Archives pour le mot-clef ‘sénatoriales’

Elections sénatoriales, d’importants changements en Isère

Publié le 29 septembre 2017

Au niveau national, le fait marquant de ces élections a été l’échec de La République En Marche (LREM) qui s’imaginait augmenter sa présence au Sénat et qui se retrouve avec moins de sénateurs qu’avant ! L’augmentation des scores de la droite et du centre droit n’est pas une surprise, c’est la conséquence de leur progression lors des municipales de 2014, de même que l’affaiblissement du PS qui se poursuit.

En Isère la surprise c’est l’effondrement du score de A. Vallini et le très bon score de la liste de G. Gontard (soutenue par EELV, PC, Hamonistes).

La liste de droite (LR et UDI) n’atteint même pas le millier de votants (alors que le potentiel était au moins de 1400 voix, vu les résultats de 2011 et les victoires de la droite aux municipales) et ne peut faire élire que deux candidats (M. Savin et F. Puissat). La dispersion de voix de droite sur plusieurs petites listes n’explique pas ce demi échec de la droite. Il est dû à la présence de la liste « en marche » de D. Rambaud qui réussit à se faire élire avec 413 voix (14% des exprimés) malgré la grogne des élus locaux contre la politique gouvernementale. Ce score de 413 voix provient majoritairement d’élus de droite qui trouvent à leur goût la nouvelle politique gouvernementale et la qualité de la tête de liste.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 22 septembre 2017

Pour trouver une majorité au Sénat pour lui permettre de réformer la Constitution, E. Macron compte sur des ralliements ou des attitudes bienveillantes parmi des sénateurs qui seront présents dans les rangs de la droite, du centre et des PS restants. Il pourrait trouver auprès de A. Vallini, s’il est élu, une certaine compréhension, puisque ce dernier a fondé en juillet 2017 le club de réflexion « démocratie vivante » avec de nombreux soutiens du Président. Il semble Macron compatible, c’est donc un très mauvais choix. Et si la grande surprise de cette élection sénatoriale dans l’Isère était la non réélection d’A. Vallini !!! Pour que cette bonne nouvelle se concrétise, il faudrait que tous les grands électeurs de sensibilité de gauche votent dimanche 24 septembre pour la liste de rassemblement menée par Guillaume Gontard : « un engagement commun ».

Elections sénatoriales le 24 septembre 2017

Publié le 22 septembre 2017

La moitié des sénateurs sera renouvelée lors d’une élection le dimanche 24 septembre. Le département de l’Isère renouvellera les 5 sénateurs (2 PS, 1 PC, 2 droite) par un scrutin de liste à un seul tour à la proportionnelle à la plus forte moyenne. Le corps électoral est constitué des députés, des sénateurs, des conseillers régionaux et départementaux et des représentants des conseils municipaux et pour les villes de plus de 30 000 habitants des délégués des conseils municipaux. Ces derniers seront désignés par les Conseils municipaux qui se réuniront pour une séance spéciale le 30 juin 2017 qui n’aura que ce point à l’ordre du jour et qui désigneront les délégués, sans débat et au scrutin secret de liste à la proportionnelle à la plus forte moyenne. Pour Grenoble il devrait y avoir en plus des 59 conseillers municipaux 163 délégués et 47 suppléants. Les listes doivent être paritaires avec une alternance homme/femme. Les délégués sont choisis par les conseillers municipaux parmi les habitants inscrits sur la liste électorale de Grenoble.

Lire le reste de cet article »

Sénatoriales en Isère, 10 listes en lice pour 5 sièges, une seule de gauche et écologiste

Publié le 15 septembre 2017

Dix listes ont été déposées à la préfecture de l’Isère soit une de plus qu’en 2011. Certaines listes sont clairement positionnées politiquement : une liste d’extrême droite (G. Dezempte avec le FN), une liste de droite classique (M. Savin, LR et UDI), une liste La République En Marche (D. Rambaud), une liste de gauche et écologiste (G. Gontard, EELV, PC, Hamonistes). Les 6 autres se présentent comme apolitiques, pour la défense des intérêts locaux. L’ADES appelle à voter pour la liste menée par Guillaume Gontard maire du Percy, seule liste clairement de gauche et écologiste.

Vallini qui cache son étiquette PS mène une liste apolitique et défend maintenant des positions contraires à ce qu’il a fait dans le gouvernement Hollande auquel il appartenait. Il a été un des acteurs de la baisse des dotations de l’Etat aux collectivités et en tant que président du Conseil général il avait baissé lourdement la subvention au SMTC. Les autres listes apolitiques sont en fait de droite plus ou moins déguisées.

Lire le reste de cet article »

Politique politicienne

Publié le 1 septembre 2017

A propos du trafic de drogue à Grenoble, l’ancien maire corrompu nous livre son analyse dans le Dauphiné Libéré du 26 août. Pour lui, cette situation résulte en « grande partie de la politique municipale observée sur un temps long : bétonisation, attributions de logements, assistanat, abandon de toute répression et clientélisme électoral coupable sont le terreau dans lequel la délinquance prospère au point de prendre le pouvoir. » Nous ne pouvons que nous féliciter de le voir faire enfin le procès de la politique qu’il a menée pendant 12 ans lorsqu’il était aux manettes de la ville et où la délinquance en col blanc tenait le haut du pavé et était au pouvoir. Il est utile de relire la brochure de l’ADES « Alain Carignon : un corrompu de retour aux affaires ? » et le livre de Raymond Avrillier et Philippe Descamps, « Le système Carignon » (disponible en e-book). Heureusement ce genre de politique est derrière nous, le clientélisme a disparu, les demandes de logements sont anonymisées, les élus ne reçoivent que de faibles indemnités…

Lire le reste de cet article »

L’élu, l’ennui et les années 30

Publié le 2 décembre 2011

On se prend parfois à rêver que certains élu(e)s prendraient de la hauteur, affirmeraient leurs convictions en paroles et en actes et feraient preuve de courage. Malheureusement, la réalité démontre que nous sommes loin, bien loin du compte, comme on a pu le voir ces derniers temps où il n’est pas rare que le ridicule le dispute au pathétique.

C’est d’abord M. Chamussy, élu municipal de droite qui, après la formidable victoire des « Mounier », prend le train en marche et tente grossièrement, lui qui n’est jamais intervenu, de récupérer la mise. On n’en voudra donc pas à J. Safar 1er adjoint au maire de Grenoble d’avoir répliqué aussitôt et justement à cette minable tentative. Il aurait pu s’en tenir là, ne pas en rajouter, mais c’est chose impossible et déclare que M. Chamussy a fait « Une démarche qui vise en fait à mettre en cause le maire à des fins politiciennes au seul service de la polémique ». En matière de « fins politiciennes » on peut lui faire confiance, c’est en effet un expert.

Mais tout cela ne serait que broutilles en comparaison des sommets atteints par A. Vallini, Président du Conseil général de l’Isère, tout récent sénateur, chargé dans l’équipe de campagne du candidat du PS F. Hollande, de la Justice et des Institutions, après son passage, le 25 novembre dernier au Petit Journal émission de Canal Plus.

Lire le reste de cet article »

Condoléances aux grands électeurs de l’Isère qui ont voté pour A. Vallini aux sénatoriales

Publié le 28 novembre 2011

Communiqué de presse du 28/11/11

L’ADES présente ses condoléances aux grands électeurs de l’Isère qui ont voté pour la liste menée par A. Vallini aux élections sénatoriales de septembre 2011.

Dans un élan de sincérité, le tout nouveau sénateur vient de signifier que leur vote a été manipulé. Au-delà des grossièretés prononcées, le nouveau sénateur déclare vouloir revenir à l’Assemblée Nationale. A l’entendre, lui ne désirait pas aller au Sénat, mais il s’est fait violence en se laissant “fléchir pour tirer la liste”.

Nous attendons avec impatience la position de Mme David et de M. Chiron colistiers d’A. Vallini sur les déclarations de leur leader, ainsi que celles du parti socialiste et du parti communiste.

A.Vallini devrait méditer cette maxime célèbre : « On ne sort de l’ambiguïté qu’à son détriment. ». Il a montré son vrai visage, souhaitons que cette sortie de l’ambiguïté soit sanctionnée à sa juste mesure.

 

 

 

Sénatoriales, un échec de la droite

Publié le 29 septembre 2011

Le sénat qui bascule à gauche, c’était un rêve, c’est maintenant une réalité. Que ce soit nationalement ou dans l’Isère, la poussée de la gauche et des écologistes s’apparente à un raz de marée.

Alors qu’en 2001, en Isère, la droite était largement majoritaire (52%) parmi les grands électeurs, elle est, en 2011, largement minoritaire (46 %). La gauche traditionnelle a réalisé un très bon score (46 %) alors qu’elle ne faisait que 40 % en 2001.

Les écologistes progressent en voix (+ 29%) malgré la perte de 18 grands électeurs à Grenoble suite à la perte d’élus à Grenoble (11 en 2001 dans la majorité et 6 en 2011 dans l’opposition). La campagne dynamique de R. Avrillier et de ses colistières et colistiers a permis cette progression malgré la pression du vote utile

Le rejet de la politique gouvernementale, accentuée par la multiplication des listes, a fait perdre la droite. Par exemple en Isère la somme des différentes listes de droite (hors extrême droite) atteint 1269 exprimés contre 1270 pour la liste de la gauche traditionnelle ! Unie elle aurait pu disputer le 3ème siège et c’est dans de nombreux département la même situation.

Au niveau national, c’est avec les écologistes que la gauche gagne le sénat ; il est regrettable que R. Avrillier ne puisse apporter ses compétences dans cette assemblée qui doit contrôler l’exécutif (et il y en a bien besoin) et voter les lois.

Sénatoriales – Soutiens préstigieux pour la liste conduite par R. Avrillier

Publié le 24 septembre 2011

Raymond AvrillierLa liste aux sénatoriales conduite par R. Avrillier a reçu des soutiens d’importance. Celui de Stéphane Hessel, et plus surpenant celui de Danielle Mitterrand. Avec sa fondation « France liberté », elle milite depuis des années pour faire reconnaître que l’eau est un bien commun de l’humanité et que sa gestion doit être indépendante d’intérêts privés, rejoignant en cela le combat des écologistes grenoblois. Voici des extraits de son message :

« Cher Raymond.

Vous avez agi à Grenoble pendant vingt ans afin de recréer un véritable service public de l’eau et de l’assainissement irrégulièrement délégué aux sociétés privées. C’est ce que nous pouvons appeler « le retour aux sources » : retour aux sources du service public, retour aux sources du politique. Votre expérience a démontré qu’avec une volonté politique de longue durée nous pouvions mettre en actes une vraie politique publique démocratique concevant le droit à l’eau comme droit humain et non l’eau comme une marchandise… ».

Danielle Mitterrand termine sa lettre avec un petit salut aux « actions pour la démocratie, l’écologie et la solidarité » en abrégé a.d.e.s !

Rappelons que J. Chiron, troisième candidat sur la liste de Vallini, qui a pris la place normalement dévolue à R. Avrillier par l’accord national PS-EELV, a beaucoup milité avec M. Destot pour que la Lyonnaise reste dans l’eau de Grenoble et que le service public ne revienne pas en régie. Tout est dit.

L’UMP 38, toujours la cacophonie !

Publié le 9 septembre 2011

Le nouveau Président de l’UMP38 a tenu à faire sa rentrée politique très tôt. On ne sait toujours pas si son choix de secrétaire départemental, le très « carignonesque » Julien Polat, a été accepté par l’UMP national.

Le nouveau président s’est contenté d’attaquer la gestion financière du PS dans les différentes collectivités locales, sans apporter la moindre nouveauté dans son discours. La pauvreté de sa prestation se devine dans le compte rendu des médias de cette conférence de presse. Pas un mot sur les sénatoriales du 25 septembre où la droite présente 4 listes dont 3 sont menées par des adhérents de l’UMP38, démontrant l’incapacité de ce mouvement d’avoir une action collective un tant soit peu construite. L’UMP va donc poursuivre sa décomposition car le nouveau Président de l’UMP38 ne semble pas être en capacité de redresser la situation, ce qui n’est pas pour nous déplaire…

Quand un UMP38 bat la campagne

Publié le 9 septembre 2011

Elu depuis 1971 à diverses fonctions : maire, conseiller général, conseiller régional, député, Bernard Saugey, sénateur sortant qui conduit l’une des quatre listes de droite, sait parler aux grands électeurs qui vont se prononcer le 25 septembre prochain. On ne s’étonnera pas de sa conception toute particulière de la politique qui fait, qu’en tant que sénateur, son carnet d’adresses est une qualité essentielle à ses yeux. L’un de ses principaux engagements consiste à “Renforcer la défense juridique et judiciaire des élus”. Voilà qui témoigne d’un souci constant de l’intérêt général, qui en douterait ? D’ailleurs ne met-il pas en avant ses “expérience et compétence au service de tous” ?

Lire le reste de cet article »

Sénatoriales du 25 septembre : la liste Démocrates, écologistes, républicains pour l’Isère

Publié le 2 septembre 2011

Raymond Avrillier a rendu publique le 29 août au Château de Vizille, haut lieu symbolique, la liste qu’il conduit en vue des sénatoriales du 25 septembre prochain. Elle rassemble des élus expérimentés, de collectivités de toute taille (de la Région Rhône-Alpes au village de La-Balme-les-Grottes), des acteurs essentiels des services publics qui sont actuellement mis à mal. Elle s’intitule : « Démocrates, écologistes, républicains pour l’Isère ».

Photo EELV, tous droits réservés

Les cinq titulaires sont :

  • Raymond AVRILLIER, Maire-adjoint honoraire de Grenoble, ancien vice-président de la communauté d’agglomération et ancien conseiller régional, formateur, co-auteur de « Le système Carignon ».
  • Françoise CLOTEAU, Maire de Champagnier jusqu’en avril 2011, vice-présidente de la communauté de communes du Sud-Grenoblois, déléguée à l’environnement et au développement durable, membre du Conseil Départemental de l’Environnement et des Risques Sanitaires et Technologiques (CODERST), retraitée de l’administration fiscale, conseillère municipale de Champagnier.
  • Pierre SAVIGNAT, Directeur d’hôpital public, enseignant associé en politiques sociales à l’Université, membre du conseil scientifique de l’Agence nationale de l’évaluation et de la qualité des établissements et services sociaux et médico-sociaux.
  • Isabelle PICHON-MARTIN, membre du Collectif pour le maintien des bureaux de La Poste, responsable d’associations culturelles et sportives dans le Pays Royannais, retraitée de l’Education Nationale.
  • Olivier FINET, Vice-président de la communauté d’agglomération du Pays Voironnais, délégué aux déplacements, transports, modes doux, conseiller municipal de Voiron délégué à l’accessibilité, chef d’entreprise.

Lire le reste de cet article »

Sénatoriales, le bon choix le 25 septembre

Publié le 26 août 2011

Raymond AvrillierIl n’y a pas qu’à droite que la division s’installe. La liste du PS (ouverte au PC) a fermé la porte aux autres formations de gauche et aux écologistes, malgré les accords nationaux entre le PS et EELV qui prévoyaient la 3ème place sur la liste unitaire pour un écologiste. Puis il y a eu la proposition d’un radical de gauche en 3ème position qui n’a pas eu plus de succès. Conséquence, fin juillet, Raymond Avrillier a dû proposer une autre liste de gauche et écologiste largement ouverte. Ces derniers jours, le MRC (mouvement créé par Chevènement) a décidé de présenter sa propre liste. Pour l’instant il y aurait 4 listes à droite et 3 listes à gauche pour 5 postes. Il devrait y avoir aussi une liste d’extrême droite comme en 2001.

La liste menée par Vallini, s’intitule « Isère démocratie » et se propose de défendre les libertés locales et la solidarité des territoires, ce qui est un peu « léger » comme programme politique. D’ailleurs le texte du 28 juillet présentant cette liste et envoyé aux grands électeurs, ne précise pas que les candidats appartiennent au PS ou au PC ! On assiste à un camouflage en une liste d’intérêt local, selon les bons vieux principes de la droite afin d’essayer de plaire aux nombreux grands électeurs qui se réfugient dans l’apolitisme (forme habituelle de l’attitude de droite qui ne veut pas dire son vrai visage). S’intituler « Isère démocratie » est tout à fait excessif lorsque l’on connaît les pratiques antidémocratiques de certains candidats et le refus d’appliquer l’accord national passé entre le PS et les Ecologistes. Cette liste n’est pas représentative d’une gauche soucieuse d’offrir une alternative à la politique de Sarkozy. Le 25 septembre, souhaitons que de nombreux grands électeurs se prononcent pour un vrai changement politique en votant pour la liste de la gauche et des écologistes menée par R. Avrillier.

Le site de Raymond Avrillier

Sénatoriale, le PS et Vallini ferment la porte aux écologistes

Publié le 22 juillet 2011

Le 21 juillet, A. Vallini a décidé de présenter sa liste aux sénatoriales, sans y associer les écologistes, violant ainsi l’accord national passé entre Europe Ecologie les Verts (EELV) et le PS, qui prévoyait qu’en Isère le troisième d’une liste de rassemblement serait écologiste.

Dans un communiqué EELV Isère appelle les démocrates à travailler à une véritable liste alternative de rassemblement.

Politique politicienne

Publié le 1 juillet 2011

Sénatoriales : la droite se déchire. Une quatrième liste est déclarée par D. Vitte, président de l’association des maires de l’Isère et conseiller général qui se présente comme indépendant. Sur l’échiquier politique français, indépendant est synonyme de droite. Décidément le poste de sénateur est très convoité.

M. Destot soutient Martine Aubry à la primaire socialiste. Cette dernière devrait se méfier car tout ce que soutient le maire de Grenoble est pour l’instant voué à l’échec : Jeux Olympiques, rocade nord, soutien à Strauss Kahn, soutien à B. Soulage pour les sénatoriales, les tarifs du chauffage urbain…

Présidence de l’UMP 38. La mise sous tutelle de la fédération de l’Isère va se terminer et les militants locaux ont voté pour choisir leurs responsables. Les embrouilles n’ont pas tardées mais pour une fois ce n’est pas à Grenoble que cela se passe mais à Vienne, où le choix des militants ne plait pas au député J. Remillier. Sur la première circonscription (ex de Carignon et Cazenave), c’est Jean-Claude Peyrin qui a été élu, il était le seul candidat. Fort de cette désignation, il postule à la Présidence de l’UMP38. Mais ce proche d’A. Carignon va-t-il être désigné sans problème ?…

Les sénatoriales, suite

Publié le 16 juin 2011

Le 17 juin, tous les conseils municipaux de l’Isère vont désigner les grands électeurs (et leurs suppléants) qui viendront s’ajouter aux conseillers généraux, régionaux et députés. Il y aura environ 2700 grands électeurs qui voteront le 25 septembre 2011 pour élire les 5 sénateurs de l’Isère au scrutin de liste à la proportionnelle à la plus forte moyenne. La liste doit être paritaire homme – femme. A gauche, c’est un homme qui dirigera la liste. A droite les grandes manœuvres sont en cours. Trois hommes ont déclarés qu’ils feront leur liste : B. Saugey, sénateur sortant, Michel Savin, et Ph. Langenieux-Villard. La droite semble vouloir rejouer le scénario de 2001 où elle avait perdu un siège à cause de ses divisions. Il n’est pas impossible que le 25 septembre, sur 5 sénateurs il y ait 4 hommes… Vive la parité ! Il faudra attendre le dépôt définitif des listes le 16 septembre pour savoir à quoi s’en tenir et si le PS aura enfin passé un accord avec les écologistes.

Sénatoriales comment ça marche

Publié le 31 mai 2011

Les élections sénatoriales auront lieu le 25 septembre 2011. Seuls les grands électeurs pourront voter, pour l’Isère ils désigneront 5 sénateurs au scrutin de liste à la plus forte moyenne.

Il s’agit d’un mode de scrutin archaïque à plusieurs titres :

  • ce scrutin donne un poids très important aux élus des petites communes, le corps électoral n’est pas représentatif de la société.
  • C’est un scrutin indirect qui est une survivance d’un scrutin censitaire qui n’a plus lieu d’être, il faudrait revenir à un scrutin direct par département pour donner à cette chambre un poids correspondant à une réalité politique.

Comment sont désignés les grands électeurs

(il y en avait 2700 lors du dernier scrutin en 2001).

En plus des députés, des conseillers régionaux et des conseillers généraux, il y a les délégués des conseils municipaux qui représentent environ 95 % des grands électeurs. Les petites communes de moins de 9000 habitants désignent moins de grands électeurs que de conseillers municipaux, celles comprises entre 9000 et 30 000 désignent tous les conseillers municipaux et au dessus de 30 000, le conseil municipal désigne en plus des conseillers municipaux un grand électeur par tranche de 1000 habitants au dessus de 30 000.

Lire le reste de cet article »