La première décision financière est le vrai symbole de la nouvelle majorité

Publié le 19 avril 2008

Au Conseil municipal du 4 avril 2008, sans que cela soit passé en commissions (puisqu’elles n’étaient pas mises en place), le maire propose une délibération augmentant fortement les indemnités de fonction des adjoints, des conseillers délégués et des conseillers municipaux. Seuls les 6 élus « Ecologie & Solidarité » ont voté contre, la droite UMP s’abstenant et les 44 élus de la majorité votant pour.

Cette décision pose plusieurs questions :

Quelle urgence ?

La loi laisse 3 mois au nouveau Conseil municipal pour fixer le niveau des indemnités : l’article L. 2123-20-1 du Code général des Collectivités territoriales précise : «I. – Lorsque le conseil municipal est renouvelé, la délibération fixant les indemnités de ses membres en application de la présente sous-section intervient dans les trois mois suivant son installation.»

Il n’y avait donc pas urgence, d’autant plus que l’ancien barème était très correct, et avait été revalorisé régulièrement au cours du mandat précédent, suivant l’évolution de l’indice de la fonction publique. Mais visiblement le maire ne tenait pas à ouvrir un débat sur ce point. Voila déjà la marque du pouvoir personnel qui s’affirme ; et il ne fallait pas compter sur les élus de la majorité pour protester, ils sont tous aux ordres.

Quel coût ?

Le budget 2008 avait prévu une somme pour ces dépenses (environ 860 000 €). Or les augmentations votées vont dépasser le budget d’environ 150 000 € en 2008 (ce sera plus de 200 000 € en année pleine par rapport à l’ancienne formule). Où va-t-on trouver cette somme ? La démocratie la plus élémentaire impose que le Conseil municipal prenne des décisions éclairées, c’est-à-dire qu’il sache comment financer les dépenses qu’il engage. Mais aujourd’hui, le maire considère qu’il a tous les pouvoirs…

Quel partage avec ceux qui en ont besoin ?

Depuis fin 2006, les écologistes demandent la mise en place d’une Allocation Municipale d’Habitation (AMH) pour aider les grenoblois les plus en difficulté. Une somme de 400 000 € avait été prévue en 2007 et reconduite en 2008,mais rien n’a été mis en place. Cette somme est très insuffisante face aux besoins réels d’un certain nombre d’habitants en grandes difficultés, c’est pourquoi les écologistes avaient proposé lors du vote du budget 2008 de l’augmenter fortement. Refus du maire. Durant la campagne électorale, le maire a repris cette proposition de mettre en place une AMH, c’est donc devenu une promesse claire et nette aux électeurs.

Nous venons de voir le 4 avril que le maire est capable de faire un chèque de 200 000 € à 59 élus (soit en moyenne 3390 € par élu !), mais sera-t-il capable de faire un chèque analogue aux milliers de Grenoblois en difficulté ?

Quelle morale politique ?

Il est nécessaire d’indemniser correctement les élus, surtout ceux qui s’investissent beaucoup, par contre il y a des limites à l’acceptable. Lorsqu’il y a des cumuls de mandats et d’indemnités, la morale voudrait que les indemnités soient plafonnées à un niveau raisonnable en comparaison des revenus de habitants. Or il y a 15 élus de la majorité qui dépassent les 3000 € par mois d’indemnité, et les 11 les mieux indemnisés dépassent allègrement les 4000 € par mois, étant soit parlementaires, soit conseillers généraux ou régionaux. Les deux parlementaires M. Destot et G. Fioraso atteignant plus de 8000 € par mois (le maximum légal).

On comprend mieux pourquoi l’opposition UMP s’est abstenue et ne s’est pas opposée à cette délibération, puisqu’il s’agit de la même politique que Sarkozy au niveau national : quand on peut se servir, il ne faut pas hésiter.

Le centre de gravité de cette majorité grenobloise penche décidemment à droite, nous n’avons pas fini de le sentir tout au long du mandat.

Le bureau de l’ADES

Mots-clefs : , ,

5 commentaires sur “La première décision financière est le vrai symbole de la nouvelle majorité”

  1. ABRIAL dit :

    Un grand merci pour cette info que je ferai circulé. Ils ont gagné les éléctions: ils gagnent.
    ça irrite d’abord, puis ça fait rêvé, si ça pouvait réveiller les payeurs?.

  2. admin dit :

    @ Abrial : merci de ce soutien et de faire circuler l’info : plus on fera connaître ce genre de dérives, plus on peut espérer “reveiller les payeurs” !

  3. […] Les élus ont augmenté leurs indemnités de 25 % au lendemain de l’élection, ce n’était pas prévu dans le programme de la majorité. Economie de 0,2 M€ chaque année si on revient à la situation de début 2008, qui était confortable. Grâce au cumul des mandats, une dizaine d’élus reçoivent plus de 6000 € par mois d’indemnités, ce qui est excessif et choquant. […]

  4. […] que nous ne sommes plus dans la majorité, cette dernière augmente les taux des impôts, augmente les indemnités des élus et gaspille l’argent public dans des opérations coûteuses et inutiles comme la préparation […]

  5. […] Les indemnités des élus ont augmenté de 36 % par rapport au budget primitif. […]