Ça roule pour l’élargissement de l’A480 !

Publié le 12 juillet 2019
© Alternatives_A480

C’est le titre d’un article rédigé par les quatre habitants de Grenoble qui ont demandé la suspension des travaux de l’A480 au motif que le refus du préfet de mettre l’avis du SMTC dans l’enquête publique préalable à la déclaration d’utilité publique, entachait cette déclaration d’illégalité. En effet ce défaut empêchait la bonne et complète information du public lors de l’enquête car il s’agissait de l’avis de l’autorité organisatrice de la mobilité sur l’ensemble de l’agglomération et elle est tout à fait compétente pour apporter des réflexions utiles sur l’ensemble des déplacements. Le juge des référés a botté en touche, estimant que ce moyen d’illégalité avait déjà été examiné lors du premier référé suspension et donc que ce n’était pas un motif nouveau.

« Ça roule pour l’élargissement de l’A480 !

Tous les voyants sont au Vert !  Après le rejet du 3eme recours contre le projet de réaménagement et d’élargissement de l’A480, ça roule pour les services de l’Etat !  Ce projet, affirment-ils, impliquera moins de bouchons, moins de pollution et moins de bruit pour tous, et donc une meilleure qualité de vie !

Chouette, c’est super !

Ça roule pour l’entreprise AREA qui finance les 300 millions de béton et de bitume.

Petit exercice du comptable : un potentiel d’augmentation de 1 euro par jour du billet d’autoroute multiplié par 100 000 véhicules, le tout multiplié par 300 jours par an : le compte est bon, c’est payé en 10 ans. Et pas d’impôt supplémentaire pour les grenoblois. De quoi se plaint-on ?

Ça roule pour les élus de la périphérie de Grenoble. Le prix des terrains à construire, au-delà de Pont de Claix et de St Egrève, va grimper, ainsi que celui des zones d’activité proches des bretelles de l’autoroute. La périurbanisation va croître et les électeurs vont pouvoir retrouver l’usage de la voiture pour traverser l’agglo !

Ça roule pour les contribuables de toute l’agglomération. Pas d’impact sur les impôts locaux. Le projet promis de boulevard urbain aurait coûté 2 fois moins cher. Tant pis !… et au diable la sobriété !

Ça roule pour les associations de protection de l’environnement. Avec la bétonisation et la destruction de quelque dizaine d’hectares boisés pour élargir cette belle A480, plus de biodiversité à protéger ici. Les militants du coin pourront se reposer.

Ça roule pour la lutte contre le réchauffement climatique. Il fera plus chaud à Grenoble, mais les grenoblois pourront toujours prendre leur bagnole et faire un tour sur l’A 480, à fond la clim !!!

Ça roule pour les élus de toute l’agglomération, ceux qui sont pour ce Projet, et ceux qui se sont résignés, tous sidérés par cette manne providentielle de 300 millions dans un contexte de crise financière. Et ça va rouler encore mieux pour eux : l’ordonnance du juge des référés du tribunal administratif du 2 juillet (1) considère en effet que le refus du Préfet de prendre en comptes l’avis du groupement chargé de la mobilité et des transport (SMTC) n’est pas illégal. D’ici peu l’État pourra aussi se passer des avis de nos élus locaux pour des projets de ce type. Terminés les conflits entre élus locaux et citoyens puisque nos élus ne seront plus responsables de rien. Il leur restera le choix sur la couleur des jardinières en bordure d’autoroute, avec une démarche participative des citoyens, bien sûr !

Et les enfants dans tout ça ? Ça roule aussi pour eux ! On attend une bousculade aux rentrées scolaires prochaines pour inscrire les enfants dans l’école Vallier, désormais proches de quelques mètres d’une autoroute urbaine à 6 voies. Quelques places seront réservées aux enfants d’élus et autres fonctionnaires de l’Etat. L’école Vallier sera rebaptisée l’école du Bon Air. C’est promis, les mômes vont rire à pleins poumons !

Serge Bouyssi, Christine Bollaert, Xavier Bodin et Jean Jonot

(1) Le jugement du recours “au fond” est à venir. La Justice reste libre d’adapter son point de vue dans un contexte différent de celui de “l’urgence”. Qui sait ?! »

Et pour être au sommet de l’information sur la gestion des autoroutes par les sociétés concessionnaires : Voir l’enquête de “Secrets d’infosur France Inter, dans laquelle Raymond Avrillier est intervenu.

Mots-clefs : , , ,

Le commentaires sont fermés.