Archives pour le mot-clef ‘législatives’

Dépenses des candidats aux élections législatives de juin 2017

Publié le 24 août 2018

La CNCCFP (Commission Nationale des Comptes de Campagne et des Financements Politiques) a publié le 1er août, les comptes simplifiés des candidats aux élections législatives des 11 et 18 juin 2017. Les dépenses exposées par les candidats et éventuellement rectifiées par la commission ne comprennent pas l’édition des bulletins de vote, affiches, professions de foi. Les remboursements de l’Etat sont réservés aux candidats ayant obtenu au moins 5% des suffrages exprimés.

Voici les dépenses acceptées par la CNCCFP des candidats les plus dépensiers dans les 5 premières circonscriptions de l’Isère qui intéressent l’agglomération grenobloise. Les dépenses étaient éloignées du plafond autorisé (environ 70 000 €), sauf pour M. Mermillod-Blondin dans la 1ère circonscription.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 9 juin 2017

Les soutiens à M. Destot pour l’élection législative fondent comme glace au soleil. Alors qu’en 2012 il présentait un comté de soutien de plus de 1000 personnes, pour 2017 ce ne sont même pas 220 personnes qui lui ont apporté le soutien pour un 7ème mandat et très peu d’électeurs de la circonscription. Si les soutiens sont proportionnels aux votes, le député sortant a beaucoup de souci à se faire. Vu l’exigence de renouvellement que les électeurs expriment, il est probable que le député sortant soit sorti !

Candidatures aux législatives à Grenoble

Publié le 2 juin 2017

Comme d’habitude, les élections législatives attirent beaucoup de candidats notamment pour apporter des financements aux partis politiques. Les Grenoblois sont répartis entre deux circonscriptions : la 1ère dont Mme Fioraso est sortante mais ne se représente pas et la 3ème où M. Destot se représente pour un 7ème mandat !

Sur la 1ère circonscription il y a 15 candidats (comme en 2012) ; en 2012 il y avait 8 candidats qui n’avaient pas atteint 1% des exprimés (au total 2,8% des voix). Seuls 3 candidats avaient dépassé les 15 % des exprimés et seuls deux candidats ont été qualifiés pour le 2ème tour (PS contre UMP).

Sur la 3ème circonscription il n’y a que 14 candidats soit deux de moins qu’en 2012, où 10 candidats avaient fait 1% ou moins (au total 5,8%). Seuls 4 candidats dépassaient les 10 % et seulement deux candidats restaient au 2ème tour (PS contre UMP).

Lire le reste de cet article »

Analyse rapide du 2ème tour des élections législatives à Grenoble

Publié le 22 juin 2012

Sans aucune surprise les sortants des deux circonscriptions (Fioraso et Destot) ont été réélus très largement.

Par rapport au 2ème tour des élections de 2007 il y a 5 points de moins de participation sur Grenoble et 4 points de moins qu’au 1er tour du 10 juin 2012. De plus il y a une forte augmentation des bulletins nuls entre les deux tours (de 0,8% à 3,3%), ce qui est classique puisque de nombreux électeurs n’ont plus le candidat de leur choix. Les nuls sont beaucoup plus important sur les 3 cantons de la 3ème circonscription (Destot) soit 3,8 %, que sur les 3 cantons de la 1ère (Fioraso, 2,9 %). Il y a 4620 exprimés de moins qu’au 1er tour soit presque 10 % de moins !

A noter que 3 bureaux de vote ont plus voté au 2ème tour qu’au premier : Abbaye2, Teisseire1 et Mistral, ce sont des bureaux très populaires où la gauche fait 80 % ou plus, mais ces bureaux votent tout de même très peu par rapport à la moyenne de la ville.

Les candidats de gauche ne font pas le plein des voix de gauche du 1er tour, de même les candidats de droite ne font pas la somme des voix de droite et d’extrême droite.

Lire le reste de cet article »

Destot, UMP, cirage de pompes et A51 : politique politicienne grenobloise

Publié le 22 juin 2012

M. Destot préfère le brouillard à la clarté… « Je m’adresse à tous ceux qui me disent usé et fatigué, je les invite à venir avec moi réaliser une belle course dans le Mont Blanc, un endroit où il y a du brouillard… » (Le Dauphiné Libéré 18 juin 2012). C’est bizarre ce choix du brouillard, le Mont Blanc est si beau sans brouillard. Mais comme il s’agissait de politique, il faut comprendre que le maire préfère le brouillard à la clarté dans la gestion municipale, ce qui se vérifie avec les nombreuses promesses non tenues et l’absence de démocratie dans la préparation des décisions.

La droite UMP grenobloise est contente car elle s’attendait à pire !

Lire le reste de cet article »

Analyse du 1er tour des élections législatives à Grenoble

Publié le 15 juin 2012

Pour comprendre quels sont les évolutions des votes des Grenoblois, il est nécessaire de prendre en compte les évolutions nationales entre les deux élections législatives et examiner ce qui a évolué différemment à Grenoble qu’en France. C’est ainsi qu’il apparait que :

  • le maire ne progresse pas autant qu’il aurait dû le faire
  • l’adjoint à l’immobilier est fortement sanctionné
  • par contre la nouvelle ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche est plébiscitée à Grenoble
  • le Front de Gauche régresse plus sur la 3ème circonscription que sur la première
  • et la forte progression de G. Fioraso limite celle d’EELV sur la première circonscription.

Lire le reste de cet article »

Les enquêtes publiques sur le PLU, enfin accessibles !

Publié le 15 juin 2012

Le mardi 12 juin dans l’après midi (soit avec 12 jours de retard !), les Grenoblois ont pu enfin accéder aux rapports et conclusions du commissaire enquêteur sur les transformations du PLU (Plan Local d’Urbanisme) concernant une très grande surface de la ville : Esplanade, Presqu’île, Flaubert et Châtelet. Comme on pouvait l’imaginer, le commissaire enquêteur a mis deux mois de plus que prévu pour rédiger ses rapports et conclusions. En effet, malgré leur importance les dossiers ont été confiés au même commissaire par la volonté de la ville. Ce dernier a donné des avis favorables sans aucune réserve, mais quelques recommandations. Le conseil municipal du 25 juin va arrêter les transformations du PLU suite à ces enquêtes. Ce n’est qu’à l’automne que le conseil municipal mettra en chantier la révision générale du PLU imposée par la loi. Mais comme toutes les grandes opérations d’urbanisme auront été lancées, il ne s’agira que d’un simple toilettage, sauf si les habitants imposent la mise en place de véritables ateliers populaires d’urbanisme pour un travail de fond sur le PLU afin de dessiner une ville à visage humain, pour tous et débarrassée de la spéculation et de l’emprise des promoteurs avides de gros profits comme trop souvent actuellement.

Mais pourquoi avoir bloqué pendant 12 jours l’accès aux rapports du commissaire enquêteur au mépris de la loi ?

Lire le reste de cet article »

Le maire et son adjoint à l’immobilier s’assoient sur la Loi

Publié le 8 juin 2012

M. Destot et Ph. Falcon de Longevialle sont candidats aux élections législatives. Ils semblent avoir tous deux une conception toute particulière de la fonction principale du député qui est chargé de faire les lois. Leurs éventuels électeurs doivent savoir qu’ils n’hésitent pas à s’assoir sciemment sur la loi pour éviter que les conclusions d’un commissaire enquêteur soient rendues publiques avant le 1er tour des élections législatives.

Il est regrettable que des fonctionnaires du service de l’urbanisme de la ville se soient associés à ce refus, au mépris des règles de la fonction publique.

Lire le reste de cet article »

Législatives : politique politicienne grenobloise

Publié le 8 juin 2012

Le bal des menteuses !

Lors d’une émission à Télé-Grenoble réunissant 6 candidats de la 1ere circonscription, ce qui a rendu pénible l’émission, nous avons assisté à un festival de mensonges proférés avec aplomb par Mmes Tardy (dissidente de l’UMP) et Fioraso (candidate sortante PS). La première, maire de Meylan, qui devrait pourtant connaître sa commune, a osé prétendre qu’elle comptait plus de 20 % de logements sociaux et que la perspective des 25 % proposée par le nouveau Gouvernement ne lui posait aucun problème. Au 1er janvier 2010 il y avait seulement 12,8 % de logements sociaux à Meylan et il en manquait 570 pour arriver au 20% réglementaires…

Plus pernicieux le mensonge de G. Fioraso qui a déclaré être venue très tard en politique (en 2001). Elle a allègrement fait l’impasse sur ses postes de chargé de l’information au cabinet du maire H. Dubedout puis d’attachée parlementaire du député H.Dubedout (de 1979 à 1983), et plus récemment de directrice de cabinet de M. Destot (1995)… Elle voudrait faire croire que l’on s’occupe de politique qu’une fois élu, mais elle est mieux placée que personne pour savoir que les proches collaborateurs d’élus font de la politique tous les jours. Alors pourquoi, elle qui est une vraie professionnelle de la politique tient-elle de telles affirmations mensongères sinon pour des raisons purement électoralistes ?

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne grenobloise

Publié le 1 juin 2012

Les affaires ressortent

La campagne sur la 1ère circonscription de l’Isère et la nomination de la sortante comme ministre de l’enseignement supérieur et de la recherche donne à la droite un bon prétexte pour exhumer de vieilles affaires. C’est le cas avec Corys. Il est vrai que la fin de cette entreprise, créée par M. Destot, n’a pas été des plus glorieuses, Tractebel (du groupe Suez – Lyonnaise) est heureusement arrivé à temps pour éviter une liquidation qui aurait pu être frauduleuse. Nous avions, à l’époque évoqué un renvoi d’ascenseur de la Lyonnaise des Eaux, qui se voyait confirmée comme gestionnaire de l’eau de Grenoble par M. Destot en 1996. Il avait alors fallu toute la pugnacité des écologistes pour que s’impose le retour en régie du service de l’eau. G. Fioraso et S. Siebert faisaient partie du staff dirigeant de Corys et le rapport des experts judiciaires montre clairement que tout n’était pas limpide dans cette entreprise. Mais ceci ne devrait pas faire oublier les comportements des candidats de droite dans cette circonscription : Mme Tardy a été sur la liste régionale de Charles Millon qui, pour se faire élire président, s’est allié avec le Front national, M. Peyrin est activement soutenu par les réseaux du maire corrompu de Grenoble. M. de Longevialle, membre du cabinet du corrompu, se met en scène dans son tract de campagne avec son fils et sa compagne qui est adjointe au maire (très à droite) d’Aix les Bains. Nous encourageons donc les électeurs-trices à voter pour les candidats qui ont des comportements éthiques (voir nos bons choix).

Lire le reste de cet article »

Mais pourquoi autant de candidats aux législatives ?

Publié le 1 juin 2012

La raison est très simple, les élections législatives servent de critère à la distribution d’une partie du financement des partis politiques par l’Etat.

Pour essayer de moraliser un peu la vie politique et éviter les financements occultes des partis politiques, diverses lois ont institué le plafonnement et le remboursement des campagnes électorales (en général pour les candidats ayant dépassé les 5 % des votes exprimés) ainsi que le financement public des partis politiques qui ont une certaine « représentativité ».

Il y a deux formes de financement public (montant 74 M€) :

Lire le reste de cet article »

Les références à G. Fioraso disparaissent du site de la Ville !

Publié le 27 mai 2012

Communiqué du 27 mai 2012

Depuis la parution de notre hebdomadaire électronique « le Rouge et le Vert » du 25 mai 2012, le site de la ville de Grenoble a été complètement nettoyé de toutes références à la nomination de G. Fioraso comme ministre et au lien avec son blog, outil de sa campagne des législatives.

Cette correction soudaine est l’aveu que ce soutien explicite à la candidate aux élections législatives était totalement irrégulier et qu’il pouvait remettre en question son éventuelle élection à l’Assemblée Nationale.

C’est aussi la preuve que la majorité municipale qui se considère comme propriétaire de la Ville, utilise les moyens publics pour faire la propagande de ses idées et promouvoir ses dirigeants.

Les Grenoblois apprécieront cette utilisation de leurs impôts locaux à des fins partisanes.

Dans une ville qui a connu la corruption financière, et qui subit aujourd’hui la perversion des comportements, il est grand temps de changer de majorité pour que changent enfin les pratiques politiques.

Jean-Marc CANTELE, Président
Vincent COMPARAT Porte parole

Législatives : faire le choix de la Démocratie, de l’Ecologie et de la Solidarité

Publié le 25 mai 2012

L’ADES, mouvement local, n’a pas vocation à prendre position à l’occasion de scrutins nationaux. Pour autant, au regard du contexte particulier du scrutin des élections législatives des 10 et 17 juin 2012, il nous est apparu nécessaire de donner notre appréciation.

Deux circonscriptions intéressent Grenoble : la 1ère (cantons 1, 2 et 4 de Grenoble), sortante G. Fioraso, ministre de la recherche et de l’enseignement supérieur ; et la 3ème (cantons 3, 5 et 6), sortant M. Destot, maire de Grenoble qui brigue un 6ème mandat de député ! Sur la 1ère 15 candidats se présentent et sur la 3ème, le record de l’Isère : 16 candidats !

Au premier tour il s’agit d’éliminer les candidats inacceptables, celles et ceux qui sont présentés par le FN et l’UMP, les faux nez écologistes, les a-politiques, bref ! Tous ceux qui y faisant référence ou non, sont bien à droite ou se sont alliés avec la droite.

L’ADES recommande donc de voter pour de bons candidats qui portent nos valeurs de démocratie, d’écologie et de solidarité. Il y en a 3, et nous leur donnons la parole à cette occasion :

Législatives : parole à Y. Mongaburu, candidat EELV sur la 3e circonscription

Publié le 25 mai 2012

Yann Mongaburu (photo tous droits réservés)

Dans le cadre de la campagne des législatives, l’ADES donne la parole aux candidats qui défendent les valeurs de Démocratie, d’Ecologie et de Solidarité sur les 2 circonscriptions sur lesquelles se trouve Grenoble. Ces textes sont écrits sous la responsabilité des candidats.

Un député écologiste, pour que ça change vraiment !

Site officiel de Yann Mongaburu

Le 6 mai, nous avons enfin tourné la page du sarkozysme. Dans quelques jours, vous ferez un choix essentiel : celui des députés qui voteront la loi et contrôleront le gouvernement pour les 5 années à venir.

La nouvelle majorité ne devra pas se suffire de réparer quelques « excès » de 10 ans de droite. Elle devra engager une transformation en profondeur. Le défi est de taille.

La crise que nous subissons n’est pas nouvelle, elle dure depuis 30 ans. Elle est la conséquence d’un modèle de développement à bout de souffle qui organise la croissance des inégalités et le gaspillage des ressources, un système que les élus en place tentent d’aménager depuis 30 ans. Cette crise n’est pas que financière, elle est globale : à la fois économique, sociale, climatique, énergétique, alimentaire. Pour en sortir, il nous faut rompre avec les recettes et les hommes du passé et engager des politiques ambitieuses pour la transformation écologique et sociale de nos modes de vie, de production et de consommation.

Lire le reste de cet article »

Législatives : parole à E. Piolle, candidat EELV sur la 1e circonscription

Publié le 25 mai 2012

Eric Piolle (photos tous droits réservés)

Dans le cadre de la campagne des législatives, l’ADES donne la parole aux candidats qui défendent les valeurs de Démocratie, d’Ecologie et de Solidarité sur les 2 circonscriptions sur lesquelles se trouve Grenoble. Ces textes sont écrits sous la responsabilité des candidats.

Des décisions politiques nous ont amenés à la crise, d’autres décisions politiques peuvent nous en sortir

Site officiel d’Eric Piolle

Je me suis engagé en politique en novembre 2009 avec l’objectif de faire « turbuler » le monde politique, de permettre l’émergence d’un nouveau contrat de société et de le mettre en œuvre. Deux ans plus tard, mon expérience en tant que co-président du groupe écologiste au conseil régional me permet de pointer tant les fractures idéologiques avec la droite que les déficits – de projets, de pratiques et d’ambitions – du parti socialiste.

Je porte un projet de transformation globale pour le contrat social, l’économie et l’environnement. Les propositions de l’écologie politique marient le court terme et le long terme. Elles répondent dans un même élan à la crise économique et sociale, à la crise financière et à la crise environnementale.

Si nos sociétés ont pu croire un temps en la promesse d’une croissance économique assurant un avenir prospère pour tous, il faut désormais faire preuve de cécité volontaire pour nier le décalage croissant entre ces promesses et la réalité.

Lire le reste de cet article »

Législatives : parole à A. Dontaine, candidat PG sur la 1e circonscription

Publié le 25 mai 2012

Alain Dontaine (Photos tous droits réservés)

Dans le cadre de la campagne des législatives, l’ADES donne la parole aux candidats qui défendent les valeurs de Démocratie, d’Ecologie et de Solidarité sur les 2 circonscriptions sur lesquelles se trouve Grenoble. Ces textes sont écrits sous la responsabilité des candidats.

Société de consommation, société de pollution, société de précarité. Ce n’est pas tenable !

Site officiel d’Alain Dontaine

La crise n’est pas qu’écologique, elle est anthropologique, c’est celle de tout un système. Désordres climatiques, perte de biodiversité, fin des ressources les plus accessibles, chômage, précarité… Tout cela n’a qu’une seule et même cause : une société qui ne jure que par la croissance et le PIB, qui produit et consomme sans réfléchir à son avenir et sans solidarité. Avec la concurrence comme seule règle, le dumping environnemental rejoint le dumping social.

Grenoble aussi connaît ces choix néfastes pour notre avenir commun. Il en va ainsi des projets en matière d’urbanisme tels que les onze tours de Jean Macé ou de « la folie des grandeurs » de l’Esplanade. La prise en compte des réalités géographiques de la cuvette grenobloise devrait pourtant inciter les ambitieux à davantage de réalisme. Urbanisation à outrance et toujours plus de voitures ne peuvent faire bon ménage avec la contrainte géo-climatique : les alertes à la pollution ne seraient-elles pas assez nombreuses ? Si l’impasse écologique du système actuel nous impose des changements de nos modes de production, de consommation et de pensée, il y a encore du chemin à faire à Grenoble… L’aménagement du territoire, y compris urbain et économique, doit être soumis aux objectifs sociaux et environnementaux, et non le contraire ! Il est urgent de «ménager le territoire».

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne grenobloise

Publié le 25 mai 2012

Cliquez sur l'image pour voir la copie d'écran en date du 25/5/12

La nomination de G. Fioraso comme ministre fait des remous dans la majorité municipale. De nombreux témoignages indiquent que la pilule ne passe pas du tout. L’heure des règlements de compte entre amis de 30 ans a sonné. Le choix du suppléant de G. Fioraso n’a pas plu à tout le monde. Mais une opération machiavélique est en train de se mettre en place. Sur le site internet de la Ville de Grenoble apparait l’annonce de la nomination de G. Fioraso comme Ministre et si on clique pour en savoir plus, on arrive sur un lien qui mène au blog de G. Fioraso candidate aux élections législatives (voir copie d’écran en date du 25/5/12). Or une personne morale, ici la Ville, n’a pas le droit d’apporter son soutien ou d’aider un candidat aux élections, sinon c’est l’annulation de l’élection. Qui a pu faire cette erreur sur le site de la Ville ? Qui pourrait avoir intérêt à ce que G. Fioraso ne puisse être élue aux législatives, et donc ministre ?

La droite UMP au conseil municipal se restructure en profondeur. Rappel, elle était composée de trois groupes distincts :

  • le groupe UMP, Majorité présidentielle, divers droite et société civile (président O. Roux, 4 membres).
  • Le groupe Union pour un mouvement populaire (présidente N. Béranger, 2 membres)
  • et le groupe Majorité présidentielle (président Chamussy, 3 membres).
  • Les deux derniers groupes s’alliant dans un intergroupe : « Rassemblement pour Grenoble ».

Mais depuis peu tout a changé : les 9 membres de l’opposition de droite se sont finalement retrouvés dans un intergroupe « Ensemble pour Grenoble ».

Lire le reste de cet article »

Rien à Voir

Publié le 25 mai 2012

Candidat aux législatives pour le Front de Gauche, sur la 3ème circonscription (celle de M. Destot qui, après 30 ans de mandat comme député en brigue un 6ème), P. Voir membre du PC recommande à la gauche nationale d’être « courageuse et audacieuse ». Venant de P. Voir qui est l’exacte incarnation du contraire, c’est assez cocasse. A moins que l’on se méprenne sur la signification des mots et que courage et audace consistent à occuper un poste d’adjoint au maire dans une majorité droite-gauche en compagnie des amis du maire corrompu. Ou bien que ces qualités résident aux yeux de P. Voir dans le fait, pour ne citer que quelques exemples, de tenir des discours généraux à chaque conseil municipal sans jamais évoquer les dossiers locaux, de voter toutes les délibérations dont les subventions aux grands groupes privés, d’approuver une urbanisation outrancière qui fait la part belle aux spéculateurs de tous poils… Ce faisant on comprend mieux sa seule et véritable audace, celle de se proclamer communiste. Allez ! Circulez ! Espérons que les électeurs qui ont voté Mélenchon ouvriront les yeux et ne se laisseront pas aller à voter pour un allié du centre et de la droite.

Législatives 1ère circonscription, dernières nouvelles de la droite UMP

Publié le 11 février 2012

Le feuilleton se poursuit sur la 1ère circonscription pour les élections législatives des 10 et 17 juin 2008. L’UMP nationale a investi comme candidat J.C. Peyrin, conseiller général du canton de Meylan. Il est soutenu par de nombreux parlementaires UMP de l’Isère qui déclarent : « Cette candidature nous apparaît comme étant la plus naturelle ». Mais la maire de Meylan, adhérente à l’UMP, ne l’entend pas de cette oreille et maintient sa candidature, soutenue par le nouveau sénateur M. Savin (UMP) qui déclare : « Marie-Christine Tardy, c’est le choix gagnant pour nous tous. ».

Ce qui est amusant, c’est que les tracts d’annonce des deux candidatures déposés en même temps dans les boîtes aux lettres des habitants de la 1ère circonscription proviennent du même diffuseur. C’est une coïncidence curieuse qui amène à se poser la question : n’est ce pas une division organisée par la droite elle-même pour essayer de grappiller le plus de voix possibles au 1er tour et espérer ainsi reconquérir la circonscription ? A suivre.

Les nouvelles de l’UMP

Publié le 28 janvier 2012

Va-t-on assister sur la 1ère circonscription, a un remake de la division de la droite UMP en 2007, où la concurrence Carigon-Cazenave avait fortement aidé G. Fioraso (PS) à gagner cette circonscription spécialement découpée pour la droite par Ch. Pasqua, expert en la matière ?

Il est probable que le candidat investi par Paris soit le conseiller général de Meylan et président de l’UMP38, Jean-Claude Peyrin. Mais la maire de Meylan, Marie-Christine Tardy qui veut se mettre sur les rangs vient de recevoir le soutien du sénateur UMP, Michel Savin (ex président de l’UMP38) qui ayant des comptes à régler avec ses “amis” de l’UMP38, va présider son comité de soutien. M. Savin a rappelé qu’il a été élu sénateur avec une candidature dissidente…

R. Cazenave (ex-député de la circonscription) demande au président de l’UMP38 l’organisation d’une primaire, voudrait-il se mettre aussi sur les rangs ?

Le 28 janvier l’UMP nationale va délivrer ses investitures, qui devraient être J.Cl. Peyrin sur la 1ère et Nathalie Béranger, conseillère municipale de Grenoble sur la 3ème, celle de M. Destot.