Archives du 10 mars 2012

Mounier, le Recteur fait de la mauvaise résistance

Publié le 10 mars 2012

Les Mounier au rectorat (photo GK)

Dernière nouvelle, le ministère de l’éducation nationale vient de faire appel du jugement du 24 novembre 2011 du Tribunal administratif de Grenoble qui donnait raison aux Mounier. Le Conseil régional qui en a la prérogative, n’avait pas autorisé le Président à réduire la capacité d’accueil du lycée. J.J Queyranne qui a pris cette décision seul, n’a donc pas pu faire appel du jugement. Ce refus opposé au Président par le Conseil Régional est un acte démocratique : le délibératif rappelant à l’exécutif quelles sont les limites de ses compétences.

Le Ministre, pour le compte du Recteur, n’a pas ces difficultés. Il essaye de réécrire l’histoire en expliquant que le Recteur a pris la décision de modifier le district de desserte (les collèges qui dépendent d’un lycée) du lycée Mounier de manière autonome et indépendamment de celle du Président de la Région de diminuer la capacité d’accueil de l’établissement. Il va avoir du mal à en convaincre la justice vu les écrits et les déclarations du Recteur depuis septembre 2010, lorsqu’il signait avec JJ. Queyranne le fameux courrier annonçant la fermeture du lycée Mounier à la rentrée 2011. Le ministre de l’éducation nationale affirme que le Recteur est compétent en sécurité des bâtiments, ce qui n’est évidemment pas la loi et était nié par le recteur lui-même dans ses écrits antérieurs. Il va falloir qu’ils harmonisent leurs arguments.

Lire le reste de cet article »

Pollution atmosphérique toujours et encore…

Publié le 10 mars 2012

Pollution sur la cuvette grenobloise (photo GK)

Chaque jour, le réseau de surveillance de la qualité de l’air en Rhône Alpes, dont l’ASCOPARG à Grenoble, calcule un indice de la qualité de l’air, l’indice ATMO.

L’indice ATMO prend en compte quatre polluants réglementés, le dioxyde de soufre SO2, le dioxyde d’azote NO2,  l’ozone O3 et les particules fines PM10 (inférieures à 10 microns).

L’indice est calculé quotidiennement sur une période de 24 heures dans les agglomérations de plus de 100 000 habitants, le résultat est un nombre compris entre 1 et 10. Au dessus du niveau 5, la qualité de l’air devient médiocre ou mauvaise.

A Grenoble, les épisodes de pollution importante se succèdent à un rythme malheureusement trop rapide et depuis des années il ne s’améliore pas puisque pendant près d’un tiers des jours de l’année , il est égal ou au dessus de 5 à Grenoble.

Voici les pourcentages des jours d’une année où l’indice n’est pas bon à Grenoble :

Lire le reste de cet article »

Vallini soutient encore le lobby routier

Publié le 10 mars 2012

Le Président du Conseil général de l’Isère (CGI) qui vient tout juste de sortir, pas très grandi, d’un conflit au tribunal Prudhommes avait sans doute besoin de se refaire la main. Pour ce faire, il n’a rien trouvé de mieux que d’annoncer la relance des investissements routiers superflus en proposant de financer l’élargissement de l’A480 à 2 fois 3 voies. Visiblement il est en manque de rocade et déclare que la rocade nord ne s’est pas faite parce qu’il n’a pas été suffisamment soutenu ! La vérité est qu’il a lui-même reculé au moment de lancer la réalisation de la rocade sachant bien que son dossier ne passerait pas financièrement et qu’il aurait été retoqué juridiquement. Comme tous les princes, il privilégie les dépenses d’investissements (qui s’inaugurent) au fonctionnement, particulièrement dans le social, compétence essentielle du CGI, pourtant bien mal traitée.

Lire le reste de cet article »

ALPEXPO suite

Publié le 10 mars 2012

L’opposition de droite UMP avait demandé au maire de mettre en place une mission municipale d’information et d’évaluation sur ALPEXPO. Le maire n’avait pas daigné répondre.

Le 2 mars 2012, les présidents des 7 groupes de la majorité municipale (3 groupes de droite, 3 groupes dits de gauche et un groupe mi-droite, mi-gauche) ont fait la même demande. Il faut dire que c’est un peu la panique dans la majorité, suite à la communication du commissaire aux comptes de la SEM sur les comptes 2011. La presse a fait état d’un déficit de 1,9 M€. L’ancien directeur général, qui a démissionné, après un passage éclair, a donné des informations qui ne confirment pas ce chiffre. D’après lui le résultat net fin 2011 devrait être négatif de seulement (!) 485 000 €. Les résultats nets cumulés depuis 2007 jusqu’en 2010 atteignent -1,008 millions d’€. On est loin des 1,9 M€ annoncés. C’est plutôt l’opacité.

Lire le reste de cet article »

Center Parcs, le projet toujours bloqué

Publié le 10 mars 2012

Les opposants à ce projet néfaste restent fortement mobilisés contre la volonté du maire de Roybon d’accepter l’implantation de ce complexe touristique qui ne respecte pas les exigences d’un développement équilibré et durable du pays des Chambaran. Il ne s’agit que d’affaire de gros sous malheureusement soutenue par la quasi unanimité des conseillers généraux, à l’exception des élus écologistes.

Lire le reste de cet article »

Les alliés de droite de M. Destot amplifient leurs divisions

Publié le 10 mars 2012

Il y avait les anciens Modem (l’adjoint à l’immobilier) qui ralliaient la candidature Bayrou au grand dam du chef du Modem maintenu (voir notre article du 3 mars 2012). Voilà maintenant S. Gemmani qui après avoir été suspendu du Modem, risque l’exclusion puisqu’il choisit de soutenir C. Lepage et ne se prive pas de critiquer Bayrou. Comme toujours S. Gemmani a beaucoup de mal à rester à la même place. Il a été sur la liste de droite de M. Micoud aux municipales de 2001 puis sur la liste de M. Destot en 2008… Sa seule vraie constante, c’est de rester bien ancré à droite et depuis 2008 il est à l’aise dans la majorité droite-gauche de M. Destot, même s’il a des divergences importantes avec l’adjoint à la politique sociale.

Caserne de Bonne, mauvaises nouvelles !

Publié le 10 mars 2012

Caserne de Bonne (Photo GK)

Les fermetures de magasins dans la galerie commerciale se poursuivent sans que la mairie ne s’en inquiète (voir notre article du 9 décembre 2011). Le deuxième restaurant, la “Taverne d’Antan” vient de mettre la clef sous la porte, c’est ainsi le sixième commerce qui disparait. Les charges locatives imposées par Mercialys (gestionnaire de la galerie et filiale du groupe Casino) sont beaucoup plus importantes que prévues, des recours judiciaires de commerçants ont été déposés pour contester ces dérives non prévues contractuellement. Le choix qui a été fait par le maire et G. Fioraso (adjointe à l’économie) de faire gérer cette galerie commerciale par une société privée sans lui imposer un cahier des charges précis est une erreur. Elle va coûter cher à certains commerçants qui ont cru aux mirages des promesses au moment du lancement de cette opération commerciale.

Il en va de même des malfaçons dans certains bâtiments d’habitation notamment l’immeuble « le Connestable » dont le maître d’ouvrage est Vinci. Il a non seulement été livré avec beaucoup de retard mais il présente toujours d’importants défauts qui impactent négativement la vie des habitants, notamment des problèmes thermiques et des fuites d’eau.

La lutte contre le fichage continue

Publié le 10 mars 2012

Le Collectif Isérois pour le Retrait de Base Élèves (CIRBE) communique :

Si en Isère les écoles ont toutes fini, après intimidation et répression, par renseigner Base Elèves (à une exception près, la petite école de Montagne, près de St Marcellin), ailleurs en France, avec le CNRBE, de nombreuses écoles résistent encore.

Ces luttes de terrain sont confortées par un gros travail juridique et médiatique. Le Conseil d’Etat a rétabli notamment le droit d’opposition, et le procureur de Paris a adressé un rappel à la loi au ministère de l’Education Nationale, au sujet de l’absence d’informations des parents d’élèves sur Base Elèves. Depuis a été réalisée la saisie d’un juge d’instruction pour reconsidérer le classement sans suite des 2103 plaintes contre X au sujet de Base Elèves et des recours en Tribunal Administratif contre le refus de l’administration de respecter le droit d’opposition s’enchaînent. Les recours juridiques de directeurs sanctionnés se poursuivent. Certains gagnent, d’autres perdent. Plusieurs conseils régionaux  dont celui de Rhône-Alpes et de nombreuses municipalités ont émis des vœux contre le fichage. Les candidats à la présidentielle et aux législatives sont et seront interpellés sur le fichage par le CNRBE. De nombreux médias s’intéressent au fichage de la jeunesse. Comme nous l’avons toujours affirmé, le retrait de nombreuses données de Base Elèves ne rend pas pour autant ce fichier inoffensif. Le ministère est en train de reconstituer en dehors de Base Elèves de nouveaux fichiers recueillant des données nominatives, notamment sur les compétences avec le Livret Personnel de Compétences électronique (LPC).

Lire le reste de cet article »