La laïcité grignotée par petites touches

Publié le 28 janvier 2011

Non contente d’avoir instauré en septembre 2010 des repas “sans viande” dans les restaurants scolaires où certains refusaient de voir le résultat du lobbying d’un petit groupe de pression fondé sur la religion, la municipalité de Grenoble persiste et franchit une nouvelle étape dans les coups qu’elle porte à la laïcité : elle a décidé d’engager une “formation action sur le fait religieux à destination des professionnels des secteurs 3, 5 et 6” pour un coût forfaitaire de 14 400 €.

On remarquera que les initiateurs de cette “formation” n’ont pas cru bon de devoir l’étendre à tous les secteurs de la ville. Victor Hugo disait “je veux l’Etat chez lui et l’Eglise chez elle”. Qu’est-ce qui peut bien motiver la municipalité pour ne plus assurer à ce point, la liberté de conscience (en l’occurrence celle des agents de la fonction publique) qui est le premier principe fondateur de la Loi de 1905 ? Ceux qui contribuent depuis quelques années à vider de leur sens les mots de Résistance, République… Laïcité, ne devront guère s’étonner de les voir objet d’un hold-up, pervertis et recyclés à la sauce nauséabonde de l’extrême droite.

L’ADES organisera prochainement une formation sur la laïcité.

Mots-clefs :

Le commentaires sont fermés.