Archives pour le mot-clef ‘insee’

Une étude de l’INSEE sur les zones d’emploi qui se diversifient

Publié le 18 septembre 2020

Pour examiner les évolutions des économies locales, l’INSEE et la Dares (Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques) ont révisé la méthodologie, qui définissait, depuis 2010, les zones d’emploi. Contrairement aux zones précédentes construites région par région, les nouvelles zones d’emploi sont issues de paramètres nationaux. L’INSEE défini 306 zones d’emploi, soit 15 de moins que la précédente version.

Elles se répartissent dans sept grands groupes, selon leur orientation économique principale :

Lire le reste de cet article »

Les destructions d’emplois dépassent les 700 000

Publié le 11 septembre 2020

Le 8 septembre 2020, l’INSEE publie ses estimations concernant l’emploi salarié au deuxième trimestre de 2020. Entre fin mars et fin juin 2020, l’emploi salarié chute de 0,9 %, soit 215 200 destructions nettes d’emplois après −2,0 % (−499 700 emplois) au trimestre précédent. La baisse concerne à la fois le secteur privé (158 200 destructions nettes soit −0,8 %) et la fonction publique qui perd 57 100 emplois (soit −1,0 %).

Au premier trimestre la baisse concernait exclusivement le secteur privé. Sur un an, l’emploi salarié chute de 572 900 (soit −2,3 %) : −513 800 dans le privé et −59 100 dans la fonction publique.

Lire le reste de cet article »

La destruction de nombreux emplois salariés s’accélère

Publié le 19 juin 2020

L’INSEE publie les chiffres de l’emploi salarié à la fin mars 2020. Il apparait qu’il y a eu un demi-million de destructions nettes d’emplois salariés au premier trimestre 2020, principalement dans l’intérim.

« À la fin du premier trimestre 2020, l’emploi salarié chute de 2,0 %, soit 502 400 destructions nettes d’emplois par rapport à la fin 2019. L’emploi salarié retrouve son plus bas niveau depuis le quatrième trimestre 2017. La baisse concerne presque exclusivement le secteur privé avec 497 400 destructions nettes (soit −2,5 %) tandis que la fonction publique perd 4 900 emplois (soit −0,1 %). Sur un an, l’emploi salarié chute de 304 700 (soit −1,2 %). Il baisse de 317 200 dans le privé mais augmente de 12 400 dans la fonction publique.

Lire le reste de cet article »

Le revenu disponible des ménages par quartiers à Grenoble

Publié le 12 juin 2020

D’après l’INSEE, le revenu disponible d’un ménage français comprend, suivant sa situation :

  • les revenus d’activité (nets des cotisations sociales) comprenant, les salaires et traitements, les indemnités de chômage et les revenus des activités non salariales. La part de ces revenus est en moyenne nationale de 73,5%
  • les pensions de retraite et les rentes représentant 28,3%
  • les revenus du patrimoine représentant 9,5 %
  • les prestations sociales : prestations familiales, des minimas sociaux et les prestations logement soit 5,9%
  • Ces revenus déclarés sont alors diminués des impôts directs sur le revenu et impôts locaux payés par le ménage soit -17,2%.

Le système de redistribution corrige donc les revenus déclarés par les prestations sociales en positif et en négatif par les impôts que payent les ménages sur leurs revenus et les impôts locaux.

Lire le reste de cet article »

La consommation des ménages recule d’un tiers en avril

Publié le 5 juin 2020

L’INSEE a publié les chiffres concernant la consommation des ménages pendant le mois d’avril et les compare avec ceux du mois de février avant le confinement.

La consommation en volume des ménages en biens chute de nouveau très fortement en avril (–20,2 %), soit une baisse de 33,7 % par rapport à février. Cette baisse très importante de la consommation fragilise de nombreux secteurs productifs et commerciaux et indique que l’épargne des ménages a fortement augmentée.

Lire le reste de cet article »

Les personnes à très hauts revenus en France et dans La Métro

Publié le 15 mai 2020

Le 12 mai, l’INSEE donne une photographie des personnes à très hauts revenus en France qui représentent 1% des ménages et donne une idée précise des inégalités de revenus dans notre pays, d’autant plus que ces ménages ne reversent que 30% de leurs revenus sous forme d’impôts directs. Il s’agit des derniers revenus connus de l’année 2017.

Les très hauts revenus ont un revenu mensuel moyen six fois plus élevé que celui de l’ensemble de la population.

Dans la Métro il y a 3500 personnes dans les ménages à très hauts revenus, soit 0,8% de la population.

Lire le reste de cet article »

Nombre de décès quotidiens en France jusqu’au 20 avril

Publié le 8 mai 2020

L’Insee diffuse chaque semaine le nombre de décès par jour et par département et au niveau national et donne les comparaisons avec les deux années précédentes.

Les dernières données ont été mises à jour le 7 mai. 20 Sur le graphique suivant on voit très exactement à quel moment il y a décrochage avec les années 2018 et 2019.

C’est à partir du 7 ou 8 mars que le décrochage débute lentement et va s’accélérer à partir du 16 mars pour atteindre un sommet le 1er avril. Les effets du confinement permettent de faire descendre la courbe régulièrement.

Lire le reste de cet article »

Revenus disponibles 2017 par quartiers IRIS à Grenoble

Publié le 1 mai 2020

L’INSEE présente les revenus disponibles des ménages fiscaux par unité de consommation pour l’année 2017. Le dossier comprend notamment le montant des revenus disponibles par déciles et par quartiles et permet de mesurer les écarts de revenus entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres, la médiane est la valeur qui partage la distribution des revenus en deux parties égales et l’indice de Gini mesure les inégalités : plus il est fort, plus les inégalités sont marquées.

Grâce aux processus de redistribution (mêmes imparfaits), les inégalités de revenus disponibles sont un peu atténuées ; ce sont surtout les revenus des premiers déciles qui remontent un peu.

Les quartiers les plus inégalitaires sont ceux où il y a plus de hauts revenus, alors que les quartiers dits populaires sont moins inégaux, car il y a un tassement de l’échelle des revenus.

Lire le reste de cet article »

Nombre de décès quotidiens par département

Publié le 17 avril 2020

L’INSEE donne maintenant régulièrement le nombre total de décès enregistrés par département, quelque soit l’origine de la mort. Cela va permettre d’estimer la surmortalité due au Covid-19 par comparaison avec les années 2018 et 2019.

Jusqu’au 15 mars environ, le nombre de décès en 2020 suivait l’évolution de 2019, depuis l’augmentation est sensible et rattrape puis dépasse ce qui s’était passé en 2018 où une grippe saisonnière avait augmenté nettement les décès. On peut ainsi mesurer l’impact réel du Covid-19 sur la mortalité.

Lire le reste de cet article »

Outre les conséquences sanitaires et sociales, l’impact économique de l’épidémie de Covid-19

Publié le 10 avril 2020

Ce qui nous préoccupe, ce sont d’abord les conséquences sanitaires et sociales de la pandémie. Pour le gouvernement de droite c’est d’abord les entreprises et leurs actionnaires, en n’arrêtant pas les activités non-essentielles.

Mais il est aussi utile d’avoir des données sur les activités et leurs conséquences sociales en terme d’emplois et d’activités essentielles, activités essentielles que le gouvernement n’a toujours pas définies malgré sa promesse (non tenue).

Après l’INSEE, l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) a publié une étude sur l’«Évaluation au 30 mars 2020 de l’impact économique de la pandémie de COVID-19  et des mesures de confinement en France ».

Lire le reste de cet article »

Première estimation de perte d’activité économique liée à la crise sanitaire

Publié le 27 mars 2020

Le 26 mars, l’INSEE a produit une première estimation de la perte d’activité économique liée à la crise sanitaire, ainsi que la perte de consommation des ménages. Elle sont estimées à environ 35 %.

Au même moment, le site « Boursorama » indique qu’« en pleine crise boursière, les entreprises européennes se préparent à verser des dividendes record.

L’INSEE précise :

« La perte d’activité économique est actuellement estimée à 35 % par rapport à une situation « normale »

Lire le reste de cet article »

Evolution des inscriptions sur les listes électorales

Publié le 13 mars 2020

A Grenoble, par rapport aux élections européennes de 2019, il y a environ 400 électeurs d’inscrits en plus sur la liste électorale soit 0,5 % de plus. Au niveau national c’est plutôt 1% de plus. Cela reflète la stabilisation de la population de Grenoble. Mais cette faible évolution cache des changements plus importants liés aux déménagements, aux décès. A Grenoble il y a eu environ 9000 nouveaux inscrits volontaires en plus des inscrits d’office (qui viennent d’atteindre 18 ans). Depuis que tout est centralisé au niveau de l’INSEE, on peut mieux suivre ces évolutions globales.

L’INSEE indique que 94 % des résidents français en âge de voter sont inscrits sur les listes électorales, ce qui contredit certaines affirmations qui considéraient que beaucoup d’électeurs potentiels n’étaient pas inscrits sur les listes électorales.

Lire le reste de cet article »

Revenus disponibles des ménages par quartiers IRIS de Grenoble

Publié le 21 février 2020

L’INSEE présente les revenus disponibles des ménages fiscaux par unité de consommation pour l’année 2016. Le dossier comprend notamment le montant des revenus disponibles par déciles et par quartiles et permet de mesurer les écarts de revenus entre les 10 % les plus riches et les 10 % les plus pauvres, la médiane est la valeur qui partage la distribution des revenus en deux parties égales et l’indice de Gini : plus il est fort plus les inégalités sont marquées.

Grâce aux processus de redistribution (mêmes imparfaits), les inégalités de revenus disponibles sont un peu atténuées ; ce sont surtout les revenus des premiers déciles qui remontent un peu.

Les quartiers les plus inégalitaires sont ceux où il y a plus de hauts revenus, alors que les quartiers dits populaires sont moins inégaux, car il y a un tassement de l’échelle des revenus.

Lire le reste de cet article »

Populations 2017 de Grenoble et de la Métropole

Publié le 10 janvier 2020

Chaque fin d’année, l’INSEE publie les résultats du recensement concernant les populations légales de chaque commune. Il s’agit de la population municipale et de la population comptée à part issues du recensement 2017. L’INSEE précise qu’il faut comparer les résultats du recensement 2017 avec celui de 2012 et de 2007 et qu’il ne faut pas faire une comparaison année après année. En effet le recensement daté de 2017 utilise des données de 2015 à 2019 ; chaque année c’est seulement un échantillon de 8% des habitants qui est recensé.

Les résultats pour Grenoble montrent une stabilisation de la population :

Lire le reste de cet article »

Grenoble une ville très diplômée

Publié le 21 décembre 2019

Lors du recensement, il est demandé aux habitants de plus de 15 ans non scolarisés, quel est le diplôme le plus élevé obtenu. Les résultats pour le dernier recensement (2016) sont publiés pour tous les niveaux territoriaux. Une comparaison entre la ville de Grenoble, la Métro, le Département de l’Isère, la Région Auvergne-Rhône Alpes et la France montre que Grenoble se détache très nettement pour le taux de titulaires du bac et plus.

L’INSEE classe les habitants en différentes catégories, par exemple pour ce qui intéresse cet article :

  • Sans diplôme ou BEPC, brevet des collèges, DNB (diplôme national du brevet)
  • CAP – BEP
  • BAC
  • Diplôme d’enseignement supérieur

Depuis 10 ans, il y a eu une forte évolution à Grenoble avec une diminution importante de 8 points des non diplômés et une augmentation aussi forte des diplômés de l’enseignement supérieur. Par contre pour les catégories intermédiaires, c’est assez stable

Lire le reste de cet article »

La baisse des contrats aidés a impacté les collectivités locales en 2018

Publié le 21 décembre 2019

L’INSEE dans ses informations rapides du 17 décembre, démontre qu’en 2018, la forte baisse des emplois aidés a entrainé une légère diminution de l’emploi public. Ce qui a évidemment impacté l’activité des collectivités locales et en particulier les communes. Le volume annuel de travail a diminué de 0,4% par rapport à 2017.

Lire le reste de cet article »

Comment les grenoblois se déplacent pour aller au travail ?

Publié le 13 décembre 2019

Une véritable révolution se fait jour dans les modes de déplacements pour aller au travail dans la ville de Grenoble depuis quelques années. Alors qu’en 2006 il y avait 48,4% d’actifs qui utilisaient la voiture pour aller travailler, il n’y en a plus que 39% 10 ans après.

Il y a 6 000 Grenobloi-ses qui ont changé de mode de déplacement domicile-travail en 10 ans, en abandonnant la voiture pour le vélo et les transports en commun.

Voici les résultats des recensements de l’INSEE concernant les actifs de plus de 15 ans qui ont une activité professionnelle, suivant du mode de transport choisi pour aller au travail :

Lire le reste de cet article »

Caractéristiques socioprofessionnelles de la population grenobloise

Publié le 6 décembre 2019

Selon les chiffres du recensement de 2016 (données prises entre 2014 et 2018), la population de Grenoble a environ 38 ans de moyenne d’âge et une évolution des catégories socioprofessionnelles assez stable dans les catégories artisans, professions intermédiaires, employés, ouvriers et retraités. L’évolution se fait nettement dans la catégorie des cadres et professions intellectuelles supérieures au détriment des plus de 15 ans sans activité professionnelle (dont les étudiants).

La moyenne d’âge varie beaucoup en fonction des quartiers. Les quartiers avec la population la plus âgée (plus de 42 ans en moyenne) sont : Les Trois Cours, Hebert-Mutualité, Eaux claires-Painlevé, Houille Blanche, Diables bleus, Clémenceau, Reyniès, Malherbe, La Bruyère, Constantine. Les quartiers plus jeunes (moins de 35 ans de moyenne) sont : Jean Macé, Europole, Cours Berriat, Gabriel Péri, Esplanade, Grenette, Génissieux, Mistral, Paul Cocat, Les Trembles, Vigny-Musset, Village Olympique Sud

Lire le reste de cet article »

Evolution du parc automobile des ménages grenoblois

Publié le 29 novembre 2019

L’évolution du parc automobile des Grenoblois est très lente ; l’amélioration des transports en commun, de l’utilisation des vélos et le développement de l’autopartage permettent à des ménages d’abandonner l’utilisation fréquente de la voiture individuelle. Vu que le nombre de déplacements en voiture diminue régulièrement dans Grenoble, cela signifie que les voitures sont nettement moins utilisées que dans le passé.

L’ensemble des ménages grenoblois possède en 2016 environ 64 000 voitures individuelles soit une diminution de 2 000 voitures en 10 ans. En 2006 il y avait 68,4% des ménages qui avaient au moins une voiture, en 2016 cela a diminué de 4 points (64,4%). Cette diminution est assez récente puisqu’entre 1999 il y avait 67,5 % des ménages ayant au moins une voiture.

Le nombre de ménage ayant plus d’une voiture a diminué de 1 400 entre 2006 et 2016, alors qu’il avait augmenté de 850 voitures entre 1999 et 2006.

Le nombre de ménage possédant au moins un parking a augmenté de 3 150 depuis 2006, il avait augmenté de 7 300 entre 1999 et 2006

Lire le reste de cet article »

Inégalités en France, l’INSEE démontre que les plus riches sont bien mieux traités que les autres

Publié le 22 novembre 2019

Dans l’étude intitulée « France portrait social » de 2019, publiée le 19 novembre 2019, l’INSEE confirme que la politique « Macron » est très favorable aux plus riches. Pour qu’un système de redistribution soit juste et donc d’intérêt général, il faudrait qu’il apporte plus au moins aisés, ce qui n’est pas le cas du système actuel qui continue à privilégier les plus riches. C’est notamment la conséquence de la suppression de l’ISF et la diminution des prélèvements sur les revenus du capital. Les 10% les plus riches reçoivent environ 790 € de plus par an par contre les autres ce n’est que 130 €/an et les retraités sont particulièrement visés par la hausse de la CSG.

« Les personnes les plus aisées sont celles qui bénéficient le plus des mesures socio-fiscales mises en œuvre en 2018, principalement du fait des réformes qui concernent les détenteurs de capital

Par rapport à une situation où elles n’auraient pas été mises en œuvre, les nouvelles mesures sociales et fiscales intervenues en 2018 augmentent le niveau de vie de l’ensemble de la population de 1,1 % une fois pleinement montées en charge.

Lire le reste de cet article »