Archives pour le mot-clef ‘lecture’

Rubrique lecture, pour un week-end studieux

Publié le 10 juin 2022

Ce qui ne peut être volé. Cynthia Fleury et Antoine Fenoglio, Charte du Verstohlen, philosophie, liberté. Editions Gallimard, collection Tracts, 4, 90 euros.

La justice au travail. Alain Supiot, justice sociale, histoire. Editions du Seuil, coll. Libelle, 4,50 euros

Puissions-nous vivre longtemps. De Imbolo Mbue, Misère, extractivisme postcolonial, luttes (fiction). Editions Belfond, coll. Pocket, 8, 50 euros

Public. Antoine Vaucher, révélation de l’importance ce qui est public, détournement du sens de ce mot, pénétration du privé. Edition Anamosa, coll. Le Mot Est Faible, 5, 99 euros

Rubrique lecture, pour un week-end studieux

Publié le 13 mai 2022

Santé publique année zéro. Barbara Stiegler, François Allard. Editions Gallimard, collection tract, 3,49 euros
Carnet d’Estives : « Auto-organisation écoloptimiste », des Alpes aux Chiapas, Pierre Madelin, éditions Wild Project, 9 euros
Marseille 73. Polar (sur crimes racistes oubliés) : Dominique Manotti, éditions les Arènes, 14,99 euros

La guerre qui a changé Rondo : pour aider les enfants à chasser les monstres en Ukraine. A partir de 6 ans sur la guerre en Ukraine. Illustré par 2 illustrateurs ukrainiens restés sur place. Editeur, Rue du monde. 16 euros

Rencontres intimes avec l’Anthropocène. Récits personnels de scientifiques qui témoignent de leur prise de conscience face aux changements environnementaux d’origine anthropique. 6,77 euros. A commander : Rencontres intimes avec l’Anthropocène – Collectif d’Auteurs (thebookedition.com) ou à lire en Pdf : Le Nextcloud du PIC (le-pic.org)

Un petit livre par des animateurs de l’association Anticor

Publié le 29 avril 2022

« Résister à la corruption » par Eric Alt et Elise Van Beneden.
La présidente et le vice-président d’Anticor publient « Résister à la corruption », Collection Tracts (n° 36), aux éditions Gallimard, 3,90 €
« Il est incontestable que la corruption est systémique en France et qu’elle impacte notre quotidien. »
Nous ne nous percevons pas forcément, en tant que citoyens, comme victimes de la corruption. Pourtant nous subissons tous ses effets : nous payons plus d’impôts, nous bénéficions de moins de services publics, nous vivons des injustices. La corruption est un abus de pouvoir qui dégrade la démocratie toute entière. Elle affecte l’économie, le vivre ensemble, la confiance en nos élus. Mais il est possible de résister, comme en témoignent les auteurs de cet essai, tous deux engagés dans une association agréée de lutte contre la corruption, de combattre les manquements à la probité des puissants et d’œuvrer pour l’éthique dans la vie publique. En démocratie, la souveraineté appartient aux citoyens. Cette résistance citoyenne est aussi une opportunité pour tous de se réapproprier un pouvoir dont ils ont été dépossédés.

Rubrique lecture, pour un week-end studieux

Publié le 8 avril 2022

Biodiversité et Santé : La fabrique des pandémies, Marie Monique Robin, éditions La Découverte, 20 euros 

Nucléaire et humanité : Le Droit du sol, Étienne Davodeau, Futuropolis (BD grand format) 25 euros 

Médecine, territoire, action humanitaire : Une mémoire d’Indiens, Pierre Micheletti, Éditions Paroles, 19 euros 

Rubrique lecture, pour un week-end studieux

Publié le 11 mars 2022

Sociologie politique : Edgar Morin : leçons d’un siècle de vie, Denoël, 17 euros

Politique : ouvrage collectif : Zemmour contre l’histoire : collection tract de chez Gallimard, 3,90 euros

Ecologie politique : Bruno Latour et Nicolas Schultz : mémo sur la nouvelle classe écologique. Les empêcheurs de penser en rond, 14 euros.

Diverses actualités

Publié le 18 juin 2021

Près d’un jeune Français sur dix en difficulté de lecture. En 2020, 9,5 % des jeunes participants à la Journée défense et citoyenneté (JDC) rencontrent des difficultés dans le domaine de la lecture. D’importantes disparités sont observées selon les territoires.


Le défenseur des droits constate les vertus de la médiation concernant le RSA, les APL… Dans un bilan d’une expérimentation menée dans six départements, où une telle médiation est un passage obligé en cas de litige, l’institution constate qu’un tiers des allocataires de prestations sociales ayant sollicité une médiation ont obtenu une modification de la décision qu’ils contestaient. Or devant les tribunaux administratifs, entre 2% et 8% seulement des procédures débouchent sur une issue favorable aux usagers.


Etude de l’INSEE sur les listes électorales françaises. En mai 2021, 47,9 millions de personnes sont inscrites sur les listes électorales françaises hors Nouvelle-Calédonie, dont 1,4 million résidant hors de France et inscrites sur une liste consulaire. Sur le territoire national, 94 % des Français en âge de voter sont inscrits. Les Portugais sont les étrangers les plus nombreux sur les listes complémentaires des communes.


Rapport d’activité 2020 de la CNCCFP.  La Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques, dresse l’inventaire des contrôles qu’elle a effectués sur les comptes de campagne des candidats aux élections municipales.

Lire le reste de cet article »

Pour bien démarrer l’année, un livre à offrir ou à s’offrir

Publié le 8 janvier 2021

Pandémopolitique. Réinventer la santé en commun (La Découverte).

« Nous n’avons pas eu à effectuer le terrible tri des malades » a-t-on pu entendre au printemps 2020. Mais en est-on si sûrs ?
Loin d’être un geste extraordinaire, le triage fait en réalité partie intégrante des champs de la médecine et de la santé. Seulement, la crise du SARS-CoV-2 a montré que le triage clinique n’était qu’une des dimensions et conséquences d’un triage systémique façonné par les politiques néolibérales et une technocratie sanitaire qui a, de longue date, négligé la santé publique.
L’essentiel n’est donc pas tant de savoir si nous trions ou pas que de choisir collectivement les modalités du triage et de définir démocratiquement les priorités de notre système de santé. Des expériences alternatives se rappellent à nous et dessinent des horizons différents, du renouveau de la santé communautaire aux potentialités des communs, en passant par l’émergence d’un triage écologique. La pandémie ouvre une brèche politique pour penser un autre triage, réinventer notre santé selon d’autres priorités : sociales, écologiques, démocratiques. La crise du SARS-CoV-2 est en cela bien plus qu’une crise sanitaire. Elle est un événement pandémopolitique.
 »

Les trois auteurs : Jean-Paul Gaudillière, historien des sciences, est directeur de recherche à l’Institut national de la santé et de la recherche médicale (INSERM). Caroline Izambert est docteure de l’EHESS et travaille pour l’association de lutte contre le sida et les hépatites AIDES. Pierre-André Juven est sociologue, chargé de recherche au CNRS et membre du Cermes3 et à Grenoble il est adjoint au maire de Grenoble s’occupant de la santé et de l’urbanisme.