Prévenir la radicalisation dans l’animation et le sport

Publié le 28 octobre 2016

ministère ville, jeunesse et sportsLe ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports publie un guide intitulé “Acteurs du sport et de l’animation, mieux connaître, mieux comprendre et mieux prévenir les phénomènes de radicalisation”.

Le document présente cinq fiches. Comment définir la radicalisation ?, Depuis quand parle-t-on de radicalisation ?, Comment expliquer et prévenir un basculement dans la radicalisation ?, Comment le champ du sport et de l’animation contribue-t-il à prévenir la radicalisation ? et Acteurs du sport et de l’animation : quelles pistes pour prévenir au mieux les phénomènes de radicalisation ?

« Le présent guide s’inscrit dans le cadre du plan d’action du gouvernement contre la radicalisation et le terrorisme du 9 mai 2016, et plus particulièrement dans le cadre de la mesure 45 destinée à prévenir la radicalisation dans le champ sportif par le développement du contrôle des clubs et des éducateurs et la mise en jeu de « l’agrément sport » en cas de dérive. Il est le fruit d’un travail mené par divers experts réunis au sein d’un groupe de travail piloté par le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports. Le guide a vocation à s’adresser aux acteurs du sport et de l’animation (agents jeunesse et sports, éducateurs sportifs, animateurs, dirigeants sportifs) afin de les accompagner dans l’appréhension des phénomènes de radicalisation et des moyens pour prévenir ou réagir efficacement. Les acteurs du sport et de l’animation précités pourront ou ont déjà été confrontés à de telles situations voire interrogations. Pour répondre à cette double vocation, le guide poursuit les objectifs suivants :

  • ● fournir des clés de compréhension objectives pour mieux appréhender les phénomènes de radicalisation et en particulier le phénomène actuel qui est complexe ;
  • ● fournir des pistes pour accompagner les acteurs du sport et de l’animation à exercer leur rôle de vigilance citoyenne que ce soit de manière directe (intervention directe pour prévenir une radicalisation) ou indirecte (dans l’exercice de missions de sensibilisation et de formation sur la problématique ou dans le développement d’actions destinées à promouvoir le vivre ensemble que ce phénomène de radicalisation tend à remettre en cause). Dans tous les cas, un acteur du sport et de l’animation ne doit pas rester isolé face à des doutes, d’où l’intérêt qu’il puisse en discuter avec d’autres collègues, sa hiérarchie voire des dispositifs d’écoute existants. En effet, il est important de partager voire de relayer avec discernement les doutes légitimes (compte tenu de la complexité du phénomène) qu’un acteur du sport et de l’animation pourrait avoir face à des situations qui l’interpellent. »

Pour télécharger le guide cliquez ici.

Mots-clefs : , ,

Le commentaires sont fermés.