Quelques leçons des résultats des élections municipales à Grenoble

Publié le 19 avril 2014

Vote ArlequinLes élections municipales à Grenoble devraient faire l’objet d’études approfondies car elles sont atypiques. Jamais des sondages ne se sont tant trompés (par qui étaient-ils payés ?) et les évolutions politiques entre les deux tours sont très intéressantes.

Que prédisaient les sondages, ceux publiés et non publiés : la liste de la majorité de droite et PS sortante menée par J. Safar était largement en tête au 1er tour et la liste du rassemblement menée par Eric Piolle était soit en 2e soit en 3e position. Et le plus surprenant c’était qu’au 2e tour en cas de triangulaire (PS, Rassemblement, UMP), la liste du Rassemblement s’effondrait au profit de la liste Safar, ce qui était une prédiction très curieuse. (voir plus loin les détails sur ces sondages).

Quelles sont les grandes informations données par le scrutin réel :

  • une évolution très forte de la participation entre les deux tours ( + 13 %), qui a beaucoup profité à la liste du Rassemblement conduite par Eric Piolle ;
  •  un très fort recul du Front National entre les deux tours en voix et en pourcentage (passe de 12,5 % à 8,5 % des exprimés). Dans les 17 bureaux où le FN fait de gros scores (en moyenne 19,7 %) – ce sont des bureaux plutôt de droite -, il perd entre les deux tours 6,6 points (il retombe à 13,1 %) et l’évolution de la participation est identique à la moyenne de la ville (+ 12 %) : donc les électeurs qui avaient voté FN au 1er tour ne se sont pas abstenu au 2e. Dans les bureaux de vote où le FN est très faible au 1er tour (en moyenne 5,6 %), il régresse dans la même proportion au 2e tour que dans les bureaux où il est (trop) fort. Une étude précise devra être faite pour connaitre dans le détail les transferts de voix entre le 1er et 2e tour. Ce qui est dommage c’est que le FN ait dépassé au premier tour les 10 % et ait pu se maintenir alors que son vrai score est de 8,5 %, c’est-à-dire qu’il n’a pas évolué depuis de nombreuses années aux municipales à Grenoble.
  • la très forte participation au 2e tour est une participation marquée à gauche. En effet les bureaux où l’augmentation de la participation a été la plus faible, sont des bureaux où la droite est plus forte que la moyenne. Cela confirme les analyses nationales sur une forte abstention à gauche à ces élections. Les bureaux où la progression de la participation est la plus forte au 2e tour (en moyenne + 26 %) sont des bureaux très à gauche (76,5 %). L’attractivité de la liste du Rassemblement a été forte, elle progresse de 11,5 points alors que la liste Safar ne progresse que de 5,7 points.
  • dans les bureaux de vote où Safar perd des voix ou n’en gagne que quelques unes, l’augmentation de la participation est un peu plus faible (11,7 %) que la moyenne et Safar perd 3,4 points. Ce sont des bureaux plutôt à gauche mais sans excès (61 %). Ce sont des bureaux où le score de Piolle est très élevé dès le 1er tour (35,5 %) et atteint plus de 48 % au deuxième tour.
  • le vote pour de Longevialle est plutôt un vote de droite. Les bureaux où il fait ses meilleurs scores (en moyenne 6,7 %) sont des bureaux où la droite est plus forte que la moyenne alors que dans les bureaux très à gauche il descend très bas. Son électorat n’a pas suivi son appel à voter Safar. Ce dernier n’augmente que de 2 points dans les bureaux où de Longevialle faisait ses meilleures scores.
  • le vote Benmaza est plutôt un vote de gauche. Dans les bureaux où il fait de bons scores (moyenne 10,6 %), la gauche est très forte (75 %) et le FN très faible (4,2 %), là où Safar dépasse Piolle au 1er tour (de 6 points) et aussi au second (de 2 points). Au 2ème tour les électeurs de Benmaza se sont répartis entre la liste du Rassemblement et celle de Safar, peut-être de manière équivalente ?
  • les stratégies du PS et de la droite ont été particulièrement mal adaptées. Le slogan de J. Safar : « Aimer Grenoble pour vous » sonnait faux, ou peut-être juste pour certains à savoir ceux qui aiment Grenoble à la place des autres, et à leurs places. Alors que les critiques les plus acerbes qui venaient de partout critiquaient la mainmise du clan sur la ville, se présenter pour aimer Grenoble à la place des habitants était une profonde erreur. Coté UMP tout a été dit, la campagne a été minée par la présence du corrompu dans la liste et par l’incapacité de cette opposition à faire du travail de dossiers. Durant tout le mandat, Chamussy s’est contenté de faire des discours mais rien sur le terrain. Les Grenoblois ne se sont pas laissés prendre à la campagne de dénigrement menée par Safar ou par la droite contre la liste du Rassemblement. Il est utile de se rappeler qu’on ne gagne jamais à dénigrer l’adversaire ou le concurrent, c’est sur les pratiques et le projet que les électeurs jugent notamment à Grenoble.

Complément sur les sondages foireux : rappelez-vous les titres des médias locaux :

« SONDAGE EXCLUSIF Grenoble: Safar creuse l’écart.
Safar relègue Piolle à 10 points
Au second tour… En cas de triangulaire ou de quadrangulaire au second tour, notre sondage est presque sans appel. Jérôme Safar file toujours en tête. Soit avec 42 % Safar en quadrangulaire (27 % Chamussy, 22 % Piolle, 8 % FN), soit avec 43 % Safar s’il n’y a pas le FN (34 % Chamussy, 23 % Piolle). Notre sondage exclusif Le Dauphiné Libéré, BVA, en partenariat avec Orange sur les municipales à Grenoble, révèle, dans les intentions de vote du premier tour, une avance de dix points pour Jérôme Safar (3 5%, liste PS/PC/Go Citoyenneté/Cap 21) sur Eric Piolle (25 %, EELV/PG/Réseau citoyen). » (DL, 18 mars 2014)

« Municipales à Grenoble : Jérôme Safar (PS) creuse l’écart, le FN au second tour, l’UMP Matthieu Chamussy en difficulté dans un nouveau sondage. A cinq jours maintenant du premier tour des Municipales, un nouveau sondage BVA pour Le Dauphiné Libéré confirme la probable victoire du PS à Grenoble. Par rapport à l’étude France 3 Alpes de début mars, le FN progresse et pourrait se maintenir au second tour. L’UMP, en revanche, recule encore ».

« Le candidat socialiste Jérôme Safar peut déjà commencer à esquisser un sourire »..
« Plus rien ne semble pouvoir empêcher une large victoire du candidat socialiste à Grenoble. Dans un sondage BVA pour Le Dauphiné Libéré publié ce mardi 18 mars, Jérôme Safar creuse en effet l’écart au premier tour (35%, +1 point par rapport à l’étude Ipsos-Stéria pour France 3 Alpes publiée début mars) avec son principal concurrent, l’écologiste Eric Piolle (25%, -1 point). Dix points séparent donc les deux hommes. »

« Safar vainqueur dans tous les cas »
Au second tour, justement, pas de grande surprise en perspective. Le candidat socialiste Jérôme Safar l’emporterait dans tous les cas. Quatre scénarios semblent néanmoins envisageables selon l’étude BVA pour Le Dauphiné Libéré. 

  1. la triangulaire “classique”. Elle opposerait alors le PS (43%) des voix à l’UMP (34%) et à EELV (23%). 
  2. la triangulaire avec fusion des listes de gauche. L’UMP (31%) pâtirait alors forcément de la présence du Front National (9%). Dans le même temps, la liste issue de la fusion entre le PS et les Verts obtiendrait alors 60% des suffrages. 
  3. la quadrangulaire classique. Dans ce cas, on prendrait les mêmes candidats qu’au premier tour mais les résultats seraient alors un peu différents, plus accentués. Le PS s’adjugerait 42% des voix, l’UMP 27%, EELV 23% et le FN 9%.
  4. le duel avec fusion de la gauche. En toute logique, dans cette configuration, Jérôme Safar serait élu dans un fauteuil (62%) contre Matthieu Chamussy (38%). » (France 3 Alpes, 18/03/2014)

« SONDAGE – Jérôme Safar en tête aux municipales à Grenoble Le Dauphiné Libéré révèle un sondage BVA pour les municipales à Grenoble qui montre que le socialiste Jérôme Safar vire largement en tête au premier tour. Il serait élu maire dans tout les cas de figure au second tour. » (par Nicolas Crozel, Denis Souilla, France Bleu Isère, Mardi 18 mars 2014)« Selon un sondage exclusif Ipsos-Stéria pour France 3 Alpes, le candidat socialiste est très largement en tête au premier tour avec 34% des voix. Il devance Eric Piolle (EELV, 26%) et Matthieu Chamussy (UMP/UDI, 22%). Le Front National ne semble pas en mesure de se maintenir au second tour ». (France 3 Alpes, 06/03/2014)

ÉLECTIONS | « D’après Ipsos-Stéria pour France 3, le candidat socialiste obtient 34 %des intentions de vote. Municipales: un sondage donne Jérôme Safar en tête » (DL, 7 mars 2014)

« SONDAGE – Municipales : la gauche l’emporterait à Grenoble. Le PS et ses alliés sont bien partis pour conserver Grenoble. C’est le résultat d’un sondage Ipsos-Stéria réalisé pour France 3 Alpes. Quelque soit le scénario de second tour, Jérôme Safar, candidat socialiste, est donné gagnant. » (par Denis Souilla, France Bleu Isère, Vendredi 07 mars 2014)

Il serait intéressant de connaître les résultats bruts de ces sondages pour voir comment ils ont été “redressés”, et qui était responsable de cette “maison” de redressement “maison”.

Mots-clefs :

Le commentaires sont fermés.