Politique politicienne : corrompu, attente à droite, accord PC / PS, vieilles rengaines

Publié le 22 février 2014

Contrairement à ce que nous avions indiqué, M. Chamussy a bien remplacé le candidat manquant sur sa liste par A. Xiberas, qui était candidat UMP aux cantonales de 2011 à Grenoble. M. Chamussy se félicite de la présence de l’ancien maire A. Carignon sur sa liste : “Il a été le maire, il a un regard et une expérience et a toute sa place sur ma liste de 59 personnes”. Effectivement il a une expérience d’avoir mis la ville en état de quasi faillite et d’avoir vendu les services publics à de puissants intérêts privés. On avait cru comprendre que la tête de liste de l’UMP ne voulait pas trop voir l’ancien maire sur sa liste, il semble avoir évolué et trouve cela bien…

A droite on attend toujours la liste de de Longevialle et D. Bonzy promet la sienne pour le 24 février… suspens insoutenable. Il semblerait que coté Bonzy on préfère Safar ! En effet un de ses colistiers déclare qu’il ne tapera pas sur Safar, par contre il critique Eric Piolle et Chamussy. D. Bonzy est soutenu par un patron qui a été longtemps un exilé fiscal pour fuir l’impôt sur la fortune ; comme modèle on peut trouver mieux.

Il y a accord national entre le PS et le PC pour faire liste commune à Echirolles et Saint Martin d’Hères. Mais cela ne changera pas grand-chose localement puisque la grande majorité des militants PS participeront à des listes de gauche et écologiste dans ces deux communes. Pour avoir cet accord national, le PC s’est couché à Grenoble et a rejoint la liste PS, malgré de fortes oppositions des militants. Pour essayer de se dédouaner, P. Voir raconte des contre-vérités en déclarant que la liste Piolle serait contre la construction de logements. La liste citoyenne, de la gauche et des écologistes est pour la construction de logements abordables par tous, mais contre la construction de logements trop chers et contre organiser une ville pour les riches, ce qui a été accepté par le PC grenoblois durant tout le mandat, sans compter l’augmentation des impôts locaux et des tarifs du chauffage urbain. Beau bilan !

J. Safar se présente comme le seul à faire barrage contre « cette droite qui revient avec ses anciennes gloires. » Déclaration mal venue de la part de quelqu’un qui vient de gérer pendant 6 ans avec une partie des anciennes gloires de la droite grenobloise ! Que ce soit M. Destot ou J. Safar, ce sont toujours les vieilles rengaines sur les écologistes grenoblois : ce ne serait pas des vrais écologistes mais des gauchistes. C’est exactement les mêmes discours que tenait Carignon entre 1983 et 1995. La réalité est pourtant très simple : à Grenoble les écologistes sont de gauche alors que le PS ne l’est plus !

Mots-clefs : , , ,

Le commentaires sont fermés.