Série circassienne

Publié le 22 juillet 2011

Ah ! L’honneur ! que ne ferait-on en son nom, surtout quand il prend la forme d’une breloque remise en légion sous les ors de la République. La dernière livraison du mois de juillet 2011 mérite un éclairage spécial. C’est d’abord P. Gascon décoré des insignes de grand officier. « Grand résistant » certes, mais aussi juge au tribunal de commerce, Président de la Chambre de Commerce et d’Industrie (CCI), conseiller général et régional ; et surtout premier adjoint du maire corrompu pendant 12 ans, puis maire par intérim quand ce dernier était « empêché », autrement dit incarcéré. En remettant ces insignes à P. Gascon, en présence de A. Carignon (toujours là où il faut) N. Sarkozy a eu cette phrase définitive « Vous avez toujours été fidèle à vos idées et à vos amis. Vous imaginez combien ce trait de caractère ne peut me laisser indifférent ».

Une autre « fidèle », Jeannie Longo a été faite , elle, commandeur de la légion d’honneur. Au-delà de ses exploits vélocipédistes, on sait qu’elle en connaît un rayon sur le plan politique. On retiendra qu’elle a été l’une des adjoints de A. Carignon (époque bénie où sévissaient simultanément trois adjoints au sport) et qu’elle a fait partie du comité d’accueil du maire corrompu à sa sortie de prison. Voilà au moins deux faits d’armes qui justifieraient à eux seuls cette promotion. Mais il faut ajouter le dernier en date : la demande faite conjointement avec le préfet de l’Isère Le Douaron de promouvoir Guy Chanal, chevalier de la légion d’honneur. Il était temps en effet, car l’ordre national du mérite, déjà obtenu, n’était pas à sa mesure. Installé comme directeur du Palais des Sports par A.Carignon (encore et toujours lui) G. Chanal s’est vu confirmé dans cette fonction par M. Destot qui lui a également confié en 2009 la direction de la SEM (Société d’Economie Mixte) Alpexpo (palais des expositions, Summum et Alpes Congrès). C’est dire s’il doit être méritant.

Pour preuve le fonctionnement de l’association Palais des Sports. Les quelques manifestations (avec ou sans l’appui des amis producteurs de TF1) qui s’y déroulent sont depuis bien longtemps, majoritairement déficitaires. Cet équipement vit sous perfusion des collectivités territoriales particulièrement de la Métro et de la ville de Grenoble tant pour son fonctionnement que pour ses investissements. Ces derniers, indispensables quand il s’agit de mise en conformité des bâtiments le sont un peu moins quand ils relèvent des seuls caprices du directeur des lieux. Rien ne résiste à l’homme à poigne G. Chanal, pas même Alpexpo.

Gageons qu’à l’instar du Palais des Sports là aussi il saura redresser la situation, quitte à prendre des mesures brutales. Sa fausse démission récente, dans le style “retenez-moi où je fais un malheur…” a conduit le maire, qui le soutient mordicus, à le confirmer à son poste de Directeur général d’Alpexpo, renforçant ainsi sa position de toute puissance. Prestidigitateur, (re)dresseur, contorsionniste, il est tout à la fois. Rien d’étonnant à ce que ses insignes lui soient remis à l’automne prochain au Palais des Sports, au moment du Festival International (excusez du peu) du Cirque.

Mots-clefs : , ,

Le commentaires sont fermés.