Vague rouge et verte aux européennes pour Grenoble !

Publié le 9 juin 2009

Le graphique des résultats de l’élection européenne du 7 juin 2009 à Grenoble se passerait presque de commentaires :

2009-result-europeennes

Presque, car nous ne résistons pas au plaisir d’un petit calcul :

  • avec 29,04% la liste “Europe écologie” arrive en tête, avec presque le double du score national (16,28%)
  • les voix de gauche (LO, NPA, PC – Front de gauche) sont à 12,11%, à quoi on peut rajouter les électeurs égarés sur la liste Lalanne (2,65%)
  • ce qui amène le score de gauche et écologiste à 44,16% !

Le PS se retrouve sur une piteuse 3e position, et le MoDem, avec 7,52%, fait moins bien qu’au national. Sale temps pour la majorité municipale…

Mots-clefs :

5 commentaires sur “Vague rouge et verte aux européennes pour Grenoble !”

  1. kirkyacharian dit :

    même en enlevant L.O. et Lalanne, car à Grenoble ville éclairée par nos bons soins je ne crois pas que ces gens soient égarés, mais plutôt sectaires,et provocateurs, il reste 40% pour gauche et écolos. C’est bien.

  2. NINI dit :

    Bonjour, enfin une bonne nouvelle pour l’écologie mais je n’arrive pas à être satisfaite du résultat du PS et encore moins de savoir que malgré ces millions d’insatisfaits, l’UMP a “gagné”. Notre représentation de la démocratie (y compris querelles internes ou de proximité)face à la monarchie de droite nous confère une image brouillon, de combats d’ego, de projets absents, de valeurs disparues… A quand, une critique possible (et souhaitable) des diverses gauches, mais un ralliement clair lorsqu’il s’agit de barrer la route à cette droite arrogante, qui se contente de dire “regardez comme ils se battent, ils n’ont aucune crédibilité alors que nous…”. Certes, ils sont obéissants, très soumis et terriblement dangereux. Soyons vigilants à ce que notre liberté de critiques, d’attaques quasi systématiques ne leur donnent pas encore plus de pouvoir : on s’en mordrait encore plus les doigts…

  3. Lise dit :

    Ravie du score vert de gauche, mais déçue par les petits scores à la gauche du PS.
    Le PS inspirerait presque pitié,( pour les militants, s’entends, pas pour les éléphants arrogants et suffisants qui tirent tout le monde vers le bas), si on avait pas vu venir.
    Il faut croire que l’electeur a besoin de morale et c’est bon signe. A nous de ne pas le décevoir et de l’associer aux prises de décisions.

  4. […] Que ce soit au niveau national, régional et même départemental, entre 2004 et 2009 il y a eu un tassement net des voix de gauche. Par contre à Grenoble c’est l’inverse alors qu’en 2004 l’évolution à Grenoble avait suivi le changement national, à peu près à mi chemin entre national et régional. On aurait pu s’attendre à une diminution des voix de gauche entre 2004 et 2009 d’environ 3 à 4 %, or il y a une augmentation nette de plus de 3 %. Il y a donc une spécificité grenobloise. […]