Rapport de l’Observatoire des finances et de la gestion publique locales

Publié le 17 juillet 2020

Le rapport annuel de l’Observatoire des finances et de la gestion publique locales (OFGL) met en évidence le bon bilan de l’année 2019 pour les finances locales. Mais l’embellie n’a pas permis au secteur local de regagner la totalité des marges de manœuvre dont il disposait avant la période de baisse des dotations (2014-2017).  

Les indicateurs financiers des collectivités territoriales étaient au vert à la veille de la crise sanitaire.

Les dépenses de fonctionnement des budgets principaux de l’ensemble des collectivités locales ont augmenté l’année dernière de 1,1%, alors qu’en 2018 c’était seulement 0,3%. Il n’y a pas de dépassement de la limite de 1,2% fixée par la loi de programmation des finances publiques 2018-2022.

L’épargne brute du secteur a augmenté de 11% (après une hausse de 5,6% en 2018), ce qui a permis de financer une nette accélération de l’investissement (+ 13%, après + 5,2% en 2018). Pour mener à bien les projets de la fin du mandat, les communes et leurs groupements ont aussi “massivement emprunté” (12,2 milliards d’euros en 2019, soit un montant en hausse de + 16,3%). Mais globalement, la dette publique locale est demeurée stable.

À cause de la baisse des dotations, l’investissement des collectivités locales a diminué entre 2014 et 2019.

Mais l’année 2020 va voir les finances des collectivités très affaiblies par l’épidémie et malheureusement le plan de soutien du gouvernement est très insuffisant pour les redresser, or ce sont les collectivités locales qui portent la majorité de l’investissement public du pays.

Mots-clefs : ,

Le commentaires sont fermés.