Antennes, le maire nous brouille l’écoute !

Publié le 9 juillet 2009

Communiqué du 9 juillet 2009

Lors des élections municipales, pour gagner quelques voix, le maire s’était engagé par écrit auprès du collectif antennes de la Villeneuve à enlever les antennes de téléphonie mobile sur les immeubles d’ACTIS de la Villeneuve avant la fin juin 2008.

Sur ce sujet le maire n’a jamais rien fait. En tant que député il n’a jamais déposé de projet de loi demandant la baisse des puissances des antennes, en tant que maire il n’a rien fait vis-à-vis des opérateurs pour qu’ils diminuent la puissance.

Lors du dernier mandat, la Présidente d’ACTIS s’est déclarée favorable à ce que les antennes soient enlevées à partir du moment où la Ville payerait les indemnités de rupture de contrat ou bien que les opérateurs baissent la puissance à 0,6 V/m. Les contrats ont été passés avant 2001, et en 2003 des avenants ont été passés à un moment où il n’y avait aucune contestation sur les antennes. Ces avenants ne sont pas passés en conseil d’administration d’ACTIS, c’est une compétence du directeur.

Par contre la nouvelle Présidente d’ACTIS ne s’est toujours pas prononcée publiquement sur ce sujet ; faisant partie de la liste du maire elle est solidaire de ce dernier, et devrait agir pour démanteler les antennes du 50 place des Géants.

Le maire ne tient pas ses promesses, cela devient une habitude. Lorsqu’il s’est engagé début 2008 à faire démanteler les antennes sur les immeubles des Fresnes (c’est enfin fait avec beaucoup de retard) et du 50 place des Géants, il ne connaissait visiblement rien au problème, mais peu importe, l’important c’est de faire des voix.

Maintenant pour essayer de se sortir de ce piège, dans lequel il s’est mis tout seul, le maire essaye de faire diversion en laissant croire qu’il ne peut pas faire retirer les antennes du 50 avant la fin des contrats et fait semblant de croire qu’il découvre que les contrats se terminent en 2012 !

Mais début 2008 lorsqu’il écrit au collectif, il ne précise jamais qu’il devra attendre la fin des contrats, il s’engage à enlever purement et simplement les antennes avant fin juin 2008.

Enlever les antennes ne pose aucun problème technique, il suffit de payer l’indemnité de fin de contrat, mais le maire est près de ses sous, sauf pour les dépenses de prestige.

L’ADES soutient le collectif antennes de la Villeneuve, notamment dans ses démarches juridiques, et poursuit ses demandes pour qu’une loi impose une baisse de puissances des antennes, seule solution durable sur cette question. En attendant l’ADES demande au maire d’appliquer son engagement et de faire enlever rapidement les antennes du 50 place des Géants.

Mots-clefs : ,

4 commentaires sur “Antennes, le maire nous brouille l’écoute !”

  1. PAYSSOT dit :

    Que Destot ne tienne pas ses promesses, c’est un fait acquis depuis son premier mandat. Qu’il n’agisse jamais en tant que député lorsqu’un problème général se manifeste au niveau de Grenoble, c’est un autre fait acquis; de même que l’inaction systématique de JPh Motte dans son domaine.
    POurquoi les Grenoblois revotent t ils pour cette équipe ? mystère …qui commence à s’éclaircir depuis les Européennes, où le PS se retrouve au 3ème rang à Grenoble.
    Que faire pour que les prochaines municipales renvoient Destot, Motte et les autres à leurs retraites ? En évitant l’UMP ?
    LA SEULE SOLUTION est, à l’évidence,une liste unie de gauche ( le PS n’étant pas de gauche ).
    Y pense t on à l’ADES ? Pierrette.

  2. admin dit :

    On y pense, mais il faudrait que d’autres y pensent aussi, sinon ça ne va pas nous mener loin 😉
    Mais ne doutons pas des bonnes volontés !

  3. GIRAUD Camille dit :

    Je suis étonnée de ce commentaire un peu simpliste, qui ne me semble pas reflèter la complexité de cette question. Evidemment tout le monde est favorable à ce que les antennes baissent leur puissance et c’est pas nouveau ! Si les opérateurs du grand capital étaient favorables au principe de précaution et attentifs à la santé des gens, cela se saurait! en tous cas, à Grenoble ou ailleurs, aucun élu n’a réussi pour l’heure à faire pression pour obtenir une baisse de puissance. C’est l’objet du grand “raout” parisien de bachelot dont on peut s’interroger sur la réelle volonté de contraindre les opérateurs.
    Pour information, aucune mairie ne peut légalement interdire la pose d’antennes sur son territoire, systématiquement quand c’est fait les opérateurs font des recours au TA, comme on l’a vu ces derniers mois.
    Quant au jugement que vous portez sur l’équipe municipale je vous laisse l’entière responsabilité de vos propos.

  4. admin dit :

    La complexité du dossier n’excuse pas que l’on ne tienne pas ses promesses : soit on a conscience de la complexité du dossier, et on ne fait pas de promesses inconséquentes ; soit on se fiche des électeurs !