Archives pour le mot-clef ‘politique de la ville’

Le logement dans les quartiers politique de la ville

Publié le 9 novembre 2018

Deux études, l’une de l’Observatoire National de la Politique de la Ville (ONPV/CGET), et l’autre de l’Insee (Insee première n°175) viennent apporter des informations intéressantes sur les conditions d’habitat des ménages les plus modestes

L’étude de l’ONPV met l’accent sur les conditions de logement plus dégradées dans les quartiers prioritaires. Les logements collectifs sont en moyenne plus grands en quartier prioritaire (66 m2 contre 61 m2 dans les autres quartiers), les logements sont plus souvent surpeuplés, plus vétustes et cumulent plus de défauts graves de confort que ceux des autres quartiers des unités urbaines. 22% des ménages des quartiers prioritaires habitent un logement surpeuplé, contre 12% hors quartier prioritaire. Mais c’est encore plus le cas dans le parc locatif libre, où 32% des logements sont surpeuplés en QPV, contre 20% dans les autres quartiers.Les ménages des quartiers prioritaires consacrent une part plus importante de leur revenu au logement, et ce même si l’on tient compte des aides au logement dont ils sont le plus souvent bénéficiaires : malgré un coût du logement moindre en QPV, les revenus plus faibles des habitants engendrent un taux d’effort très supérieur à celui des ménages des autres quartiers. Le taux d’effort est de 30%, contre 20% dans les autres quartiers. Une fois pris en compte les aides au logement, les taux d’effort se rapprochent : 23% pour les habitants des QPV, contre 19% pour les autres. Et cela, quel que soit le statut d’occupation. Comme quoi « le pognon de dingue » mis dans les aides sociales est efficace et doit être maintenu et amélioré.

Lire le reste de cet article »

Mobilité résidentielle des habitants des quartiers prioritaires de l’agglomération

Publié le 7 septembre 2018

Le 20 juillet 2018, l’ONPV (Observatoire National de la Politique de la Ville) a rendu son rapport 2017 intitulé « Mobilité résidentielle des habitants des quartiers prioritaires ». Dans ce rapport national, l’Agence d’Urbanisme de Grenoble (Olivier Baills) a rédigé 12 pages (pages 153 à165) sur la mobilité sociale et résidentielle des ménages modestes des quartiers prioritaires de la métropole grenobloise entre 2009 et 2012. Des résultats partiels avaient été publiés en 2014 par l’OBS’Y.

« Les quartiers de la politique de la ville ne sont pas seulement des « nasses » desquelles les habitants ne pourraient plus s’échapper. Chaque année, un nombre significatif de ménages modestes des quartiers prioritaires de la métropole grenobloise les quittent : entre 2009 et 2012, au moins un ménage modeste sur cinq a déménagé hors de son quartier prioritaire.

Lire le reste de cet article »

Le nouveau règlement général de l’ANRU est paru

Publié le 13 juillet 2018

Au journal officiel du 7 juillet 2018 est paru l’arrêté fixant le nouveau règlement général de l’Agence nationale pour la rénovation urbaine relatif au nouveau programme national de renouvellement urbain.

Dans l’annexe à l’arrêté il est précisé les critères retenus pour financer les opérations de rénovation urbaine dans les quartiers politique de la ville (QPV). Le premier critère est celui de la démolition d’immeubles et il est bien rappelé que les concours financiers ne seront apportés qu’aux seuls projets qui mettent en place l’ensemble de ces critères. Il est donc illusoire de vouloir porter une demande de rénovation sans démolition, même s’il est regrettable d’être obligé d’en passer par là. Le nouvel arrêté réaffirme celui du 7 août 2015 qui imposait aussi l’obligation absolue de démolir alors que le règlement précédant du 15 décembre 2014 n’impliquait pas cette obligation.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : le plan Borloo a fait pschitt…

Publié le 25 mai 2018

Salué par la plupart des maires ayant des quartiers politique de la ville dans leur commune, le plan Borloo n’a pas été repris par le président de la République lors de son discours du 22 mai 2018. Tout est renvoyé à plus tard et il faudra attendre juillet 2018 pour connaitre la suite donnée par le gouvernement notamment sur l’avenir de l’ANRU qui est maintenue alors que Borloo proposait de la remplacer par une fondation. E. Macron est d’accord pour suivre le « pacte de Dijon » proposé par France Urbaine, mais vu les contreparties demandées à l’Etat par les agglomérations et métropoles on peut douter de la réalité du « banco » énoncé par le Président.

Et le discours a été un véritable catalogue à la Prévert, qui a parlé de tout mais sans engagement concret et vérifiable.

Le discours a simplement servi au Président à ne pas répondre au plan Borloo : « Quelque part ça n’aurait aucun sens que deux mâles blancs, ne vivant pas dans ces quartiers, s’échangent l’un un rapport et l’autre disant, ‘on m’a remis un plan, je l’ai découvert’. C’est pas vrai, ça ne marche plus comme ça » !

Lire le reste de cet article »

Allocataires CNAF dans les quartiers politique de la ville

Publié le 25 mai 2018

L’INSEE a rendu les statistiques au 31 décembre 2016 en ce qui concerne les allocataires de la Caisse nationale des Allocations Familiales (CNAF) dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV).

Dans la métropole il y a 10 QPV avec au total presque 40 000 habitants : 4 QPV à Grenoble représentant plus de 23 000 habitants dont plus de la moitié à la Villeneuve et au Village Olympique, 3 à Echirolles représentant plus de 10 000 habitants, un à Fontaine, Pont de Claix et Saint Martin d’Hères.

Les QPV sont définis en fonction des revenus par habitant, il n’est pas étonnant que presque les ¾ des habitants en QPV soit couvert par une allocation de la CNAF : aide au logement, adulte handicapé, prime d’activité, RSA.

Dans les QPV métropolitain 40 % des allocataires ont un revenu constitué à plus de 50% des prestations sociales et plus de 23 % n’ont que les prestations sociales comme revenu.

77 % des allocataires touchent une aide au logement, ce qui démontre que la baisse des APL touche de manière très brutale les bailleurs sociaux qui ont des logements dans les QPV. Cette politique d’économie des APL du gouvernement est principalement dirigée contre l’action publique dans ces quartiers.

Lire le reste de cet article »

Les dégâts de l’austérité gouvernementale, notamment sur la politique de la ville

Publié le 18 mai 2018

En attendant les décisions du Président de la République le 22 mai, suite au rapport Borloo sur les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV), il faut faire le point sur les importants dégâts faits par la politique gouvernementale qui ont et vont avoir des conséquences très dangereuses dans les QPV de l’agglomération et espérer que la politique va évoluer. Au conseil municipal du 14 mai un vœu a été voté en direction du gouvernement pour que les préconisations du rapport Borloo soient toutes appliquées.

Etudions successivement les différentes contraintes mises en route par la nouvelle politique gouvernementale : 1- l’encadrement des dépenses des collectivités locales ; 2- mettre à sec les finances des bailleurs sociaux avec la baisse des loyers des ménages touchant l’APL ; 3- la prochaine loi ELAN sur le logement ; 4 – les menaces du prochain plan Pacte ; 5 – le refus de l’Etat de défendre certains patrimoines immobiliers historiques.

Lire le reste de cet article »

Politique de la ville, quel avenir ?

Publié le 18 mai 2018

Politique de la ville en questionsSuite à la remise du rapport Borloo au Premier ministre, l’exécutif devrait préciser ses propositions le 22 mai. De nombreuses collectivités locales demandent au gouvernement de saisir cette occasion pour définir une politique de la ville plus efficace et donnant de vrais moyens pour que les acteurs de terrain puissent apporter des solutions améliorant la vie quotidienne de millions de personnes en situation très précaire et laissées pour compte.

Le Conseil municipal de Grenoble du 14 mai 2018 a transmis un vœu au gouvernement lui demandant de : mettre en œuvre les mesures prévues dans le rapport Borloo, de déployer tous les moyens nécessaires dans les territoires à cet effet et de faire apparaître des mesures concrètes plus explicites et plus volontaristes pour une meilleure intégration des migrant.es dans les 19 programmes proposés.

Voici le vœu voté le 14 mai :

Lire le reste de cet article »

Politique de la ville : le rapport Borloo reçu avec réserve par le gouvernement

Publié le 4 mai 2018

J.L. Borloo avait reçu une mission de la part du gouvernement pour faire des propositions pour aider à l’élaboration du plan de mobilisation en faveur des quartiers dont les grands principes ont été exposés le 14 novembre 2017 par le Président de la République. Il a remis son rapport « Vivre ensemble, vivre en grand – Pour une réconciliation nationale» le 26 avril 2018 au Premier ministre. Ce rapport de 164 pages rappelle la situation dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville, et des propositions concrètes qui en fait reprennent pour la plupart ce qui existe. Il n’a pas vraiment plu au gouvernement, vues les réactions de son porte-parole et l’attitude du Premier ministre lors de sa réception. Pourtant il n’y a rien de très nouveau dans les propositions, même si l’application totale et rapide des propositions serait une amélioration par rapport à ce qui se fait. Y a-t-il une querelle d’égo ? On en saura plus le 22 mai lors de la présentation du plan pour les quartiers prioritaires par le Président de la République.

Le rapport présente 19 programmes et indique les financements qu’il faudrait mobiliser, ce qui n’est pas une rupture par rapport à l’existant, l’effort demandé à l’Etat étant assez limité par rapport aux autres apports. En fonctionnement l’Etat devrait apporter 2,23 milliards d’euros, les autres financeurs (bailleurs sociaux, collectivités, caisse des dépôts, Feder…) 2,17 milliards et en investissement 1 milliard de l’Etat et 4,9 milliards des autres financeurs. Pour les investissements c’est essentiellement dans le renouvellement urbain (4,3 milliards). Une absence notable : on n’y parle pas des immigrés ou des étrangers pourtant très présents dans les QPV.

Lire le reste de cet article »

Au cœur de la métropole, les quartiers prioritaires de la politique de la ville

Publié le 2 mars 2018

Nous poursuivons l’analyse de la réalité des 10 quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) dans la métropole. Après avoir analysé les revenus et le niveau de pauvreté des habitants de ces quartiers, voici une photographie de l’emploi.

Il y a beaucoup moins de personnes en âge de travailler qui ont un emploi dans les QPV que dans les communes et la Métro. Dans la métropole il y a 63 % de personnes entre 15 et 64 ans qui ont un emploi, 60 % à Grenoble, 67 % à Pont de Claix, 54 % à Saint Martin d’Hères. Dans les QPV cela varie de 43% à Mistral à 57% à Iles de Mars.

C’est surtout le taux d’emploi des femmes qui est très bas dans les QPV par exemple 35 % à Mistral-Lys Rouge-Camine !

Le taux d’emploi des étrangers est encore plus faible que celui des femmes sauf à Mistral et Renaudie-Chamberton-la Plaine qui sont les deux quartiers où il y a le plus fort taux d’étrangers (respectivement 24 et 31 %).

La part des emplois précaires est beaucoup plus importante dans ces quartiers que dans les communes et la métropole.

Lire le reste de cet article »

Quartiers prioritaires de la politique de la ville dans l’agglomération

Publié le 23 février 2018

La définition des périmètres des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) est fondée sur le niveau des revenus. Il n’est donc pas étonnant de retrouver plus d’habitants allocataires sociaux que dans la moyenne des villes ou de la Métro. Il y a environ 73 % des habitants qui sont allocataires dans les QPV alors qu’il n’y en a que 55% à Grenoble et 51 % dans la Métro.

Il y a 12,9 % de ménages dans la métropole qui ont un revenu en dessous de 60% de la médiane des revenus (donc inférieurs à 1000 €/mois par unité de consommation), à Grenoble ce taux est de 18,1%. Dans les QPV ce taux oscille entre 32% et 45,2 %.

Dans la Métro il y a 10 QPV : 4 à Grenoble, 3 à Echirolles, un à Fontaine, Le Pont de Claix et Saint Martin d’Hères, ils représentent 39800 habitants.

Lire le reste de cet article »

Pauvreté et revenus dans les quartiers prioritaires de la ville de la Métro

Publié le 8 septembre 2017

Dans la métropole grenobloise il y a 10 quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) : 4 à Grenoble (Mistral Lys Rouge Camine ; Villeneuve-Village Olympique ; Teisseire Abbaye Jouhaux Chatelet ; Alma-Très Cloître-Chenoise), 3 à Echirolles (La Luire-Viscose ; Essarts-Surieux ; Village Sud), un à Fontaine (Alpes Mail Cachin), un à Pont de Claix (Iles de Mars Olympiades) et un à Saint Martin d’Hères (Renaudie -Champberton – La Plaine). Les données du recensement 2013 fournissent des indicateurs sur les caractéristiques socio-démographiques des ménages fiscaux, les taux de pauvreté et de bas revenus, le niveau de vie et enfin des indicateurs sur la structure et la distribution des revenus déclarés et des revenus disponibles pour les quartiers de la politique de la ville.

Nous présentons les résultats sur le taux de pauvreté et les revenus disponibles et la comparaison avec la moyenne de l’ensemble des QPV de France. Il n’y a pas de différences fondamentales entre la situation grenobloise et nationale, ce qui n’est pas étonnant puisque les périmètres des QPV sont définis par le faible niveau des revenus.

Lire le reste de cet article »

Politique de la ville : si Mistral, Alma Très-Cloîtres Chenoise, Teisseire et surtout VO-VN, m’étaient contés…

Publié le 14 avril 2017

Si nous évaluions la politique de santé uniquement à l’aune du nombre de morts à l’hôpital, nul doute que nous y mettrions fin, séance tenante. Il en est ainsi de la politique de la ville, elle est évaluée seulement au nombre de chômeurs dénombrés dans les quartiers.

Que sait-on de la politique de la ville ? A vrai dire pas grand-chose, ce qui fait qu’elle est prétexte à torrents d’idéologie, un mal qui n’est pas que français mais qui évite d’aborder la réalité de la ville et de ses quartiers, territoires-refuges et territoires-tremplins pourtant tout à fait remarquables. Par exemple, le territoire du Village Olympique-Villeneuve (VO-VN) a le même âge que la génération des mères et des pères de 30-40 ans qui y est née mais on ne sait pas grand-chose d’elle, caricatures mises à part ! C’est aussi une histoire courte qui est peu de chose à l’échelle du temps des villes.  Et, quarante ans après la construction de ces quartiers, les populations ont changé, certaines ont réussi dans leurs études et dans leur travail et sont parties ailleurs, d’autres sont arrivées après des échecs dans leur parcours familial, professionnel et résidentiel, contents de trouver-là des logements et des services accessibles, d’autres sont venues de loin car la France et Grenoble surtout ont été de tout temps des territoires d’immigration comme le souhaitaient tous les gouvernements depuis 1945. Debré, premier ministre de de Gaulle voulait une France de 100 millions d’habitants et c’est sans doute pour cela qu’il militait pour garder l’Algérie française.

Lire le reste de cet article »

Un guide pour les équipements sportifs en quartiers prioritaires (QPV)

Publié le 10 mars 2017

Le ministère de la ville, de la jeunesse et des sports a publié en décembre 2016 un guide de 145 pages, intitulé : « Penser, créer et gérer des équipements sportifs en quartiers prioritaires de la politique de la ville ». Mais pourquoi éditer un guide spécifique sur les équipements sportifs dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) ? Le ministère fait le constat que les QPV apparaissent globalement comme moins équipés que les autres territoires alors que la pratique sportive constitue un axe fort des politiques de cohésion sociale et territoriale. Voilà un bon thème de travail pour les tables de quartier et les Conseils Citoyens Indépendants qui pourraient vérifier si le constat global du ministère se retrouve dans les QPV grenoblois.

Lire le reste de cet article »

Les QPV absents de la campagne de la présidentielle

Publié le 24 février 2017

Le 16 février, l’Union Sociale pour l’Habitat (USH) qui regroupe tous les acteurs du logement HLM a interpellé l’Etat pour qu’il fasse des quartiers prioritaires de la politique de la ville (QPV) une priorité de sa politique budgétaire. L’USH regrette que les questions de rénovation urbaine ne fassent pas partie de la campagne électorale en cours.

« L’Union sociale pour l’habitat a organisé le 17 janvier dernier un colloque intitulé « Place à nos quartiers », regrettant la perte de dynamique de la politique de rénovation urbaine ces dernières années, et alertant sur l’absence de cette question dans le débat électoral en cours. Plus largement se pose la question de l’égalité d’accès aux services publics par des populations touchées par le chômage : sûreté, transports, école de la réussite… »

Suite à ce colloque, l’USH a lancé sa campagne : « Oui au logement social », une pétition en direction des candidats à l’élection présidentielle et aux législatives et le 14 mars sera une journée nationale de la promotion du logement social (rappel, les 2/3 des ménages sont accessibles au logement social).

Lire le reste de cet article »

Les ZSP, ça ne marche pas aussi bien que prévu

Publié le 27 mai 2016

ONPVLe rapport 2015 de l’Observatoire national de la politique de la ville a été publié le 3 mai 2016. Il traite de très nombreux aspects de la politique de la ville et apporte des chiffres sur l’effet des ZSP (zones de sécurité prioritaires) qui font douter de leur efficacité. Tant que le gouvernement ne remettra pas la police de proximité en place (ce qui est tout de même la loi !!!) qui a été détruite par Sarkozy, il est à craindre que tous les efforts pour améliorer la sécurité dans les villes ne soient que des cataplasmes sur des jambes de bois !

Lire le reste de cet article »

A Mistral, un « Quartier chic » !

Publié le 1 avril 2016

Mistral-quartier-chic« Le Prunier Sauvage », acteur culturel du quartier Mistral lance un petit journal intitulé « Quartier chic » afin de montrer la créativité importante des habitants de ce quartier si stigmatisé à cause de mafias liées aux trafics de stupéfiants au grand banditisme

« Devant la nécessité de lutter contre la stigmatisation médiatique perpétuelle et la mise à l’écart de nos quartiers populaires, l’équipe du Prunier Sauvage propose une autre lecture et une mise en lumière d’une réalité malheureusement un peu trop oubliée. Celle de lieux vivants, créatifs, qui participent à la vitalité de notre ville. Le projet consiste à éditer un journal culturel bimensuel sur le quartier Mistral à Grenoble avec pour titre Quartier Chic qui entend informer et se faire l’écho des initiatives créatives et innovantes, qui émergent ou ont émergé depuis les quartiers populaires comme Mistral.

Lire le reste de cet article »

Politique de la ville, Grenoble n’aurait pas les quartiers les plus difficiles !

Publié le 25 mars 2016

Journal officielLe 11 mars, le premier ministre transmet aux préfets de 11 département une instruction relative à la mise en place début avril des délégués du gouvernement dans les quartiers les plus difficiles. Comme le département de l’Isère n’est pas concerné, on peut en déduire que pour l’instant les quartiers de la politique de la ville dans la Métro ne sont pas considérés comme concentrant le plus de difficultés. Faut-il s’en réjouir ou au contraire considérer que le gouvernement délaisse l’agglomération ? Comme il s’agit d’une expérimentation pour une année il serait bien vu que la Métro et la ville de Grenoble revendiquent aussi une telle mise en place.

Lire le reste de cet article »

Contrats de ville… retards et insuffisances

Publié le 5 juin 2015

ministère ville, jeunesse et sportsFin mai, en France, il n’y avait qu’une soixantaine de contrats de ville de signés par l’ensemble des acteurs publics intervenant sur les quartiers prioritaires et seulement 30 qui répondaient aux exigences politiques et règlementaires.

Rappelons qu’un peu moins de 400 contrats de ville (2015-2020) devaient être signés avant la fin juin 2015 et que les conseils citoyens devaient participer à leur élaboration dans chaque quartier prioritaire. La grande majorité des conseils citoyens ne seront mis en place qu’après l’été.

Lire le reste de cet article »

Zones urbaines sensibles : pas d’amélioration

Publié le 15 mai 2015

onzus-logoUn arrêté du 29 avril 2015 remplace celui du 27 mars. Il est relatif à la liste des quartiers prioritaires de la politique de la ville présentant les dysfonctionnements urbains les plus importants et visés en priorité par le nouveau programme national de renouvellement urbain. En Isère il n’y a que deux quartiers retenus : Echirolles (Essarts – Surieux) et Grenoble (Villeneuve – Village olympique).

L’Observatoire national des zones urbaines sensibles (Onzus), a publié le 6 mai 2015 son rapport 2014. Comme par le passé, les 4,4 millions de personnes qui vivaient dans les 751 ZUS de métropole sont plus pauvres que les autres, plus au chômage, plus en échec scolaire, plus malades, plus en insécurité… En fait ce n’est pas seulement que les habitants des ZUS vont plus mal, c’est que ceux qui vont mieux quittent les lieux, et que ceux qui les remplacent vont moins bien, d’où la relégation et la ghettoïsation de ces zones urbaines. Ce rapport ne fait que confirmer que les politiques publiques passées et actuelles sont gravement insuffisantes pour améliorer la situation, en matière d’emploi, d’éducation, d’accès aux soins…

Lire le reste de cet article »

Mais où sont les contrats de ville de la Métro ?

Publié le 24 avril 2015

ministère ville, jeunesse et sportsEn France, il doit y avoir 390 contrats de ville signés d’ici à la fin du mois de juin 2015. Or le gouvernement vient d’indiquer qu’il y a seulement une vingtaine de contrats signés et une centaine seulement en cours. En théorie pour que les contrats soient signés il faut qu’ils aient été élaborés suite à un débat dans les conseils citoyens de la politique de la ville. Or dans les quartiers prioritaires de la politique de la ville de la Métro cette mise en place des conseils citoyens tarde de manière inquiétante.

Le ministre de la Ville, de la Jeunesse et des Sports a déclaré concernant les conseils citoyens, « les élus étaient réticents au départ, mais ils ont maintenant compris l’intérêt de ces instances, et nous serons intraitables sur le sujet : il n’y aura pas de contrat de ville sans conseil citoyen ».

Pour suivre les contrats qui ont été signés cliquez ici.