Politique politicienne: dauphin au PS, politique d’urbanisme et sociologie

Publié le 21 septembre 2013

M. Destot a décidé de passer la main à Jérôme Safar. Dans le Point du 18 septembre il déclarait “N’est-il pas plus difficile d’installer son dauphin que d’être réélu pour la quatrième fois ?”  On se croirait en monarchie : le suzerain installe son dauphin. En république ce sont les électeurs qui décident, ce sera encore le cas à Grenoble. Les militants socialistes devront entériner sans broncher le choix du prince et pourtant ils sont nombreux à ne pas apprécier cette façon de fonctionner. La candidature de J. Safar, ne changera rien puisque déjà il faisait tout. Ce sera la continuité sans changement. On ne peut pas dire que M. Destot, sur son blog, apporte un soutien sans faille à son dauphin : « j’ajoute, pour ceux qui aiment les défis que personne n’a jamais réussi, à Grenoble, à passer la main à un successeur de sa famille politique ». Les lois de la statistique sont donc en défaveur du dauphin.

Dans une déclaration au média PlaceGrenet le 8 septembre, l’éternel candidat à la candidature A. Carignon a déclaré à propos der la politique d’urbanisme : «  Les catégories sociales professionnelles moyennes et aisées quittent celle ville compacte et sont remplacées par des habitants de conditions modestes, voire pauvres.. La densification paupérise la ville.  » Malheureusement pour lui les statistiques de l’INSEE disent exactement le contraire.

2009

%

1999

%

Ensemble des Grenoblois

133 656

100

131 677

100

Agriculteurs exploitants

30

0

24

0

Artisans, commerçants,
chefs d’entreprise

3 007

2,3

3 280

2,5

Cadres et professions
intellectuelles supérieures

20 428

15,3

14 332

10,9

Professions
intermédiaires

20 218

15,1

17 560

13,3

Employés

19 361

14,5

19 510

14,8

Ouvriers

11 669

8,7

12 160

9,2

Retraités

26 774

20

25 080

19

Autres personnes sans
activité professionnelle

32 169

24,1

39 731

30,2

Entre 1999 et 2009, la variation importante est celle des cadres et professions intellectuelles supérieures. Le corrompu a tout faux. Au contraire la politique Destot, Safar, de Longevialle c’est de faire une ville pour les riches. La bonne alternative c’est la ville pour tous.

Denis Bonzy, ancien très proche collaborateur de Carignon, se déclare candidat pour mener une liste aux élections municipales à Grenoble. Après avoir participé à la vraie fausse primaire de l’UMP, il veut mener une liste étiquetée société civile. Et il indique : « Pour offrir l’alternance à Grenoble, il faut proposer un programme fort, il faut une équipe solide et un vrai chef ». Cela fait plutôt société militaire que civile ! Pour Grenoble, il ne faut pas l’alternance entre la politique gauche-droite actuelle et une bien à droite, mais une politique répondant aux besoins essentiels des habitants, solidaire, écologiste et démocratique.

Mots-clefs : , , , , , ,

Le commentaires sont fermés.