Mounier : vigilance et mobilisation s’imposent

Publié le 9 juin 2011

Le Président de la Région, au mépris de la plus élémentaire démocratie, avait décidé, en accord avec le Maire de Grenoble et du Recteur de l’Académie, de fermer le lycée Mounier. Il prenait prétexte de questions de sécurité, qui ne sont toujours pas avérées. On attend toujours la synthèse des évolutions des bâtiments qui aurait dû être rendue il y a plusieurs mois. Devant la levée de bouclier et la mobilisation intense des parents d’élèves, des enseignants, des élèves et des personnels du lycée, le Président a été obligé de reculer et d’accepter de maintenir des enseignements à la rentrée 2011, tout en préparant une reconstruction d’une partie du lycée. Le Maire de Grenoble s’était engagé publiquement à ce que les collèges Münch, Olympique et Lucie Aubrac, continuent d’être rattachés au lycée Mounier.

Mais comme nous l‘indiquions dans des articles précédents, aucune décision réellement exécutoire n’a été prise par la Région en ce qui concerne l’organisation de la rentrée 2011, la destruction d’une partie du lycée, la diminution de la capacité de ce dernier… Donc la rentrée 2011 devrait se faire comme la rentrée précédente. Mais les différentes administrations (académiques départementales, des collèges…), font comme si ces décisions existaient.

Le torpillage de l’avenir du lycée se poursuit insidieusement. Le Recteur a pris un arrêté le 17 mai redessinant la carte scolaire du lycée Mounier, dont le collège Münch est exclu. On ne connait pas les éléments sur lesquels le Recteur s’est appuyé pour prendre un tel arrêté. Le Maire de Grenoble n’a rien dit, alors qu’il s’était engagé publiquement à ce que le collège Münch reste rattaché au lycée Mounier, campagne des cantonales oblige…

Pour évacuer les bâtiments du lycée qui devraient être détruits, l’élue régionale en charge du dossier a encore fait une irrégularité majeure en laissant croire aux intéressés que les locaux étaient désaffectés. Or une désaffectation du domaine public régional ne peut être décidée que par l’assemblée délibérante. Le Conseil régional ne l’a pas fait, il n’y a pas de majorité pour cela. Donc pour l’instant toute destruction est impossible. Poursuivant la manœuvre, l’administration a changé de discours, il n’y a plus désaffectation mais suspension d’exploitation des bâtiments ! Mais où sont les décisions opératoires à ce sujet ? Mystère !

Devant tant de mauvaise foi et d’irrégularités manifestes, le Conseil d’administration du lycée Mounier, le 30 mai, qui a la responsabilité de gérer le lycée, a refusé à la quasi-unanimité (1 abstention) de suivre les injonctions non opératoires de l’administration régionale.

” Le Conseil d’Administration réuni ce jour en séance, considère qu’en l’absence de tout acte administratif, d’arrêté préfectoral, de rapport de commission départementale de sécurité concernant la désaffectation et/ou l’abandon des bâtiments C et D, l’exploitation des dits bâtiments se poursuivra à la rentrée 2011 (restauration scolaire, pôle médico-social, salles de classes, salle de musique, 2ème année de BTS MUC et COM, BTS banque en UFA, salle de repos et vestiaire des agents, personnel logé). Tout processus de désaffectation et/ou d’abandon doit être immédiatement arrêté.”

Cette prise de position ferme du Conseil d’Administration devrait obliger la Région à prendre enfin des vraies décisions fondées sur des motifs valables et ne plus se contenter de simples courriers ou communiqués de presse.

Les parents d’élèves de Münch se trouvent maintenant dans une situation tout à fait anormale. En effet, en admettant que l’arrêté du recteur soit valable, pour faire inscrire leur enfant à Mounier, ils doivent demander une dérogation. Mais hormis les parents qui l’ont expressément sollicitée, les autres n’ont pas reçu le formulaire adéquat, alors que le délai expire le 15 juin prochain. Tout est fait pour les décourager et leur faire croire que tout est bouclé.

Que font le Maire et les conseilles généraux des cantons 3 et 6 récemment réélus ?

Mots-clefs :

Le commentaires sont fermés.