Vous avez dit Projet d’Aménagement et de Développement Durable ?

Publié le 9 novembre 2013

Lundi 4 novembre la majorité municipale présentait son Projet d’Aménagement et de Développement Durable (PADD) aux Grenoblois qui étaient invités à en débattre. Dans un Plan local d’Urbanisme (PLU), le PADD constitue la philosophie générale autour de laquelle sera construit le reste du PLU. De débat il n’y a pas eu, les élus monopolisant la parole. Les présents, heureusement pas trop nombreux, n’ont eu droit qu’à poser quelques courtes questions et ont eu de longues réponses souvent inintéressantes et convenues. Les élus de la majorité n’ont rien apporté de nouveau et ont ressassé les mêmes idées entendues durant tout le mandat. Pourtant le PADD fonde la vision d’avenir pour la ville et l’agglomération, mais de vision ils n’en ont plus… Cela faisait fin de règne d’une équipe usée, incapable de tirer les leçons de ses échecs nombreux notamment en matière d’urbanisme.

Pourtant le premier point du projet de PADD est d’offrir des logements de qualité abordables et adaptés à tous les publics. Ceci est bel et bon, mais exactement le contraire de ce qui a été fait durant tout ce mandat. Il aurait été intéressant d’évaluer la politique passée afin de trouver les bonnes solutions pour l’avenir. C’est la spéculation immobilière qui domine actuellement le marché de l’immobilier, on aurait aimé comprendre en quoi le PLU actuel pouvait la favoriser et en quoi un nouveau PLU pouvait aider à la combattre. A la question pertinente d’un habitant sur une méthode pour construire moins cher, l’adjointe au logement s’est contentée de reprendre l’accord passé avec les promoteurs, uniquement dans les ZAC, d’offrir des logements à 2800 €/m2, oubliant de dire qu’il pourrait y avoir en compensation une aide sur le foncier de la part de la ville. Elle admettait tout de même ne pas avoir pu discuter de la marge des promoteurs. Pourtant la réalité est très simple : dans l’agglomération, les bailleurs sociaux construisent en BBC (Bâtiment Basse Consommation) pour tout compris 2100 €/m2 TTC de surface utile (avec une charge foncière de 360 €/m2). Il est donc possible de construire du logement BBC, hors logement social, pour moins de 2500 €/m2 TTC à Grenoble dans le diffus comme dans les ZAC, il suffit, pour ce faire, de créer les outils publics adéquats.

Quant à l’adjoint à l’urbanisme : pas de tabou sur les “formes urbaines”, donc sur les questions de hauteur. Et puisque cette ville “a 2000 ans” (sic), et qu’elle a toujours évolué, cela continuera et la hauteur qui peut donner “un peu d’ombre” aux propriétés voisines ne doit pas être un frein à l’évolution de Grenoble.

Une fois de plus l’exemplarité de la démocratie participative a été édifiante : 2 h 30 de “débat”, avec plus de 2 h pour les prises de paroles des élu-es présent-es et moins de 25 minutes de débat avec la salle.

L’adjointe chargée de la démocratie participative a indiqué que ce sujet était difficile, car il demande du temps, or pour faire avancer des projets durant un mandat, les élu-es n’ont que peu de temps concernant ce sujet de l’urbanisme, du logement et des déplacements.

Mots-clefs : ,

Le commentaires sont fermés.