De Longevialle : chassez le naturel, il revient au galop !

Publié le 9 février 2010

Communiqué du 7 février 2010

L’adjoint au maire de Grenoble, président du Modem 38, Philippe Falcon de Longevialle vient de monter une opération de déstabilisation de la liste régionale de son parti, le Modem, car il n’a pas été sélectionné pour être tête de liste du Modem en Isère.

Il vient de reconnaître être l’auteur d’un « vrai-faux » mail mettant en cause Azouz Begag et les constitutions des listes du Modem. L’adjoint au maire a usurpé l’identité d’un conseiller général du Rhône pour tenter de déstabiliser la campagne du Modem.

Il faut rappeler que M. Falcon de Longevialle a été à très bonne école dans ce genre de manipulation. Il était membre du cabinet du Maire corrompu de Grenoble, spécialiste des coups tordus et des faux documents édités pour discréditer ses adversaires politiques. De nombreux faux tracts ou faux journaux écolos et même des fausses affiches ont été diffusés largement à Grenoble entre 1983 et 1995. Chassez le naturel, il revient au galop !

Lors des élections municipales de 2008 à Grenoble, nous avions dénoncé l’alliance contre nature de M. Destot avec des personnes de droite (du Modem, d’un ancien adjoint d’Alain Carignon et du Président de l’association de soutien à Nicolas Sarkozy). Nous attendons du maire de Grenoble qu’il se désolidarise publiquement et rapidement de tels comportements.

Le Modem est clairement de droite, en effet, la tête de liste en Isère (M. Bachir-Cherif) fait partie de la majorité municipale droite-gauche, il est actuellement Vice-président de la Métro. En 1998 il était co-listier de la liste de Charles Millon, celui-ci avait ensuite fait alliance avec le Front National pour être élu Président de la Région Rhône Alpes. Grâce à l’action en justice de l’écologiste Etienne Tête, l’élection de Charles Millon a été annulée et il a été condamné au pénal pour diverses malversations durant sa Présidence.

L’ADES n’aura de cesse de dénoncer ces méthodes politiques et s’opposera à ceux qui les pratiquent. Il est de bon ton de se plaindre de la désertion des électeurs pour chaque scrutin. La crédibilité des hommes et des femmes politiques s’acquiert par le respect d’une éthique et d’une déontologie dans l’action politique, ce sont les seuls moyens qui redonneront du sens à cette noble tâche.

Mots-clefs : , ,

3 commentaires sur “De Longevialle : chassez le naturel, il revient au galop !”

  1. Serge André dit :

    Je ne peux vous laisser dire cela. J’étais adhèrent Vert à l’époque de Wherling. Je suis parti car je vous trouve un peu extrême de temps en temps (comme maintenant d’ailleur). Classer le Modem à droite est une aberration. Si elle l’était, je n’y serais jamais allé, d’autant que j’y suis et j’y reste, parce qu’il y a une figure Grenobloise comme Stéphane Gemmani, qui porte des valeurs humanistes en harmonie avec ce que je cherchais chez les Verts mais que je n’avais pas forcement trouvé chez vous. D’ailleurs, au lieu de faire de la politique purement politicienne, vous devriez rencontrer ce monsieur. Je suis sur que vous avez des valeurs communes au lieu de diaboliser toutes les personnes qui ne sont pas identifié de votre camp.
    Que de Longevialle soit éjecté, est une bonne chose, et on peut reconnaitre pour une fois à Bayrou, d’avoir eu le courage de le faire.
    L’attitude de de Longevialle est inadmissible, et c’est là que je vous rejoint dans votre article.
    Ces méthodes dates d’un temps que nous ne voulons plus revoir.
    Bonne soirée

    • admin dit :

      Le MoDem grenoblois est clairement marqué à droite, comme le montrent les élus MoDem à la Ville de Grenoble, majoritairement militants de droite de longue date ou pire, ex-affidés du corrompu. L’éviction de M. De Longevialle est certes une bonne chose, mais il aurait encore mieux valu ne jamais l’accepter étant donné ses états de services lors de l’ère de corruption sous Carignon à Grenoble, qu’il n’a jamais regretté… Il ne fait peut-être plus partie du MoDem Isère, mais il est toujours adjoint à l’urbanisme de la Ville de Grenoble, or comme vous le dites fort justement “ces méthodes dates d’un temps que nous ne voulons plus revoir”, à la municipalité non plus !

  2. […] « De Longevialle : chassez le naturel, il revient au galop ! […]