Analyse des élections cantonales Grenoble, 2ème tour

Publié le 1 avril 2011

L’analyse des résultats du premier tour montrait une forte poussée des écologistes dans les trois cantons de Grenoble. Il leur a manqué 30 voix sur le canton 6 pour être qualifié pour le 2ème tour. Les résultats du deuxième tour amplifient encore l’impact des écologistes qui disputent maintenant au PS le leadership politique dans la ville. Le PS a utilisé tous les moyens pour sauver les meubles, il reste que même si les deux sortants des cantons 3 et 6 sont réélus, les vrais vainqueurs de ce scrutin sont les écologistes.

Canton 6

Duel PS / FN. Entre les deux tours il y a eu une participation légèrement supérieure : 227 exprimés de plus et malheureusement le FN a progressé de 185 voix, d’où une augmentation en pourcentage des exprimés (24,3 % contre 20,3 % au 1er tour). Le FN double son score à Anatole France 1 là où le candidat de l’UMP faisait son score le plus important. La barrière entre l’UMP et le FN est de plus en plus poreuse. Ce qui vérifie encore une fois la validité de la maxime “entre la copie et l’original les électeurs choisissent toujours l’original”. La course de l’UMP derrière les thèmes et “solutions” du FN est suicidaire pour la droite qui se prétend encore républicaine. Ce qui ne doit pas exonérer la gauche traditionnelle de sa responsabilité propre sur la défiance marquée des classes populaires que montrent la forte abstention et le vote FN. Il faut regretter que la candidate écologiste ait été éliminée pour le 2ème tour, ce qui a empêché un débat politique intéressant sur ce canton entre la candidate soutenue activement par la majorité municipale et les écologistes. La sanction de la majorité municipale aurait pu se vérifier comme sur les deux autres cantons.

Canton 1 et 3

L’évolution de la participation entre les deux tours

Duels PS /EELV. Il y a eu une baisse de la participation et une augmentation nette des bulletins nuls sur les deux cantons, indication que de nombreux électeurs n’ayant plus leur candidat au second tour ne se sont pas exprimés au second. Environ 20 à 25 % des électeurs qui s’étaient exprimés au 1er tour et qui n’avaient plus de candidats ont voté nul au 2ème tour.

Sur le canton 1, les voix des candidats absents du 2ème tour faisaient 43 % des exprimés du 1er tour, soit 2503 voix. Il y a eu une baisse des exprimés de 843 voix soit 33,7 % des 2503.

Sur le canton 3, les voix des candidats absents du 2ème tour, soit 2472 voix, atteignaient 51,9 % des exprimés du 1er tour. Il y a eu une baisse de 836 voix des exprimés entre les deux tours soit 33,8 % des 2472.

Sur les cantons 1 et 3, il apparait donc qu’en moyenne un tiers des électeurs s’étant exprimés sur des candidats non présents au 2ème tour se sont abstenus ou ont voté nul.

Il faut prendre cette hypothèse avec précaution, puisque certains nouveaux électeurs se sont déplacés au 2ème tour, mais la grande majorité des électeurs du 2ème tour avaient voté au 1er. Cet apport de nouveaux électeurs peut expliquer certains écarts au comportement moyen dans certains bureaux de vote mais qui sont peu nombreux.

On retiendra certaines évolutions en dehors de la moyenne sur quelques bureaux de vote :

Canton 1 : quelques bureaux montrent une participation plus faible qu’attendue : Vieux Temple 1 et 4, Ile verte 3 où le vote écologiste est important. En revanche pour certains autres la participation est nettement supérieure aux prévisions : Taillefer 2, Teisseire 1 et 2 où le PS a fait un gros travail de proximité en incitant les électeurs à voter pour la « bonne candidate ». Dans quelques bureaux de vote, les électeurs arrivaient en disant « on m’a dit de venir voter pour le bulletin rose avec la photo » (ie. la candidate PS) ! Ces méthodes font baisser l’abstention, mais elles ne correspondent pas à notre idée de la démocratie.

Canton 3 : Une participation plus forte qu’attendue sur les bureaux très à gauche à Baladins 2 et 3, par contre une participation plus faible à Sidi Brahim 1 et 2 où le FN et la droite font plus que la moyenne. A Sidi Brahim 4 il y a un effondrement de la participation entre les deux tours, c’est le bureau le plus à droite du canton.

Les transferts de voix entre les deux tours

En général, les électeurs restent fidèles à leur vote du 1er tour. On peut tenter de simuler les votes du 2ème tour en ajoutant aux voix du 1er tour une certaine proportion des électeurs ayant voté pour des candidats absents au 2ème tour. Une analyse en voix, bureaux par bureau permet de voir la pertinence de cette hypothèse.

Canton 1

L’évolution des voix des candidats entre les deux tours montre qu’O. Bertrand a gagné 976 voix et C. Deslattes seulement 684 voix. Les deux candidats ont profité des votes d’électeurs n’ayant plus de candidats au 2ème tour, que ce soit des électeurs qui se sont exprimés au 1er tour pour des candidats de gauche (PC ou POI), du Modem, de l’UMP ou du FN. A noter que les voix du PC et du POI du 1er tour sont insuffisantes (à supposer qu’elles se soient reportées à 100 %), pour assurer le score de la candidate PS au 2ème tour.

Comme hypothèse, supposons que le candidat écologiste ait profité d’environ 59 % d’électeurs qui n’avaient pas voté pour lui ou le PS au 1er tour, et le reste (41%) pour la candidate PS.

La simulation ci-dessous, reposant sur ce modèle assez simple, fonctionne bien dans la plupart des bureaux. Il donne trop de voix à O. Bertrand à Vieux Temple 1 et 2 (surestimation de 10 % environ) et pas assez à Ile Verte 2.

Simulation du vote pour O. Bertrand (en voix)

Bureaux de vote

Vote simulé

Vote réel

CLEMENCEAU 1

63

63

CLEMENCEAU 2

156

150

CLEMENCEAU 3

166

164

CLEMENCEAU 4

175

180

VIEUX TEMPLE 1

203

184

VIEUX TEMPLE 2

203

186

VIEUX TEMPLE 3

239

250

VIEUX TEMPLE 4

204

188

ILE VERTE 1

170

178

ILE VERTE 2

153

178

ILE VERTE 3

179

178

ST LAURENT

110

112

ABBAYE 1

150

149

ABBAYE 2

80

80

TAILLEFER 1

182

196

TAILLEFER 2

65

69

TAILLEFER 3

74

68

TEISSEIRE 1

67

65

TEISSEIRE 2

60

63

TOTAUX O. Bertrand

2700

2701

Canton 3

Entre les deux tours Hakim Sabri a augmenté de 913 son nombre de voix, c’est à dire qu’il double presque son nombre de voix du premier tour (942) ce qui est assez exceptionnel. Le candidat du PS n’augmente ses voix que de 723 entre les deux tours.

Sur les 1636 voix de plus pour ces deux candidats, H. Sabri en recueille 56 % et D. Pinot 44 %.

Nous pouvons donc supposer que 2/3 des électeurs qui n’avaient plus de candidats au 2ème tour sont allés voter (voir plus haut) et qu’environ 56 % ont voté écologiste et 44 % PS.

Une simulation donne de bons résultats en supposant que 50 % des électeurs de droite et d’extrême droite du 1er tour sont allés voter et 90 % des autres électeurs (en majorité de gauche) qui n’avaient plus de candidats ont fait de même. Trois bureaux de vote sont mal simulés : Sidi Brahim 1 et Vigny Musset 2 donnent un nombre de voix trop fort pour H. Sabri (+13%) par rapport à la réalité et Sidi Brahim 4 exagère de 23 % le vote écologiste, mais c’est un bureau où la participation s’est effondrée entre les deux tours, ce qui explique que la simulation ne fonctionne pas bien. A noter qu’au bureau Baladin 2 où Sadok Bouzaïene du parti de gauche faisait un très fort score (48,75 %), la simulation donne le résultat pour Sabri à une voix près ! Donc une forte majorité des voix du parti de gauche (PG) se sont portées sur le candidat écologiste au 2ème tour, ce qui est normal vu l’opposition claire du PG à la majorité municipale.

Simulation en voix du vote pour H. Sabri au 2ème tour

Bureaux de vote

vote simulé

vote réel

MALHERBE 1

104

99

MALHERBE 2

124

121

MALHERBE 3

114

115

MALHERBE 4

193

203

BALADINS 1

168

183

BALADINS 2

176

175

BALADINS 3

146

159

ALPHONSE DAUDET 1

71

73

ALPHONSE DAUDET 2

95

91

SIDI BRAHIM 1

98

87

SIDI BRAHIM 2

165

159

SIDI BRAHIM 3

95

105

SIDI BRAHIM 4

94

77

VIGNY MUSSET 1

89

98

VIGNY MUSSET 2

124

110

Total H. SABRI

1856

1855

Conclusions

A noter que dans les trois bureaux de vote des Baladins, H. Sabri devance largement D. Pinot. Ce sont les bureaux les plus à gauche de Grenoble, en 2004 au 2ème tour des cantonales le candidat de gauche avait fait 86 % des voix face à une candidate clairement de droite ! Ce fait apporte un démenti cinglant aux déclarations du maire et du PS qui essaient de manière très politicienne et non argumentée de faire croire que c’est la droite qui fait l’élection des écologistes. Les candidats du 2ème tour reçoivent toujours des votes des électeurs de l’autre bord, l’électeur est encore libre de son vote. L’affirmation du maire est d’autant plus mal venue qu’il a lui-même passé un accord de gestion de la ville avec une forte composante de droite, et que des candidats de droite ont fait campagne pour le vote PS au 2ème tour, ce qui n’est pas le cas pour les écologistes. Ce procès en sorcellerie n’impressionne plus personne et surtout pas les électeurs qui ont pu mesurer, durant toute la campagne, la clarté des écologistes sur leurs oppositions par rapport à la politique de Sarkozy ou du FN. Concernant ce point, nous avons observé une grande prudence d’expression sur les documents de campagne distribués par les candidats PS au second tour.

Autre conclusion intéressante pour l’avenir : c’est une dure sanction pour la majorité municipale (droite – gauche) qui pourtant a jeté toutes ses forces dans cette élection (à part le MRC qui n’a pas voulu soutenir le PS au 2ème tour sur ces 2 cantons). En 2008, lors des élections municipales, sur les cantons 1 et 3, la majorité municipale avait dépassé les 50 %, alors que sur l’ensemble de la ville elle ne faisait que 48 %. A ces cantonales elle devient minoritaire sur l’ensemble des deux cantons, le total des voix écologistes dépassant de plus de 200 voix le total des voix PS.

Une majorité de Grenoblois se tournent maintenant vers les écologistes pour élaborer des solutions crédibles aux multiples crises actuelles, sociale, économique, écologique et démocratique.

Mots-clefs : ,

Un commentaire sur “Analyse des élections cantonales Grenoble, 2ème tour”

  1. […] Après leur résultats catastrophiques aux cantonales à Grenoble, une partie de l’opposition de droite UMP au conseil municipal démarre sa campagne pour les élections municipales de 2014. Dans le Dauphiné Libéré du 4 avril, nous découvrons leur stratégie : des rencontres avec les Grenoblois jusqu’en juin, un manifeste pour Grenoble dans 100 jours et un plan d’action pour 1000 jours. […]