Archives du 11 mars 2010

Le Rouge et le Vert hebdo, bulletin de naissance de la version électronique

Publié le 11 mars 2010

Le Rouge & le Vert a vu le jour fin 1983. Le choix de ce titre était à la fois un message politique et un clin d’oeil au roman du « Grenobloua » Stendhal, de son vrai nom Henri Beyle, qui est né rue des Vieux Jésuites (aujourd’hui rue Jean-Jacques Rousseau) à Grenoble et y a séjourné de 1783 à 1799.

Voici ce que nous écrivions il y a 26 ans :

“Pourquoi Le Rouge et le Vert ? S’agit-il d’une lecture daltonienne de l’œuvre de Henri Beyle ?… Certains penseront aux couleurs de la légion étrangère, d’autres à un symbolisme politique ou à une politique symbolique. Lisons plutôt l’interprétation de Joël de Rosnay dans “les chemins de la vie” : Parmi les couleurs chatoyantes de la vie, celles que nous connaissons peut être le mieux sont le rouge et le vert, tons complémentaires qui composent la palette des peintres. Le rouge du sang, c’est l’hémoglobine. Le vert des feuilles la chlorophylle. Deux pigments essentiels de la vie, mais que tout semble séparer, comme la frontière entre le monde animal et le monde végétal. Et pourtant la structure chimique de base qui les compose est très voisine… Sans les plantes pas d’animaux, sans les animaux, pas de plantes : complémentarité et interdépendance…”

C’est pourquoi nous lions solidarité et écologie, le rouge et le vert, le tout cimenté par la démocratie. Il n’y a pas de plus beau programme politique.

La version papier de Le Rouge et le Vert en est à son 116ème numéro. Nous avons décidé de mettre en place un outil d’information hebdomadaire pour répondre rapidement à l’actualité. Il sera édité uniquement en version électronique.

Pour vous abonner : cliquer ici, vous recevrez un message de confirmation auquel il faudra répondre pour valider l’inscription.

Quelle histoire ! (d’après Stendhal…)

Publié le 11 mars 2010

Pour fêter la naissance de Le Rouge & le Vert Hebdo, Raymond Avrillier nous propose une présentation du livre « Le Rouge et le Noir », célèbre roman de Stendhal, revisité en 2010 et décrivant la trajectoire politique de D. Migaud.

Pour ceux qui n’auraient pas lu Le Rouge et le Noir, voici un résumé… actualisé et localisé

Le Rouge et le Noir, sous-titré Chronique de 2010, est un roman qui comprend deux parties : la première retrace le parcours provincial de Didier Migaud, son entrée chez Mermaz, et la montée de ses ambitions au parti socialiste, et la seconde la vie du héros à Paris comme homme à tout faire de monsieur de Sarkozy, et son déchirement entre ambitions et sentiments.

En épigraphe, Le Rouge et le Noir, Chronique de 2010 porte « La vérité, l’âpre vérité. DANTON ».

Première partie

Aussitôt, l’auteur plante avec précision le décor de la petite ville de Grenoble en Isère et la situation sociale et politique, définissant l’atmosphère dans laquelle se forme l’état d’esprit du héros.

Didier Migaud est le troisième fils du parti, scieur, qui n’a que mépris pour les choses intellectuelles et Didier se révèle très tôt doué pour les ambitions. Si le jeune garçon peut réciter par cœur le règlement intérieur du parti socialisse, s’il bénéficie de la protection du chef de l’Etat, ledit Sarko, il connaît aussi tous les détails du protocole de l’Elysée, car paradoxalement il voue une admiration sans bornes à un homme de la même taille, Napoléon Bonaparte, qu’il considère tout à la fois comme un Dieu et comme un modèle de réussite. Malmené dans sa famille socialisse qui le tourne sans cesse en dérision ou lui fait subir des violences, il est protégé par Mermaz qui le recommande à Fabius, puis le fait entrer aux séminaires du parti.

Ce sont là les débuts de Didier dans le monde de la bourgeoisie provinciale. Malgré sa timidité naturelle, il parvient peu à peu à séduire M. de Sarko. La vie de Didier chez les Sarko est donc marquée par sa vive passion pour eux et par son ambition démesurée. Il rêve de devenir une sorte d’alter ego de Sarko. Sa vie est donc dominée par l’hypocrisie. Au château de l’Elysée, il doit cacher ses sentiments pour la maîtresse de maison, au parti socialisse son admiration pour Napoléon et Sarko.

Au château, le jeune homme gagne rapidement le cœur du maître et il prend l’habitude de passer ses soirées d’été en compagnie de Madame qu’il surprend agréablement lorsqu’elle tente de lui faire un cadeau. La platitude du jeune homme plaît à cette étrangère rêveuse.

Didier, sur ses propres conseils, quitte son domaine des hauts de Seyssins et entre au grand séminaire de la commission des finances. Avant de partir, il a une dernière entrevue avec Madame Aubry qui lui paraît très froide alors qu’elle lui porte toujours un amour profond. De là le malentendu qui aboutira à la tragédie. Didier l’impatient confond réserve et indifférence.

Il part alors pour Paris afin de prendre ses fonctions auprès de l’illustre aristocrate.

Seconde partie

Lire le reste de cet article »

Qui est M. Baïetto, nouveau président de la Métro ?

Publié le 11 mars 2010

A 66 ans, M. Baïetto deviendra le 12 mars 2010 le nouveau Président de la Métro (étant donné qu’il est le seul candidat à ce poste, le pronostic n’est pas difficile à établir…).

Il a été élu au conseil municipal d’Eybens en 1974 et est maire de cette ville depuis 1983, il est également Conseiller général du canton d’Eybens depuis 1988.

Voici ses fonctions :

  • 1er vice-président du Conseil général de l’Isère, chargé de l’aménagement et de l’organisation des territoires, des transports et des déplacements
  • 3è Vice-président de la Métro (Communauté d’agglomération de Grenoble) délégué à la politique des déplacements
  • Président du Syndicat Mixte pour l’Elaboration et le Suivi du Schéma Directeur de la Région Grenobloise
  • Président du SMTC (Syndicat Mixte des Transports en Commun de l’ Agglomération Grenobloise), membre des conseils d’administration des VFD, de la Semitag
  • Vice-président du CNFPT, Centre national de la fonction publique territoriale
  • Président du Centre de Gestion Isère de la fonction publique territoriale.

C’est un authentique professionnel de la politique et un cumulard exemplaire. Souvent dans les réunions publiques, il déclare face à des opposants : nous avons été élus, donc c’est à nous de décider !! Il ne semble pas habité par la volonté de faire participer les citoyens aux décisions qui les concernent. Homme de pouvoir, il n’hésite pas à cacher des informations qui pourraient servir au débat public et à mentir lorsque cela le sert. Après avoir été un défenseur de transports en commun il est devenu un ardent partisan de la rocade-nord !

Dans sa nouvelle fonction, nous le jugerons sur les actes : arrêtera-t-il la spirale du surendettement de la Métro et son corollaire l’incessante hausse des impôts des ménages (fiscalité mixte et taxe d’enlèvement des ordures ménagères) ? Refusera-t-il de financer la rocade-nord et les politiques de prestiges ?

A suivre…

Propos Destot Rigolo

Publié le 11 mars 2010

Michel Destot, alors qu’il est vice-président potiche de La Métro depuis 1995, rémunéré bien sûr, et qu’il a voté sans aucune remarque tous les budgets, mêmes ceux qui sont irréguliers, présentés par son adjointe, ancienne directrice de cabinet, Geneviève Fioraso, et par le président sortant, Didier Migaud, juge ainsi  le mandat de ce dernier dans le Canard Enchainé :

“Malgré son excellente réputation de technicien des finances publiques, Migaud, président depuis 1995 de la” Métro “,l’agglomération grenobloise, n’est pas non plus un gestionnaire irréprochable. Un rapport de la chambre régionale des comptes qui vient de sortir lui donne quitus sur de nombreux points, mais l’épingle sur l’explosion de la dette de la Métro : de 218 à 327 millions entre 2003 et 2007, soit une augmentation de 54,5 % en seulement quatre ans !” Une situation financière catastrophique “, estime en privé Michel Destot, le député-maire PS de Grenoble, qui brigue sa succession à la Métro… Voilà qui qualifie Migaud pour prendre la tête de la Cour des comptes et .pour faire la leçon à l’Etat sur sa dette record ! ”
(Canard enchaîné, 3 mars 2010, “Un président très socialisse”)

Elections régionales, dimanche, votez et votez bien !

Publié le 11 mars 2010

L’importance de la Région est mal connue de beaucoup de citoyens, aussi il est à craindre une forte abstention dimanche 14 mars. Pourtant les actions de la Région ont un impact très important sur la vie quotidienne des habitants. Elle a la responsabilité des trains régionaux (TER), des lycées, de la politique économique, de nombreuses formations et elle distribue des subventions aux autres collectivités sur de nombreux dossiers, notamment pour le logement social. Il est donc très important de voter pour les conseillers régionaux.

L’ADES a donné son sentiment sur le bon choix à faire à ces élections. (A signaler que deux personnalités de l’ADES se présentent sur la liste de rassemblement « Europe-Ecologie » : Pierre Mériaux, ancien président et Maryvonne Boileau, élue municipale à Grenoble)

L’ADES espère que les votes pour l’extrême droite et la droite seront les plus faibles possible dans la région et à Grenoble, elle souhaite que les électeurs grenoblois envoient un message clair contre la politique de la majorité « droite-gauche » à la mairie (alliance du PS, du PC, de GO, avec le Modem et une partie de la droite).

Compte tenu des résultats électoraux antérieurs, si le score de la liste PS est inférieur à 32 % au premier tour à Grenoble ce sera la marque d’une sanction électorale.

Le réacteur nucléaire EPR présenterait un risque d’accident très important

Publié le 11 mars 2010

Le réseau sortir du nucléaire rend public un document d’EdF mettant en cause la sûreté de l’EPR en cas d’accident grave d’éjection des barres de contrôle.

Voici un extrait de leur communiqué de presse du 10 mars :

« Certains modes de pilotage du réacteur EPR peuvent provoquer l’explosion du réacteur à cause d’un accident d’éjection de grappes (qui permettent de modérer, d’étouffer la réaction nucléaire). Ces modes de pilotage sont essentiellement liés à un objectif de rentabilité économique, qui implique que la puissance du réacteur puisse être adaptée à la demande électrique. Ainsi, dans le but de trouver une hypothétique justification économique à l’EPR, ses concepteurs ont fait le choix de prendre le risque très réel d’un accident nucléaire. De plus, l’essentiel des arguments en faveur de l’EPR (puissance, rendement, diminution des déchets, sûreté accrue) s’avèrent faux.

EDF et Areva ont tenté de modifier le pilotage du réacteur : ces efforts n’ont pas abouti à des parades éliminant cette classe d’accidents. L’Autorité de Sûreté Nucléaire (ASN) a semble-t-il été tenue à l’écart de ces questions. »