Archives pour le mot-clef ‘économie’

Quelle politique de soutien aux entreprises dans une métropole écologiste ?

Publié le 3 juillet 2020

Cette question mérite d’être posée pour le mandat qui débute au vu d’une délibération votée lors du dernier conseil de métropole du mandat achevé le 19 juin.

En effet la Métro a décidé de verser 3 M € de subvention à l’installation d’un centre de Recherche et Développement en intelligence artificielle d’ATOS à Echirolles, avec un investissement total de 30,4 M€ dont 7,2 retenus par la Metro comme assiette de subvention en accompagnant une aide de la région, prise sur le FEDER, de 4 M€.

Cette délibération était présentée en juin 2020 pour valider la convention finale et boucler un projet déjà engagé et arbitré en fait en septembre 2019. En ultime session de fin de mandat et en mode « covid19 » il s’est avéré impossible de la mettre sérieusement en débat.

Pourtant la lecture de la convention posait une série de questions politiques dont il faut souhaiter que la future majorité de la métropole de Grenoble débatte au fond avant de faire bouger ses lignes directrices dans la politique d’aide à l’économie :

Lire le reste de cet article »

Attention au tour de passe-passe du magicien Macron

Publié le 3 juillet 2020

Dans le projet de troisième loi de finances rectificative pour 2020 en discussion au parlement, l’annonce des 500 milliards que l’Etat met sur la table peut faire croire à de l’argent effectivement mis sur la table. En fait il y a seulement 50 milliards de vraie rallonge budgétaire.

Et rien sur la transition écologique. Comme quoi il y a beaucoup de bonnes paroles comme la prise en considération des mesures la proposées par la Convention citoyenne pour le climat, mais les traductions en actes réels attendent…

Un article d’Alternatives économiques décortique longuement cette manipulation de l’information financière, en voici quelques extraits :

Lire le reste de cet article »

Lobbying : l’épidémie cachée

Publié le 12 juin 2020

Les cabinets d’influence ont mené l’offensive pendant cette crise. Les Amis de la Terre et l’Observatoire des multinationales dénoncent les limites du dispositif de transparence du lobbying en France. Omniprésents, sont-ils en train de s’accaparer la manne financière du plan de relance ?

Le lobbying ne s’est pas arrêté avec l’épidémie de covid-19 et le ralentissement de l’activité économique ? Bien au contraire. S’abritant derrière la crise sanitaire, les industriels ont multiplié les attaques contre les régulations sociales et environnementales pour capter des aides publiques sans véritable contrepartie.

La crise actuelle est propice à l’absence de transparence dans les décisions publiques. Une aubaine pour le secteur privé, qui bénéficie d’un accès privilégié aux décideurs politiques. C’est ce que révèle le rapport « Lobbying : l’épidémie cachée » publié aujourd’hui par les Amis de la Terre France et l’Observatoire des multinationales.

Lire le reste de cet article »

Quelles contreparties exiger des entreprises aidées par l’argent public ?

Publié le 5 juin 2020

Cette question importante est traitée dans un long article de J. Delépine dans l’hebdomadaire numérique d’Alternatives Economiques du 31 mai 2020.

En voici quelques extraits :

« Face aux 20 milliards d’euros de soutien public aux entreprises menacées par la pandémie, les attentes environnementales et sociales sont fortes mais pas si faciles à mettre en place.

Comment sauver les pollueurs ? A cette question délicate, le gouvernement semble pour l’instant vouloir apporter une réponse simple : en les renflouant sans conditions.

L’Etat a en effet provisionné 20 milliards d’euros pour soutenir, voire nationaliser, certaines grandes entreprises dites « stratégiques » pour éviter qu’elles ne disparaissent avec la crise actuelle. Au premier rang figurent Renault et Air France, dont les activités contribuent largement au réchauffement climatique.

Lire le reste de cet article »

Explosion du chômage en avril

Publié le 29 mai 2020

Une note de la DARES (Direction de l’animation de la recherche des études et des statistiques) et de Pôle Emploi fait le point sur la « Situation sur le marché du travail durant la crise sanitaire Focus sur les demandeurs d’emploi inscrits à Pôle emploi en avril 2020 ».

Le nombre de demandeurs d’emploi inscrits en catégorie A a augmenté de 22,6 % pour atteindre 4 575 500 inscrits. En trois mois il y a eu 1 065 200 demandeurs supplémentaires dans cette catégorie. Et tous les motifs de sortie du chômage se replient fortement. Cette situation va encore se détériorée dans les mois à venir avec le désengagement progressif du gouvernement sur le chômage partiel, la poursuite des licenciements et des faillites d’entreprises.

Lire le reste de cet article »

Les premières de corvées

Publié le 29 mai 2020

Un article de X. Molénat, intitulé « les héroïnes sont fatiguées » d’Alternatives Economiques du 19 mai, insiste sur le fait massif et connu, mais pas encore reconnu, que ce sont les femmes qui ont été et restent les premières de corvées et dont le travail n’est pas reconnu à sa juste valeur. Et pourtant notre Constitution dans l’article 1 de la Déclaration des Droits de l’Homme et du Citoyen de 1789 proclame : « Les distinctions sociales ne peuvent être fondées que sur l’utilité commune ». Ce qui a été rappelé par le Président de la République mais qui n’a vu encore aucune application. Paroles, paroles…

« Le constat fut à peine audible sous les concerts de casseroles et d’applaudissements qui ont rythmé les soirées de la France confinée : les héros de la lutte contre l’épidémie de Covid-19 étaient en fait… des héroïnes. Le personnel soignant ? Féminin, dans son écrasante majorité. Les vendeurs et caissiers des commerces de première nécessité ? Environ huit sur dix sont des femmes. Et tout parent sait qu’il est rare de croiser un homme lorsqu’on amène son enfant à l’école maternelle ou primaire…

Lire le reste de cet article »

Propositions de « France urbaine » pour donner un cap à la reprise d’activités

Publié le 22 mai 2020

Le 15 mai, l’association France urbaine qui regroupe les élu-es des grandes villes, des agglomérations et des métropoles a rédigé une contribution concernant la remise à flot des capacités d’intervention financière des collectivités locales, fragilisées par la crise sanitaire. Pour elle, la simple compensation des surcoûts ou de pertes de recettes liées au Covid-19, voire la préservation de l’autofinancement ne suffiront pas. Pour maintenir le cap de la transition écologique et sociale il faudra que les aides publiques soient éco-conditionnées.

Voici les principales tendances qui se dégagent de cette contribution :

Lire le reste de cet article »

L’impact économique et le potentiel de développement des usages du vélo en France

Publié le 22 mai 2020

A la demande de la Direction Générale des Entreprises, la Direction Générale des Infrastructures, des Transports et de la Mer, l’Agence de la Transition Ecologique (ADEME) et de la Fédération Française de Cyclisme, une étude a été menée par les cabinets Inddigo et Vertigo Lab pour estimer l’impact économique et le potentiel de développement des usages du vélo en France.

« Dans le contexte actuel de crise sanitaire et de reprise progressive de l’activité, les modes de déplacements sont au cœur des interrogations, notamment dans les grandes métropoles où l’utilisation des transports en commun soulève de nombreuses questions. Le vélo est une des alternatives plébiscitées par les territoires et le gouvernement pour favoriser un déconfinement durable.

Lire le reste de cet article »

AMAZON condamné en appel à protéger les salariés de ses entrepôts

Publié le 1 mai 2020

Le 24 avril 2020, la cour d’appel de Versailles a rendu un arrêt qui confirme en grande partie l’ordonnance du tribunal de Nanterre du 14 avril ; les syndicats de l’entreprise avaient donc raison d’attaquer leur employeur qui les mettait en danger.

« Les premiers juges doivent être suivis lorsqu’ils rappellent fermement à la société Amazon sa responsabilité dans la sauvegarde de la santé de ses salariés dans l’actuelle période d’urgence sanitaire, […] que les services de santé sont surchargés face à la propagation de l’épidémie et que toute personne est un vecteur potentiel de la transmission du virus 

La cour d’appel a un peu élargi les produits que pourrait commercialiser Amazon, en incluant les produits “high-tech, d’informatique et de bureau”, les produits “pour les animaux”, les produits “santé et soins du corps”, “nutrition” et de “parapharmacie”, ainsi que les produits “d’épicerie, boissons et entretien”.

Lire le reste de cet article »

OFCE : impact économique de la pandémie au 20 avril 2020

Publié le 24 avril 2020

L’Observatoire français des conjonctures économiques (OFCE) vient de publier une « Évaluation au 20 avril 2020 de l’impact économique de la pandémie de COVID-19 et des mesures de confinement en France ». L’impact des huit premières semaines de confinement se chiffre à 120 milliards d’euros de diminution du PIB soit une diminution de 5% de ce dernier. Et ce n’est pas fini…

« Huit semaines de confinement représentent 125 milliards d’euros de revenu en moins dans l’économie. Les ménages et les entreprises indépendantes sont touchés à hauteur de 11 milliards d’euros. 42 milliards manquent au revenu des entreprises. Les administrations publiques supportent quant à elles 72 milliards de la perte de revenu. »

Lire le reste de cet article »

Mettre à l’arrêt les productions non-essentielles

Publié le 10 avril 2020

Le 7 avril, les organisations de gauche iséroises ont demandé dans un communiqué très unitaire que le confinement devrait aller jusqu’à mettre à l’arrêt les productions non- essentielles pour protéger à la fois les salariés et les populations.

Il est signé par : PCF, EELV, La France insoumise, PS, PRG, Génération-s, Ensemble !, MRC, GRS et l’ADES

« Voilà maintenant trois semaines que le confinement de la population a été prononcé, dans le cadre de la lutte contre l’épidémie de Covid-19, et près de deux semaines que la loi instaurant l’état d’urgence sanitaire a été adoptée.

Malheureusement, de nombreuses productions non-essentielles continuent de tourner, exposant les salariés qui ne peuvent télétravailler ainsi que leurs familles. En Isère, les syndicats ont dénoncés cette situation dès le 25 mars.

Lire le reste de cet article »

Outre les conséquences sanitaires et sociales, l’impact économique de l’épidémie de Covid-19

Publié le 10 avril 2020

Ce qui nous préoccupe, ce sont d’abord les conséquences sanitaires et sociales de la pandémie. Pour le gouvernement de droite c’est d’abord les entreprises et leurs actionnaires, en n’arrêtant pas les activités non-essentielles.

Mais il est aussi utile d’avoir des données sur les activités et leurs conséquences sociales en terme d’emplois et d’activités essentielles, activités essentielles que le gouvernement n’a toujours pas définies malgré sa promesse (non tenue).

Après l’INSEE, l’Observatoire Français des Conjonctures Economiques (OFCE) a publié une étude sur l’«Évaluation au 30 mars 2020 de l’impact économique de la pandémie de COVID-19  et des mesures de confinement en France ».

Lire le reste de cet article »

Première estimation de perte d’activité économique liée à la crise sanitaire

Publié le 27 mars 2020

Le 26 mars, l’INSEE a produit une première estimation de la perte d’activité économique liée à la crise sanitaire, ainsi que la perte de consommation des ménages. Elle sont estimées à environ 35 %.

Au même moment, le site « Boursorama » indique qu’« en pleine crise boursière, les entreprises européennes se préparent à verser des dividendes record.

L’INSEE précise :

« La perte d’activité économique est actuellement estimée à 35 % par rapport à une situation « normale »

Lire le reste de cet article »

Le « mal-emploi » toujours au plus haut

Publié le 13 décembre 2019

Dans une étude du 5 décembre, l’Observatoire des inégalités examine l’évolution du « mal-emploi » depuis 1990 en France. Le « mal-emploi » concerne, les chômeurs, les travailleurs précaires, les découragés du travail, ce qui représente 8 millions de personne soit un actif sur quatre. L’augmentation a été de 2,8 millions de personnes de plus qu’en 1990. Le nombre de contrats précaires entre 2015 et 2018 est passé de 3,4 millions à 3,7 millions !
L’Observatoire constate que jamais le mal-emploi n’a été aussi élevé que ces quatre dernières années, le chômage diminue lentement depuis 2015, mais la précarité du travail augmente. 

Lire le reste de cet article »

Territoires zéro chômeur : trois rapports d’évaluation

Publié le 6 décembre 2019

Actuellement menée dans dix territoires en vertu d’une loi d’expérimentation définie pour la période 2016-2021, l’expérimentation territoriale visant à résorber le chômage de longue durée fait l’objet de nombreuses démarches d’évaluation, avant d’en étudier la suite.

Le 25 novembre, sur le site du ministère du travail sont édités 3 rapports évaluant l’expérimentation “Territoires zéro chômeurs de longue durée”. Un rapport du comité scientifique, un deuxième d’analyse des deux acteurs du projet (le Président de Territoires zéro chômeur de longue durée et le Président du Fonds d’expérimentation contre le chômage de longue durée) et enfin le troisième intitulé « L’évaluation économique de l’expérimentation visant à résorber le chômage de longue durée (ETCLD) » par l’Inspection générale des finances et celle des affaires sociales.

Lire le reste de cet article »

La réforme de la réglementation environnementale veut alléger les règles pour les projets industriels

Publié le 18 octobre 2019

Le premier ministre a annoncé des mesures pour accélérer les projets industriels dans les territoires. Ces mesures visent à alléger les règles en matière d’environnement, au moment où l’incendie à Rouen montre que le contrôle des installations industrielles doit être au contraire fortement renforcé.

Il reprend les cinq propositions contenues dans le rapport d’un député « En Marche » qui lui a été remis le 23 septembre. Ce rapport qui vise à simplifier les procédures de décision des implantations industrielles, répondant aux demande insistantes du lobby des industriels. Il propose notamment de réduire le champ d’application de l’enquête publique.

Ceci a fait réagir fortement notamment les associations de défense de l’environnement et la commission nationale des commissaire enquêteurs.

Le communiqué du premier ministre :

 « Sur la base des propositions du rapport, le Premier ministre a confirmé le lancement de cinq mesures :

Lire le reste de cet article »

Dans la loi de finances 2020, pour l’économie sociale et solidaire le compte n’y est pas

Publié le 11 octobre 2019

Le 1er octobre, l’Union des employeurs de l’économie sociale et solidaire (UDES) réagit au projet de loi de finances 2020 par un communiqué intitulé : « Rentrée sociale : Le compte n’y est pas pour les entreprises de l’économie sociale et solidaire »

« Alors que les entreprises sociales et solidaires sont plébiscitées par les salariés et particulièrement par les jeunes, elles souffrent d’un manque de reconnaissance important et restent fragilisées notamment par la suppression des contrats aidés. L’UDES tire la sonnette d’alarme et demande à ce que ces entreprises soient soutenues dans leurs spécificités, pour continuer à être à l’avant-garde de l’innovation sociale. 

Sur le plan budgétaire, le projet de loi de finances doit davantage soutenir les entreprises sociales et solidaires.

Lire le reste de cet article »

ALPEXPO, le rapport de la CRC est rendu public

Publié le 4 octobre 2019

Après les débats en Conseil municipal et en conseil de métropole, la Chambre régionale des comptes (CRC) a rendu public le rapport d’observations définitives sur la gestion de la SEM puis de la SPL ALPEXPO, durant les années 2009 à 2017. Cette période couvre la poursuite de la gestion par la SEM, qui avait pris la suite de l’association paramunicipale créée par le maire corrompu, puis sa liquidation et la création de la SPL avec la Ville et la Métro comme seuls actionnaires. Contrairement aux débats qui ont eu lieu dans les deux conseils, les difficultés de cette gestion ne datent pas des 10 dernières années mais de beaucoup plus loin (voir le rapport 2008 de la CRC sur ALPEXPO). Il y a eu une impossibilité économique à équilibrer cette gestion à partir du moment où la Ville de Grenoble a recherché une rémunération normale dans le cadre de la délégation de service public alors que la concurrence était forte concernant l’évènementiel dans la région. C’était mission impossible, d’autant plus que la gestion n’a pas été au-dessus de tous soupçons.

La nouvelle équipe municipale élue en 2014 a dû nettoyer les écuries d’Augias. Le rapport décrit dans le détail les irrégularités multiples relevées dans la gestion et il aura fallu presqu’un mandat pour arriver à sortir la Ville de ce guêpier faute de pouvoir trouver un opérateur privé capable de gérer en délégation de service public l’ensemble des équipements. Maintenant c’est la Région qui prend en main cet outil en devenant majoritaire dans la SPL.

Lire le reste de cet article »

ALPEXPO une histoire mouvementée, un avenir plus tranquille ?

Publié le 20 septembre 2019
Photo DR

Au conseil municipal du 23 septembre, aura lieu un débat sur le rapport de la Chambre régionale des comptes (CRC) sur la gestion de la SEM puis de la SPL Alpexpo durant les années 2009 à 2017. Ce rapport fait suite à celui de 2008 qui traitait des années 2002 à 2006.

Pour suivre et comprendre ce dossier il faudrait se plonger dans l’histoire d’Alpexpo qui n’est qu’une série de dysfonctionnements, d’absence de contrôle des collectivités et des actionnaires et de décisions qui espèrent chaque fois sortir du trou financier qui existe depuis le début, mais qui est toujours là. La nouvelle équipe municipale hérite en 2014 de ce lourd passé et devant la situation désastreuse tente de trouver un entrepreneur privé qui accepterait de gérer en délégation de service public l’activité d’ALPEXPO. Mais personne de crédible ne se présente. Pour effacer le passé et repartir à zéro il y aura la liquidation de la SEM et la création de la Société publique locale. Les efforts de redressement se font jour en supprimant de nombreux gaspillages, mais la modernisation de cet outil demande des investissements très importants.

C’est l’exemple même de charges de centralité beaucoup trop lourdes pour la seule ville centre et même pour l’agglomération.

Lire le reste de cet article »

Rapport sur les inégalités en France

Publié le 21 juin 2019

Le 4 juin 2019, comme tous les deux ans, l’Observatoire des inégalités a publié son troisième “Rapport sur les inégalités en France“, qui constate une stabilité de l’écart absolu de niveau de vie entre les plus riches et les plus pauvres. Mais comme l’indique l’Observatoire, « les dernières données disponibles datent de 2016. Depuis, la baisse de l’impôt sur la fortune et l’allègement de l’imposition des revenus financiers ont gonflé les revenus des plus aisés, ce qui n’apparaît pas dans notre rapport : les riches sont encore plus riches. Néanmoins, la baisse du chômage, la hausse de la prime d’activité, du minimum vieillesse et de l’allocation adulte handicapé sont favorables aux plus modestes. Dans les années qui viennent, beaucoup dépendra de la reprise de l’activité économique : seule une baisse durable du chômage pourrait réellement peser sur les inégalités de revenus. À condition que les emplois créés soient réellement rémunérateurs. »

Lire le reste de cet article »