Nous perdons un ami

Publié le 13 novembre 2015

FrancoisPitiotÀ François PITIOT, JACQUES pour sa famille et l’administration, FRANÇOIS pour ses amis et PITIOT pour ses élèves,

François, tu as choisi de refuser la vieillesse, le délabrement physique, la dépendance, et tu es mort seul, sans nous prévenir, organisant tout, comme d’habitude, pour ne peser sur personne et surtout pas sur tes amis ; ton départ est brutal ; nous découvrons tout ce que nous perdons avec toi.

Tu étais pourtant très attaché à la vie, à tes élèves auxquels tu as consacré le plus gros de ton temps, à tes amis à qui tu ne perdais pas une occasion de rendre service en refusant souvent la réciproque. Instituteur en Algérie puis en France, tu t’es vigoureusement impliqué dès 1972 dans notre expérience pédagogique au collège de la Villeneuve avant de devenir proviseur de plusieurs collèges et du lycée du Fontanil. Tu voyageais, tu étais actif dans plusieurs associations qui protègent les exclus de notre société indifférente ; tu étais très présent dans ton quartier, toujours vigilant et intéressé au fonctionnement de ta ville ; tu as même organisé des fêtes “souvenir” à Grenoble ou à la campagne ; tu participais aux invitations.

Etais-tu trop conscient de la souffrance humaine ? Est-ce la raison de ton manque de bonheur ? Tes amis sont nombreux, très nombreux et cela n’a pas suffi à te retenir.

Nous respectons ton choix et ton courage. A nous de supporter le vide immense de ta mort.

                                                                                                                                                       Geneviève Jonot

Mots-clefs :

Le commentaires sont fermés.