Archives pour le mot-clef ‘insee’

Nombreux sont les jeunes qui ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation

Publié le 2 avril 2021

Le 26 mars dans INSEE Focus n°229 est présenté une étude qui analyse la situation des jeunes de 15 à 29 ans par rapport à l’emploi, les études ou les formations. Le nombre varie suivant le sexe et l’âge.

En 2019, en France, 12,9 % des jeunes de 15 à 29 ans ne sont ni en emploi, ni en études, ni en formation (NEET). Si les femmes sont globalement plus souvent dans cette situation que les hommes, ce n’est le cas qu’à partir de 22 ans. En effet, elles sont plus souvent en études auparavant, puis inactives avec l’arrivée des premiers enfants. L’écart entre les femmes et les hommes se réduit depuis 2003. Il est aussi moins important que dans l’ensemble de l’Union européenne. Quant à la part de NEET elle-même, elle est légèrement plus élevée en France qu’en Europe.

Lire le reste de cet article »

En 2020, 12 % des enfants dont les parents sont séparés vivent en résidence alternée

Publié le 26 mars 2021

Dans Insee Première de mars 2021 on trouve une étude sur la résidence alternée des enfants de parents séparés.

« En France, en 2020, 480 000 enfants mineurs vivent en résidence alternée et passent donc la moitié du temps chez chaque parent. Plus d’un enfant sur dix dont les parents sont séparés est en résidence alternée ; cette part croît régulièrement jusqu’aux 10 ans de l’enfant. Au domicile maternel, 73 % des enfants en résidence alternée vivent dans une famille monoparentale et 27 % dans une famille recomposée, respectivement 71 % et 29 % au domicile paternel.

Par rapport aux autres parents, les parents d’enfants en résidence alternée sont davantage diplômés et sont plus souvent cadres ou professions intermédiaires. Le taux d’emploi des mères de ces enfants est proche de celui des pères (89 % contre 92 %), et bien supérieur à celui des mères vivant dans une famille « traditionnelle » (77 %). Toutefois, les mères d’enfants alternants travaillent quatre fois plus souvent à temps partiel que les pères de ces mêmes enfants (19 % contre 5 %). Ces derniers sont par ailleurs plus souvent propriétaires de leur logement que les mères et leurs logements sont plus grands.

Lire le reste de cet article »

Evolution des revenus disponibles des ménages dans les quartiers IRIS de Grenoble

Publié le 19 mars 2021

A partir des données de 2012, l’INSEE a mis en œuvre le dispositif FiLoSoFi afin de disposer d’indicateurs de niveau de vie, d’inégalité et de pauvreté à tous les niveaux depuis les quartiers IRIS jusqu’au niveau national. FiLoSoFi remplace les dispositifs Revenus Fiscaux Localisés (RFL) et Revenus Disponibles Localisés (RDL).

On peut suivre l’évolution des revenus disponibles des ménages par unité de consommation de 2012 à 2018, dernière année connue.

On avait déjà noté dans un article précédent que les revenus des ménages grenoblois étaient, en moyenne, légèrement inférieurs aux revenus nationaux.

Il n’y a pas eu de rattrapage entre 2012 et 2018, au contraire, les évolutions ont été un peu plus lentes à Grenoble que nationalement. On peut le voir avec le tableau suivant en comparant les rapports des montants des revenus entre 2018 et 2012 pour le 1er décile, la médiane et le 9ème décile. Les montants sont en euros.

Lire le reste de cet article »

Quartiers politique de la ville : les prestations sociales fonctionnent à plein

Publié le 26 février 2021

Il y a 10 QPV (quartiers prioritaires politique de la ville) dans l’agglomération : 4 à Grenoble (Mistral Lys Rouge Camine ; Villeneuve – Village Olympique ; Teisseire Abbaye Jouhaux Châtelet ; Alma – Très Cloîtres – Chenoise), 3 à Echirolles (La Luire – Viscose ; Essarts – Surieux ; Village Sud ), un à Fontaine (Alpes Mail Cachin), à Pont de Claix (Iles De Mars Olympiades) et à Saint Martin d’Hères (Renaudie – Champberton – La Plaine).

Il est intéressant de voir l’ampleur des prestations sociales dans le revenu disponible des ménages dans ces quartiers qui sont des lieux de pauvreté par définition. Le pognon de dingue apporte des compléments indispensables pour éviter une catastrophe économique et sociale ; on peut même estimer que les prestations sociales devraient être renforcées pour éloigner le plus possible de ménages de la grande pauvreté.

La comparaison entre revenu déclaré et revenu disponible des ménages montre que le système de compensation marche assez bien puisque qu’il est d’autant plus efficace que les revenus du ménage sont modestes et permet de sortir de nombreux ménages de l’extrême pauvreté

Lire le reste de cet article »

Quelques comparaisons entre Grenoble, la Métro, le Département, la Région et la France

Publié le 19 février 2021

L’INSEE vient de mettre à jour les dossiers statistiques des communes, intercommunalités, départements, régions et la France.

Ces dossiers comprennent de nombreuses données sur l’évolution et la structure de la population, la composition des ménages, le logement, les diplômes, les catégories socioprofessionnelles, le chômage, les revenus et la pauvreté…

Comme ces dossiers issus des recensements sont présentés sous une forme identique pour les communes et les autres niveaux des collectivités ainsi qu’au niveau national pour la France métropolitaine ou totale, il est possible de faire des comparaisons entre ces données pour la ville de Grenoble, la Métropole, le département de l’Isère, la Région Rhône Alpes Auvergne (Aura). Comme Grenoble représente plus du tiers des habitants de la Métro, ses statistiques pèsent sur celles de la métropole. Parfois les écarts entre Grenoble et l’ensemble des autres communes de la Métro peuvent être plus importants qu’indiqués.

Il ressort qu’une des grandes différences entre Grenoble et les autres niveaux provient de la présence massive des étudiants et évidemment une grande ville a des caractéristiques différentes de territoires beaucoup plus larges.

Lire le reste de cet article »

Déplacements domicile travail en mode doux, la ville de Grenoble montrée en exemple

Publié le 22 janvier 2021

L’INSEE vient de publier une étude sur les modes de déplacements des actifs en emploi. La voiture reste majoritaire pour les déplacements domicile-travail, même pour de courtes distances, mais pas à Grenoble.

En 2017, au niveau national, 74 % des actifs en emploi qui déclarent se déplacer pour rejoindre leur lieu de travail utilisent leur voiture, 16 % prennent les transports en commun et 8 % ont recours aux modes de transport doux (6 % à la marche et 2 % au vélo).

A Grenoble, 28% prennent les transports en commun, 13,5% marchent et 17% prennent le vélo et seulement 38% la voiture.

Lire le reste de cet article »

L’INSEE présente le bilan démographique 2020 du pays

Publié le 22 janvier 2021

Le 19 janvier 2021, l’INSEE édite le bilan démographique de la France et insiste sur l’impact de la pandémie de Covid qui fait baisser l’espérance de vie et chuter le nombre de mariages.

« Au 1ᵉʳ janvier 2021, la France compte 67,4 millions d’habitants. Au cours de l’année 2020, la population a augmenté de 0,3 %. Cette progression est due pour moitié au solde naturel (+ 82 000 personnes), différence entre les nombres de naissances et de décès. Il a fortement baissé du fait de la forte hausse des décès liée à la pandémie de Covid-19.

Lire le reste de cet article »

Diverses actualités

Publié le 22 janvier 2021

La garantie jeunes de demain un droit ouvert à tous les jeunes. C’est le titre d’un rapport adopté le 17 décembre 2020 par les membres du conseil d’orientation des politiques de jeunesse et adressé au premier ministre. Cela devrait passer par un renforcement des missions locales en personnel et en locaux.


Une commission d’enquête de l’Assemblée Nationale a essayé de mesurer les effets de la crise du covid-19 sur les enfants et la jeunesse et les mesures de prévention qui ont été prises. Le bilan est mitigé. Le rapport estime que la crise sanitaire a remis en cause le respect des droits fondamentaux des enfants et des jeunes, en creusant les inégalités.  


Forte hausse des bénéficiaires de la prime d’activité en 2019 selon l’INSEEEn décembre 2019, la moitié de la population bénéficie d’au moins une prestation légale versée par les caisses d’allocations familiales (CAF). Le nombre de foyers allocataires augmente de 6,5 % sur un an, notamment du fait de la très forte progression du nombre de bénéficiaires de la prime d’activité (+ 43 %), à la suite de l’élargissement en janvier 2019 des conditions d’éligibilité.

Lire le reste de cet article »

Populations légales 2018 des communes et évolutions historiques

Publié le 8 janvier 2021

Comme à chaque fin d’année, l’INSEE publie les populations légales (municipale et totale) des communes de France métropolitaine pour le recensement 2018 (estimé à partir des résultats collectés entre 2016 et 2020). Jusqu’en 1999, les populations légales étaient déterminées à l’occasion de chaque recensement général de la population à partir de 2008, la nouvelle méthode de recensement basée sur des enquêtes de recensement annuelles (sur des échantillons de 8% des populations chaque année) permet de calculer chaque année des populations légales actualisées.

L’INSEE insiste sur le fait que les résultats des recensements depuis 2006 ne se comparent correctement entre eux que sur des périodes espacées d’au moins 5 ans. L’institut publie une rétrospective des populations municipales de toutes les communes depuis 1876.

Pour Grenoble, l’évolution de l’urbanisation progresse régulièrement jusqu’en 1955 puis explose pour dépasser les 160 000 Habitants puis se stabilise depuis 1980. En 2018, la population de Grenoble diminue un peu depuis 2013 (-1,6%).

Lire le reste de cet article »

La vacance des logements continue de progresser en France

Publié le 8 janvier 2021

L’Insee a publié le 8 décembre 2020 l’étude annuelle sur le parc de logements en France au 1er janvier 2020, soit avant la crise sanitaire. L’Insee constate des évolutions proches de celles des années précédentes : un nombre de logements qui augmente plus vite que la population, une vacance toujours en hausse (presque 3 millions de logements), des logements collectifs qui se développent plus vite que les logements individuels et une concentration toujours plus marquée dans les unités urbaines. Le phénomène de la vacance est inquiétant car il y a un manque important de logements vu le nombre de sans abri ou de mal-logés.

En ce qui concerne la vacance des logements, l’Insee en rappelle la définition : « Un logement vacant est un logement inoccupé se trouvant dans l’un des cas suivants : proposé à la vente, à la location ; déjà attribué à un acheteur ou un locataire et en attente d’occupation ; en attente de règlement de succession ; conservé par un employeur pour un usage futur au profit d’un de ses employés ; gardé vacant et sans affectation précise par le propriétaire (par exemple, un logement très vétuste). »

Lire le reste de cet article »

Où travaillent les Grenoblois ? Beaucoup à Grenoble et moins ailleurs…

Publié le 18 décembre 2020

Suivant le recensement de 2017, les actifs occupés habitant Grenoble, sont 58% à travailler à Grenoble même, ce qui a nettement augmenté en 10 ans, puisqu’en 2007 c’était seulement 54% ; on retrouve un chiffre qui était atteint en 1999 (57%).

Pour les actifs occupés de la Métro, en moyenne ce sont seulement 35 % qui travaillent dans leurs communes. Et beaucoup viennent à Grenoble pour y travailler si on examine un autre chiffre qui est l’indicateur de concentration d’emploi qui est le nombre d’emplois dans Grenoble pour 100 actifs habitant la ville, il y en a 140 à Grenoble et seulement 120 pour la Métro. L’indicateur de concentration d’emplois est stable depuis des années.

Lire le reste de cet article »

Diverses actualités

Publié le 11 décembre 2020

L’INSEE édite son édition 2020 du portrait social de la France (330 pages) : la vue d’ensemble porte sur l’impact social de la crise sanitaire de la Covid-19 et du confinement, dans des domaines tels que la santé, l’emploi, les inégalités femmes-hommes, la scolarité des enfants, les pratiques culturelles, etc. Un éclairage est ensuite apporté sur les enfants, sous l’angle des inégalités sociales.


Le Conseil constitutionnel valide la loi Asap (Accélération et simplification de l’action publique), malheureusement y compris les mesures contestées sur les procédures qui permettront de faire passer plus facilement des projets portant atteinte à l’environnement mais annule de nombreux (26) cavaliers législatifs. La loi expurgée est publiée ici.


Le Bureau du CESE (conseil économique social et environnemental) a adopté le mardi 1er décembre une déclaration intitulée “Jeunes, le devoir d’avenir” qui alerte les pouvoirs publics sur la situation vécue par les jeunes en cette situation de crise sanitaire, économique et sociale et propose des mesures fortes sur le plan de la précarité économique, de la santé mentale et en gardant de la confiance en l’avenir.

Lire le reste de cet article »

La jeunesse dans les quartiers IRIS de Grenoble

Publié le 27 novembre 2020

L’INSEE publie la répartition par âge dans les quartiers IRIS. Il manque, pour l’instant dans ces quartiers, le nombre de personnes ayant moins de deux ans qui représente à Grenoble, 2,25 % de la population (au dernier recensement 2017)

Dans les dernières publications il y a la répartition des jeunes par quartiers IRIS. Il y a 7 intervalles d’âges, 6 qui couvrent les âges entre 2 et 29 ans et le septième ceux qui ont 30 ans et plus.

La répartition sur Grenoble est donnée dans le tableau suivant (avec les moins de 2 ans en plus).

Lire le reste de cet article »

Les catégories socioprofessionnelles des actifs dans les quartiers IRIS de Grenoble

Publié le 20 novembre 2020

Les données du dernier recensement (2017) permettent de préciser dans les quartiers IRIS de préciser la répartition en catégorie socio-professionnelles (CSP) des actifs occupés de plus de 15 ans.

Les actifs occupés sont les actifs de 15 à 64 ans moins les chômeurs. L’INSEE les répartis en 6 catégories : agriculteurs ; artisans, commerçants, chefs d’entreprise ; cadres, professions intellectuelles supérieures ; professions intermédiaires ; employés ; ouvriers.

En 10 ans, à Grenoble cette répartition a changé avec une augmentation de presque 4 points des cadres et professions intellectuelles supérieures au détriment des professions intermédiaires (-0,8 point), des employés (1 point) et des ouvriers avec presque deux points de diminution. Les artisans, commerçants et chefs d’entreprises restant constants à presque 4%, les agriculteurs étant toujours très peu (une trentaine).

Lire le reste de cet article »

Taux d’actifs par quartiers et par tranches d’âge à Grenoble

Publié le 13 novembre 2020

L’INSEE lors du dernier recensement (2017), donne des statistiques concernant le taux des actifs parmi la population de 15 à 64 ans. Ce taux se calcule par le rapport entre le nombre d’actifs au nombre total de la population pour la même tranche d’âge.

A Grenoble il y a un taux d’actif de 69,8% pour la population de 15 ans à 64 ans, c’est un taux plus faible qu’à la Métropole où ce taux atteint 72%. Le taux d’actifs est maximal entre 25 et 54 ans, il atteint presque 90 % et diminue jusqu’à 63,4% entre 55 et 64 ans notamment par la présence des retraités.

Lire le reste de cet article »

Comment les Grenoblois-es se déplacent pour aller au travail ?

Publié le 6 novembre 2020

A Grenoble, en quelques années il y a eu un bouleversement dans les modes de déplacements pour aller au travail.

Il s’agit de connaitre le moyen principal utilisé pour aller au travail par les actifs occupés à partir de 15 ans.

D’après l’INSEE, « la population active occupée (ou population active ayant un emploi) comprend, au sens du recensement de la population, les personnes qui déclarent être dans l’une des situations suivantes :

Lire le reste de cet article »

Progressivement au cours des années, le pic des naissances se décale de l’hiver en été

Publié le 9 octobre 2020

Le nombre de naissances baisse chaque année depuis cinq ans, mais à un rythme qui ralentit au fil des années. Alors que la baisse était de 2,4 % en 2015, elle est passée à 1,9 % en 2016 puis 1,8 % en 2017, 1,4 % en 2018 et 0,7 % en 2019. Entre 2000 et 2015, le nombre de naissances est resté supérieur à 790 000 chaque année, avec un pic en 2010 à 832 800 naissances. Depuis la Seconde Guerre mondiale, le nombre de naissances en France métropolitaine n’avait jamais été aussi bas que deux années : en 1993 et 1994.

Mais il n’y a pas que le nombre de naissances qui baisse, l’INSEE publie une étude intitulée « En un siècle, le pic des naissances s’est décalé de l’hiver à l’été et s’est atténué »

En voici le résumé :

Lire le reste de cet article »

Une étude de l’INSEE sur les zones d’emploi qui se diversifient

Publié le 18 septembre 2020

Pour examiner les évolutions des économies locales, l’INSEE et la Dares (Direction de l’animation, de la recherche, des études et des statistiques) ont révisé la méthodologie, qui définissait, depuis 2010, les zones d’emploi. Contrairement aux zones précédentes construites région par région, les nouvelles zones d’emploi sont issues de paramètres nationaux. L’INSEE défini 306 zones d’emploi, soit 15 de moins que la précédente version.

Elles se répartissent dans sept grands groupes, selon leur orientation économique principale :

Lire le reste de cet article »

Les destructions d’emplois dépassent les 700 000

Publié le 11 septembre 2020

Le 8 septembre 2020, l’INSEE publie ses estimations concernant l’emploi salarié au deuxième trimestre de 2020. Entre fin mars et fin juin 2020, l’emploi salarié chute de 0,9 %, soit 215 200 destructions nettes d’emplois après −2,0 % (−499 700 emplois) au trimestre précédent. La baisse concerne à la fois le secteur privé (158 200 destructions nettes soit −0,8 %) et la fonction publique qui perd 57 100 emplois (soit −1,0 %).

Au premier trimestre la baisse concernait exclusivement le secteur privé. Sur un an, l’emploi salarié chute de 572 900 (soit −2,3 %) : −513 800 dans le privé et −59 100 dans la fonction publique.

Lire le reste de cet article »

La destruction de nombreux emplois salariés s’accélère

Publié le 19 juin 2020

L’INSEE publie les chiffres de l’emploi salarié à la fin mars 2020. Il apparait qu’il y a eu un demi-million de destructions nettes d’emplois salariés au premier trimestre 2020, principalement dans l’intérim.

« À la fin du premier trimestre 2020, l’emploi salarié chute de 2,0 %, soit 502 400 destructions nettes d’emplois par rapport à la fin 2019. L’emploi salarié retrouve son plus bas niveau depuis le quatrième trimestre 2017. La baisse concerne presque exclusivement le secteur privé avec 497 400 destructions nettes (soit −2,5 %) tandis que la fonction publique perd 4 900 emplois (soit −0,1 %). Sur un an, l’emploi salarié chute de 304 700 (soit −1,2 %). Il baisse de 317 200 dans le privé mais augmente de 12 400 dans la fonction publique.

Lire le reste de cet article »