Deux élus quittent la majorité municipale

Publié le 13 janvier 2017

Mme Richard-Finot et M. Tuscher ont décidé de quitter la majorité municipale grenobloise suite à leur désaccord avec le plan de sauvegarde des services publics locaux, en créant un groupe « Ensemble à gauche ». Cette décision d’éloignement était en préparation depuis des semaines et le désaccord s’est cristallisé lors de leur abstention sur l’ensemble du budget 2017. Contrairement à ce qu’ils expliquent, la majorité ne s’est jamais engagée à construire le budget avec les habitants ce qui est impossible tant que les mécanismes budgétaires ne sont pas compris par un grand nombre d’habitants et même d’élus ! L’engagement (n°8) qui a été pris lors de la campagne électorale proposait de seulement débattre du budget avec les habitants avant le vote en proposant divers scénarios, ce qui a été fait. Jamais une majorité municipale n’avait fait cela auparavant. Autre inexactitude avancée par ces deux élus, ils ont eu accès à l’ensemble des données budgétaires pour préparer le budget comme tous les autres élus de la majorité.

Souhaitons que ce nouveau groupe mène un débat d’une autre qualité que celui proposé par les groupes d’opposition actuels.

Mots-clefs : ,

2 commentaires sur “Deux élus quittent la majorité municipale”

  1. Ensemble à gauche dit :

    Les deux élus nommés dans notre article ont demandé de pouvoir répondre à cet article :
    ————————————————————————–

    Le récit que vous faites de notre départ de la majorité municipale est inexact et de plus mensonger. En effet, vous avez induit le lecteur en erreur en passant sous silence un certain nombre de faits que vous connaissiez puisque 10 élus de la majorité siègent à votre conseil d’administration. Faits que nous exposons:

    1. Après avoir vainement essayé, avec d’autres élus, que les documents détaillés du Plan de sauvegarde soient transmis à tous les élus pour en débattre, nous avons été deux à nous résoudre à une abstention sur le budget 2017. Conformément à la Charte du groupe qui autorise le “vote différencié”, nous l’avons annoncé et en avons débattu en groupe une semaine à l’avance en expliquant nos motivations.
    2. A la demande de certains élus, 4 heures avant le Conseil municipal, la Charte du groupe a été substantiellement modifiée pour rendre obligatoire « le vote positif au budget » et ce, dans des conditions démocratiques indignes (vote non inscrit à l’ordre du jour, non préparé en bureau du groupe et bulletin secret proscrit).
    3. Au Conseil municipal, le 19/12, nous avons maintenu notre abstention, donnant des solutions alternatives à la fermeture des 3 bibliothèques Prémol, Hauquelin et Alliance.
    4. Le 21/12, le groupe nous a annoncé qu’ainsi nous avions “fait le choix [sic !] de nous situer en dehors de la majorité et du seul groupe qui la constitue, le groupe RCGE “, que nous étions retirés de la nouvelle liste mail et nous demandait de ne participer ni au prochain séminaire ni à la réunion de groupe suivante, le 9/01.
    5. Nous constations notre exclusion de fait cependant que la majorité se refusait à déposer une nouvelle liste officialisant la situation. Nous avons alors pris rendez-vous avec le maire où il nous confirmait son plein accord avec les décisions.

    La création du groupe « Ensemble à gauche » a donc bien été précédée de notre exclusion du groupe RCGE dans des conditions démocratiques qu’avant mars 2014 vous auriez assurément décriées. Nous souhaitons vous voir respecter vos lecteurs en ne dissimulant pas des faits qui vous dérangent.

    Bernadette RICHARD FINOT
    et Guy TUSCHER

    • admin dit :

      Le commentaire de la rédaction :
      —————————
      Nous maintenons évidement notre article et le fait que ces deux élus n’ont pas été exclus du groupe majoritaire. Il s’avère qu’il n’y a eu aucune décision d’exclusion prise par le groupe majoritaire, les deux élus n’en apporte d’ailleurs aucune preuve. Ils ont décidé en toute connaissance de cause de créer un nouveau groupe politique au Conseil municipal, ce qui est leur droit. Leur désaccord sur le plan de sauvegarde justifiait amplement leur abstention sur l’ensemble du budget et leur désir de créer un nouveau groupe. Il n’y a pas besoin d’avancer des contrevérités et des allégations non soumises au débat contradictoire pour justifier cette création.