Les méga bénéficiaires de l’opération Crolles 3 dite « Nano 2012 » : la « nouvelle alliance » et le contrat caché avec l’ami américain

Publié le 24 septembre 2008

Conférence de presse du 23 septembre 2008sur l’opération Crolles 3 dite « Nano 2012 »

L’ADES et ses éluEs se sont clairement opposé aux aides publiques aux sociétés privées du programme Crolles 2 (2002-2007).

Il s’agissait de financements publics de nos collectivités locales et de l’Etat pour aider ST Microelectronics à devenir, avec ses partenaires de « l’Alliance », un leader mondial dans la gravure nanométrique (32 nm) des circuits électroniques.

Ce fut un échec qui a obligé ST à changer radicalement de stratégie industrielle en rejoignant IBM pour les recherches et développements (R&D) avancées dans les technologies de gravures et de ne conserver à Crolles et Grenoble que les développements sur des circuits dérivés qui seront gravés suivant la technologie d’IBM.

Le financement des collectivités locales a aussi été un échec, puisqu’elles prévoyaient un « retour de taxe professionnelle » supérieur aux subventions publiques, et des créations d’emplois nettes:

  • alors que ce « retour » n’a été que de 100 M€ pour des aides publiques qui ont atteint 200 M€ (voir lettre n° 4 de l’OfiPoPu, Observatoire des finances et des politiques publiques, http://ofipopu.org) ;

  • alors que la contrepartie en emplois (1200 créations) n’était pas une réelle contrepartie puisque les subventions publiques dépassaient allègrement le coût de ces emplois ;

  • alors que ST Microelectronics supprimait dans le même temps 600 emplois à Rennes (cf. notre conférence de presse commune avec les collègues de Rennes), que NXP ex Philips et Freescale ex Motorola procédaient également à des restructurations (150 emplois supprimés par NXP en France en 2004, opération “ST-NXP Wireless”, menaces sur 350 emplois NXP à Caen et 4500 suppressions d’emplois NXP dans le monde).

Nous pouvions donc alors espérer que devant ce bilan les collectivités allaient être plus prudentes à l’avenir, surtout dans cette période difficile.

Les informations suivantes démontrent qu’il n’en est rien, bien au contraire.

Lire la suite en téléchargeant la conférence de presse en PDF (200 Ko)

Mots-clefs : ,

6 commentaires sur “Les méga bénéficiaires de l’opération Crolles 3 dite « Nano 2012 » : la « nouvelle alliance » et le contrat caché avec l’ami américain”

  1. admin dit :

    L’article consacré par GreBlog à Nano 2012 : Micro-électronique et nanotechnologies, opération “Nano 2012” : Crolles 3 ou Crolles 2.1 ?

    http://www.greblog.net/grenoble/post/2008/09/25/Micro-electronique-et-nanotechnologies-operation-nano-2012-%3A-Crolles-3-ou-Crolles-2

  2. […] Sans avoir tiré les leçons du passé, l’Etat et les collectivités locales se sont de nouveau engagés dans “nano 2012″ avec des aides encore plus importantes et des contreparties inexistantes. Les créations d’emploi seront peut être effectives à Crolles (au détriment d’ailleurs) mais elles ne coûteront rien à ST puisque les subventions publiques sont au moins trois fois supérieures à la charge salariale ! C’est un marché de dupes (conférence de presse du 23/9/8). […]

  3. […] Pour empocher les subventions publiques, ST s’était engagé, dans la convention dite « nano 2012 », à créer de nombreux emplois à Crolles et Grenoble ; en fait elle fait l’inverse, mais […]

  4. […] Le programme nano 2012 permet à ST Microelectronics de toucher de très importantes subventions pub… (Etat et collectivités territoriales) avec pour seule contrepartie de créer 600 emplois (dont le coût est très inférieur au montant des subventions publiques !). […]