dans les faits c’est une liste 100 % à droite comme l’a démontré de Longevialle durant tout le mandat. D’ailleurs Grenoble est classée bonne dernière en urbanisme parmi les grandes villes. Et en plus il est très envahissant, s’accaparant tous les panneaux électoraux, ce qui est strictement interdit !

Le candidat du PS court après les propositions de la liste du rassemblement menée par Eric Piolle et il est obligé de les dénaturer pour essayer de faire diversion. Ainsi il est gêné par la charte d’Anticor (association luttant contre la corruption) et pour justifier qu’il ne la signe pas, il explique que cette association a été méchante avec M. Destot ! (voir notre article du 16/11/12 « Anticor épingle le député-maire »). Il se sent obligé de rendre public son patrimoine, comme l’a fait Eric Piolle, mais sera-t-il aussi précis ?
Lire le reste de cet article »

1985 à Grenoble : c’était le temps des « affaires »

Publié le 9 mars 2014

Comme la droite grenobloise recycle sur sa liste des acteurs de premier plan des années noires vécues par la ville de Grenoble, il n’est pas inutile de donner quelques informations de ce qui s’est passé entre 1985 et 1986.

Informations inédites révélées lors d’une conférence de presse par Raymond Avrillier et Vincent Fristot, candidats sur la liste conduite Eric Piolle « Grenoble une ville pour tous ».

Voir le détail de cette conférence de presse ici

Tout Grenoblois doit savoir qu’avant avril 1986, le service du gaz et de l’électricité était géré en régie municipale, et bien géré. Le maire de Grenoble, Alain Carignon a décidé de privatiser les services publics locaux en les vendant aux grands groupes privés notamment la Lyonnaise des Eaux (alors dirigée par le secrétaire général du RPR) et la Générale des Eaux.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : corrompu, acrobaties au centre, soutien illégal au PS…

Publié le 1 mars 2014

L’UMP sous le contrôle de Carignon. Le média PlaceGre’net et le Club de la presse de Grenoble organisent des débats contradictoires entre les têtes de listes aux municipales. Pour le premier débat sur l’économie, la fiscalité, les déplacements et l’urbanisme, M. Chamussy, s’était fait représenter par R. Cazenave, qui a eu plusieurs démêlées avec la justice (financement du RPR de l’Isère, abus de biens sociaux à la Compagnie de Chauffage). Pour le deuxième débat sur les questions de sécurité, de la vie culturelle et associative et l’action sociale il se fait représenter par… A. Carignon, qui s’est enrichi personnellement grâce à la corruption quand il était maire et président du conseil général. M. Chamussy est allé à Canossa. Il avait déclaré vouloir reléguer l’ancien maire corrompu dans l’arrière cours, mais la capacité de nuisance d’A. Carignon n’a pas de limites et le voila revenu au devant de la scène.

Lire le reste de cet article »