Archives pour le mot-clef ‘Safar’

Politique politicienne : le centre à droite, tentatives de démarquage au PS, contradictions au PC

Publié le 9 mars 2014

PanneauxdeLongevialleA droite, la liste « imagine Grenoble » essaye de tromper l’électeur en affirmant que c’est la seule liste 100 % centriste. Dans les faits c’est une liste 100 % à droite comme l’a démontré de Longevialle durant tout le mandat. D’ailleurs Grenoble est classée bonne dernière en urbanisme parmi les grandes villes. Et en plus il est très envahissant, s’accaparant tous les panneaux électoraux, ce qui est strictement interdit !

Le candidat du PS court après les propositions de la liste du rassemblement menée par Eric Piolle et il est obligé de les dénaturer pour essayer de faire diversion. Ainsi il est gêné par la charte d’Anticor (association luttant contre la corruption) et pour justifier qu’il ne la signe pas, il explique que cette association a été méchante avec M. Destot ! (voir notre article du 16/11/12 “Anticor épingle le député-maire”). Il se sent obligé de rendre public son patrimoine, comme l’a fait Eric Piolle, mais sera-t-il aussi précis ?
Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : corrompu, acrobaties au centre, soutien illégal au PS…

Publié le 1 mars 2014

L’UMP sous le contrôle de Carignon. Le média PlaceGre’net et le Club de la presse de Grenoble organisent des débats contradictoires entre les têtes de listes aux municipales. Pour le premier débat sur l’économie, la fiscalité, les déplacements et l’urbanisme, M. Chamussy, s’était fait représenter par R. Cazenave, qui a eu plusieurs démêlées avec la justice (financement du RPR de l’Isère, abus de biens sociaux à la Compagnie de Chauffage). Pour le deuxième débat sur les questions de sécurité, de la vie culturelle et associative et l’action sociale il se fait représenter par… A. Carignon, qui s’est enrichi personnellement grâce à la corruption quand il était maire et président du conseil général. M. Chamussy est allé à Canossa. Il avait déclaré vouloir reléguer l’ancien maire corrompu dans l’arrière cours, mais la capacité de nuisance d’A. Carignon n’a pas de limites et le voila revenu au devant de la scène.

Lire le reste de cet article »

Les finances locales dans le projet municipal du PS : la double peine

Publié le 22 février 2014

tirelireDans le projet de J. Safar 2 (PS) il manque un avertissement au lecteur rappelant que Safar 1 n’avait pas tenu les promesses de 2008, notamment sur les impôts, et qu’en conséquence il n’est pas plus engagé par celles qu’il fait en 2014.

Une lecture rapide peut faire croire que la liste PS propose une diminution de la taxe foncière pour le contribuable grenoblois. Malheureusement ce n’est pas si simple que ça.

En fait le seul engagement écrit c’est la stabilité de la somme des taux des impôts (pris sur les ménages) de la Métro et de Grenoble. C’est « le pacte fiscal républicain ».

S’il y a des dépenses transférées de la ville à l’agglo, alors il pourra y avoir baisse de la taxe foncière à Grenoble, mais évidement augmentation égale coté Métro. Donc pour le contribuable cela ne changera rien sur sa feuille d’impôt local. Il y aura diminution d’une colonne et augmentation de l’autre, donc la même somme à payer.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : corrompu, attente à droite, accord PC / PS, vieilles rengaines

Publié le 22 février 2014

Contrairement à ce que nous avions indiqué, M. Chamussy a bien remplacé le candidat manquant sur sa liste par A. Xiberas, qui était candidat UMP aux cantonales de 2011 à Grenoble. M. Chamussy se félicite de la présence de l’ancien maire A. Carignon sur sa liste : “Il a été le maire, il a un regard et une expérience et a toute sa place sur ma liste de 59 personnes”. Effectivement il a une expérience d’avoir mis la ville en état de quasi faillite et d’avoir vendu les services publics à de puissants intérêts privés. On avait cru comprendre que la tête de liste de l’UMP ne voulait pas trop voir l’ancien maire sur sa liste, il semble avoir évolué et trouve cela bien…

Lire le reste de cet article »

J. Safar, ou la fausse démocratie

Publié le 15 février 2014

Comment faire semblant d’avoir une analyse indépendante sur son bilan et valoriser son programme ? Voici comment fonctionne J. Safar : demander à deux personnalités qualifiées d’indépendantes de réunir un groupe de travail (dont les noms des participants sont restés secrets…) pour donner des pistes sur l’avenir de la ville. Il aurait été intéressant d’avoir sur ces questions un débat contradictoire qui aurait permis d’éclairer les citoyens. Mais cela ne fait pas partie de la culture de la majorité sortante qui estime avoir toujours raison et qui a été incapable de présenter différents scénarios dans ses projets.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : attente à droite, JO, promesses de campagne

Publié le 15 février 2014

A droite, on attend… Toujours sans nouvelles du 59 ème candidat sur la liste de l’UMP de M. Chamussy. Qui va remplacer le démissionnaire ? Toujours sans nouvelles de la liste de D. Bonzy qui arpente seul les rues de Grenoble,ou de celle de de Longevialle et du Front national. Y aurait-il des difficultés de dernière minute ?

Le candidat de droite, Ph. de Longevialle s’est permis une attaque personnelle contre le Président de l’Union de Quartier Berriat parce qu’il n’était pas invité à un débat lors de l’assemblée générale de l’Union de quartier. Cette dernière a invité les listes qui ont rendu public leurs 59 candidat-e-s, ce que n’a toujours pas fait de Longevialle. Ce candidat est un spécialiste des fausses informations et des coups bas, il avait été exclu du Modem pour avoir fait un faux courriel mettant en cause un de ces concurrents. Ce comportement inadmissible n’a pas eu l’air de poser de problème à la liste Safar, il faut dire que de Longevialle est un pilier de la majorité sortante et qu’il a été fortement soutenu par le PS durant tout le mandat.

Lire le reste de cet article »

Si on parlait enfin sérieusement de la sécurité à Grenoble ?

Publié le 8 février 2014

Les réactions de la droite aux divers évènements qui se sont déroulés ces derniers jours dans divers quartiers de Grenoble (agression, voitures brulées…), ne sont que de pauvres discours électoralistes qui n’apportent aucune solution réelle. La droite proteste contre l’immobilisme des pouvoirs publics, oubliant que c’est elle qui a supprimé la police nationale de proximité, qui était une police efficace et proche de la population. C’est elle qui a supprimé des milliers de postes de policiers et qui a transformé la police en brigades coup de poing abandonnant certains quartiers aux mains des trafiquants. Voir la tête de liste UMP, et son mentor l’ancien maire corrompu, faire croire qu’ils résoudront tout s’ils étaient aux commandes démontre qu’ils sont totalement incompétents pour gérer la ville, ne sachant même pas quelles sont les compétences du maire et celle de l’Etat sur la sécurité des biens et des personnes.

Les réactions du maire et de J. Safar ne sont pas non plus à la hauteur des réalités. Ils font semblant de croire que le renforcement de la police municipale va pallier l’absence ou l’insuffisance de la police nationale. L’armement de la police municipale est un leurre total : si les agents de la police municipale se sentent menacés, c’est à la police nationale de les protéger.

Il faut arrêter de faire croire qu’il y a des solutions miracles dans le domaine de la sécurité, que ce soit la vidéosurveillance ou l’armement de la police municipale.

Pour commencer à construire des solutions efficaces et durables il faut que chaque administration, à son niveau, remplisse correctement ses propres compétences.

Lire le reste de cet article »

GEG : le service public à la sauce Safar, indigeste !

Publié le 25 janvier 2014

Voila un témoignage oh combien symptomatique du fonctionnement de certains services public à Grenoble. GEG, service public, présidé par J. Safar est incapable de prendre en compte des situations anormales dans lesquelles il a pourtant une part de responsabilité. Une locataire d’un logement social, femme seule, mère de deux enfants, aux faibles ressources, intègre son logement fin 2012. Ce logement a un chauffage au gaz et donc devrait bénéficier d’un tarif B1 (0,066 €/KWh), mais GEG lui propose sans aucun conseil et sans s’enquérir de l’équipement du logement, un tarif dit B0 (0,0863 €/KWh) soit 30% plus cher !

Lire le reste de cet article »

L’électeur préférera toujours le vrai au toc : le Rassemblement original, le seul qui vaille !

Publié le 21 décembre 2013

La majorité sortante qui est la base de la liste de J. Safar (vous savez, la liste de celui qui dit «Aimer Grenoble Pour Vous » ! A votre place, par procuration, comme si vous ne saviez pas l’aimer toute seule ou tout seul, avec vos enfants, vos parents, vos ami-es, vos voisins), une liste qui n’a pas beaucoup d’idées neuves à part jouer les coucous. En panne de propositions elle pique allègrement dans les propositions du Rassemblement « Grenoble une ville pour tous » mené par Eric Piolle. Mais bien sûr il s’agit d’une mauvaise copie de l’original. L’hommage du vice à la vertu en quelque sorte !

Exemples :

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : Fioraso, Carignon, Dumolard, Safar

Publié le 21 décembre 2013

Geneviève Fioraso pas très sympa avec J . Safar. La ministre a déclaré qu’elle espérait que J. Safar serait bien élu, c’est-à-dire dès le 1er tour. Tous les analystes politiques savent que l’élection se jouera sur 2 tours. Destot lui-même avait, en 2008, essayé et échoué de passer dès 1er tour ; ça n’est pourtant pas faute d’avoir fait le maximum pour y parvenir, en s’associant avec des personnes de droite, dont des membres des équipes Carignon successives. C’est dire jusqu’où il est allé s’allier et s’aliéner. Donc si par hasard, J. Safar est élu, ce sera au second tour, c’est-à-dire qu’il aura été mal élu selon la ministre. Toujours vacharde !

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : flottements à droite, pédalage au PS

Publié le 6 décembre 2013

La liste Dumolard s’est auto-détruite. Comme on pouvait s’y attendre l’aventure solitaire est terminée. Il ne rejoindra pas la liste UMP, mais engage une discussion avec D. Bonzy qui laisse croire à une liste « indépendante » alors que cet ancien bras droit du maire corrompu a toujours été de droite. Le renfort de Dumolard qui dit « respecter le Front National » constituerait un attelage toujours plus à droite.

Lire le reste de cet article »

PS : l’allégeance renouvelée aux nanotechnologies

Publié le 6 décembre 2013

Lors de l’inauguration de la plate-forme nano-sécurité à Grenoble – un outil pour accompagner l’utilisation des nanomatériaux au service de la recherche et de l’industrie, les officiels ont fait leurs discours toujours assez convenus.

J. Safar qui représentait le maire (il est partout, à croire qu’il est en campagne !) mais qui est aussi conseiller régional, s’est félicité de cette réalisation. Par contre il n’a pas manqué de dire sa honte du mauvais accueil que certain-e-s (sans les nommer) avaient réservé à Jean Therme en commission « enseignement supérieur recherche » à la Région. Il a ainsi assuré au directeur de la technologie du CEA qu’il se soumettrait à ses demandes et a fait allégeance au puissant lobby des nanotechnologies.

Geneviève. Fioraso s’est comportée comme la ministre de la technologie oubliant qu’elle n’était que ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche. Dès qu’on prononce le mot nano elle accourt pour se prosterner devant la nouvelle divinité qui va sauver le monde.

Politique politicienne : gabegie à droite, rôles au PS…

Publié le 23 novembre 2013

A droite la gabegie continue

Les spécialistes du ralliement cherchent là où la soupe pourrait être bonne : A. Serrag lorgne du coté de Chamussy. Du côté de l’UDI de Borloo c’est le grand n’importe quoi : ce pourrait être avec Chamussy, ou Carignon et pourquoi pas Bonzy. On attend toujours la décision des instances nationales de l’UMP, pour l’instant Nathalie Béranger joue les arbitres et fait l’impossible union (autour d‘elle ?). Les petits candidats aux primaires (Piton et Lecordier) étaient des poissons pilotes de Carignon et Chamussy. Chacun avait mis un sous marin pour préparer des ralliements à un éventuel second tour des primaires. Chacun a maintenant rallié son pilote.

Lire le reste de cet article »

Le PS perd le nord en parlant déplacements

Publié le 23 novembre 2013
TractSafarTramAExtrait

Extrait du tract sur lequel figure un arrêt de tram inexistant !

Le candidat du PS aux municipales convie les habitants à une réunion publique sur les déplacements dans la ville et leur indique de prendre la ligne de Tram A pour descendre à l’arrêt Notre Dame ! Les éventuels auditeurs de la parole usée de ce candidat qui soutient l’austérité gouvernementale doivent s’attendre à un jeu de piste grandeur nature, puisque d’arrêt Notre Dame sur la ligne A il n’y a pas.

Pour leur éviter tout déplacement inutile, voici en deux mots l’objet de cette réunion :

Lire le reste de cet article »

Poème politique : point de Coucou à Grenoble !

Publié le 23 novembre 2013

Suite au lancement de la campagne du candidat PS, de nombreux poèmes nous sont parvenus, il a fallu en choisir un  :

«  Il aime Grenoble pour nous ?

Mais ce nid ne veut point d’un coucou !

Moins il en fait

Plus il comptine

En erreur se plait

Et confiture tartine  »

Politique politicienne : pédalage à droite, moulinage au PS

Publié le 9 novembre 2013

A droite on s’éclate : M. Chamussy essaye de montrer qu’il partira de toutes façons en louant un local de campagne. Réponse du berger à la bergère : le trio Peyrin, Piton et Carignon décident de tenir des permanences dans un local situé en face du siège de l’UMP, et traitent Chamussy de diviseur. Dumolard veut apparaître comme chef de file d’une liste indépendante alors qu’il est bien marqué à droite et critique Bonzy qui vient manger à son râtelier en se présentant comme société civile.

Lire le reste de cet article »

Les échos du Bd Jean Pain

Publié le 26 octobre 2013

vivre-a-grenoble-esplanadePeu avant la séance du Conseil municipal du 21 octobre 2013, sur le parvis de la mairie, l’association « Vivre à Grenoble » s’est rappelée au bon souvenir de la majorité municipale. Forte de 10 000 signataires grenoblois de la pétition contre le projet de l’Esplanade et malgré son inscription à l’ordre du jour du Conseil municipal du 17 juin dernier qu’elle avait su imposer, l’association estime que la majorité se comporte comme si ce débat n’avait jamais eu lieu. En effet à ce jour aucune réponse à ses demandes de non occupation du périmètre de l’Esplanade, de référendum sur le projet de l’Esplanade, ni à sa proposition alternative de moratoire jusqu’aux élections de mars 2014. Ainsi va la démocratie participative à Grenoble, lorsque 10% du corps électoral grenoblois s’exprime clairement. Et visiblement cela risque de durer puisque L. Masson adjointe à la démocratie locale présente sur le parvis de la mairie, et tournant le dos aux membres de « Vivre à Grenoble » indique aux journalistes dans un même mouvement que « la concertation, on est en plein dedans » et que « le projet a été retravaillé ». De deux choses l’une, ou le projet a été retravaillé et la concertation n’a plus lieu d’être, ou bien la concertation est en cours et le travail se poursuit. Or on apprend que le cabinet de Portzamparc présentera ses modifications. C’est bien ce que l’on disait, on attend toujours une vraie concertation.

Lire le reste de cet article »

Municipales : il ne faut pas vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué

Publié le 26 octobre 2013

Les têtes de listes aux élections municipales distribuent déjà les postes aux personnes qu’ils veulent voir les accompagner dans la victoire en mars 2014. A voir les mines inquiètes de certains sortants on se rend compte que leur qualification n’est pas acquise. D’autres qui avaient déclaré qu’ils ne repartiraient pas se contredisent après avoir eu l’assurance d’être bien placés sur la liste. C’est le cas de la présidente d’ACTIS, actuelle adjointe au logement qui se voit déjà vice-présidente à la Métro chargée du logement, après avoir déclaré clairement et définitivement au conseil d’administration d’ACTIS qu’elle ne se représenterait pas. Conclusion, J. Safar distribue les postes comme s’il était déjà le prochain maire. Attention, les promesses n’engagent que ceux qui les écoutent.

Politique politicienne : paralysie, simplisme et explosion potentielle

Publié le 19 octobre 2013

A l’UMP38 c’est la paralysie. M. Chamussy s’étant rendu compte qu’il était piégé par la proposition de l’UMP nationale, a essayé de s’en sortir en proposant de déclasser A. Carignon après la 15ème place sur la liste. Evidemment la proposition initiale étant refusée l’affaire est repartie à Paris qui reprend le dossier et dans un mois une nouvelle décision devrait tomber : voir notre article « l’UMP38 et le marionnettiste ».

Les vues simplistes de J. Safar

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne : l’UMP, le PS, le PC et les autres

Publié le 11 octobre 2013

La décision de l’UMP est donc tombée. La Commission nationale des investitures (dont fait partie Carignon) a suivi à la lettre ce que Carignon, Copé et Peyrin proposaient, une liste UMP à Grenoble où Chamussy serait n°1, Carignon n° 3, Piton n° 5 et Cazenave n° 7. Les places paires seront réservées à des candidates femmes. Est-ce que cet attelage va tenir la distance ? Depuis son retour à l’UMP, M. Chamussy a été obligé d’avaler de grosses couleuvres et s’il accepte cette situation, il sera la marionnette que le corrompu manipule. Un sondage commandé par MM. Chamussy et Cazenave réalisé par l’IFOP confirme que Carignon est le plus connu mais est refusé par une très large majorité des Grenoblois. D’où ce mariage de la carpe et du lapin qui renvoie aux heures sombres de la corruption à Grenoble entre 1983 et 1995. (voir le communiqué du rassemblement “Non au retour du corrompu à Grenoble !”)

J. Safar est donc accepté (sans enthousiasme) par le PS grenoblois comme tête de liste.

Lire le reste de cet article »