Archives pour le mot-clef ‘TramE’

Tram E : les bonnes idées de la Casamaures

Publié le 8 février 2014

Comment vont s’appeler les stations du tram E ? La Casamaures a transmis au SMTC une proposition qui devrait trouver un écho favorable, nous l’espérons.

Voici un extrait de la lettre de la Casamaures envoyée au SMTC. Pour l’instant pas de réactions…

Lire le reste de cet article »

Madame la Présidente, je m’écris une lettre

Publié le 23 novembre 2013

Pendant la durée du chantier du tramway, les commerces subissent à des degrés divers la conséquence des travaux. Il arrive parfois que certains se voient contraints de mettre la clef sous la porte. C’est le cas d’un restaurateur du Cours Jean Jaurès qui relayé par la presse locale annonce la fermeture définitive de son commerce en pointant du doigt les travaux de la ligne E. Si, comme ce fut le cas lors des travaux des grands Boulevards, des commerces ont pu bénéficier d’indemnisation pour les aider à passer ce cap difficile, ce commerçant ne peut y prétendre.

Lire le reste de cet article »

De Longevialle “solidaire”, ou le mélange des genres

Publié le 13 mai 2013

Il fait vraiment le maximum, tout son possible, Ph Falcon de Longevialle, pour être à la hauteur et mériter la fonction que l’ADES lui a attribuée en début de mandat :  “l’adjoint à l’immobilier”, non content d’avoir accumulé de nombreux exploits depuis 2008, (le dernier en date étant l’hôtel 4 étoiles en train de sortir de terre dans le parc Hoche) démontre une fois de plus qu’il ne craint pas le mélange des genres. Dans une publication gratuite conséquente de 130 pages qui collecte les annonces immobilières, ventes et promotions, de près d’une centaine d’agences immobilières de Grenoble, Grésivaudan et pays Voironnais, Ph de Longevialle donne de sa personne, photo à l’appui.

Lire le reste de cet article »

Les Unions de Quartier se rebiffent

Publié le 30 juin 2012

Une initiative suffisamment rare pour être signalée. Cinq Unions de Quartier (Centre-Gares, Championnet-Bonne-Condorcet, Foch-Libération, Centre Ville et Berriat-St Bruno-Europole) viennent d’envoyer le 20 juin, une lettre au maire et à l’adjoint aux déplacements à propos du maintien de places de stationnement sur le cours Jean Jaurès. La question du stationnement des résidents au centre ville est une question qui n’est pas prise en compte avec suffisamment d’attention par la majorité municipale. Voila encore un projet d’aménagement (les contre-allées du cours Jean Jaurès) qui n’a pas été élaboré avec les habitants. Vous avez dit : charte de la démocratie locale !

Lire le reste de cet article »

Stationnement, il est temps de réfléchir un peu plus

Publié le 17 février 2012

Une frénésie de suppression de places de stationnement dans la ville se fait jour. Dès qu’un projet d’aménagement se met en place, il y a suppression des places de stationnement sur voirie et diminution du nombre de places de garages obligatoires dans les immeubles neufs.

Tout le monde sait bien que la restriction du stationnement en centre ville des “pendulaires” (les habitants des autres communes qui viennent travailler à Grenoble) est un des moyens efficaces pour limiter l’utilisation de la voiture en ville. La bonne politique suivie à Grenoble a porté ses fruits, mais elle n’a pas été appliquée avec autant d’ardeur dans les autres communes de la Métro.

Il faut poursuivre sans relâche cette politique rendant plus difficile le stationnement sur les lieux de travail et en offrant des facilités pour les alternatives à la voiture (par exemple le pass mobilité proposé sur la presqu’île qui est une bonne politique). Mais il ne faut pas confondre restriction du trafic automobile et restriction du stationnement des résidents.

Lire le reste de cet article »

Les bouchons, conséquence d’une politique de gribouille ?

Publié le 18 novembre 2011

Depuis quelques semaines des cris d’alarme sont lancés dans les médias à propos de la circulation automobile dans l’agglomération qui va être lourdement impactées par les nombreux travaux qui démarrent, notamment pour la réalisation de la ligne E du tram.

Il faut tout de même rappeler quelques vérités afin que les responsabilités soient bien établies. Le 5 septembre 2005, lorsque l’Etat avait décidé de ne pas participer au financement de la rocade nord, les collectivités publiques (Région, Département, Métro, Ville de Grenoble et le SMTC) avaient décidé de tout miser sur les alternatives à la voiture et d’abandonner le projet de rocade (renvoyé au long terme) et de proposer un « Plan d’action pour l’amélioration des déplacements dans la région urbaine grenobloise ». Malheureusement le lobby pro-rocade, soutenu par les grands élus (Vallini, Baïetto, Migaud, Destot) a réussi à faire que le  Conseil général de l’Isère (CGI) relance ce projet, ce qui a retardé très fortement les programmes de transport en commun.

Dans ce plan d’action 2005, la livraison de l’extension de la ligne B du tram sur le polygone était prévue fin 2008, ce qui aurait évité une avenue des Martyrs pharaonique de 45 m de large dans le projet Vasconi. La ligne E du tram devait être terminée en 2012 et l’extension de la ligne A vers Pont de Claix et Sassenage pour 2011. Tout le monde reconnaissait que le problème le plus critique était celui des accès à l’agglomération et les responsables politiques proposaient de « développer prioritairement un véritable RER ferroviaire entre le pays Voironnais et le Sud Grésivaudan d’une part, l’agglomération grenobloise et le Grésivaudan d’autre part » et de développer à court terme un réseau de bus-express sur les autoroutes dès 2006 et sa généralisation en 2008…

Lire le reste de cet article »

Ligne E du tram, c’est parti, mais…

Publié le 9 septembre 2011

Le 19 avril 2011, la commission d’enquête sur l’utilité publique de la ligne de tram E rendait son rapport et ses conclusions avec un avis favorable et deux réserves : vérifier le tracé de la ligne E à l’Esplanade et assurer la signature du contrat d’axe avant d’autoriser le projet.

La majorité municipale (gauche-droite) de Grenoble, contre l’avis du CCS2 et des habitants de l’Esplanade (pourtant les premiers intéressés) a poursuivi dans l’erreur en imposant le tracé du tram à l’extérieur du prochain quartier de l’Esplanade. Et le contrat d’axe a été signé entre le SMTC et les quatre communes intéressées. Comme nous l’avons signalé, ce contrat d’axe (qui n’est que moral et n’a pas de valeur juridique) a été élaboré en dehors de toute information, concertation ou consultation des citoyens ; pourtant, il entraîne des conséquences importantes pour l’avenir. Encore une fois la charte de la démocratie locale a été oubliée…

Conformément à la loi, le 11 juillet 2011, le SMTC a voté la déclaration de projet qui réaffirme, de son point de vue, l’intérêt général du projet de ligne E (unanimité moins deux abstentions). Le 26 août 2011, le Préfet de l’Isère a arrêté la Déclaration d’Utilité Publique (DUP), signant le lancement réel de l’opération.

Divers recours d’habitants ont été déposés contre des décisions du SMTC. Un référé suspension sera jugé le 27 septembre au Tribunal administratif de Grenoble, il concerne des aspects financiers du projet.

Le SMTC manque de transparence financière

Publié le 9 septembre 2011

Depuis des années, le SMTC demande à l’agence de notation internationale Fitch Ratings d’examiner ses finances afin de faire valoir sa bonne santé financière auprès des banques pour obtenir des emprunts à des taux intéressants.

Fitch Ratings rendait chaque année une notation plutôt correcte (A+ pour le long terme) sur la situation financière du SMTC. La dernière notation a été rendue fin juillet 2010. En voici de courts extraits :

« Les notes reflètent en premier lieu le statut d’établissement public local du SMTC, ce qui lui confère une garantie implicite de la part de ses deux collectivités locales mandantes (CLM) à savoir le Département de l’Isère et la Communauté d’agglomération de Grenoble (« la Métro »). Si le SMTC devait cesser ses activités, son actif et son passif seraient transférés aux CLM. Ainsi, les notes du SMTC sont liées à la solvabilité des deux CLM. […]

L’encours de dette qui a fortement crû depuis 2003 culminait à 626,5 millions d’euros en 2009. La capacité de désendettement, crédit‐bail de 50 millions d’euros inclus, était de 17,5 ans en 2009, contre 23 ans en 2008. Grâce aux subventions octroyées par l’Etat et les CLM pour le financement des investissements, celle‐ci devrait rester inférieure à 25 années jusqu’en 2014. »

 On attendait la notation en 2011, mais le 14 avril 2011, un communiqué laconique tombe :

Lire le reste de cet article »

Le tracé du tram E sur l’Esplanade est contesté par la commission d’enquête

Publié le 29 avril 2011

La commission d’enquête publique sur la ligne de tram E vient de rendre son rapport et ses conclusions. Il n’y a pas de surprise particulière sauf la réserve sur le tracé prévu par la Ville de Grenoble dans le quartier de l’Esplanade. En effet la majorité municipale a décidé de mettre le tram à l’extérieur du nouveau quartier de l’Esplanade pour des raisons qui ne sont pas sérieuses. L’adjoint à l’immobilier et l’urbanisme essaye de justifier ce tracé (voir le Dauphiné Libéré du 29 avril 2011) : « Nous avons fait le choix de faire traverser le tram par le futur parc parce que le chemin est plus rapide et le plus direct… Nous n’avons pas voulu le faire traverser au milieu du quartier car cela aurait déplacé le reste de la circulation dans le parc, cela aurait multiplié les traversées sur les rails, donc cela aurait ralenti le tram ».

Le passage par le boulevard de l’Esplanade, contrairement à ce que dit l’adjoint est plus direct, donc moins long, donc moins cher. Pour la rapidité l’argument ne tient pas, puisque dans tout le reste de la ville, les voies des trams sont soumises à de nombreuses traversées de rues qui ne posent pas de problème, d’autant plus que dans le futur quartier de l’Esplanade il ne s’agira que de venelles, donc sans feu de circulation. La circulation aurait été maintenue à coté du tram, ce qui aurait éloigné les nouvelles constructions des anciennes et permis d’éviter bon nombre d’inconvénients soulevés par les habitants de l’Esplanade. L’ADES et des habitants avaient indiqué que le choix de la ville n’était pas le plus pertinent et il semble que le SMTC aurait été plus favorable au passage au centre du quartier, la commission d’enquête leur donne raison. Mais malheureusement la majorité municipale annonce qu’elle va, lors du prochain conseil municipal et comme d’habitude, ne retenir que son seul choix contre l’avis du plus grand nombre, dans une direction contraire au bien public.

Contrat d’Axe de la ligne de tram E, un déni de démocratie

Publié le 25 mars 2011

En application des principes de la charte adoptée par le Syndicat mixte des transports en commun – SMTC le 2/7/2007, le contrat d’axe décrit les engagements réciproques des communes et du SMTC sur l’axe de la ligne de tram E. Il a été présenté le 16 février 2011 au SMTC. Mais il n’a jamais fait l’objet de débats publics préalables… On apprend par exemple que la Ville de Grenoble ce serait engagée pour construire 3300 logements supplémentaires le long de la ligne E, 900 avant 2015, le reste avant 2020… Au fait y a-t-il toujours une charte de la démocratie locale à Grenoble ?