Politique politicienne : le centre à droite, tentatives de démarquage au PS, contradictions au PC

Publié le 9 mars 2014

PanneauxdeLongevialleA droite, la liste « imagine Grenoble » essaye de tromper l’électeur en affirmant que c’est la seule liste 100 % centriste. Dans les faits c’est une liste 100 % à droite comme l’a démontré de Longevialle durant tout le mandat. D’ailleurs Grenoble est classée bonne dernière en urbanisme parmi les grandes villes. Et en plus il est très envahissant, s’accaparant tous les panneaux électoraux, ce qui est strictement interdit !

Le candidat du PS court après les propositions de la liste du rassemblement menée par Eric Piolle et il est obligé de les dénaturer pour essayer de faire diversion. Ainsi il est gêné par la charte d’Anticor (association luttant contre la corruption) et pour justifier qu’il ne la signe pas, il explique que cette association a été méchante avec M. Destot ! (voir notre article du 16/11/12 “Anticor épingle le député-maire”). Il se sent obligé de rendre public son patrimoine, comme l’a fait Eric Piolle, mais sera-t-il aussi précis ?
Sur la gratuité des transports en commun que le Rassemblement “Grenoble une ville pour tous” propose de mettre en place pour commencer pour les jeunes de 18 à 25 ans, J. Safar démontre son incompétence : ce n’est pas la ville de Grenoble qui peut décider de cela mais le SMTC, et donc si seule la ville de Grenoble est sur cette position, elle pourrait rembourser le SMTC ; remboursement que J. Safar chiffre à… 6,8 M€ , alors que même en incluant les enfants dans cette mesure cela reviendrait à environ 2,5 M€ pour le budget municipal (et ce serait bien sûr moins cher se en limitant dans un premier temps aux jeunes de 18 à 25 ans). Par contre, les alliés PC du candidat PS revendiquent eux la gratuité totale des transports en commun, qu’ils défendent -sans la chiffrer- en expliquant que J. Safar ouvre le débat sur ce point, autrement dit qu’il n’y est pas opposé ! Vous suivez ? Décidément cette liste aimer Grenoble tire dans tous les sens. Imaginons un seul instant qu’elle ait la responsabilité de la mairie, bonjour les dégâts !

Les élus du PC Grenoblois n’hésitent pas à réécrire l’histoire. Ils affirment avoir défendu la gestion directe des services municipaux ! Or, tout comme le PS ils se sont opposés à la remunicipalisation de l’eau en 1996 en votant la poursuite du contrat de corruption avec la Société d’économie mixte qui n’était qu’une coquille vide. Plus récemment ils ont voté la continuation du contrat avec la SEM GEG jusqu’en 2042, au lieu de militer pour le retour en régie municipale ; ils ont voté également les augmentations des tarifs du chauffage urbain. Les vrais militants communistes apprécieront. Ils devraient lire l’Humanité qui critique férocement le candidat  Safar…

Mots-clefs : ,

Le commentaires sont fermés.