Lycée Mounier… le Recteur a encore frappé : le changement, c’est pas maintenant !

Publié le 3 septembre 2012

Les Mounier au rectorat (photo GK, tous droits réservés)

M. Audéoud, recteur de l’Académie de Grenoble est toujours en place, ce qui reste un mystère. Ce fonctionnaire de l’Etat aura tout fait pour essayer de fermer le lycée Mounier. Heureusement, la mobilisation très forte du collectif Mounier a permis d’éviter le pire. Malheureusement le Recteur a empêché la moitié du collège Münch de faire partie du district du lycée en limitant le nombre de classes de secondes à 4 pour la rentrée 2012. Non content d’empêcher le lycée de redémarrer normalement, il vient de déposer plainte contre deux animateurs du collectif (Marc Garnier et Alain Minault) pour dégradations lors d’une manifestation devant le rectorat. En réalité ce qui leur est reproché est d’avoir participé à une action collective au cours de laquelle une peinture biodégradable a servi à “décorer” le parvis du rectorat. Ces deux parents ont été convoqués à l’hôtel de police le 28 août 2012, où ils ont été accompagnés par une trentaine d’éluEs et de militantEs venus protester contre ces manœuvres d’intimidations qui visent à la pénalisation des actions collectives.

Rappelons une déclaration publique de ce Recteur au plus fort du mouvement : « j’aimerais bien expédier certains enseignants à Oulan Bator plutôt que de les voir mettre des poubelles devant les établissements… ». Quelles raisons empêchent le ministre de l’Education nationale d’intervenir pour faire cesser ces troubles à l’ordre public organisés par le Recteur et pour que les décisions de justice qui ont annulé ses décisions illégales soient pleinement appliquées ? N’y a-t-il pas à Grenoble des élus (maire, député, sénateur, ministre) qui pourraient intervenir pour qu’enfin le dossier Mounier change maintenant et que les familles qui ont demandé des dérogations pour inscrire leurs enfants en seconde à Mounier obtiennent satisfaction ? La rentrée c’est maintenant !

Mots-clefs :

Le commentaires sont fermés.