Archives du 1 juillet 2011

Le maire et le CCAS ferment le foyer « les Gentianes » à la Villeneuve

Publié le 1 juillet 2011

Malheureusement il n’y aura pas de bonne surprise en ce début d’été, la délibération proposant la fermeture du foyer logement pour personnes âgées (FLPA) les Gentianes sera votée le 1er juillet par le Conseil d’Administration du Centre communal d’action sociale – CCAS sous la Présidence du maire.

Mais pourquoi une telle décision ?

  • Le concept de foyer logement serait-il obsolète ? Réponse : non et c’est confirmé par un courrier du maire à tous les Grenoblois. Il y a même des projets de construction de nouveaux foyers pour les années à venir.
  • Est-ce pour des raisons financières ? On a pu le croire, mais après l’examen attentif de la réalité des dépenses du CCAS pour les FLPA, il n’apparaît aucune nouvelle difficulté à ce sujet. Il est normal que les FLPA soient déficitaires. La différence entre recettes et dépenses est comblée par une subvention de la ville et cette dernière est plutôt en diminution par rapport aux années précédentes : entre 2006 et 2008, le CCAS a mobilisé en moyenne 825 k€ de subvention de la ville pour équilibrer ce service, et entre 2009 et 2010 seulement 620 k€ en moyenne. Dans le Budget 2011 il est prévu à peine 700 k€ de subvention ville pour les FPLA. Ce ne sont donc pas les FLPA qui grèvent le budget du CCAS. Evidemment à l’annonce de la fermeture d’un foyer, certains de ses occupants, très inquiets, anticipent et quittent leur logement et des nouveaux demandeurs sont écartés. Du coup ces logements inoccupés engendrent une diminution des recettes. Les FLPA sont passés de 360 occupants en 2007 à 302 en 2010. Malgré cette politique l’équilibre financier n’est pas menacé. Et si par hasard il y avait une moindre demande pour entrer dans les foyers de la Villeneuve, le CCAS pourrait louer les logements actuellement vacants. Il n’y avait aucune urgence pour fermer un des foyers de la Villeneuve.
  • A sa manière, ce projet contribue à la fuite des habitants de la Villeneuve. Sinon quelle autre raison pourrait l’expliquer ? Malheureusement on n’en voit pas et celle-ci est très mauvaise.

Naïvement nous pensions que la défense de ce quartier était une priorité politique, dans les discours peut être mais pas dans les actes !

Naissance du collectif vivre à Flaubert

Publié le 1 juillet 2011

Des habitants motivés pour réfléchir sur l’avenir de leur quartier se mobilisent contre les projets de la mairie à propos de la future Zone d’aménagement concerté – ZAC Flaubert. Lors du précédent mandat, le Conseil du secteur 4 (CCS4) avait émis en septembre 2007 un avis très argumenté sur la future ZAC en demandant que le projet soit co-construit avec les habitants. Malheureusement la nouvelle majorité l’a oublié et impose ses décisions sans y associer les habitants. Le Collectif « Vivre à Flaubert » réagit et conteste les décisions prises : déplacement et agrandissement de la déchèterie Jacquard, choix d’immeubles de grande hauteur (notamment tours de 38 étages)… Le collectif lance un appel à le soutenir et le rejoindre :

“Le projet “ZAC FLAUBERT”  proposé par la mairie repose sur des opérations immobilières qui favorisent les promoteurs et la spéculation foncière et ne répondent pas aux attentes des habitants.

Le Plan Local d’Urbanisme prévoit une stabilisation du nombre d’habitants à Grenoble, une des villes les plus denses de France. Jusqu’à présent il fallait augmenter le nombre de logements pour maintenir le nombre d’habitants suite aux évolutions du mode de vie. Désormais, la population est en train de ré-augmenter (les derniers chiffres de l’INSEE donnent 159 000 habitants).

Les habitants sont attachés à l’embellissement de leur cadre de vie et à l’amélioration de la qualité de vie. Ils souhaitent une ville à taille humaine qui respecte les caractéristiques des différents quartiers et secteurs.

Lire le reste de cet article »

Concertation à gogos

Publié le 1 juillet 2011

Il y a eu pendant quelques temps le MODEM (Mouvement Démocrate) qu’il a présidé et depuis peu le groupe municipal “Grenoble Démocrate” que bien sûr, il préside, alors on aurait mauvaise grâce à ne pas voir là le profond attachement qui lie Ph. Falcon de Longevialle à la démocratie. D’ailleurs il le prouve quasi quotidiennement dans son “action” politique d’élu à l’immobilier. Exemple : cette dernière réunion du 28 juin dernier, dite de “concertation” sur le projet de ZAC (Zone d’Aménagement Concerté) Flaubert. Dans le public présent, un énergumène mal embouché a eu l’outrecuidance d’évoquer une éventuelle délocalisation de la déchèterie Jacquart. La réponse de l’édile n’a pas tardé “la délocalisation (de la déchèterie) n’est pas négociable”. L’élu de secteur et l’élue à la… comment dit-on déjà ?… Démocratie Locale, présents et témoins de cette grande marche vers la démocratie n’ont pas jugé utile de se manifester. Tous les trois s’étaient probablement imprégnés de cette définition de la concertation : “la concertation suppose la confrontation entre les parties, l’échange d’arguments, l’explication des points de vue de chacun… c’est préparer une action en commun” et se concerter c’est “s’entendre pour agir ensemble”.

Les tarifs du chauffage urbain devraient baisser en novembre 2011

Publié le 1 juillet 2011

Lors d’une rencontre le 28 juin entre la mairie et le collectif “Pour un chauffage urbain juste et solidaire”, J. Safar a enfin annoncé que les tarifs baisseraient au 1er novembre 2011. Mais on ne sait pas de combien. En octobre, le maire proposera des avenants au contrat de délégation qui fixeront de nouveaux tarifs à partir d’un compte d’exploitation prévisionnel revu, où la marge de la CCIAG (Compagnie de Chauffage) devrait être diminuée. Il faudra examiner cela de près car l’absence de comptabilité séparée pour l’activité du chauffage urbain au sein de la CCIAG rendrait possible l’augmentation artificielle des charges du service, ce qui diminuerait d’autant la marge.

Donc la mairie reconnaît enfin que les tarifs arrêtés au 1er juillet 2008 ne correspondent pas au service rendu, c’est une première victoire de la forte mobilisation des usagers, mais la lutte continue pour que les nouveaux tarifs soient justes et solidaires et pour imposer les remboursements des trop perçus depuis le 1er juillet 2008.

Le stade des Alpes n’était pas d’intérêt général

Publié le 1 juillet 2011

Une loi, votée peu avant la décision de la construction du stade, prévoyait que le maître d’ouvrage (la Métro) devait affirmer par la délibération de la déclaration de projet l’intérêt général de l’équipement. Mais faute d’un décret d’application relatif à la publicité d’une telle délibération, cette loi n’a pu s’appliquer. Ainsi nous n’avons pas pu faire juger que ce stade n’était pas d’intérêt général au motif qu’il était destiné uniquement à des activités commerciales (sportives ou culturelles).

Pour se convaincre que le stade des Alpes n’était effectivement pas d’intérêt général, il suffit de lire l’article 28 de la loi n° 2009-888 du 22 juillet 2009 de développement et de modernisation des services touristiques qui traite des grands stades et des équipements sportifs en prévision de l’Euro 2016 de football.

“I. Les enceintes sportives figurant sur une liste fixée par arrêté du ministre chargé des sports, destinées à permettre l’organisation en France d’une compétition sportive internationale ou à recevoir, à titre habituel, des manifestations sportives organisées par une fédération sportive délégataire au sens de l’article L. 131-14 du code du sport ou une ligue professionnelle au sens de l’article L. 132-1 du même code sans condition de discipline et de capacité, ainsi que les équipements connexes permettant le fonctionnement de ces enceintes, sont déclarés d’intérêt général, quelle que soit la propriété privée ou publique de ces installations, après avis de l’ensemble des conseils municipaux des communes riveraines directement impactées par leur construction. Ces conseils municipaux se prononcent dans un délai de deux mois à compter de leur saisine par le représentant de l’Etat dans le département, qui établit la liste des communes impactées. II. Les collectivités territoriales peuvent réaliser ou concourir à la réalisation des ouvrages et équipements nécessaires au fonctionnement et à la desserte des installations mentionnées au I. Les groupements de ces collectivités sont autorisés à réaliser ou concourir à la réalisation de ces ouvrages et équipements dans les mêmes conditions.”

Donc seuls les stades qui sont sur la liste arrêtée par le ministre des sports sont d’intérêt général. Il s’agit des stades des villes qui recevront l’Euro 2016 de football. CQFD.

Les riverains du Parc Pompidou se mobilisent

Publié le 1 juillet 2011

Depuis des mois les incendies de voitures se multiplient dans le quartier du Parc Pompidou à Grenoble. Certaines voitures sont incendiées très près de bâtiments d’habitation, créant un risque très important pour la sécurité des personnes. Une pétition est envoyée au Préfet pour lui demander de prendre sérieusement en compte la dégradation de la vie dans ce quartier.

Le 23 juin a eu lieu une réunion publique dans le Parc Pompidou réunissant des représentants de la Préfecture et de la mairie. Le représentant de la préfecture a expliqué que la nuit, il n’y avait que 3 voitures de la police nationale qui patrouillait dans toute l’agglomération et il n’a pris aucun engagement pour traiter le cas concret de ce quartier.

Du coté de la mairie, J. Safar va demander, à partir du 1er juillet, à la patrouille de la police municipale affectée au centre ville d’effectuer des rondes en voitures (les policiers ne descendront pas de leur voiture car non armés !) le soir (jusqu’à 2h du matin maximum), et pendant les week-end uniquement. La mairie continue de vouloir pallier les manques de la police nationale. Cette fois il s’agit d’une intervention sectorisée, mais très vite la police municipale, dont ce n’est pas le rôle, sera dépassée par les évènements, car elle ne pourra le faire sur l’ensemble de la ville.

Ce qui se passe ici est la parfaite démonstration de ce que nous annoncions : la vidéo-surveillance installée à la Capuche s’avère inefficace puisqu’elle ne fait que déplacer la délinquance. Seule la présence humaine de proximité serait pertinente.

De ce point de vue le silence de la mairie sur le volet prévention des actions à mener, en lien avec les collectivités et structures concernées, pour que les incendiaires de voiture aient d’autres occupations, est inquiétant… Avec les 900 000 € de coût de la vidéo-surveillance, combien de postes d’éducateurs de rue peut-on financer ?

Politique politicienne

Publié le 1 juillet 2011

Sénatoriales : la droite se déchire. Une quatrième liste est déclarée par D. Vitte, président de l’association des maires de l’Isère et conseiller général qui se présente comme indépendant. Sur l’échiquier politique français, indépendant est synonyme de droite. Décidément le poste de sénateur est très convoité.

M. Destot soutient Martine Aubry à la primaire socialiste. Cette dernière devrait se méfier car tout ce que soutient le maire de Grenoble est pour l’instant voué à l’échec : Jeux Olympiques, rocade nord, soutien à Strauss Kahn, soutien à B. Soulage pour les sénatoriales, les tarifs du chauffage urbain…

Présidence de l’UMP 38. La mise sous tutelle de la fédération de l’Isère va se terminer et les militants locaux ont voté pour choisir leurs responsables. Les embrouilles n’ont pas tardées mais pour une fois ce n’est pas à Grenoble que cela se passe mais à Vienne, où le choix des militants ne plait pas au député J. Remillier. Sur la première circonscription (ex de Carignon et Cazenave), c’est Jean-Claude Peyrin qui a été élu, il était le seul candidat. Fort de cette désignation, il postule à la Présidence de l’UMP38. Mais ce proche d’A. Carignon va-t-il être désigné sans problème ?…

Le Conseil d’Etat propose d’améliorer la démocratie

Publié le 1 juillet 2011

Le Conseil d’Etat vient de produire son rapport public 2011 intitulé : « Consulter autrement, participer effectivement ». Il sera disponible auprès de la Documentation française à partir du 8 juillet 2011, et en ligne.

Parmi les principales propositions de ce rapport public :

« 6. Arrêter le principe d’une loi-code intitulée projet de loi-code relative aux principes de l’administration délibérative.

7. Introduire dans la « loi-code » l’ensemble des principes directeurs qui régiraient le recours à des concertations ouvertes précédant, chaque fois que nécessaire, la prise de décision.

Les principes directeurs sont au nombre de six.

  • garantir l’accessibilité des informations,
  • assurer le dépôt des observations de tous les participants et favoriser leur diffusion,
  • garantir l’impartialité et la loyauté de l’organisateur de la concertation et mettre en place, chaque fois que nécessaire, un « tiers garant »,
  • assurer des délais raisonnables aux citoyens ou aux organismes représentatifs pour s’exprimer,
  • veiller à la « bonne » composition des organismes consultés,
  • donner les informations sur les suites projetées, dans un délai proportionné à l’importance de la réforme. »

Il est à craindre que les députés et sénateurs ne se précipitent pas pour proposer une telle loi. A Grenoble on en aurait pourtant un besoin urgent pour faire changer radicalement les pratiques pseudo-démocratiques de la majorité municipale.

Un Centre d’Information et d’Orientation ferme…

Publié le 1 juillet 2011

Mardi 27 juin 2011, dernier jour du CIO Grenette (rue de Belgrade). Le moral dans les chaussettes, les employé(e)s, syndiqué(e)s ou non, ont organisé un enterrement de première classe. Installé depuis 1972, ce CIO était beaucoup fréquenté, car il se trouvait à un endroit stratégique, en plein centre Ville de Grenoble.

Nous étions une cinquantaine à nous réunir, puis essayer de chanter (mais le cœur n’y était pas), puis à aller Place Grenette pour distribuer des tracts explicatifs. Outre les personnels, étaient présents des professeurs et des usagers.

Au lieu de rapprocher cet outil des usagers, la logique actuelle est de grouper le maximum de personnels au même endroit pour pouvoir peut-être brader les locaux (qui appartiennent au Ministère de l’éducation nationale).

Les CIO sont une aide irremplaçable pour se faire guider dans l’orientation professionnelle. Dorénavant, les personnes qui auront besoin d’un CIO au centre de Grenoble seront obligées de se rendre au Lycée Guynemer, vers la MC2. Que de perte de temps en perspective…