Archives pour le mot-clef ‘Education’

Financement de l’éducation : les collectivités locales payent toujours plus

Publié le 27 septembre 2019
© Ville de Grenoble

Avec la publication « Repères et références statistiques de la direction de l’Evaluation, de la Prospective et de la Performance (DEPP) » 2019 du ministère de l’Education nationale, on peut répondre à la question : qui finance l’éducation et l’enseignement en France ? Il y a globalement moins d’écoles, mais toujours plus de dépenses pour les collectivités. Entre 2009 et 2018, le total du nombre d’écoles publiques (maternelles, élémentaires et primaires) a diminué de 4 000, passant de 48 975 à 44 902. Entre 2017 et 2018, ce nombre a encore diminué d’environ 400.

La dépense intérieure d’éducation (DIE) était évaluée à 154,6 milliards d’euros en 2017, soit 6,7% du produit intérieur brut (PIB), un ratio en recul par rapport au milieu des années 1990, où il atteignait 7,7%. La part consacrée à l’enseignement du premier degré est actuellement au niveau de 1980, soit environ 29% de la DIE ; la part du second degré est en baisse (38,8% en 2017, contre 43% en 1980), et celle de l’enseignement supérieur en hausse (20,3% en 2017, contre 15,1% en 1980), ceci s’explique par une hausse continue du nombre d’étudiants depuis dix ans. La part de la formation continue est quant à elle en légère baisse : 11,6% en 1980 et 10,1% en 2017.

Lire le reste de cet article »

Dépenses d’enseignement : la France a juste la moyenne, selon l’OCDE

Publié le 20 septembre 2019

Le 10 septembre l’organisation OCDE basée à Paris a rendu un rapport intitulé « Regards sur l’éducation 2019« , qui s’intéresse notamment au montant des dépenses par élève, à la part de la richesse nationale des 37 pays membres consacrée à l’éducation ou encore au total des dépenses publiques d’éducation.

La dépense annuelle moyenne par élève ou étudiant se monte à 9 460 euros dans l’ensemble des pays de l’OCDE, avec de fortes disparités selon le niveau d’enseignement. Ainsi, les dépenses par élève sont de l’ordre de 8 469 euros dans l’enseignement primaire et atteignent 14 055 euros par étudiant dans l’enseignement supérieur (tertiaire selon la terminologie de l’OCDE). En moyenne, les pays de l’OCDE dépensent environ 1,7 fois plus par étudiant dans le supérieur que par élève de l’enseignement non tertiaire (enseignement primaire, secondaire et postsecondaire non tertiaire). La France se situe dans la moyenne concernant les dépenses globales, par contre elle est à la traîne dans le primaire et au-dessus pour le secondaire. Avec 6 860 euros par élève dans le primaire, elle est en retard sur la moyenne des 37 pays membres (7 643 euros). Elle est revanche au-dessus de la moyenne pour le secondaire, avec une dépense par élève de 10 918 euros, contre 8 994 en moyenne.

Lire le reste de cet article »

Ecoles : l’Etat se décharge encore sur les collectivités et l’efficacité du dédoublement des classes n’est pas top !

Publié le 14 juin 2019

Avec le dédoublement des classes de CP, a priori une bonne mesure, les collectivités ont été obligées de payer l’extension du nombre de classes, ce qui a coûté 600 000 € à la ville de Grenoble, sans aucune compensation de l’Etat ! Heureusement qu’il y avait le plan école (60 millions d’euros sur le mandat) qui a créé 50 nouvelles classes. La liste est longue et financièrement lourde des décisions que l’Etat oblige les collectivités à prendre en charge.

La Direction de l’évaluation, de la prospective et de la performance (DEPP) du ministère de l’éducation nationale a fait une évaluation de l’impact du dédoublement des classes qui ne correspond pas du tout à la communication publique du ministre. Cet allègement très bien reçu par les enseignants est pour certaines classes tout de même efficace pour la lecture. M. Roland Goigoux est professeur des universités spécialiste dans l’enseignement de la lecture, (il enseigne à l’Université de Clermont Ferrand), il a publié le 10 mai 2019 un article de 15 pages, qui démonte la communication du ministre, intitulé : « FAIRE MENTIR LES CHIFFRES, EN PÉDAGOGIE AUSSI » !

En voici la conclusion :

Lire le reste de cet article »

Le CESE appelle à investir dans l’éducation populaire pour réconcilier la société

Publié le 14 juin 2019

Dans un avis adopté le 28 mai 2019 à une très large majorité (166 pour, 5 contre et 4 abstentions), le Conseil économique, social et environnemental (CESE) demande aux pouvoirs publics de s’appuyer sur l’éducation populaire pour réconcilier la société et conforter la citoyenneté. L’avis est intitulé : « L’éducation populaire, une exigence du XXIe siècle ».

« Introduction

Cet avis s’écrit dans une actualité particulière, celle d’une exigence exprimée par nos concitoyennes et concitoyens : être écouté, pouvoir participer et peser dans les décisions locales comme nationales, être acteur ou actrice de son propre destin comme celui du destin collectif.

L’actualité démontre l’urgence d’ouvrir des espaces permettant aux citoyens et aux citoyennes de s’exprimer, d’échanger, d’être entendus et de participer aux débats qui doivent irriguer notre société et aux choix qui en résultent.

Lire le reste de cet article »

Pour une véritable école de la confiance : non au projet de loi Blanquer

Publié le 19 mai 2019

Le Conseil municipal du 13 mai a adopté un vœu adressé au ministre de l’Education nationale pour lui demander de retirer le projet de loi « Pour une école de la confiance »,et de reprendre les consultations avec l’ensemble des acteurs de la communauté éducative, sans oublier les élus locaux, pour d’abord évaluer les expérimentations lancées précédemment. 

« A Grenoble, depuis plusieurs semaines, de nombreux membres de la communauté éducative, enseignant.e.s, parents d’élèves, personnels communaux sont mobilisé.e.s contre le projet de loi « Pour une école de la confiance », qu’ils jugent inquiétant pour l’avenir de l’enseignement public.

Lire le reste de cet article »

L’élitisme social contre l’élitisme républicain

Publié le 22 mars 2019

L’Observatoire des inégalités propose sur son site des points de vue divers sur l’origine ou le traitement des inégalités. Le 11 mars 2019 on y trouve le point de vue d’un ancien inspecteur général de l’éducation nationale et ancien directeur général de l’enseignement scolaire M.Jean-Paul Delahaye dont la rubrique est intitulée « Comment l’élitisme social est maquillé en élitisme républicain ».  Pour lui l’élitisme du système scolaire français favorise les enfants de diplômés. Leurs parents, de droite comme de gauche, défendent une école qui fonctionne à leur profit.

Il tire un signal d’alarme dans sa conclusion : « Au fond, une des difficultés rencontrées pour réformer l’école vient du fait que les intérêts particuliers, portés à la conservation d’un système éducatif inégalitaire, se retrouvent sur les deux côtés de l’échiquier politique et s’expriment beaucoup dans les médias, savent se faire entendre, défendent les positions acquises – y compris s’agissant des choix budgétaires – et ont un pouvoir de retardement des réformes, voire de blocage. Peut-on se contenter de souhaiter que la partie de la population française qui a organisé l’école essentiellement pour ses propres enfants comprenne qu’il est dans son intérêt de mieux organiser l’école pour la réussite de tous ? Dans le cas contraire, nous allons au-devant de grandes difficultés. Tant de privilèges, d’un côté, et de scolarités difficiles, d’échecs humiliants, de l’autre, mettent en danger notre pacte républicain. Ceux qui, à tort ou à raison estiment qu’ils n’ont pas accès aux mêmes droits que les autres, auront des difficultés à accepter longtemps d’avoir les mêmes devoirs que les autres. » 

Voici le début de son article :

Lire le reste de cet article »

Répartition des spécialités dans les lycées… vers un renforcement de la fracture sociale

Publié le 11 janvier 2019

Le rectorat a rendu public le projet de répartition des spécialités dans chaque lycée de l’académie. Ce projet montre comment la réforme Blanquer va approfondir la fracture sociale sur notre territoire.

Une première analyse montre :

  • d’une part, des inégalités entre métropole et territoires périphériques, car la répartition est en fait liée à une politique budgétaire de suppression de postes (venant approfondir un malaise social dans des territoires déjà perçus par leurs habitant-e-s comme relégués). Est-ce la raison pour laquelle il y a concordance entre établissements actifs contre la réforme et secteurs où la mobilisation des gilets jaunes est forte ?
  • d’autre part, des inégalités sociales entre LEGT (lycée d’enseignement général et technologique) selon la coloration sociale de leur public [à l’exception notable d’Argouges explicable par la continuité de la politique du ministère depuis 2011] à l’échelle métropolitaine. On remarque par exemple les effets du poids social du public d’un établissement comme le lycée du Grésivaudan, sous forte concurrence du privé sur le nombre de spécialités proposées.

Lire le reste de cet article »

Pour une politique d’ensemble en faveur de la petite enfance

Publié le 30 novembre 2018

Le 20 novembre, à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’enfant, le Défenseur des droits, et la Défenseure des enfants, ont présenté le rapport 2018 de cette dernière, intitulé « De la naissance à six ans : au commencement des droits ». En France, la petite enfance représente 5,2 millions d’enfants.

Le rapport insiste sur le fait que l’effectivité des droits est déterminante pour le développement de l’enfant.

« En 1989, l’Assemblée générale des Nations Unies adoptait la convention des droits de l’enfant (CIDE), qui venait consacrer l’enfant comme une personne à part entière, un sujet de droits propres, droits dont la réalisation devait être soutenue et accompagnée par les adultes, à commencer par ses parents. L’ensemble de ces droits a pour finalité de favoriser le meilleur développement de l’enfant, ainsi que son bien-être, c’est-à-dire la satisfaction de ses besoins fondamentaux, physiques, mentaux sociaux, etc, de même que ses besoins de sécurité et d’affection. Ils s’appliquent dès la naissance, l’enfant étant défini dans la convention comme tout être humain âgé de 0 à 18 ans…

Lire le reste de cet article »

Collège Vercors en grève, le rectorat doit agir vite

Publié le 22 septembre 2017

Depuis le 8 septembre, les personnels du collège Vercors de Grenoble sont en grève à plus de 75 %. Les 415 élèves du collège Vercors n’ont toujours pas commencé les cours. Les personnels demandent que le rectorat pallie la suppression des trois emplois aidés de surveillance par des postes d’assistants d’éducation. Ils estiment à juste titre qu’avoir un seul surveillant pour 400 élèves est inadmissible. L’ADES demande au rectorat d’agir au plus vite et de mettre à disposition du collège au moins deux assistants d’éducation.

Pour suivre les actions en cours, voir ici.

Destruction du collège de la Villeneuve

Publié le 16 juin 2017

© Photo G. Kuntz

La destruction d’équipements publics dans le quartier de la Villeneuve est de nouveau à l’ordre du jour. L’incendie criminel du collège Lucie Aubrac a bouleversé les collégiens, leurs parents, l’équipe éducative, le personnel du collège et les habitants. Comme il se doit les collectivités publiques ont condamné ces agissements criminels destructeurs des bases mêmes de notre système d’éducation. Par contre certaines prises de positions politiciennes (par une partie de la droite grenobloise et départementale en mettant notamment en cause la mairie) doivent être dénoncées, oubliant la solidarité la plus élémentaire avec les habitants, les personnels de l’éducation et les jeunes collégiens.

Il ne faut pas relâcher les efforts importants d’éducation des jeunes dans ce quartier et que le Rectorat maintienne les moyens liés au Réseau d’Education Prioritaire renforcé (REP +) et que les équipes pédagogiques ne soient pas dispersées.

Des parents d’élèves, des enseignants et des habitants lancent une pétition pour la reconstruction du collège au sein du quartier, c’est l’expression de leur attachement à ce quartier qu’ils aiment, comme nous qui avons bien conscience que c’est nous tous qui sommes touchés dès lors qu’il s’agit du parcours éducatif de notre jeunesse.

Lire le reste de cet article »

L’université Grenoble-Alpes va diminuer son personnel pour combler son déficit

Publié le 28 avril 2017

Les conséquences des décisions gouvernementales successives de Mmes Pécresse et Fioraso pour l’enseignement supérieur ont pour effets que l’Université de Grenoble-Alpes (UGA) est en situation de déficit de 4,6 M€ en 2017 et ce déficit grandira pour atteindre 13,3 M€ en 2020 si les subventions de l’Etat n’augmentent pas. En février, la Présidente de l’UGA annonçait un « plan de retour à l’équilibre » avec 13 M€ d’économies sur 4 ans dont plus de 9 M€ d’économies sur la masse salariale. Il a été voté par le Conseil d’administration de l’UGA.

Voilà encore une conséquence d’un désengagement de l’Etat de ses responsabilités d’employeur. Ce plan prévoit une diminution de 15 emplois par an sur 5500. L’Etat verse une subvention qui reste constante et donc l’évolution naturelle de la masse salariale de 1,7 M€ par an n’est plus compensée. Le plan prévoit de supprimer aussi des heures d’enseignement et une diminution du recrutement de doctorants et des baisses de dotations aux laboratoires.

Voilà encore une conséquence très négative de la politique d’austérité gouvernementale, merci Mmes Fioraso et Pécresse.

La Cour des Comptes rend public un rapport très sévère sur l’Institut d’Études Politiques de Grenoble

Publié le 17 mars 2017

L’Institut d’Etudes Politiques de Grenoble, avec son centre de préparation à l’administration générale prépare les étudiants mais aussi les fonctionnaires aux concours des cadres de la fonction publique, et prépare aux concours de la haute fonction publique avec son centre de préparation aux concours de l’École nationale d’administration (Prep/ENA), dirigé par un conseiller d’Etat, et composé de membres du Conseil d’État, inspecteurs des finances, magistrats de la Cour des comptes ou des chambres régionales des comptes, diplomates, hauts fonctionnaires des directions du Trésor, de la législation fiscale, du budget, etc… L’IEP a été dirigé de 2005-2012 par M. Ihl, professeur de science politique et depuis 2012 par M. Froment, professeur de droit public.

L’Institut d’Études Politiques a bénéficié d’un nouveau bâtiment, dont le coût prévu de 9 000 000 M€ en 2011 est passé à 10 322 000 M€ en 2012, qui est construit par La Métro, financé à hauteur de 5,322 M€ par La Métro (M. Baïetto), sur délibérations présentées en 2011 par Mme Fioraso puis en 2012 M. Noblecourt, (ancien élève de l’IEP, devenu directeur de cabinet de la ministre de l’Éducation), et financé à hauteur de 2 M€ par la ville de Grenoble (M. Destot), sur décisions présentées en 2011 par Mme Fioraso (devenue députée puis ministre de l’Enseignement supérieur puis secrétaire d’État chargée de l’Enseignement supérieur) et M. Safar (ancien élève de l’IEP).

La Cour des Comptes vient de rendre public des observations très sévères sur son contrôle des comptes et de la gestion de l’Institut d’Etudes Politiques (IEP) de Grenoble pour les exercices 2011 à 2014, dont voici des extraits formateurs pour les futurs cadres de la fonction publique :

Lire le reste de cet article »

Prévenir la radicalisation dans le sport

Publié le 7 octobre 2016

ministère ville, jeunesse et sportsLes phénomènes de radicalisation se développent rapidement et le gouvernement a mis en place en mai 2016, un plan d’action contre la radicalisation et le terrorisme. La mesure 45 de ce plan est destinée à prévenir la radicalisation dans le champ sportif par le développement du contrôle des clubs et des éducateurs et la mise en jeu de « l’agrément sport » en cas de dérive. Pour aider les acteurs du sport et de l’animation à appréhender ce nouveau phénomène, le ministère de la Ville, de la Jeunesse et des Sports a édité un guide pour prévenir la radicalisation dans le sport : « Acteurs du sport et de l’animation ; mieux connaître, mieux comprendre et mieux prévenir les phénomènes de radicalisation ».

Lire le reste de cet article »

De la sortie scolaire au voyage éducatif à vélo

Publié le 9 septembre 2016

balade-veloLe réseau des Départements et Régions Cyclables (DRC) publie pour la rentrée scolaire une fiche-action « De la sortie scolaire au voyage éducatif à vélo » en partenariat avec la Fédération française des Usagers de la Bicyclette (FUB

« A travers cette fiche-action les DRC et la FUB invitent les collectivités à s’impliquer auprès des établissements scolaires pour faciliter et valoriser les actions pédagogiques autour du vélo.  

Lire le reste de cet article »

L’avenir de certaines bibliothèques

Publié le 10 juin 2016

Bibliotheque-HauquelinLes fermetures annoncées de « petites » bibliothèques font évidemment couler beaucoup d’encre, oubliant qu’elles s’accompagnent d’un renforcement du service rendu par les bibliothèques les plus proches. Afin de comprendre ce qui se joue à ce sujet, nous avons interrogé Anny Beetschen, bibliothécaire à la retraite et syndicaliste qui nous explique que les fermetures de Prémol et de Hauquelin ne posent pas de problème en termes de service réellement rendu aux habitants. C’est confirmé par d’autres bibliothécaires.
Lire le reste de cet article »

Les Grenoblois sont plus diplômés que la moyenne

Publié le 27 mai 2016

logo inseeLes statistiques de l’INSEE donnent pour chaque quartier de Grenoble, la répartition du niveau de diplôme pour les 104 000 habitants de plus de 15 ans qui ne sont pas scolarisés (chiffres du recensement de 2012).

Sur l’ensemble de la ville il y a 16,9 % sans diplôme ; 5,4 % titulaires du certificat d’études primaire ; 4,5 % du brevet des collèges ; 14,6 % du CAP ou d’un BEP ; 15,3 % du baccalauréat ou d’un brevet professionnel ; 14,7 enseignement supérieur court et 28,7 % d’un diplôme d’enseignement supérieur long.

En France il y a 52 % d’habitants non scolarisés qui ont un diplôme du niveau baccalauréat ou supérieur, dans la métropole c’est très proche (52,9%) ; par contre à Grenoble c’est très supérieur (58,7%) à cause de l’importance des diplômés de l’enseignement supérieur long.

Lire le reste de cet article »

Promouvoir les actions d’éducation à la citoyenneté au niveau local

Publié le 20 mai 2016

ATLLASL’association ATLLAS (Association tisser les liens d’amitiés solidaires) propose une rencontre interactive avec Monsieur Philippe Meirieu Professeur émérite en sciences de l’éducation avec la participation de Mesdames Emmanuèle Buffin (Professeure d’école retraitée) et Dominique Janin-Duc psychologue, psychanalyste. Avec le soutien de RECit 38 (Réseau des écoles de citoyens).

Mercredi 25 mai de 18 h à 21 h 30 : « 3 heures autour de l’éducation à la citoyenneté », à l’École supérieure du professorat et de l’éducation, ex IUFM, 30 avenue Marcellin Berthelot (tram A, arrêt MC2).

« À l’heure où des « enfants de la République » ont commis ces massacres insensés qui ont bouleversé la société, l’école est interpellée et les responsabilités de tous les éducateurs sont évoquées : que s’est-il passé pour que ces jeunes gens qui ont fréquenté nos établissements scolaires, les centres de loisirs, les clubs de sport, rejettent de façon aussi radicale les valeurs de la société où ils ont grandi ?

Lire le reste de cet article »

Permettre aux citoyens de comprendre l’action publique pour la transformer

Publié le 18 mars 2016

local-ADESLes règles de fonctionnement des collectivités publiques locales sont de plus en plus complexes et si on veut que les habitants puissent intervenir efficacement sur la fabrication des décisions publiques, il est essentiel de leur donner les informations sur les règles de fonctionnement de ces collectivités. Depuis de longues années, l’ADES apporte sa contribution à ce niveau et sur son site internet il est facile de retrouver les nombreux articles qui expliquent et décortiquent de nombreuses politiques publiques.

On voit fleurir des tentatives d’intervention dans ce domaine, comme celle du « Groupe d’Analyse Métropolitain », ce qui serait positif s’il était rigoureux et ne racontait pas n’importe quoi.

Lire le reste de cet article »

« France urbaine » demande une évaluation de la réforme des rythmes scolaires

Publié le 12 février 2016

france-urbaineLes élus de l’association « France urbaine » demandent au ministère de l’Education nationale de conduire avec les collectivités locales une évaluation des nouveaux temps scolaires, et au ministère en charge de la jeunesse et des sports une évaluation des temps périscolaires induits par la réforme des rythmes.

« France urbaine », née de la fusion de l’Association des Maires de Grandes Villes de France et de l’Association des Communautés Urbaines de France, regroupe les élus des métropoles, des grandes communautés et des villes centres ou périphériques, représentant près de 30 millions d’habitants.

Lire le reste de cet article »

Vote des familles sur les rythmes de l’enfant, une réussite

Publié le 22 janvier 2016

Vote-rythmes-enfantsPour préparer la rentrée scolaire de septembre 2016, la Ville de Grenoble doit proposer un scénario horaire à l’Education Nationale pour les écoles maternelles et élémentaires. Au lieu de décider dans leur coin, les élus ont décidé d’ouvrir une large concertation avec les parents d’élèves et de leur proposer au vote deux scénarios.

Lire le reste de cet article »