Archives pour le mot-clef ‘ZAC Flaubert’

Enterrement officiel de la charte de la démocratie locale

Publié le 16 novembre 2013
Enterrement Démocratie Locale_18 nov 2013

Cliquez sur l’avis de décès pour le voir en grand format

L’association « Vivre à Grenoble » invite tous les Grenoblois à venir aux obsèques de la démocratie locale qui auront lieu le lundi 18 novembre à 16 h 30 sur le parvis de la Mairie de Grenoble.

Cet enterrement se passe le jour où la majorité municipale va voter la réalisation de la ZAC (Zone d’Aménagement Concerté) Esplanade, la mise en place de l’AVAP (Aire de mise en Valeur de l’Architecture et du Patrimoine) qui autorise la ville à faire sauter les protections qui existaient sur l’Esplanade dans la ZPPAUP (Zone de Protection du Patrimoine Architectural Urbain et Paysager). Ils voteront aussi la réalisation de la ZAC Flaubert… Tous ces dossiers étant montés sans aucun débat public préalable sur leurs grands axes, contrairement aux exigences de la charte de la démocratie locale.

Lire le reste de cet article »

Déchetterie Jacquard : vous aviez dit “non négociable” ?

Publié le 19 octobre 2013

Voila encore un exemple du fonctionnement non démocratique de la majorité sortante. Dans le projet de ZAC Flaubert, la ville et la Métro avaient décidé sans aucune concertation de déplacer la déchetterie du terrain Jacquard vers le terrain Charvet rue Honoré de Balzac. Cette décision était « non négociable » (sic). Mais sans explication, la Métro a décidé de mettre fin à ce projet comme nous l’avons indiqué, ce qui vient d’être confirmé par le maire de Grenoble.

Lire le reste de cet article »

A la Métro on ne garde pas trop les documents !

Publié le 6 juillet 2013

Un citoyen Grenoblois a demandé à la Métro de lui fournir une copie des courriers et courriels échangés entre la Métro et la ville de Grenoble à propos du déplacement de la déchetterie Jacquard sur le terrain Charvet, rue Honoré de Balzac. Quelle ne fut pas sa surprise d’apprendre qu’à la Métro, pour un projet de 2,4 M€ sur un terrain de la ville, il n’y avait pas de convocations, ni compte rendu de réunion, pas de courriers échangés ! Serions-nous dans la pure tradition orale ?

Lire le reste de cet article »

Victoire, la déchetterie Charvet abandonnée

Publié le 22 juin 2013

La Ville et la Métro avaient décidé de transférer la déchetterie Jacquard sur le terrain Charvet pour libérer le terrain Jacquard pour une opération immobilière (encore une…). Le collectif Vivre à Flaubert s’est mobilisé contre ce projet car il allait impacter de nombreux riverains par les nuisances sonores déjà importantes à cause de certaines activités. Grâce à l’annulation par le conseil constitutionnel d’articles du code de l’environnement la règlementation s’est durcie. La Métro a estimé que devant la forte contestation animée par Vive à Flaubert, il fallait mieux arrêter ce projet.

Carton rouge à l’adjoint à l’immobilier et à la majorité municipale qui expliquaient aux habitants que ce projet de déchetterie n’était pas négociable. La victoire n’en est que plus agréable.

Retour sur le conseil municipal du 17/9/12

Publié le 22 septembre 2012

Lundi 17 septembre, lors du conseil municipal, le maire a répondu à deux questions orales, l’une de la droite sur le cumul des mandats pour savoir quand il céderait la place. La réponse, comme on l’a vu par ailleurs, a consisté à dire qu’il était pleinement maire et pleinement député. Mais M. Destot a une conception très personnelle de l’implication dans ses mandats. Depuis de longs mois il n’est plus aux manettes de la ville, à tel point que lors du vote des adjoints pour remplacer G. Fioraso, la liste des 22 adjoints au maire était présentée par J. Safar ! En ce qui concerne l’assemblée nationale il est bien connu qu’il fait partie des députés derniers de la classe, voir son bilan de la législature précédente sur le site “nos députés”.

Lire le reste de cet article »

Objectif dupes

Publié le 13 avril 2012

Photo GK

La dernière livraison des « Nouvelles de Grenoble » mérite une fois encore le titre de journal de propagande de la majorité municipale. Dans un article consacré à la ZAC (Zone d’Aménagement Concerté) Flaubert un encart donne du CCS4 (Conseil Consultatif de Secteur 4), et de l’avis qu’il a produit sur ce projet, une image lisse sans aspérité, comme si ce projet faisait consensus. Ainsi le CCS4 se contente d’être « globalement vigilant sur l’amélioration du cadre de vie et l’opération de construction d’une nouvelle déchèterie ». Le rédacteur aux ordres qui par ailleurs donne l’adresse internet du CCS4 (www.ccsgrenoble.org/secteur4) aurait dû consulter le site et ce faisant, aurait rétabli la vérité. Pas moins de quatre chapitres concernent à la fois l’absence de démocratie et la fameuse « nouvelle » déchèterie !

Lire le reste de cet article »

ZAC Flaubert, ces drôles de Dames!

Publié le 23 mars 2012

Photo GK

Voila que la récupération politique va bon train. Deux conseillères municipales de l’opposition UMP (N. Béranger candidate récurrente aux élections législatives et M. Bon) diffusent un tract contre la ZAC Flaubert. Alors que le combat des habitants de Flaubert a été engagé depuis près de deux ans pour faire entendre raison à la municipalité, les deux drôles de dames, feignent d’en être à l’origine, le reprennent à leur compte en le repeignant aux couleurs UMP. N’étant pas à un paradoxe près, elles dénoncent la densification à marche forcée mais oublient de critiquer et de refuser l’augmentation des droits à construire de 30% que leur candidat à l’élection présidentielle N. Sarkozy a inscrit dans la loi ! D’un coté elles disent protester contre la densification et de l’autre elles soutiennent une loi qui va entraîner une accélération de cette densification… En effet la loi votée implique que « Les droits à construire résultant des règles de gabarit, de hauteur, d’emprise au sol ou de coefficient d’occupation des sols fixées par le plan local d’urbanisme, le plan d’occupation des sols ou le plan d’aménagement de zone sont majorés de 30 % pour permettre l’agrandissement ou la construction de bâtiments à usage d’habitation… »

Autre indication d’une politique bien à droite à défaut d’être adroite : il n’y a pas le mot social dans leur tract.

Les Grenoblois ne seront pas dupes de cette prise de position politicienne et électoraliste.

Le PLU va être complètement révisé… vigilance maximum !

Publié le 23 mars 2012

Alors qu’elle vient tout juste de mettre en place de multiples modifications et une révision simplifiée du PLU (Plan Local d’Urbanisme) sur une grande partie de la ville (voir les enquêtes publiques du 26 janvier au 29 février 2012), curieusement la majorité municipale va présenter cet été au conseil municipal un projet de révision générale du Plan Local d’Urbanisme de Grenoble qui prendra plus de deux ans.

Ces modifications sont liées à des projets à long terme qui ne souffrent d’aucune urgence. Par exemple les nouvelles constructions sur la ZAC Flaubert ne verront pas le jour avant 2015, seule la coulée verte va être réalisée d’ici là.

La majorité fige très rapidement des évolutions (très critiquables) de la ville pour le long terme et va ensuite proposer de réviser globalement le PLU après que tout ait été décidé. C’est exactement l’inverse qu’il faudrait faire : définir avec les habitants la ville que l’on veut en présentant différents scénarios et ensuite décliner quartiers par quartiers les projets compatibles avec la philosophie générale arrêtée.

Lire le reste de cet article »

Le jeu du mail

Publié le 16 mars 2012

ZFU, ce sigle barbare cache en réalité un dispositif législatif dont certaines entreprises savent apprécier les bienfaits. Les premières Zones Franches Urbaines (ZFU) ont fait leur apparition dès 1997 avec, comme toujours, les meilleurs intentions du monde à savoir, créer de l’emploi dans des secteurs urbains dits en difficulté. Et l’Etat n’a pas lésiné sur les avantages consentis aux entreprises candidates à une installation en ZFU. Ainsi par exemple, toute entreprise peut bénéficier : d’une exonération d’impôts sur les bénéfices, une exonération d’impôts locaux, une aide à l’embauche de salariés, une exonération de cotisation d’assurance maladie maternité en faveur du dirigeant de ladite entreprise. L’exonération totale d’imposition des bénéfices s’applique dans la limite de 100 000 € par période de 12 mois et de 5 000 € supplémentaires par nouveau salarié domicilié en Zone Urbaine Sensible ou en Zone Franche Urbaine, pour un temps plein et ce pendant au moins 6 mois.

Lire le reste de cet article »

Flaubert : la majorité moins flambarde

Publié le 3 mars 2012

Les habitants mobilisés (photo GK, tous droits réservés)Avec tracts et banderoles, les habitants, c’est assez rare pour le souligner, étaient venus en masse pour exprimer leur farouche opposition au projet de ZAC Flaubert inscrit à l’ordre du jour du conseil municipal du 27 février. Un climat tendu, une majorité moins sûre d’elle-même qui a tenté d’arrondir les angles, allant même jusqu’à faire quelques concessions et jetant du coup toute cohérence par dessus bord.

Depuis ces derniers mois, irrémédiablement cramponnée à ses arguments, rien n’aurait détourné la majorité municipale de ses objectifs de construction de tours et d’immeubles de grande hauteur, jusqu’à ce 27 février. Tout à coup, comme par miracle, les tours de 32 étages (100m de hauteur) se transforment en tours de 16 étages (50m de hauteur) et les immeubles de R + 18 devenaient R+8. La division arithmétique était la reine de ce début de soirée. Ce qui était encore impensable hier devenait tout à coup possible ! Cette tentative d’enfumage était dérisoire au moment même où se termine l’enquête publique sur la modification du PLU (Plan Local d’Urbanisme) qui inscrit dans le marbre les décisions déjà prises comme la liberté de réaliser des immeubles de grande hauteur. De même allait-on apprendre que sur les 90 ha de la ZAC Flaubert, au final il n’y aurait non pas 30% de logements sociaux mais 15%.

Lire le reste de cet article »

ZAC Flaubert, une concertation loupée, des habitants floués

Publié le 14 janvier 2012

Le CCS4 (Conseil Consultatif du Secteur 4) a rendu son deuxième avis sur le projet de ZAC Flaubert, il sera annexé à la délibération de création de la ZAC qui passera au Conseil municipal du 27 février. Le moins qu’on puisse dire c’est que cet avis est spécialement gratiné et que la majorité municipale ferait bien de revoir complètement son projet.

L’avant propos de l’avis donne le ton :

« Grenoble, au bout de chaque rue une montagne » (Stendhal) ; Grenoble, au bout de chaque rue une tour… Cabinet Lion ?

Le CSS4 a, de 2005 à 2007, travaillé sur la ZAC Flaubert et rendu un avis présenté en Conseil Municipal. Les membres ont considéré que celui-ci avait été pris en compte par les Elus et les services, ainsi qu’il est écrit sur le compte rendu du Conseil Municipal du 19/11/2007. Aussi, lors de la présentation de la démarche sur la ZAC Flaubert lancée le 15 février 2011, nous avons été très surpris que notre travail n’ait aucunement été pris en compte.

Ayant posé la question au cabinet Lion, sur les raisons de cette ignorance, la réponse résonne encore à nos oreilles « si on laissait faire les habitants ce serait l’anarchie ».

Pour les habitants, si on laisse faire le projet du cabinet Lion, ce sera invivable »

Lire le reste de cet article »

Enquêtes publiques, à vos plumes…

Publié le 14 janvier 2012

Sur Grenoble du 26 janvier au 29 février 2012, deux enquêtes publiques seront ouvertes pour des modifications et une révision du PLU :

  • La modification porte sur la prise en compte des projets Flaubert, Châtelet, Abbaye, JO et Presqu’île, Avenue des Martyrs. La mise à jour des périmètres tramway, la modification des règles de stationnement dans ce périmètre…
  • La révision simplifiée porte sur le projet de l’Esplanade.

Et une information sur l’étude d’impact de la ZAC Flaubert du 20 janvier au 6 février.

Les registres seront disponibles du lundi au vendredi aux heures d’ouverture (8 h à 17 h 50) à la mairie de Grenoble.

A Saint Martin d’Hères se déroule actuellement une enquête publique pour des permis de construire de commerces dans la ZAC Neyrpic où une extension gigantesque des grandes surfaces commerciales est prévue : une opération Géant qui est une véritable opération Casino…

Lire le reste de cet article »

Flaubert, la ZAC ne fait pas école

Publié le 9 décembre 2011

Si ce n’est encore fait, il n’y a plus une minute à perdre pour se précipiter à la Plateforme, place de Verdun, admirer la formidable exposition sur les aménagements de la ZAC Flaubert. Tous les panneaux colorés laissent présager pour ce secteur de la ville un avenir radieux. Prenons par exemple la « coulée verte » conçue certes à minima au regard de la surface totale des aménagements, mais quelle importance puisque dans « coulée verte », il y a surtout « verte » et c’est bien là l’essentiel. Ah ! ils savent y faire les concepteurs de cette merveilleuse exposition, et si le vert n’est pas toujours possible, pour rassurer le visiteur tout devient forcément « durable » ou « éco quelque chose ». D’ailleurs c’est bien sur ces questions que l’on a fait cogiter les habitants, un banc ici, un arbre là ou encore une butte pour prendre de la hauteur, n’est-ce pas là une belle démonstration de ce que doit être la concertation, la démocratie participative. Bon, il y a bien ici ou là quelques immeubles ou une déchèterie dont le déplacement « non négociable » pour paraphraser les élus, fait grincer des dents, mais tout cela n’est rien à côté du pays de cocagne qui nous est promis.

Lire le reste de cet article »

Flaubert : la mauvaise prose municipale

Publié le 29 septembre 2011

Malgré l’opposition des habitants, dont certains distribuaient des tracts à l’entrée du conseil municipal le 26 septembre dernier, la majorité municipale a voté comme un seul homme le projet de déplacement de la déchèterie Jacquard sur le site Charvet dans le secteur de la future ZAC (zone d’aménagement concertée) Flaubert. Pointé comme un curieux paradoxe par H. Sabri conseiller municipal du groupe « Ecologie et Solidarité » le fait pour la majorité de parler de concertation tout en indiquant d’emblée cette décision comme « non négociable », n’aura en rien infléchi la décision. Mieux, l’adjointe à la démocratie locale s’est appuyée sur la Charte de la Démocratie locale pour justifier cette fin de non recevoir. Sans doute faisait-elle référence à l’article 11 de cette Charte qui dit en substance « …Ces règles de concertation préciseront notamment les éléments suivants : l’objet de la concertation et les invariants du projet… » Invariants doit se traduire par « non négociable » selon la majorité. Il reste à déterminer ce qui relève ou non de l’invariant. Dans ce dossier précisément, peut être considérée comme invariant et donc non négociable, la volonté de la ville de rendre plus attractive et efficace une déchèterie et d’y adjoindre une ressourcerie. Mais estimer que l’implantation d’un tel équipement est «  non négociable » est une tromperie et relève de la plus mauvaise foi. Dans ces conditions, si l’on s’en tient à l’interprétation des élus de la majorité, l’ensemble des points de tout projet quel qu’il soit pourrait être non négociable. A propos, que dit l’article 1 de cette charte ? Que « La ville de Grenoble s’engage à créer les conditions de confiance réciproque, d’échange et de respect mutuel entre les habitants et la Municipalité, en informant régulièrement les Grenoblois, en rendant lisibles et compréhensibles les projets et en motivant ses décisions » . Où sont passés ces beaux engagements ? confiance réciproque, échange et respect mutuel… A quoi sert cette charte de la démocratie, l’avis des unions de quartiers et des conseils consultatif de secteur, si les élus n’en tiennent aucun compte et ne les respectent pas ? Illusions et poudre aux yeux.

Lycée Mounier, enfin une partie de la vérité…

Publié le 29 septembre 2011

Le Président de la Région, soutenu par le maire de Grenoble et le recteur, avait décidé en septembre 2010 de fermer le lycée Mounier et ceci pour des questions de sécurité, soit disant parce qu’une accélération subite des déplacements de certaines parties des bâtiments menaçait la sécurité des élèves et des personnels. Grâce à la très forte mobilisation des personnels et des élèves, le lycée n’a pas fermé mais a été amputé de nombreuses classes. Diverses expertises mettaient en doute l’affirmation du Président de la Région sur la mise en danger à court terme, mais rien n’y a fait.

Le bureau d’étude « CONCRETE » vient de rendre son rapport (18 juillet 2011) sur une année de surveillance des bâtiments du lycée qui a été équipé de nombreux capteurs mesurant l’évolution des désordres des bâtiments. Voici sa conclusion :

« Les constats énumérés ci-dessus permettent de mettre en évidence qu’il existe des déplacements très faibles, mais évolutifs. Leurs amplitudes sont étroitement liées aux températures extérieures, ces dernières ayant une influence importante sur la dilatation des deux bâtiments.

La période écoulée n’a pas montrée de tendance alarmante des capteurs (pas de variation rapide, ni d’écart significatif des valeurs) pouvant signifier une instabilité de la structure. »

Lire le reste de cet article »

Déplacer la déchetterie Jacquard, une très mauvaise décision !

Publié le 29 septembre 2011

Décidée au Conseil municipal du 26 septembre 2011.

Les habitants ne comprennent pas les vraies raisons de cette décision. Pourquoi ne pas moderniser la déchetterie sur le terrain actuel et diminuer le volume de déchets à recevoir afin d’équilibrer la collecte dans des déchetteries de proximité ?

Les vraies raisons ont enfin été données par J.Ph. Motte, conseiller communautaire, qui a expliqué qu’il y aurait à terme seulement deux déchetteries à Grenoble, une dans le nord et une dans le sud. Donc au lieu de développer des déchetteries de proximité ce seront deux très grosses déchetteries pour tous les habitants de la ville. A terme il y aura fermeture des déchetteries de quartier. La déchetterie de l’Ile Verte vient de fermer, après celle de la rue Ampère, donc les autres (Jouhaux, Villeneuve) fermeront à plus ou moins long à terme.

C’est la Métro qui a la compétence de collecte des ordures ménagères, or, aucun débat ni réflexion n’ont eu lieu sur cette idée de fermer toutes les déchetteries de quartier et de n’en conserver que 2 à Grenoble. On connaît tous les inconvénients que cela va entraîner en termes de distances parcourues, circulation rendue plus difficile aux abords des grandes déchetteries… Il ne faudra pas s’étonner de revoir de nombreux déchets fleurir sur les trottoirs.

Lire le reste de cet article »

La démocratie au rebut

Publié le 24 septembre 2011

Depuis quelques mois déjà, des habitants du secteur 4 (Alliès-Alpins, Beauvert Reyniès, Capuche, Grands Boulevards, Exposition Bajatière) s’inquiètent, comme d’autres à Grenoble, de la tournure que prennent les projets d’urbanisme présentés par la majorité municipale. C’est le cas notamment du collectif « Vivre à Flaubert » mais pas seulement.

Comment en effet ne pas manifester d’inquiétude quand, outre les immeubles de grandes hauteurs, la sur-densification urbaine envisagés, les espaces et équipements publics non pris en compte, etc, on impose le transfert d’équipements telle la déchèterie Jacquard. Quel mal y a-t-il à cela diront certains ? Aucun, sinon que cette décision suscite une forte opposition fondée sur des arguments qui mériteraient un peu d’attention, voire de considération.

Lire le reste de cet article »

Mounier : les responsables politiques et académiques en dessous de tout !

Publié le 8 juillet 2011

Tout à été fait par le Président du Conseil Régional, par le Recteur, sans action efficace du maire de Grenoble, pour que le lycée Mounier soit dépecé et réduit à la portion congrue.

Le Proviseur, qui est responsable de la gestion du lycée avec le conseil d’administration, avait proposé une solution permettant de maintenir les activités au même endroit pendant la réhabilitation ou reconstruction de certains bâtiments. Rappelons que la surface libre dans le lycée était suffisante pour reconstruire des bâtiments sans toucher aux bâtiments actuels et donc sans incidence sur la poursuite des enseignements pendant la construction.

Au lieu de s’opposer dès le début au projet de son ami J.J. Queyranne, le maire a cru intelligent de proposer de construire Mounier dans la ZAC Flaubert, ce qui libérait le grand terrain actuel de Mounier, ouvrant la possibilité d’y faire une belle opération immobilière. Mais ce scénario, dénoncé par les élus écologistes à la ville et à la région, a échoué.

Lire le reste de cet article »

Naissance du collectif vivre à Flaubert

Publié le 1 juillet 2011

Des habitants motivés pour réfléchir sur l’avenir de leur quartier se mobilisent contre les projets de la mairie à propos de la future Zone d’aménagement concerté – ZAC Flaubert. Lors du précédent mandat, le Conseil du secteur 4 (CCS4) avait émis en septembre 2007 un avis très argumenté sur la future ZAC en demandant que le projet soit co-construit avec les habitants. Malheureusement la nouvelle majorité l’a oublié et impose ses décisions sans y associer les habitants. Le Collectif « Vivre à Flaubert » réagit et conteste les décisions prises : déplacement et agrandissement de la déchèterie Jacquard, choix d’immeubles de grande hauteur (notamment tours de 38 étages)… Le collectif lance un appel à le soutenir et le rejoindre :

“Le projet “ZAC FLAUBERT”  proposé par la mairie repose sur des opérations immobilières qui favorisent les promoteurs et la spéculation foncière et ne répondent pas aux attentes des habitants.

Le Plan Local d’Urbanisme prévoit une stabilisation du nombre d’habitants à Grenoble, une des villes les plus denses de France. Jusqu’à présent il fallait augmenter le nombre de logements pour maintenir le nombre d’habitants suite aux évolutions du mode de vie. Désormais, la population est en train de ré-augmenter (les derniers chiffres de l’INSEE donnent 159 000 habitants).

Les habitants sont attachés à l’embellissement de leur cadre de vie et à l’amélioration de la qualité de vie. Ils souhaitent une ville à taille humaine qui respecte les caractéristiques des différents quartiers et secteurs.

Lire le reste de cet article »

Concertation à gogos

Publié le 1 juillet 2011

Il y a eu pendant quelques temps le MODEM (Mouvement Démocrate) qu’il a présidé et depuis peu le groupe municipal “Grenoble Démocrate” que bien sûr, il préside, alors on aurait mauvaise grâce à ne pas voir là le profond attachement qui lie Ph. Falcon de Longevialle à la démocratie. D’ailleurs il le prouve quasi quotidiennement dans son “action” politique d’élu à l’immobilier. Exemple : cette dernière réunion du 28 juin dernier, dite de “concertation” sur le projet de ZAC (Zone d’Aménagement Concerté) Flaubert. Dans le public présent, un énergumène mal embouché a eu l’outrecuidance d’évoquer une éventuelle délocalisation de la déchèterie Jacquart. La réponse de l’édile n’a pas tardé “la délocalisation (de la déchèterie) n’est pas négociable”. L’élu de secteur et l’élue à la… comment dit-on déjà ?… Démocratie Locale, présents et témoins de cette grande marche vers la démocratie n’ont pas jugé utile de se manifester. Tous les trois s’étaient probablement imprégnés de cette définition de la concertation : “la concertation suppose la confrontation entre les parties, l’échange d’arguments, l’explication des points de vue de chacun… c’est préparer une action en commun” et se concerter c’est “s’entendre pour agir ensemble”.