Archives pour le mot-clef ‘Politique droite-gauche’

Politique politicienne

Publié le 2 décembre 2022
fou

Jupiter a encore frappé. Mais pour une fois c’est une bonne idée, mais avec quels moyens ? E. Macron a lancé un projet de 10 RER dans certaines métropoles qui pourrait coûter environ 30 milliards d’euros. Le gouvernement n’était pas informé et rien n’était prévu dans la loi de finances 2023, ni le parlement, ni les collectivités. Dans les 10 projets il y aura peut-être le RER grenoblois. A condition toutefois que le Lyon-Turin soit stoppé, (il est inutile). Car il serait très peu probable que ce gouvernement néolibéral trouve assez de ressources publiques pour financer en même temps les 2 projets dans la même région et la même temporalité.  Il n’y a ni calendrier ni indications sur le financement et l’Élysée a précisé à la presse qu’il reste à sélectionner les métropoles, les tracés et la répartition des financements entre l’Etat, les régions et les opérateurs ! Et pile ce mois-ci le COI (Conseil d’Orientation sur les Infrastructures) doit rendre un nouveau rapport sur les priorités dans les investissements à venir en matière de transports. Ce COI est un peu diversifié avec des parlementaires (dont la députée NUPES EELV Lise BELLUCO), des élus locaux, des représentants d’associations comme la FNE). Mais Jupiter s’en cogne de ces avis de la société !  Voilà encore une pratique très politicienne, Jupiter est en campagne électorale permanente, l’intendance suivra.


Le PDG d’AVEC (ex Doctolib), B. Bansaïd, qui a racheté la Clinique Mutualiste pourrait fragiliser gravement, l’état financier de cette clinique. Deux procédures d’alertes viennent d’être déposées par le Commissaire aux Comptes et par le CSE (Comité Social et Economique) de la clinique. En deux ans, le « pompage » de la trésorerie du GHM par le PDG d’AVEC, l’a entrainé dans une situation financière très critique. AVEC a une dette très importante qui ne va pas s’arranger avec la remontée des taux d’intérêts. On peut s’interroger si la trésorerie du GHM n’est pas utilisée à un essai de sauvetage d’AVEC, au détriment du GHM évidemment. Le Conseil d’administration du GHM s’est tenu le 1er décembre pour débattre des procédures d’alerte. Souhaitons que rapidement le PDG d’AVEC disparaisse de la Clinique Mutualiste et qu’une gestion vraiment mutualiste soit rétablie dans cette clinique historique de Grenoble.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 25 novembre 2022
fou

Les articles de l’ADES dans le Rouge et le Vert sont maintenant commentés au sein des conseils municipaux et métropolitains. Nous remercions les élu-es qui nous font ainsi de la publicité. Lors du conseil de métropole du 18 novembre Mme E. Chalas a indiqué que l’ADES « n’est pas un bureau de stratégie financière » (ce que nous confirmons tout à fait). Mais elle doit lire un peu vite puisqu’elle a indiqué qu’un de nos articles laisserait croire que la ville de Grenoble aurait perdu 75 millions d’euros de taxe d’habitation (TH) ! Ce qui est idiot, puisque la ville ne recevait que 50 millions de TH. De plus elle a récupéré la taxe foncière du département corrigée d’un coefficient (le coco) qui lui permet de recevoir l’équivalent de ce qu’elle a perdu en taxe d’habitation. En revanche, la critique que nous faisons à cette disparition de la TH c’est qu’elle éloigne la majorité des habitants de la collectivité publique puisqu’il n’y a plus que 38 % des ménages grenoblois qui payent un impôt local.


Lors de la cérémonie du 11 novembre, les élèves de l’école Bajatière ont déclamé un texte qui disait : « Images en boucle sur nos écrans : la violence déferle. Agression des policiers et violences policières, racisme ordinaire, attaques sexistes, harcèlement de rue, Balance ton porc. Nous entendons les cris de colère et de détresse d’un monde qui va mal : bonnets rouges, Nuit debout, Gilets jaunes, grève des Urgences, réforme des retraites, protestations lycéennes, Marches pour le climat, 49-3… Notre avenir part en fumée. Anthropocène, le climat se dérègle. COP 21, objectifs non tenus. Avenir compromis, jour du dépassement, point de non-retour ». Immédiatement des élu-es de droite ont protesté sur le contenu de ce texte en mettant en cause les enseignants qui auraient manipulé les enfants et se sont plaints au rectorat. Heureusement les représentants des parents d’élèves de l’école ont pris la défense de l’enseignante : « Nous voulons rappeler à quel point l’école Bajatière est une école publique exemplaire, dans laquelle il fait bon apprendre et grandir. Nous apportons notre soutien plein et entier à son équipe pédagogique et à l’enseignante injustement mise en cause. » Le discours avait aussi été travaillé à la maison sous la supervision des parents.

Politique politicienne

Publié le 11 novembre 2022
fou

Lors du débat sur les finances de la ville au conseil municipal du 7 novembre, A. Carignon a eu le toupet d’expliquer qu’il n’avait pas augmenté les impôts des grenoblois lors de son mandat de 1983 à 1995. En 1990, ayant mis la ville en quasi cessation de paiement car elle n’avait plus d’épargne, il trouve l’astuce suivante : la ville subventionnait sur ses dépenses de fonctionnement à hauteur de 100 millions de francs le SIEPARG (ancêtre de la Métro). Pour alléger les dépenses de la ville de 100 millions de francs, il participe à la fiscalisation du SIEPARG avec la création d’une nouvelle ligne sur les avis des impôts des grenoblois, mais il ne diminue pas le taux des impôts de la Ville qui pourtant vient d’alléger ses dépenses de 100 millions de francs. Conséquence à cause de ce tour de passe-passe il a augmenté les taux des impôts de taxe d’habitation et de taxe foncière de 16 %. Vincent Fristot a aussi rappelé qu’il avait utilisé les factures d’eau pour renflouer le budget principal lors de la privatisation à la Lyonnaise en 1989, la COGESE versait plus de 20 millions de francs chaque année au budget principal, provenant des factures payées par les usagers, soit une autre hausse des impôts cachée dans les factures d’eau.


Dans un communiqué publié le 7 novembre dans le Dauphiné libéré, l’AREA donne une information importante : le trafic a augmenté sur l’A480 contrairement aux promesses faites pour obtenir la déclaration d’utilité publique qui a autorisé l’élargissement à deux fois trois voies. « Le trafic a ainsi augmenté de 9% entre l’échangeur de Catane et celui du Rondeau alors qu’il reste stable au nord sur A48. » Il n’aura pas fallu attendre longtemps pour voir qu’une voirie à trois voies emporte un trafic plus important qu’une voirie à deux voies. L’urgence de mettre en place l’observatoire du trafic sur l’A480 est démontrée et la réserve de la commission d’enquête sur le nouveau Plan de protection de l’atmosphère doit être vite levée par le préfet de l’Isère. Conclusions de la commission d’enquête sur le PPA3 « ADES – Le Rouge et le Vert (ades-grenoble.org)

Politique politicienne

Publié le 4 novembre 2022
fou

Lors d’une intervention dans le Dauphiné Libéré du 30 octobre, le président du SMMAG exprime une sorte de chantage très maladroit, il déclare : « Il faut surtout savoir que le SMMAG n’a pas 64,5 millions d’euros en réserve et qui pourraient servir à un autre projet. Ça ne fonctionne pas comme cela… Si le câble ne se fait pas, les 64,5 millions n’existent plus ». On a l’impression en le lisant que les 64,5 M€ arrivent par magie sans implication des finances du SMMAG. En réalité l’Etat subventionne le métrocâble de seulement 5 M€, donc le SMAGG s’endettera d’environ 60 M€ pour financer ce projet. Si le projet ne se fait pas, il pourra s’endetter pour un autre projet sans problème et le projet du câble sera reporté un peu plus tard.


Macron a annoncé la plantation d’un milliard d’arbres d’ici 10 ans (soit 274 000 arbres plantés par jour) tout en organisant la disparition de l’ONF… C’est le nouvel Hercule ce président ! Pour bien gérer les forêts, il faut des forestier-es et c’est un métier, idem pour les enseignant-es, principe élémentaire que le PDG de la start-up nation semble éluder ! Les spécialistes estiment que cette annonce est totalement farfelue, il n’y a pas les moyens pour la réaliser. Voilà l’état de la forêt française : 11,5 milliards d’arbres sur 17 millions d’hectares (+ 7 millions d’ha en 1 siècle). Peut-être Macron croit-il à la reproduction spontanée des arbres ? Noter aussi qu’à cause du changement climatique : le taux de mortalité des forêts a augmenté de plus de 50% sur la dernière décennie, sans compter les incendies géants de cet été. Prendre soin de nos forêts est maintenant une urgence absolue !

Politique politicienne

Publié le 28 octobre 2022
fou

M. Carignon n’a pas de chance, il pensait pouvoir s’appuyer sur une condamnation du maire de Grenoble pour favoritisme, en poursuivant son offensive politique visant à déconsidérer la majorité actuelle. Comme la justice vient de juger qu’il n’y avait pas favoritisme, ce dernier se met à déraper en déclarant que la justice n’était pas impartiale. C’est une habitude chez lui. Il avait déjà dénoncé la justice lors de ses nombreux procès (tous perdus) et cela ne lui avait pas rendu service, puisqu’il était resté en prison 5 mois après que la moitié de sa peine soit effectuée. Il ose encore déclarer que les faits dénoncés par la Chambre Régionale des Comptes demeurent, oubliant au passage que la Chambre ne fait que des observations et qu’elle ne dit pas le droit. La justice est passée n’en déplaise à M. Carignon. Il reste le maire corrompu pour avoir vendu le service public de l’eau pour un important enrichissement personnel. Ce fait là demeure et nous ne cesserons de le rappeler, pour que la population n’oublie pas ce moment de l’histoire grenobloise où la corruption s’est pratiquée à grande échelle. Ce moment ne fut pas glorieux, et les responsables municipaux de l’époque seraient bien inspirés de se faire oublier.


Le Président de la Région Aura n’en a pas fini avec son somptueux « diner des sommets » à 100 000 € pour 90 convives triés sur le volet. Le journal Médiapart révèle que L. Wauquiez a eu recours à un consultant de luxe pour organiser la soirée. Un contrat de deux ans pour environ 50 000 € aurait été signé, avec la société de conseil Mediafin, pour organiser plusieurs soirées de ce type. Cette société est connue pour avoir participé au financement de la campagne d’Emmanuel Macron en 2017.

Politique politicienne

Publié le 21 octobre 2022
fou

Le gouvernement dégaine le 49-3 pour que son projet de première partie de la loi de finances pour 2023 soit adopté sans vote par l’Assemblée nationale. Pour amadouer les élu-es locaux, la première ministre a indiqué que le gouvernement a fait un effort très important en augmentant de 320 millions d’euros la dotation globale de fonctionnement (DGF) des collectivités et leurs groupements. Mais cette augmentation ne représente que 1% d’augmentation de la DGF alors que les associations d’élu-es demandaient qu’elle soit revalorisée de l’inflation donc au moins de 5%. Il n’y aura pas de taxation des superprofits, pas d’augmentation d’impôts pour les plus riches… mais les collectivités vont devoir se serrer la ceinture alors que ce sont elles qui réalisent les 2/3 des investissements publics. Voilà comment de manière très politicienne le gouvernement prépare l’avenir.

Politique politicienne

Publié le 14 octobre 2022
fou

Les fastueux dîners de Laurent Wauquiez aux frais de la Région: Médiapart dénonce un diner à 100 000 € du président de la Région. « Le président LR d’Auvergne-Rhône-Alpes réunit le gotha régional dans des lieux de prestige afin de « créer des synergies ». Le dernier « dîner des sommets » s’est tenu le 23 juin dans un château. Il a coûté pas moins de 100 000 euros d’argent public, selon les informations de Mediapart. Soit plus de 1 100 euros par convive, aux frais du contribuable. » Pendant ce temps, Wauquiez coupe les crédits des communes qui ne sont pas de son bord politique.


Il y a des hommes politiques que l’on peut qualifier d’arriviste ou de caméléon. En 2012, Olivier Véran devient député PS lorsque Geneviève Fioraso est nommée ministre, étant son suppléant. Il a confié dans son récent livre qu’il avait voté pour Bayrou au premier tour de l’élection présidentielle de 2007 et pour Sarkozy contre Ségolène Royal au 2ème tour. Et comme de responsables PS de l’époque, il rejoint Macron en 2017 puis devient ministre lui-même. Et comme à son habitude il ne rechigne jamais sur les contre-vérités, déjà sur les masques contre le Covid et maintenant en affirmant qu’il n’y aura pas de pénurie sur les carburants !


Parmi les ministres qui n’ont pas assuré correctement leurs responsabilités d’entretien-renouvellement des bâtiments universitaires, et poursuivi les opérations dispendieuses de « partenariats public-privé » au profit des grands groupes privés, figurent les ministres successifs de l’enseignement supérieur :

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 30 septembre 2022
fou

La destruction de l’hôpital public s’est poursuivie durant le premier mandat de Macron. Il convient de mettre en cause l’ancien ministre (Olivier Véran) qui a participé à cette désorganisation de la santé publique. Selon une étude de la Drees, si 2 700 places d’hospitalisation partielle ont été créées en France en 2021, 4 300 lits destinés aux hospitalisations complètes ont été fermés cette même année.

Au total, plus de 21 000 lits ont été supprimés sur la période fin 2016-fin 2021 correspondant en majeure partie au premier quinquennat de Jupiter Macron, soit deux fois plus que sous son prédécesseur (-10 000) mais nettement moins que durant le mandat de Sarkozy (-37 000).

Politique politicienne

Publié le 23 septembre 2022
fou

L’ancien maire corrompu, (A. Carignon) s’éclate à s’écouter parler et poursuit ses diatribes habituelles en conseil municipal. Le 19 septembre il dépose une question orale, pleine d’infox, comme d’habitude, et rajoute que ce conseil municipal ne traite d’aucun sujet important puisqu’il est désespérément vide…  Il suffit de savoir que le conseil a traité en plus du projet jeunesse 2017-2023, de nombreuses délibérations indispensables pour le fonctionnement de la ville et d’associations ainsi que des délibérations traitant de la gestion de satellites importants de la ville notamment : SEM-GH, SEM-CCIAG, SEM-GEG, SEM-Innovia, SPL SAGES, SPL ALEC. Ces satellites représentent plusieurs centaines de millions de chiffre d’affaire et emploient des centaines de salariés ; certains gèrent des services publics essentiels dans cette période troublée par la montée de l’inflation. Mais pour l’ancien maire corrompu, seule la vente au privé des satellites l’intéresse, lui qui en a été le grand spécialiste. A vérifier pour qui en douterait l’ordre du jour du conseil municipal ici.

Politique politicienne

Publié le 9 septembre 2022
fou

Alors que le fameux Conseil National de la Refondation devait être le fer de lance de la nouvelle pratique politique du macronisme, voilà qu’il débute à huit-clos et que les participants ont dû laisser leurs téléphones portables à l’entrée pour qu’il n’y ait pas de fuite. Vive la nouvelle transparence jupitérienne. Quelle confiance !
Et pour bien faire comprendre aux participants au CNR que de toutes façons il n’en ferait qu’à sa tête et que les corps intermédiaires ne l’intéressent pas, Macron a lancé juste avant l’ouverture du CNR une consultation nationale très large avec pour objectif de remettre les Français au sein des grands choix de la nation, sous entendant ainsi que le gadget CNR ne l’intéresse déjà plus.

Politique politicienne

Publié le 26 août 2022
fou

La déclaration de Macron lors du conseil des ministres du 24 août évoquant « la fin de l’insouciance » a été un vrai aveu qu’il n’avait pas encore pris conscience de la gravité de ce qui se passait ici et dans le monde. Il y a bien longtemps que la grande majorité des habitants ne sont plus dans l’insouciance des 30 glorieuses et la planète brûle. Et en s’adressant à toute la société, il se permet d’amalgamer tout le monde, les riches, les pauvres, les gens privés de protection climatique et de droits sociaux. Il veut que tout le monde se serre la ceinture…

Quand va-t-il changer radicalement de politique notamment fiscale qui ne fait qu’avantager les très riches qui sont ceux qui accélèrent le plus le changement climatique. « En même temps » il critique le ministre qui envisageait de seulement réguler le trafic des avions privés… Ce n’est pas encore aujourd’hui que la fin de l’insouciance touchera la politique gouvernementale.

En voici un bel exemple : Olivier Véran se met à défendre les jets privés car « leur interdiction ne va pas refroidir la planète » ! Pourtant il a d’abord estimé logique la protestation publique à l’égard des usages excessifs des jets réalisés par les milliardaires et autres célébrités, du monde des affaires à celui du show-business. « Le jet a valeur de symbole, et les symboles sont importants pour éviter que les Français aient l’impression qu’on demande des efforts toujours aux mêmes, les classes moyennes et populaires. Ils peuvent être choqués que certains de leurs concitoyens prennent des jets privés pour faire des sauts de puce ». Mais adepte de la langue de bois et la politique politicienne, le porte-parole du gouvernement réitère la volonté de ne pas toucher à la réglementation concernant ce mode de transport.

Politique politicienne

Publié le 14 juillet 2022
fou

Ce sont des milliards d’euros que l’Etat, avec l’Europe, va apporter pour aider la construction d’une nouvelle usine de fabrication de semi-conducteurs à Crolles suite à l’accord entre ST Microelectronics et l’américain GlobalFounderies. Macron est venu faire le service « avant-vente » de ce nouveau projet gigantesque, mais évidemment Jupiter Macron n’a pas associé les collectivités à cette décision. C’est le moment d’attirer l’attention sur les conséquences d’un tel projet sur l’ensemble de la grande agglomération. Déjà qu’il y a une crise de l’alimentation en eau des industriels, ce qui oblige la métropole et le Grésivaudan à prévoir des investissements rapides pour régler cette question, l’arrivée d’une nouvelle usine va amplifier dramatiquement cette question. Il faudra aussi que les collectivités apportent des solutions pour les logements, les mobilités pour les nombreux nouveaux emplois… C’est le moment pour les collectivités dont la Métro de dire à l’Etat que c’est fini, elles ne financeront plus les développements en micro-électronique (fini les plans nano) et que l’Etat doit les aider notamment pour la mise en place rapide d’un RER dans l’agglomération ainsi que le bus à haut niveau de service entre la Presqu’Ile et Crolles qui est abandonné par le SMMAG. Si ces aides ne sont pas concrétisées ce sera de la pure politique politicienne de la part de Macron : l’Etat décide, les collectivités trinquent.


Comme de nombreux médias, Mme Chalas, conseillère municipale, devrait réviser les règles de l’élection des adjoints dans une ville de plus de 1000 habitants : lors du dernier conseil municipal de Grenoble, elle a prêté au maire des raisons politiciennes, il aurait fait pression sur les adjoints en les obligeant à démissionner pour être ensuite réélus. La règle est que s’il y a changement dans l’ordre du tableau des adjoints, il est nécessaire de refaire une élection de tous les adjoints et pour ce faire les adjoints en poste doivent tous démissionner. La préfecture doit donner son accord sur les démissions avant que la convocation du conseil municipal dont l’ordre du jour comprend cette nouvelle élection des adjoints, soit envoyée. La liste doit être composée alternativement d’un candidat de chaque sexe. (Voir les articles L.2122-7-2 et L.2122-15 du CGCT).

Politique politicienne

Publié le 1 juillet 2022
fou

Décidément M. Boutafa, homme de main, de l’ancien maire corrompu ne parvient pas à respecter les règles de la bienséance durant le conseil municipal. Il a de nouveau agressé violemment l’adjoint au maire chargé du personnel, Pierre Mériaux. Il a fallu que le maire intervienne pour que cela cesse. M. Boutafa a été exclu du syndicat Force ouvrière et condamné en première instance à deux ans de prison dont un ferme, dans l’affaire du réseau d’exploitation de ressortissants vietnamiens dans plusieurs restaurants, où il avait des intérêts ainsi que sa conjointe, ancienne agente de la ville.


Victoire idéologique de l’extrême-droite qui fait froid dans le dos. Hommage à l’OAS et à l’œuvre coloniale en Algérie organisé à Perpignan par le maire d’extrême-droite. Non seulement l’exécutif ne réagit pas mais E. Macron et O. Véran renvoient dos-à-dos le RN et LFI comme si la gauche anticolonialiste avait quelque chose de commun avec l’extrême droite qui se cache dans le Rassemblement National.
Et comme si cette situation ne suffisait pas, le président du Sénat déclare qu’il souhaite que la présidence de la commission des finances revienne au Rassemblement national. Chirac doit se retourner dans sa tombe devant toutes ces digues qui tombent entre la droite et l’extrême droite. Heureusement la règle démocratique a été suivie puisque la NUPES étant plus nombreuse que le RN, c’est Eric Coquerel qui a été élu président de cette importante commission.

Politique politicienne

Publié le 17 juin 2022
fou

Dans notre agglomération, pour le second tour des élections législatives, les candidats macronistes ont tous fait le plein de soutien de personnalités très à droite ainsi que des candidat-es de droite éliminé-es au premier tour. Ils ont même reçu – c’est un comble ! – le soutien très clair de l’ancien maire corrompu de Grenoble, et ne l’ont pas refusé. L’éthique commande pourtant parfois, en politique, de faire le tri dans ses soutiens, permettant ainsi de montrer que tout n’est pas acceptable. On sent une forme de sauve-qui-peut dans cette recherche et cette acceptation de tous soutiens d’où qu’ils viennent. La légende du soi-disant « centre gauche » d’E. Chalas tombe à l’eau (trouble).


A l’élection présidentielle, après le premier tour Macron a fait appel aux électeurs pour qu’ils refusent de voter pour le Rassemblement national. L’ensemble des formations politiques composant la NUPES se sont prononcées pour qu’aucune voix n’aille à Marine Le Pen et la majorité de leurs électrices et électeurs ont voté pour Macron, le reste s’abstenant. Le Président a tenu à remercier pour cet acte démocratique et républicain. Mais le soir du premier tour des législatives des responsables macronistes et non des moindres, ont déclarés que lorsqu’il y aurait un duel RN contre NUPES, ils auraient une position qui dépendra du candidat NUPES, oubliant les principes républicains les plus élémentaires et ce ne sont pas les rectifications assez molles qui ont pu effacer ces déclarations lamentables. Et Macron en partance pour la Roumanie en rajoute une couche désastreuse : « dimanche, aucune voix ne doit manquer à la République, je compte sur vous pour doter le pays d’une majorité solide ». C’est-à-dire qu’il n’y a que son camp dans la République !!! Il vaudrait mieux changer de majorité le 19 juin, personne n’est propriétaire de la République, et un changement de majorité pourrait nous offrir une nouvelle ère républicaine.

Politique politicienne

Publié le 10 juin 2022
fou

Que dit la loi concernant un appel au Conseil d’Etat contre l’ordonnance du tribunal administratif du 25 mai, suspendant une phrase dans le règlement des piscines grenobloises ? Suivant l’article L 2131-6 du CGCT : « La décision relative à la suspension est susceptible d’appel devant le Conseil d’Etat dans la quinzaine de la notification. En ce cas, le président de la section du contentieux du Conseil d’Etat ou un conseiller d’Etat délégué à cet effet statue dans un délai de quarante-huit heures. ». La ville a transmis son appel le 2 juin au Conseil d’Etat, donc dans le délai prévu par la loi, mais on apprend que le Conseil d’Etat tiendra l’audience seulement le 14 juin soit plus de 10 jours après le dépôt de l’appel et la décision sera rendue plus tard. On est très loin du respect du délai de 48 heures imposé par la loi. Le président de la section du contentieux du Conseil d’Etat a eu tout le temps de se faire son opinion. Le Conseil d’État juge en dernier ressort, ses décisions sont définitives et ne peuvent pas être contestées, ce qui lui permet de prendre des libertés avec la lettre de la loi. Reste que le choix de tenir une audience entre les deux tours d’une élection législative sur un tel sujet est vraiment troublant.

Politique politicienne

Publié le 3 juin 2022
fou

Clémenceau disait : « Quand on veut enterrer un problème, on crée une commission ». C’est exactement ce que fait Jupiter Macron à propos de la crise de l’hôpital juste avant les élections législatives pour faire croire qu’il s’intéresse au problème alors que durant 5 ans il a continué, avec son Ministre de la santé Oliver Véran, à fermer des lits à l’hôpital, vaisseau amiral de notre service public de santé. Et comme le rappelle un porte-parole du Collectif inter-urgences, les rapports du Sénat et de l’Assemblée nationale ont déjà décrit la situation dans les hôpitaux. Il ne voit pas de solutions pour rouvrir les urgences d’ici l’été et le collectif dénonce l’insuffisance des capacités dans l’hôpital public, depuis trois ans, avant même le covid. Il a des mots très durs : « Il y a trois ans, on annonçait qu’on allait droit vers un effondrement. On est maintenant dans l’effondrement… Il faut arrêter cette course aux économies…, il faut stopper les fermetures de lits, les fusions avec des projets d’hôpitaux immenses qui seront des usines du soin. Il faut une refonte complète du système de santé. Il faut repenser la santé pour les besoins de la population et pas pour la nécessité économique de notre pays. » 


L’ancien maire corrompu, A. Carignon continue à faire de la mauvaise communication. Il s’agite pour demander au maire de Grenoble de consulter le conseil municipal ou les présidents des groupes politiques présents avant de décider de faire appel de l’ordonnance du juge des référés de Grenoble qui a suspendu une phrase du règlement des piscines. Or le maire a reçu le 3 juillet 2020 une délégation du Conseil municipal qui l’autorise « à intenter au nom de la commune les actions en justice ou de défendre la commune dans les actions intentées contre elle, devant toute juridiction en première instance, en appel ou en cassation, en référé ou au fond. » A. Carignon devrait plutôt se poser la question du maintien du référé suspension de sa collègue Mme Boer contre la délibération adoptant le règlement des piscines, qui vient de subir un refus du tribunal (non lieu à statuer) car il demandait une suspension d’un acte déjà suspendu ! C’est vraiment de la politique politicienne.

Politique politicienne

Publié le 27 mai 2022
fou

Un exemple de grande naïveté. Trois citoyens grenoblois, que nous connaissons bien, croient pouvoir dévoiler un secret important concernant le vote des élu-es majoritaires sur le règlement des piscines municipales… D’après eux, tout était préparé d’avance.  Malheureusement ce n’est pas un scoop. S’ils avaient écouté le conseil municipal, le maire l’a clairement indiqué au moment du vote : le groupe GEC prépare les conseils municipaux d’avance ! Ce serait dangereux pour les habitants si les conseils municipaux n’étaient pas préparés correctement par la majorité qui a été élue. Pourquoi veulent-ils donner une leçon, car ces trois citoyens grenoblois n’ignorent pas qu’il est très rare qu’un maire laisse présenter une délibération importante qui pourrait être refusée, ou alors c’est qu’il aurait très mal géré la situation.

Politique politicienne

Publié le 29 avril 2022
fou

Le saviez-vous ? Lors du deuxième tour de l’élection présidentielle, au bureau de vote les Eaux Claires 2 présidé par Carignon, ce dernier a installé en toute irrégularité des enfants mineurs à  une deuxième table de dépouillement. Le code électoral (article L 65) précise que les scrutateurs sont choisis parmi les électeurs. Un recours devant le Conseil Constitutionnel aurait fait annuler l’ensemble des 708 votes de ce bureau qui devrait être rebaptisé « Les Eaux-troubles n°2 » en mémoire de l’action de l’ancien maire corrompu qui est toujours prêt à violer les lois à son profit. Pour connaitre les irrégularités remontées au conseil Constitutionnel et qui ont fait annuler les suffrages lire ici.


Le résultat de l’élection présidentielle oblige beaucoup de monde. Jupiter Macron se sent obligé par le résultat, le gouvernement se sent obligé, tous les soutiens macronistes se sentent obligés… La solution la plus simple et la plus efficace pour que la politique de la France évolue fortement sous l’obligation de ce vote c’est de donner une majorité de gauche et écologiste lors des élections législatives de juin. Sinon le risque est de voir la politique libérale autoritaire et antisociale continuer à déchirer la société. La Constitution (article 20) donne au gouvernement la charge de déterminer et de conduire la politique de la Nation, il dispose pour cela de l’administration et de la force armée. Les cohabitations passées ont montré que les pouvoirs du président étaient alors limités. Et si cet objectif d’une cohabitation imposée n’est pas atteint il faut au moins envoyer à l’Assemblée le pack le plus fort possible de député-es combatifs-ves pour contrôler l’exécutif.

Politique politicienne

Publié le 22 avril 2022
fou

Le 16 avril un miracle a eu lieu à Marseille, peut être grâce à l’intervention de la Bonne Mère ! Jupiter Macron qui avait démontré durant son mandat son opposition à une politique préparant la nécessaire transition écologique et énergétique, a fait un virage à 180 degrés. Il pille sans retenue les programmes de Mélenchon et de Jadot !  Il a tellement peur de ne pas être réélu qu’il veut donner des arguments aux électeurs de ces candidats en évitant l’abstention, mais surtout les encourager à voter pour lui. Mais attention, il s’agit d’un spécialiste des promesses non tenues.  Il avait promis dès fin 2017 que plus personne ne dormirait dans la rue, qu’il appliquerait les conclusions de la convention citoyenne pour le climat sans filtre, qu’il arrêterait les pesticides, qu’il engagerait une réforme constitutionnelle pour un parlement à représentation proportionnelle… On a vu ce qu’il en est advenu. C’est donc le moment de rappeler la fameuse phrase de Chirac : « les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent ». En politique seuls les actes comptent et il vaut mieux faireconfiance à l’original qu’à la copie. Conclusion : merci M. Macron d’encourager un vote aux législatives, pour celles et ceux qui portent les propositions écologiques dans leurs programmes et leurs actions politiques, à tous les niveaux, européen, national et local depuis des années et qui seront les garants de l’application de leurs programmes.

Politique politicienne

Publié le 15 avril 2022
fou

Encore un appel inefficace à la vidéosurveillance, d’autant plus surprenant qu’il vient d’un policier qui devrait savoir que les personnes qui ne veulent pas être repérées par une caméra savent très bien échapper aux caméras de vidéosurveillance qui doivent être annoncées clairement. Dans un article du Dauphiné Libéré du vendredi 8 avril parlant de « Ces saboteurs de l’ultra-gauche insaisissables depuis cinq ans » cite une déclaration d’un policier qui explique « le choix de la région grenobloise pour réaliser une telle série d’opérations » : « ils savent qu’ici il n’y a pas de potentiel de vidéosurveillance permettant de retracer leur parcours. » C’est en fait un aveu d’impuissance car dans ce genre de criminalité très organisée, seul le renseignement humain est efficace.  Notre police n’en a plus les moyens. Elle est occupée à traquer les dealeurs de stupéfiants, sans pouvoir faire arrêter ce trafic. Ce policier ne devrait-il pas plutôt demander des postes plutôt que des caméras ?


Mme Chalas future ex-députée de Grenoble déclare le soir du premier tour de l’élection présidentielle : « Il n’y a pas de sujet extrême droite à Grenoble ». Plus de 16 % des suffrages exprimés dans la ville et plus de 24 % dans l’agglomération, ce n’est pas un problème pour elle. Ou alors elle espère pouvoir compter sur les vois d’extrême droite à l’élection législative de juin 2022. Le Conseil constitutionnel a invalidé un certain nombre de votes dans diverses communes. A noter dans la commune de Lieudieu (Isère), dans laquelle 192 suffrages ont été exprimés, le bureau de vote a fermé prématurément à 18 heures en méconnaissance des dispositions du paragraphe II bis de l’article 3 de la loi du 6 novembre 1962 en vertu desquelles le scrutin ne peut être clos avant 19 heures. Cette irrégularité étant de nature à empêcher des électeurs d’exercer leur droit de suffrage, il y a lieu d’annuler l’ensemble des suffrages exprimés dans la commune. Pour découvrir toutes les irrégularités effectuées dans les petites ou grandes communes cliquer ici.