La ville est sale : notre article fait réagir les habitants

Publié le 10 janvier 2014

De nombreuses réactions nous sont parvenues suite à l’article sur « la ville est sale, que font le maire et sa majorité ? », démontrant qu’il s’agit d’un problème sensible et présent dans tous les quartiers. Le stock d’encombrants rue Sainte Ursule a été enlevé très rapidement après que nous l’ayons signalé, si nous ne l’avions pas fait, il y serait encore… Voici les principales réactions :

Un habitant du Village Olympique

« Pour les encombrants le système de collectage par bennes, qui fonctionnait, a été abandonné en raison du plan Vigipirate.

Actuellement, la régie de quartier enlève ces encombrants sur la commande des bailleurs sociaux donc indirectement aux frais de ses locataires. A noter que  suite à une facturation trop généreuse, la Société Dauphinoise pour l’Habitat (SDH) demande maintenant à ses gardiens d’évaluer chaque fois le cubage enlevé pour revenir à une facturation plus raisonnable.

Depuis plusieurs années, la  Métro verse des subventions très importantes à la régie de quartier (plusieurs centaines de milliers d’euros)  pour des actions propreté mais le résultat reste plus qu’aléatoire. Le Village Olympique, par exemple, ne bénéficie aucunement des mesures d’accompagnement pour l’externalisation des déchets lorsque les vide-ordures sont supprimés.

Les actions des associations en faveur de la propreté ne sont pas encouragées : la symbolique “journée propreté” a été abandonnée. Les actions éducatives sous forme de spectacle dédié aux enfants ne bénéficient d’aucune promotion.

Il y a plusieurs années Suzanne Rosembert avait fait à la Villeneuve dans le cadre d’une action financée par le CG “tout par dessus bord, tout à la mer” un travail remarquable. Mais il n’y a eu aucune suite à cette démarche.

La propreté devient un véritable point noir. Dans le cadre des visites propreté des associations de locataires, nous avons à déplorer que certains appartements (situés principalement en rez-de-jardin) soient envahis par les rats.

Il y a effectivement  pour ce problème de propreté des propositions à formuler et à mettre en œuvre.

Avec tous mes vœux de réussite à” Grenoble, une ville pour tous

Un habitant du centre ville

« La solution ne devrait pas être trop compliquée. Il faudra proposer un enlèvement gratuit d’encombrants pour ces ménages qui ne disposent pas de voiture. Seul problème: comment prouver que quelqu’un n’a pas de voiture ? De toute façon une sorte de passeport pour les “sans-voitures” qui donne accès à un certain nombre de services à tarif réduit ou gratuits est peut-être une bonne idée. »

Un habitant de Flaubert

« Pourquoi pas comme à Lyon où des bennes sont mises à disposition dans des endroits choisis, 2 jours par semaine, ce qui permet à des gens moins fortunés de trouver leur bonheur en faisant de la récup. Savez-vous qu’à Lyon, les bennes sont souvent presque vides lorsque les employés de la Métro viennent les prendre.

Des modèles qui satisfont les administrés existent dans d’autres Villes, il n’y qu’à s’en inspirer. »

Une habitante de la Villeneuve

« L’idée des bennes me semble intéressante ; mais assurément pas la gratuité pour certains et pas pour tous. Peut être un numéro de téléphone pour demander un enlèvement des encombrants ? Mais pas totalement gratuit. Ou la belle expérience de la Régie de Quartier à Villeneuve, qui, tous les samedis assurait un “accueil “ des encombrants en récompensant les dépôts par des lots à consommer sur le quartier. La citoyenneté demande un petit effort, comme celui d’apporter ses encombrants jusqu’à un lieu de collecte. Reste le problème des personnes âgées ou fragilisées… Là c’est par contact téléphonique que l’enlèvement pourrait se régler, et avec petite participation financière. »

Une habitante de la Villeneuve

« Certains s’en souviendront peut être: il y a bien longtemps, des bennes étaient mises à disposition quelques jours par mois dans des lieux déterminés, à tour de rôle dans les différents quartiers. L’info des jours et lieux était donnée par la municipalité. Je trouvais cela plutôt pratique, et même sympa pour les adeptes de la récup’… »

Une membre de l’Union de quartier Notre Dame

« L’union de quartier Notre Dame avait demandé à l’antenne de mairie un ramassage exceptionnel des encombrants à titre d’essai sur le quartier (zone piétonne, accès en voiture restreinte, habitants n’ayant pas de voitures …) pour palier aux abandons sauvages qui se font, sans doute “sans témoins” et aux frais des contribuables (car c’est bien la ville qui prend en charge ce ramassage).

Nous avions proposé une fête inter générationnelle de montées d’immeubles, où les voisins s’entraidaient entre eux pour descendre ces encombrants, et se retrouvent ensuite autour d’un verre festif ! (après l’effort, le réconfort) ! Un évènement qui crée du lien !

Ce ramassage exceptionnel nous a été refusé sans explications  alors que les abandons dans les rues piétonnes sont parfois extrêmement visibles ! »

Mots-clefs :

Le commentaires sont fermés.