Clause « Molière », suspension de l’exécution d’un marché public

Publié le 23 mars 2018

L’illégalité des clauses « Molière », qui imposent le français comme langue obligatoire sur les chantiers, se confirme. Le 13 mars la cour administrative d’appel de Paris (arrêt n°17PA03641) a suspendu l’exécution d’un marché d’exploitation d’une usine d’épuration, considérant que la présence d’une clause “Molière” était de nature à “créer un doute sérieux sur la validité du contrat”.

« Considérant que le moyen tiré de la contrariété des dispositions de l’article 8.5 du règlement de la consultation, intitulé : “Langue et rédaction de propositions et d’exécution des prestations”, selon lesquelles : “La langue de travail pour les opérations préalables à l’attribution du marché et pour son exécution est le français exclusivement”, avec les libertés fondamentales garanties par le Traité sur le fonctionnement de l’Union européenne, est de nature, en l’état de l’instruction, à créer un doute sérieux sur la validité du contrat ; que le préfet de la région d’Ile-de-France est donc fondé à demander la suspension de l’exécution du marché… »

 La CAA conclu : « L’exécution du marché d’exploitation de l’usine d’épuration Seine-Amont, conclu entre le Syndicat interdépartemental pour l’assainissement de l’agglomération parisienne (SIAAP) et la société Véolia Eau – Compagnie générale des eaux, est suspendue. »

A noter que ce syndicat (géré par des élus du PC et de LR) n’en est pas à sa première irrégularité, il est épinglé dans « le Canard Enchainé » du 21 mars 2018 à propos de différentes procédures pour marchés truqués.

Mots-clefs : ,

Le commentaires sont fermés.