La ministre de l’écologie et la chasse à la glu

Publié le 28 août 2020

Après avoir avalé les néonicotinoïdes, un deuxième “scotch” colle aux doigts de Mme Pompili, notre ministre de l’écologie.

Même si le 27 août suite aux nombreuses protestations, E. Macron a légèrement reculé en suspendant pour seulement un an la chasse à la glu et uniquement pour les merles et les grives, les quotas des autres chasses traditionnelles sont maintenus à leur niveau de l’an dernier.

La chasse à la glu ! Ce petit oiseau qui est chassé selon des méthodes particulières, on installe des branches de bois enduites de glu qui piègent ces oiseaux, qui serviront ensuite d’appâts dans des cages sur la durée des périodes de chasse. Selon la Ligue de Protection des Oiseaux, ce sont des méthodes quelque peu barbares et surtout interdites par la directive oiseaux de l’Union Européenne.

Emmanuel Macron est très proche du lobby des chasseurs, par des amitiés entretenues avec le Président de la Fédération Française de la Chasse Willy Schraen, élu du Pas de Calais et son directeur Thierry Coste et n’oublions pas le ministre de la justice qui se rajoute aux deux autres pour défendre “la liberté de chasser” sans trop de contrainte….

La ministre de l’Ecologie souhait que la directive oiseaux s’applique. Mais comment va t’elle pouvoir résister à une volonté à ces hommes qui murmurent à l’oreille du président, pour tous ces chasseurs qui sont aussi des électeurs pour…2022 !

Si on se réfère aux néonicotinoïdes, désignée ministre le 6 juillet, à la mi-août elle accepte la proposition de laisser les betteraviers utilisés cet insecticide tueur d’abeilles !

On va voir qui des chasseurs ou de la ministre retiendront l’attention de Jupiter !

Et si par malheur elle vient à manger son “chapeau”, pas sûr que Mme Pompili joue la carte de la démission ! A moins que la justice ne vienne à son secours.

Mots-clefs : , ,

Le commentaires sont fermés.