Archives du 5 février 2012

Logement : la droite grenobloise prise au piège

Publié le 5 février 2012

Communiqué du 31 janvier 2012, publié par l’ADES, Europe Ecologie – les Verts Grenoble, Les Alternatifs

Après la décision de Sarkozy sur l’augmentation du droit à construire de 30 %, la droite grenobloise se trouve prise au piège. Que va-t-elle faire ?

Il est clair que cette décision prise sans aucune étude ou concertation avec qui que ce soit est une manœuvre purement électorale et doit être refusée par les communes. A Grenoble, elle viendrait conforter les projets immobiliers en cours de tours et d’immeubles de grandes hauteurs. C’est une raison supplémentaire pour engager dans les meilleurs délais, une révision en profondeur du Plan Local d’Urbanisme (PLU) de Grenoble en fonction de l’évolution des réalités économiques et sociales et en fonction de la ville que veulent les habitants.

Lire le reste de cet article »

Les finances de la Métro

Publié le 5 février 2012

Il faut marquer l’année 2011 d’une pierre blanche car pour la première fois depuis sa création, la Métro voit sa dette très légèrement diminuer. Il vaut mieux parler de stabilisation car la diminution de 0,5 M€ du stock sur 350 M€ est symbolique.

C’est une bonne nouvelle, mais acquise grâce aux fortes augmentations de la fiscalité ces dernières années (plus de 25 M€) et des impôts (taxes d’habitation et foncières et la TEOM) ont rapporté nettement plus que prévu en 2011.

En revanche à cause des emprunts toxiques, les taux d’intérêts en 2012 vont augmenter fortement.

Mais la stabilisation de la dette se confirmera-t-elle ? C’est une des questions qu’a osé poser Gilles Kuntz en s’étonnant que le projet de budget inscrivait 40 M€ d’emprunts en 2012 alors que le remboursement en capital n’était que de 21 M€, soit une augmentation de la dette de 19 M€.

Il a demandé que l’on fasse encore un effort de réduction des investissements afin d’éviter ce recours trop important à l’emprunt. Sans le dire, le Président lui a donné raison, concluant le débat en évoquant un emprunt qui se limiterait à 30 M€ en 2012. Et comme le programme d’investissement ne serait pas complètement réalisé, il est possible que la dette reste stable.

Chauffage urbain, Safar s’échauffe puis se refroidit

Publié le 5 février 2012

Le 25 janvier, a eu lieu à la mairie de Grenoble une réunion entre les 6 communes délégantes et le “Collectif pour un Chauffage urbain Juste et Solidaire.”

J. Safar (adjoint au maire) a voulu imposer un ordre du jour qui aurait renvoyé les discussions à plus tard et surtout avec d’autres interlocuteurs dans le cadre d’un comité des usagers regroupant de nombreux représentants qui pour la plupart ne se sont pas intéressés aux tarifs du chauffage urbain.

Bien évidemment le collectif ne l’entendait pas ainsi, lui qui a depuis des mois fait des demandes précises qui n’ont jamais reçu de réponse. Il a demandé que les points de l’ordre du jour soient inversés : d’abord ses questions et le calendrier de travail, puis le comité des usagers.

J. Safar a voulu imposer la discussion sur le comité des usagers. Devant le blocage il a décidé une suspension de séance. Au retour il a admis que sa méthode n’était pas la bonne et décidé d’un calendrier de travail sur certains des points demandés par les usagers. Il est clair que des communes n’entendent plus suivre aveuglément la ville de Grenoble.

Lire le reste de cet article »

Chauffage urbain, des habitants du quartier Malherbe interpellent les élus



Publié le 5 février 2012

A l’occasion d’une rencontre organisée le jeudi 26 Janvier 2012 par l’Union de Quartier Malherbe, des locataires de Grenoble Habitat ont vivement interpellé les élus pour exiger le remboursement du trop perçu dans les tarifs par la compagnie de chauffage. Sur la défensive, le maire de Grenoble ainsi que le président de la compagnie de Chauffage, n’ont pas convaincu les habitants présents. La constitution d’un comité d’usagers qu’ils proposent n’est pas à la hauteur des demandes, comme l’a confirmé la position du collectif pour un chauffage urbain juste et solidaire  le mercredi 25 janvier. Une 
habitante a demandé si le fait que la ville soit principale actionnaire de Grenoble Habitat et de la Compagnie de Chauffage ne constitue pas un conflit d’intérêt flagrant quant au règlement de la question du trop perçu. Les élus ont ensuite éviter de répondre et ont changé de sujet ce qui a eu pour conséquence de vider la salle de moitié. Les habitants en colère se sont donnés rendez-vous pour une prochaine rencontre collective 
pour exiger de Grenoble Habitat le remboursement du trop perçu et la baisse des charges.

Pourquoi se priver ?

Publié le 5 février 2012

Bien qu’elle ne soit pas la seule, loin s’en faut, la loi de décembre 1959, dite loi Debré, marque un tournant dans la remise en cause de la loi de 1905 sur la séparation des églises et de l’Etat. Elle a institué l’obligation pour les communes de financer uniquement les écoles et établissements privés ayant signé un contrat d’association avec l’Etat, ce qui excluait de fait les établissements privés sans lien avec l’Etat ou en contrat simple.

Dans le contexte de l’époque, c’est l’enseignement catholique qui était concerné au premier chef. A Grenoble les écoles maternelles et élémentaires privées catholiques sont au nombre de 9. Les différents maires, qu’il s’agisse de A. Michallon ou de H. Dubedout se sont succédés sans que la question d’un soutien financier public au fonctionnement des écoles privées ne se pose puisqu’elles étaient toutes en contrat simple.

C’est malheureusement après l’arrivée du maire suivant (connu plus tard pour s’être laissé corrompre) qu’en 1985, son adjoint « aux affaires scolaires » B. Betto, aujourd’hui adjoint de M Destot qui l’a chargé de l’Europe (ce qui dénote une certaine souplesse d’échine), signait volontairement, une convention avec l’ UDOGEC (Union Départementale des Organismes de Gestion des Ecoles Catholiques) instance censée représenter les écoles catholiques qui n’étaient pas en contrat d’association avec l’Etat. Pour ne pas être en reste, l’opération sera réitérée en 1989, avec les deux écoles juives, et toujours à l’initiative du même adjoint.

Lire le reste de cet article »

Forum Libération : le renouveau laisse à désirer

Publié le 5 février 2012

Les états généraux du renouveau organisés par Libération à la MC2 ont connu un large succès, contentons nous d’évoquer seulement deux points :

Lors du débat sur la gauche moderne, le maire de Grenoble, qui remplaçait M. Rocard, nous a livré le fond de sa pensée : « une gauche moderne, c’est une gauche qui gagne les élections ! ». Il aurait pu ajouter,” quitte à faire une politique de droite”, lui qui expérimente la gestion droite-gauche à la mairie. A la fin des exposés, la parole est donnée à la salle et une personne interpelle les intervenants : « C’est quoi la gauche moderne ? J’ai pas capté. » Et tout ça après plus d’une heure d’exposé ! Donc c’était plutôt raté.

Voici un compte rendu du débat de dimanche sur  « l’eau un bien public »:

Ce débat ne s’annonçait pas sous de bons auspices lorsque nous avons lu le texte introductif de Marc Baïetto, président de la Métro, et qui indiquait que Michel Destot avait remunicipalisé l’eau de Grenoble en 1997, ce qui était une grossière réécriture de l’histoire (voir notre communiqué à ce sujet).

Lire le reste de cet article »

Projet de renouvellement de la gare, vigilance

Publié le 5 février 2012

Le projet de restructuration de la gare de Grenoble est entrain d’être finalisé. Mais le diable se cache toujours dans les détails. Le maître d’ouvrage de cette restructuration est la SNCF à travers son service « Gares et connexions ». Mais les financeurs sont d’abord les collectivités locales : Ville de Grenoble 17,7 %, Métro, 17,7 %, Conseil général 15,3 % (soit 50 % à eux trois), Région 20,1%, donc plus de 70 % pour les collectivités locales. Le reste étant apporté par la SNCF 18,1 %, l’Etat 8,3% et RFF 2,8 %.

Il est prévu dans le bâtiment voyageurs d’implanter des commerces et des services avec une contrepartie de loyers élevés correspondants à l’affluence attendue dans la gare. Mais ce qui pourrait s’apparenter à un scandale si rien n’est fait, c’est que la SNCF entend faire payer au SMTC, au Conseil général (VFD) et à la ville (office du tourisme) des loyers au prix du marché pour leurs locaux de services aux voyageurs, alors qu’ils sont les financeurs principaux du projet. Il serait temps que l’ensemble des collectivités réagisse fortement pour bloquer cette perspective.

Lire le reste de cet article »