Cantines scolaires à Grenoble, dernières nouvelles

Publié le 4 juin 2010

L’ADES a tenu une conférence de presse le 31 mai sur les risques d’exclusion et de marquage communautaire que pourrait entraîner la nouvelle option sans viande sur les menus des cantines à la demande de minorités cultuelles, option arrêtée en secret par la majorité droite-gauche à Grenoble après un simulacre de concertation, en contradiction avec le règlement du service en vigueur. L’ADES rappelle qu’il ne faut pas se tromper de priorités : l’urgence est de renforcer et d’améliorer sans distinction l’accueil d’un maximum de scolaires aux cantines qui sont saturées.

Cette conférence de presse a eu pour résultats immédiats :

  • D’apprendre que la décision, foulant aux pieds le principe de laïcité, avait déjà été prise pour la rentrée scolaire prochaine et ceci sans aucun débat préalable au Conseil municipal. C’est devenu une habitude sur de très nombreux dossiers, notamment ceux qui pourraient faire apparaître des divisions dans la majorité.
  • De faire reconnaître par l’adjoint à l’éducation que les pressions existaient comme avant, ce qui confirme ce que nous disions : la nouvelle majorité a finit par céder aux pressions cultuelles, contrairement à la majorité précédente.

Mots-clefs : ,

6 commentaires sur “Cantines scolaires à Grenoble, dernières nouvelles”

  1. hébé dit :

    Je ne comprends pas la politique de l’ADES.
    Est-ce vraiment un parti écologique quand on sait que la production de viande est un des plus gros pollueurs. Ne se sont-ils pas renseignés sur ce facteur écologique?
    Est-ce vraiment une réaction à des pressions cultuelles? Lesquelles?
    Quel rapport avec la laïcité si ce n’est ça? Est-ce les lobbies viande qui gouverne l’ADES?
    Peut-être qu’il faut simplement apprendre aux enfants à manger autrement, et arrêter de faire des pressions culturelles sur les cantines.
    Adopter sur la durée 1 journée par semaine sans produits animaux a autant d’impact que réduire de 1000 km ses trajets annuels en voiture.

    • admin dit :

      Vous confondez 2 problèmes :
      1- l’impact sur l’environnement de nos choix alimentaires
      2- le respect d’une des valeurs fondatrices de la République Française, la laïcité
      Il se trouve que la décision qu’a prise la Mairie de Grenoble, par la voix de l’Adjoint à l’éducation, ne tient absolument pas compte de la question numéro 1, et bafoue la question n°2 puisque cédant à des pressions communautaristes et religieuses (ultra minoritaires qui plus est). Nous ne pouvons donc en aucun cas l’approuver.
      Qu’il faille par ailleurs prendre la question 1 en considération, et y apporter des réponses collectives, après débat, est une évidence. Ce n’est malheureusement pas ce que fait la Ville de Grenoble…

  2. laurence dit :

    Excusez-moi, mais je n’ai pas compris la position d’Ades. Est-il pour les repas sans viande ou est-il pour l’accueil du plus grand nombre, ce qui apparemment revient au même… Je n’ai pas d’enfant, aussi je ne suis pas très au courant : tous les repas seront sans viande ? Si c’est ce le cas je trouve ça nul même si on en a pas besoin tous les jours.
    Ou alors juste qq jours de la semaine sans viande ou y-a-t-il des menus spéciaux ?

    • admin dit :

      Les parents qui choisiraient l’option “sans viande” pour leurs enfants choisirait pour toute l’année de ne jamais leur faire manger de viande à la cantine. Après, le nombre de repas de midi par semaine auquel cela correspond dépend du nombre de jours où l’enfant mange à la cantine.
      Quant à la position de l’ADES, elle est de refuser de laisser confisqué le débat sur les équilibres alimentaires par les communautaristes de tout poil, qui en l’occurrence se réfugient derrière une revendication pseudo alimentaire pour piétiner la laïcité en imposant des motifs religieux à la puissance publique.

  3. Guy Claire dit :

    Eh bien moi, qui viens de lire tout cela un peu par hasard en passant par là, je vous avoue, (risquant peut être l’incompréhension coté “laicité”, tant pis !) que je n’ai surtout pas envie d’en faire un fromage !

    Je veux dire par là que cela ne me choque pas que la cantine propose des repas sans viande quand sur le quartier sur lequel je travaille (Mistral) je sais que des enfants ne mangent pas du tout le plat principal à cause de ces pelotes d’injonctions contradictoires bien complexes pour leur tête d’enfants ! à force de craindre de manger du non hallal ils finissent par ne plus manger du tout !
    Donc donnons leur à manger de bons petits plats sans viande pour qu’ills soient en belle santé (je ne suis pas végétarienne, mais je sais que cela peut être délicieux !!) et mettons notre énergie constructive dans d’autres débats plus digestes pour défendre et promouvoir la laicité !

    • admin dit :

      Et donc, laissons des parents imposer des choix à leurs enfants, même si cela doit mettre leur santé en péril ? Cela n’est bien entendu pas acceptable, et fort heureusement l’immense majorité des parents, même ceux qui ont une pratique religieuse, ne tombent pas dans ces extrêmes ! Il est du devoir de la puissance publique de combattre ces dérives, et non pas de les aider !