Les Missions locales mobilisées en faveur de l’insertion des jeunes

Publié le 29 mai 2020

Les présidents des Associations régionales des Missions Locales et les administrateurs de l’Union Nationale des Missions Locales (dont Maryvonne Boileau pour Grenoble) signent un appel intitulé « Tous mobilisés en faveur de l’insertion des jeunes » qui attire l’attention sur l’importance du travail des Missions locales qui s’occupent de 1,3 millions de jeunes pour qui la crise sanitaire a amplifié fortement les situations de précarité. L’observatoire des Missions locales va réaliser une grande enquête auprès de l’ensemble des jeunes dont elles s’occupent pour mieux connaitre leurs besoins et leurs attentes et ainsi être plus efficaces pour leur insertion.

« Rien ne se fera sans les jeunes. [Toute politique] ne peut être entreprise et menée à bien qu’avec ceux à qui elle s’adresse. C’est à eux qu’il revient de donner à l’ensemble des forces sociales concernées des raisons de s’acharner à construire de nouvelles voies.” Cette citation du rapport de Bertrand Schwartz sur l’insertion professionnelle et sociale des jeunes remis au Premier Ministre en 1981, qui s’est notamment traduit par la création des Missions Locales, est plus que jamais d’actualité.

Les jeunes sont toujours les premières victimes d’une crise ou d’un contexte économique dégradé. Depuis le début du confinement, nous avons vu exploser les situations de précarité, en termes de ressources financières, logement, santé…, parmi les 1,3 million de jeunes que nous accompagnons. Durant la période, nous nous sommes organisés pour y apporter des réponses d’urgence, concertées avec nos nombreux partenaires dans les territoires, et ne laisser aucun jeune seul face à ses problématiques.

Il faut aujourd’hui nous réinterroger collectivement pour savoir si les solutions d’hier répondront aux problèmes de demain. A défaut, il nous faudra en inventer d’autres et innover pour rester à la hauteur de la promesse sociétale que nous incarnons au quotidien auprès des jeunes : vous avez toute votre place !

Pour se hisser à la hauteur du défi, il ne faut négliger aucune piste et agir conjointement sur toutes les dimensions de l’équation : social, bien-être, montée en compétences, accès à la formation et à l’emploi. Parce qu’il est essentiel de s’appuyer sur les besoins et les attentes demandes exprimés par les jeunes, nous allons renforcer notre la fonction d’observatoire des Missions Locales va être renforcée : en réalisant une grande enquête qui sera organisée dans les semaines à venir auprès de l’ensemble des jeunes accompagnés par les professionnels des Missions Locales.

Avec la Garantie Jeunes nous avons démontré que pour s’engager pleinement dans un parcours d’accompagnement les jeunes ont besoin d’être sécurisés financièrement, d’être engagés dans une démarche collective et qu’on travaille avec eux à lever tous les freins périphériques à leur insertion dans la société en les accompagnant sur de nombreux enjeux : logement, santé, lutte contre l’isolement social, estime de soi…

La question se pose de l’élargissement ou de la révision de ses critères d’attribution. Mais dès maintenant constituer un fonds d’aides d’urgence et renforcer l’allocation PACEA pour répondre aux besoins sociaux des jeunes, de manière réactive est une nécessité.

La mise en œuvre de l’obligation de formation pour les 16-18 ans pour la rentrée à venir, annoncée dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté et confiée aux Missions Locales doit être l’occasion pour les jeunes les plus éloignés d’acquérir de nouvelles compétences au travers d’une multitude d’expériences apprenantes : formation professionnelle, apprentissage, alternance, projets collectifs, engagement au service de l’intérêt général… 

Alors que le confinement a distendu le lien scolaire un message fort doit être envoyé aux jeunes mineurs et leur famille pour les inciter à le renouer et les encourager à se qualifier avant d’aborder le marché de l’emploi.

Pour améliorer l’accès des jeunes au marché du travail, il faut sûrement dès à présent envisager la mise en place de mesures incitatives en direction des employeurs : contrats aidés, incitations financières, exemption de charges… mais qui ne doivent pas être une désincitation à la formation et à l’obtention d’une qualification !

Une même crise peut produire des effets très différents en fonction des spécificités locales. Il faut donc mobiliser et coordonner les leviers les plus pertinents à l’échelle de chaque territoire. Nous aurons donc besoin de mobiliser toute l’intelligence des territoires pour s’adapter aux situations particulières.

Comme nous n’avons jamais cessé de l’être, nous serons, aujourd’hui comme demain, au rendez-vous pour accompagner les jeunes dans cette période tourmentée. Mais nous ne saurons y répondre seuls. C’est pourquoi nous appelons aujourd’hui solennellement à une mobilisation générale au service de l’insertion des jeunes : les jeunes eux-mêmes, Etat, collectivités territoriales, entreprises, partenaires associatifs, organisations syndicales et patronales, citoyens…

Si nous voulons que les jeunes aient confiance dans notre société et dans l’avenir soyons au rendez-vous que nous impose la situation ! »

Mots-clefs : , ,

Le commentaires sont fermés.