Avertissement avec frais pour les campagnes électorales

Publié le 1 février 2014
avrillier-senatoriales2011

R. Avrillier

Voila qui devrait faire réfléchir le duo Safar-Destot, candidats aux élections municipales et qui n’hésite pas à utiliser les moyens de la Ville pour faire sa campagne. En effet Sarkozy a été pris la main dans le pot de confiture lors de l’élection présidentielle en utilisant les moyens de l’Etat pour faire campagne. Après les sondages de l’Elysée, R. Avrillier a poursuivi l’étude des financements irréguliers de la campagne présidentielle de Sarkozy. Une enquête a été ouverte à Paris sur le financement du meeting de Toulon de Nicolas Sarkozy, épinglé par le Conseil constitutionnel pour justifier le rejet de son compte de la campagne 2012. Cette enquête préliminaire fait suite à un courrier adressé l’été dernier par R. Avrillier, qui dénonçait de possibles faits de “détournement de fonds publics” en marge de la campagne présidentielle 2012 de l’ancien chef de l’Etat.

A partir du moment où des candidats sont déclarés publiquement, ils doivent avoir un strict devoir de réserve et ne plus utiliser leur mandat pour se faire valoir devant les électeurs. Or combien de fois ne voit-on pas dans les médias le duo Safar-Destot inaugurant ceci ou cela, recevant les nouveaux arrivants à Grenoble, sans parler de l’utilisation de la cérémonie des vœux par le maire-candidat… Le nombre de publicité de la mairie pour vanter des actions dans les différents secteurs, les courriers du maire-candidat aux habitants qui n’ont jamais été aussi nombreux… La déontologie la plus élémentaire consisterait à déléguer ces actions institutionnelles à des élus qui ne sont pas candidats, mais c’est trop demander à des personnes qui croient que la mairie leur appartient.

Il serait bienvenu que les Grenoblois les sanctionnent pour ces comportements inacceptables dans une démocratie normale.

Mots-clefs :

Le commentaires sont fermés.