Dimanche 23 mars, faites le bon choix avec Eric Piolle et son équipe “Grenoble Une ville pour tous”

Publié le 21 mars 2014

GrenobleUneVillePourTousLa campagne du 1er tour des élections municipales se termine. Une chose est certaine, il y aura un second tour le 30 mars, car aucune liste n’est capable d’emporter la majorité dès le 23 mars.

Les grandes indications données par les sondages sont conformes aux données électorales du passé récent de Grenoble. La gauche et les écologistes représentent environ 60 % du corps électoral aux différentes élections locales, régionales ou nationales. Il n’y a aucun danger de voir la droite revenir aux affaires.

La seule question est de savoir quel maire et quelle équipe est la mieux placée pour préparer l’avenir de notre ville dans de bonnes conditions. De ce point de vue, Eric Piolle et le liste “Grenoble Une ville pour tous” présentent de meilleures garanties que J. Safar.

En effet les propositions de l’équipe « Grenoble, une ville pour tous » sont mieux adaptées à la période de crise qui frappe durement une majorité de la population, elles mettent en priorité l’amélioration de la vie quotidienne tout en maitrisant les dépenses d’argent public qui va devenir de plus en plus rare. J. Safar a démontré en 2009, en augmentant fortement les impôts qu’il ne tenait pas ses promesses et qu’il pouvait céder à la facilité, dans une période où une grande partie des Grenoblois a du mal à finir les fins de mois. Le chiffrage du projet du PS n’est pas du tout rigoureux et les promesses se multiplient au fur et à mesure de l’avancée de la campagne, avec des contradictions entre les affirmations du début de campagne et celles de dernier moment pour essayer d’engranger le maximum de suffrages.

L’équipe d’Eric Piolle est bien plus homogène, elle a élaboré ses propositions et ses engagements après un travail de fond partagé par tous les candidats. Cette liste  a toutes les compétences requises pour gérer la mairie. A l’inverse le PS a aggloméré des personnalités et des mouvements  qui mènent chacun leur campagne de leur coté, certains colistiers se plaignent d’absence de débat entre eux.

La capacité d’animateur d’une équipe a été démontrée par Eric Piolle durant son activité professionnelle où il avait la responsabilité d’un nombre important de personnes, et de budget plus important que celui de la ville. Il a même été licencié d’un grand groupe privé international pour avoir contesté des licenciements. Ces licenciements ont été annulés par la suite, lui donnant raison.

La liste d’Eric Piolle est beaucoup moins sectaire que celle de la droite et  du PS qui n’hésitent pas à caricaturer les postions de la liste « Grenoble une ville pour tous » avec des arguments de très bas étage (voir notamment la circulaire officielle de la liste PS). Le candidat PS utilise les mêmes arguments que la droite. Eric Piolle a été très clair sur la volonté de construire une solution majoritaire à gauche à Grenoble qui respecterait les différentes sensibilités en proportion du poids réel dans l’élection. Il apparait maintenant que J. Safar n’entend pas aller en ce sens et ne veut pas discuter d’un programme municipal majoritaire. Ce sera son programme et rien d’autre. Il se contenterait d’obtenir  une majorité d’élus tout en étant minoritaire dans la ville, ce que permet la loi électorale (il suffit d’être le premier au 2ème tour). Ce serait faire prendre aux Grenoblois des risques importants car un défaut de légitimité politique entrainerait un affaiblissement de la capacité d’action de la ville. Or dans cette période de crise il faut avoir des politiques publiques fortes.

Le bon choix est donc le vote le 23 mars pour Eric Piolle et son équipe “Grenoble Une ville pour tous”.

Le commentaires sont fermés.