Archives pour le mot-clef ‘Politique droite-gauche’

Politique politicienne

Publié le 24 novembre 2017

France info a enquêté sur les anciens députés qui ont acheté leur permanence avec des fonds public (indemnité représentative de frais de mandat IRFM), ce qui était légal à l’époque mais permet un enrichissement personnel discutable. A Grenoble, Mme G. Fioraso a acheté en 2007, rue Voltaire, un local en piochant dans l’IRFM et bénéficiant en plus d’un prêt à taux réduit. M. Destot a fait don à ses enfants de sa permanence avenue Alsace-Lorraine (estimée à 154 000 €).


La députée « En Marche» de Grenoble, E. Chalas, est intervenue à l’Assemblée Nationale pour défendre la suppression de 120 000 postes de fonctionnaires (dont 70 000 dans la territoriale), promise par E. Macron. Cette fonctionnaire, ancienne DGS de Moirans milite maintenant pour moins de services publics en prônant la poursuite de l’austérité financière imposée aux collectivités : « La réduction des effectifs de la fonction publique ne peut donc pas être une fin en soi, mais doit nécessairement être liée avec un objectif de réduction de la masse salariale publique… Dans les collectivités territoriales en particulier, la démarche de contractualisation proposée par le Gouvernement pour réduire leurs dépenses de fonctionnement est particulièrement pertinente de ce point de vue. Je propose d’ailleurs d’en profiter pour les conduire à agir également sur la durée du travail, afin d’atteindre les 1 607 heures annuelles et de réaliser ainsi des économies. »

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 10 novembre 2017

L’opposition de droite ne connait plus les règles qui s’imposent lors de la préparation d’un budget municipal ! Le maire a demandé au conseil municipal de prendre acte par le vote d’une délibération qu’il y avait bien eu un débat sur le rapport d’orientation budgétaire présenté par la majorité municipale. Comme mû par un réflexe de Pavlov, l’opposition de droite qui vote en général toujours contre tout ce qui est proposé d’important a refusé de voter que ce débat avait eu lieu, prétextant qu’il n’y avait pas de délibération à prendre à ce sujet. Or depuis le 1er août 2015, la loi impose que : « ce rapport donne lieu à un débat au Conseil municipal… il est pris acte de ce débat par une délibération spécifique » (article L 2312-1 du CGCT). Heureusement que cette droite n’est pas aux commandes, ses budgets seraient systématiquement annulés faute de cette délibération qui prouve que le débat sur le rapport d’orientation a bien eu lieu.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : et pendant ce temps-là, à Meylan…

Publié le 3 novembre 2017

Ce qui se passe au conseil municipal de Meylan est une caricature politique. Pourquoi vouloir être maire, sachant que vous ne pouvez être désigné que par une petite minorité de l’assemblée délibérante ? Il est vrai que le maire a des pouvoirs propres, par exemple des pouvoirs de police, de signer les permis de construire et il est seul chargé de l’administration municipale, il peut donc faire fonctionner les services de la commune. Par contre il est obligé d’exécuter les décisions du Conseil municipal et dans ce cas elles lui seront hostiles ou inexistantes. Cette situation ne pourra pas durer. Soit, suite à une série de démissions le Conseil municipal a au moins un tiers des sièges vacants et de nouvelles élections seront organisées, soit le préfet constatant qu’il y a paralysie du Conseil municipal et que par exemple le budget ne peut pas être voté, il pourra demander au gouvernement de dissoudre le Conseil municipal (décret en conseil des ministres) et de nouvelles élections seront alors organisées.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 27 octobre 2017

Le Premier ministre vient d’envoyer aux maires une lettre précisant un certain nombre de points qui font partie de la loi de finances 2018, en essayant de les rassurer. Sauf que cette lettre démarre par Monsieur le maire, alors qu’il y a de nombreuses femmes (pas assez) qui sont aussi maire. On a vérifié qu’une femme maire avait bien reçu la lettre adressée à Monsieur le maire, elle n’était donc pas concernée ! Peut-être que les femmes maire, pourraient renvoyer sa lettre au Premier ministre pour lui rappeler la plus élémentaire des politesses ?

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 20 octobre 2017

Comment se fait-il qu’un responsable politique puisse se mentir à ce point ? Le 13 octobre M. Destot à France Bleu Isère déclare à propos de sa candidature ratée aux dernières élections législatives (il n’est arrivé que 4ème derrière des candidats sans notoriété) : « À titre personnel, je n’étais pas candidat moi-même aux élections législatives, on m’a poussé à y aller. » !!! La réalité est tout autre, il a tout fait pour empêcher sa succession et il n’a pas arrêté de penser à une revanche depuis la défaite de sa liste aux élections municipales de 2014. En fait lorsque les responsables politiques restent trop longtemps aux affaires, ils perdent le contact avec la vraie vie et sont incapables d’analyser les défaites et ce n’est jamais de leur faute, c’est toujours celle des autres. Souhaitons-lui une vraie retraite de la vie politique et qu’il ne tente pas un retour sans espoir comme essaye de le faire son prédécesseur à la mairie de Grenoble.


Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 13 octobre 2017

On a beaucoup de mal à suivre les méandres de la pensée et des actes politiques de J. Safar. Il s’était retiré du PS suite à la débacle de l’élection présidentielle et des législatives, mais il restait présent à Grenoble et tenait son rôle de chef de file du groupe d’opposition PS et assimilés à la mairie.

Le 9 octobre il annonce qu’il arrête sa carrière politique, mais immédiatement après dans un communiqué il précise qu’il reste conseiller municipal jusqu’à la fin du mandat. Il arrête la politique mais continue à donner les bons et les mauvais points aux uns et aux autres. Il n’a jamais digéré sa défaite cuisante de mars 2014, où il se voyait déjà calife à la place du calife précédent qui l’avait intronisé dans ce rôle. Il arrête sa carrière politique mais si on lui demande s’il pourrait avoir un rôle à jouer à l’avenir à Grenoble, il pousse le directeur de l’école de management de Grenoble comme possible alternative… Il faut être toujours vraiment engagé à fond dans les manœuvres politiques pour lâcher une telle information et mouiller ainsi une personnalité.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 6 octobre 2017

Stéphane Gemmani a toujours un avis sur tout et donne des leçons tout azimut. Dernièrement suite aux rafales de tir contre une vitrine en centre-ville, il déclare vouloir éviter toute controverse stérile et partisane sur la thématique de l’insécurité et toute instrumentalisation par certains acteurs politique. Mais en même temps (il est macronien), il met en cause « les politiques entreprises par les édiles sur ce terrain ». Rappel, le terme édile (peu utilisé) veut dire élus gérant la ville. Il va bientôt nous expliquer que c’est le maire qui arme ces gangsters et organise les règlements de compte liés au blanchiment d’argent !


Le Collectif « touchez pas à nos bibliothèques » a décidé unilatéralement que la démocratie locale était définitivement enterrée à Grenoble ; il a fait des pieds et des mains pour que la ville de Grenoble ne décroche pas le Trophée de la participation et de la concertation 2017. Mais en vain. Ce n’est pas parce qu’une interpellation citoyenne ne va pas à la votation que tout est remis en cause. Il s’agit d’un cas particulier puisque suite à l’interpellation du Conseil municipal, une négociation s’est mise en place et qu’il y a eu des avancées significatives. La pétition initiale n’avait donc plus vocation à passer à la votation. La ville doit réfléchir à ce cas particulier qui n’était pas prévu au départ, mais qui risque de se reproduire, ce qu’elle a débuté en annonçant que la commission extramunicipale ad hoc réfléchira à faire des propositions d’évolution du dispositif. Dans l’immédiat les Grenoblois vont aller voter pour les budgets participatifs démontrant que la concertation et la participation ne sont pas encore mortes à Grenoble.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 29 septembre 2017

salle du conseil municipal de Grenoble

Le chef de file de la droite au Conseil municipal de Grenoble, Matthieu Chamussy aime tellement s’entendre parler qu’il déraille régulièrement. Il ne sait même pas qu’un protocole d’accord transactionnel permet d’éviter de faire trancher par la justice un différent. Pour lui, à partir du moment où c’est la majorité municipale qui passe un tel protocole, cela signifie que la ville reconnaît ses torts. Il ne sait même pas, comme il était écrit dans la délibération et son annexe, que par un tel protocole, les parties « s’obligent à conserver la confidentialité de la transaction, de telle sorte qu’ils s’interdisent d’en faire état à quiconque, ne serait-ce qu’indirectement. Ils s’engagent à maintenir confidentielles tant la nature du différend qui les a opposés que la teneur des négociations ayant abouti à la conclusion du présent accord ». Il demandait (il n’était pas le seul) au maire tous les détails du différend en cause et des négociations, comme quoi il ne lit même pas les délibérations à l’ordre du jour. Heureusement qu’il n’est pas aux affaires !

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 22 septembre 2017

Pour trouver une majorité au Sénat pour lui permettre de réformer la Constitution, E. Macron compte sur des ralliements ou des attitudes bienveillantes parmi des sénateurs qui seront présents dans les rangs de la droite, du centre et des PS restants. Il pourrait trouver auprès de A. Vallini, s’il est élu, une certaine compréhension, puisque ce dernier a fondé en juillet 2017 le club de réflexion « démocratie vivante » avec de nombreux soutiens du Président. Il semble Macron compatible, c’est donc un très mauvais choix. Et si la grande surprise de cette élection sénatoriale dans l’Isère était la non réélection d’A. Vallini !!! Pour que cette bonne nouvelle se concrétise, il faudrait que tous les grands électeurs de sensibilité de gauche votent dimanche 24 septembre pour la liste de rassemblement menée par Guillaume Gontard : « un engagement commun ».

« Bourrin », c’est celui qui le dit qui l’est !

Publié le 8 septembre 2017

Depuis le 18 juin 2017, il y a deux nouveaux députés à Grenoble. La période de mise en place de la nouvelle Assemblée, puis quelques jours de vacances n’ont pas permis qu’ils puissent faire la démonstration de leurs idées, de leurs compétences et de leurs méthodes de travail sur chacune de leur circonscription.

Mais nous ne désespérons pas qu’ils nous fassent part très prochainement, de leur volonté d’agir pour l’amélioration de la situation de Grenoble, de l’agglomération et des habitants. Les sujets sont nombreux, variés, allant du développement économique pour la création d’emplois, avec une loi travail qui n’est pas de nature à nous rassurer, à la solidarité, tout particulièrement la question du logement en général et du logement social en particulier. L’APL fera aussi l’objet de notre attention et pas seulement pour les étudiant-es. Nous n’oublions pas les questions de déplacements, de recherche, d’éducation … et le sujet majeur des dotations de l’Etat aux Collectivités territoriales.

Cependant, nous avons pu observer en lisant la presse écrite, que le député Olivier Véran se laissait aller… Emettant des avis sur la loi travail, qui satisfait entièrement le patronat, par une déclaration dans Libération du vendredi 1er septembre 2017, à l’instar du 1er Ministre, « C’est clairement une bataille gagnée » … « C’était très différent de la préparation de la loi El Khomri »,… Madame la députée Fioraso a dû apprécier, elle qui était dans la précédente Assemblée et qui a donc participé aux différents travaux de cette précédente loi très contestée.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 8 septembre 2017

Suite à la suppression des contrats aidés, plus de 160 personnes vont perdre leur emploi à Grenoble avant la fin de l’année 2017, principalement dans le secteur sanitaire et social et dans la culture. En supprimant l’Impôt sur les Grandes Fortunes, le gouvernement facilite la vie des plus puissants, en baissant les APL, les dotations aux collectivités, en supprimant les emplois aidés il agresse une majorité de la population. C’est la politique politicienne du pâté de cheval et d’alouette : un cheval pour les plus fortunés et une alouette pour le reste. Il se murmure que la métropole de Lyon (chère au ministre de l’intérieur) serait épargnée et garderait ses contrats aidés. Vous avez dit clientélisme… Vive la moralisation de la vie politique !

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 1 septembre 2017

A propos du trafic de drogue à Grenoble, l’ancien maire corrompu nous livre son analyse dans le Dauphiné Libéré du 26 août. Pour lui, cette situation résulte en « grande partie de la politique municipale observée sur un temps long : bétonisation, attributions de logements, assistanat, abandon de toute répression et clientélisme électoral coupable sont le terreau dans lequel la délinquance prospère au point de prendre le pouvoir. » Nous ne pouvons que nous féliciter de le voir faire enfin le procès de la politique qu’il a menée pendant 12 ans lorsqu’il était aux manettes de la ville et où la délinquance en col blanc tenait le haut du pavé et était au pouvoir. Il est utile de relire la brochure de l’ADES « Alain Carignon : un corrompu de retour aux affaires ? » et le livre de Raymond Avrillier et Philippe Descamps, « Le système Carignon » (disponible en e-book). Heureusement ce genre de politique est derrière nous, le clientélisme a disparu, les demandes de logements sont anonymisées, les élus ne reçoivent que de faibles indemnités…

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 25 août 2017

Le PS a désigné A. Vallini comme tête de liste aux élections sénatoriales du 24 septembre en Isère. Ce dernier vient d’envoyer une lettre aux 3020 grands électeurs. A aucun moment le candidat ne fait référence au PS, ni ne présente ses colistiers, c’est « moi je » ! Il oublie qu’il a été dans un gouvernement qui a imposé une cure d’austérité violente aux collectivités locales et maintenant il s’élève contre une poursuite des baisses des dotations de l’Etat, il faut caresser le grand électeur dans le sens du poil. Il fait référence à son passage à la présidence du Conseil Général, c’est le moment de rappeler qu’il a mis à mal les finances du SMTC en baissant fortement la subvention du département à ce syndicat, ce qui a des conséquences très négatives pour les habitants de l’agglomération et aux usagers des transports en commun. N’oublions pas non plus son jugement sur le Sénat qu’il a comparé à « un bordel des années 30 ». Les grands électeurs de gauche et écologistes voteront pour une autre liste autrement plus sérieuse qui regroupe de nombreuses sensibilités de gauche et écologiste (EELV, ex socialistes et communistes).

Politique politicienne

Publié le 2 juillet 2017

Lors du Conseil municipal du 26 juin, M. Matthieu Chamussy a encore innové dans l’attitude très politicienne à propos des votes sur le compte de gestion (CG) et du compte administratif (CA) 2016 de Grenoble. Il a expliqué que son groupe voterait le compte de gestion mais contre le compte administratif au motif que le CA représentait la gestion financière de la majorité, mais pas le compte de gestion. Or ce que ne sait pas ce conseiller trop subtil, c’est que les deux comptes représentent exactement la même gestion de la majorité sauf que l’un (CA) est élaboré par l’ordonnateur (le maire) et l’autre le comptable (trésorier municipal) et que le CA ne peut être présenté au Conseil municipal s’il n’est pas identique (au centime près) à celui de gestion ! M. Mathieu Chamussy s’est déclaré « en marche » mais pour ses premiers pas, il s’est pris les pieds dans le tapis !

Politique politicienne

Publié le 2 juin 2017

La grande recomposition politique est en marche. Mme Fioraso, députée PS appelle à voter contre M. Destot député PS sur l’autre circonscription de Grenoble !!! Ce n’est pas ordinaire. Elle est suivie par le sénateur Chiron PS qui abandonne aussi le navire (il avait déjà indiqué qu’il fallait savoir passer la main, ce que n’a pas su faire M. Destot). La députée et le sénateur appellent à voter pour la candidate « En Marche » qui est directrice générale des services de la ville de Moirans dont le maire est très à droite. Sur son ancienne circonscription, la députée appelle à voter pour son ancien suppléant (PS) qui est le candidat d’En Marche contre le candidat investi par le PS, mais qui est candidat pour les Radicaux de Gauche !


L’ancien DGS de la vile de Grenoble (M. Gilles Amaudric du Chaffaut) est un mauvais perdant. Il avait assigné le président de l’ADES (V. Comparat) en diffamation et il a perdu. Il considérait qu’un de nos articles atteignait à son honneur de fonctionnaire. Le Président de l’ADES s’était excusé en considérant que la critique faite de son absence d’action n’atteignait pas son honneur et lui avait proposé un droit de réponse qu’il a refusé. Il a voulu faire trancher ce différend par la justice, mais il a échoué. Le jugement définitif est très clair : « il convient de débouter la partie civile de l’ensemble de ses demandes ». Contrairement à son communiqué (DL du 23 mai), la victoire juridique de l’ADES contre lui n’est pas une victoire à la Pyrrhus, elle est une victoire normale face à une attaque mal menée. Lorsqu’on veut assigner en justice, il faut le faire correctement.

Rapport de la Haute Autorité pour la Transparence de la Vie Publique

Publié le 21 avril 2017

La Haute Autorité pour la transparence de la vie publique (HATVP) a rendu en avril son deuxième rapport d’activité annuel et formule 9 propositions destinées à améliorer l’application des lois relatives à la transparence de la vie publique. En trois ans elle a vu son activité augmentée de manière très importante. Au début elle avait 8000 personnes à suivre, maintenant avec les nouvelles lois elle doit surveiller 15000 dossiers et exercer de nouvelles missions, concernant notamment la transparence des activités de lobbying.

Le président de l’HATVP (J-L. Nadal) précise lors de la conférence de presse de présentation du rapport d’activité 2016 :

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 7 avril 2017

A mi-mandat, les oppositions entonnent leurs sempiternels discours contre la majorité qui aurait tout faux…Mais tout ce qui est excessif est insignifiant (dixit Talleyrand) ou dérisoire (dixit Beaumarchais). On attend toujours ce que les oppositions auraient fait, face à la situation financière dramatique de la ville, toujours rien à l’horizon. A droite R. Cazenave déclare que la dette de la ville aurait augmenté de 53,7 % entre 2013 et 2017. Encore de l’enfumage puisque la dette du budget principal était de 267,37 M€ en 2013 ; or elle est estimée à 263,28 M€ dans le budget 2017, soit une diminution de 4 M€ !!! Il répète toujours le même mensonge sur l’investissement qui aurait diminué de 15 M€ par an depuis l’ancien mandat. C’est évidemment faux puisque la ville a transféré pour 11 M€ d’investissements annuels à la Métro à partir de 2015. Donc s’il y avait une diminution elle ne serait que le 4 M€ !!! Heureusement qu’ils ne sont pas en train de gérer la ville !

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 24 mars 2017

Le maire de Charvieu-Chavagneux (M. Dezempte proche du Front National, qui a parrainé M. Le Pen) et son Conseil municipal ont été rappelés à l’ordre par le tribunal administratif. Le 8 septembre 2016, le maire faisait voter une délibération acceptant de recevoir des réfugiés que s’ils sont chrétiens !!! Cette violation de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen et du principe constitutionnel de laïcité a été contestée par le Préfet de l’Isère et l’association « Agir pour l’égalité ». Le tribunal administratif de Grenoble a annulé la délibération au motif qu’elle avait un caractère discriminatoire. Mais ce maire qui se situe en dehors de la République poursuit son combat nauséabond en annonçant qu’il va faire appel. Suivant l’article L 2122-16 du Code général des collectivités territoriales : « Le maire et les adjoints, après avoir été entendus ou invités à fournir des explications écrites sur les faits qui leur sont reprochés, peuvent être suspendus par arrêté ministériel motivé pour une durée qui n’excède pas un mois. Ils ne peuvent être révoqués que par décret motivé pris en conseil des ministres. ». Il serait bienvenu que le gouvernement prenne enfin les sanctions nécessaires pour rappeler qu’un maire ne peut pas fouler du pied les principes fondamentaux de notre République.

Lire le reste de cet article »

Primaire du PS, 1er tour

Publié le 27 janvier 2017

Il aura fallu attendre le 26 janvier pour avoir des résultats complets (qui sont toujours faux !!!) du 1er tour de la primaire citoyenne qui dans les faits est essentiellement une primaire du PS.

La primaire a vu une manipulation lors de l’annonce de la participation réelle le soir du 22 janvier, avec la désagréable impression que des ordres ont été donnés pour que la participation soit considérée comme bonne (plus proche des 2 millions que de 1,5 millions de votants). En fait elle s’avère plus proche des 1,5 millions de votants, atteignant 1,66 millions, ce qui est un chiffre faible par rapport à ce qui s’était passé en 2011. Exactement 1 million d’électeurs ne se sont pas déplacés par rapport au 1er tour de la primaire d’octobre 2011, où 2,66 millions avaient votés. Soit une baisse de 38 % de la participation. Les responsables du PS auraient dû se souvenir du principe édicté par un président du Congo Brazzaville. « Pourquoi organiser des élections si ce n’est pas pour les gagner ». Il semblerait, là et las, que l’appareil du PS n’a pu faire que la moitié du chemin. Fabriquer des électeurs sans inverser le résultat

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 27 janvier 2017

On est toujours surpris de voir les réactions de l’opposition PS et assimilés à certaines situations. Le quartier Mistral a été le cadre d’interpellations importantes par les forces de police, et cela a entrainé par contre coup, des violences urbaines avec la destruction de la salle polyvalente municipale. Le groupe PS estime que cela est la faute du maire car la vidéosurveillance, l’armement de la police municipale et le déploiement de médiateurs auraient d’après eux empêcher ce type de violence. C’est être totalement déconnecté de la réalité et ne rien comprendre aux mécanismes profonds liés au développement de l’économie parallèle qui gangrène un quartier. Heureusement qu’ils ne sont pas aux affaires.