Archives pour le mot-clef ‘pollution atmosphérique’

L’impact de la pollution atmosphérique sur la santé dans l’agglomération

Publié le 15 octobre 2021

Publication d’une étude réalisée par Santé publique France Auvergne-Rhône-Alpes, intitulée « Evaluation quantitative d’impact sur la santé (EQIS) de la pollution de l’air ambiant en région Auvergne-Rhône-Alpes. Octobre 2021 ».

Cette étude confirme et précise les nombres de décès attribuables aux particules très fines (PM2,5) et à l’oxyde d’azote (NO2), au niveau de la Région, des différents territoires, dont ceux de la métropole grenobloise ainsi que pour les villes de plus de 20 000 habitants.

L’impact est très massif, dans la région 7 % de la mortalité de la région est attribuable à l’exposition à long terme aux particules fines (environ 4 300 décès par an). La part attribuable au NO2 est de 3 % de la mortalité annuelle et l’ozone serait responsable chaque année, chez les personnes âgées de 65 ans et plus, de 0,6 % des hospitalisations pour causes respiratoires et de l’ordre de 1 % des hospitalisations pour causes cardio-vasculaires.

A Grenoble, annuellement, 123 décès sont attribuables pour la pollution aux particules fines et 59 au NO2. Pour la Métro ce sont respectivement 448 et 196 décès attribuables aux particules et à l’oxyde d’azote.

Lire le reste de cet article »

Etude Mobilair : agir pour améliorer la qualité de l’air

Publié le 3 septembre 2021

Menée par l’Université Grenoble Alpes, la vaste étude « Mobilair » démontre qu’il est possible de réduire drastiquement la pollution aux particules fines dans la cuvette, à condition de mener conjointement une diminution d’un tiers des déplacements en voiture et de changer l’intégralité des systèmes de chauffage au bois.

Il s’agit d’une vaste évaluation interdisciplinaire liant environnement, économie, chimie et santé en soutien aux politiques publiques. La partie de l’étude effectuée pour la métropole a été présentée aux maires de l’agglomération le 15 juin 2021 par Mme Sandrine Mathy (CNRS, GAEL) et M. Rémy Slama (INSERM, IAB). Ils ont rappelé que chaque année 145 personnes meurent prématurément dans la Métro du fait de la pollution aux particules fines.

Mobilair regroupe sept laboratoires de l’université Grenoble Alpes depuis plus de 3 ans, elle s’est fixée sur un objectif ambitieux : diminuer de 67% d’ici 2030 la mortalité due aux particules fines.

Lire le reste de cet article »

Place(s) aux enfants

Publié le 28 août 2021

Les Place(s) aux enfants sont des nouveaux espaces piétonisés, végétalisés et accessibles à toutes et tous aux abords des écoles. La mairie en collaboration avec la Métropole met en place dès la rentrée scolaire, des rues piétonisées devant certaines écoles, conformément aux promesses électorales faites par la majorité municipale.

« Ces nouveaux espaces piétons aux aménagements ludiques et conviviaux se déploieront en plusieurs phases devant chaque école durant ce mandat.

Dès la rentrée 2021, 15 rues seront piétonnisées à Grenoble et des premiers éléments permettant d’entamer la transformation des « rues » en « place(s)» seront installés (marquage au sol, éléments ludique et sportif, assises …). Ces nouveaux espaces prendront forme d’ici la fin de l’année 2021.
La suite permettra de co-construire ces espaces plus durablement avec les habitant-es, les enfants, les écoles pour passer à une phase d’aménagement comprenant la végétalisation de ces « Place(s)».

De nombreuses possibilités à imaginer ensemble !

Lire le reste de cet article »

Le Conseil d’État enjoint au gouvernement de prendre des mesures supplémentaires avant le 31 mars 2022, pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre

Publié le 2 juillet 2021

La commune de Grande-Synthe soutenue par les villes de Paris et Grenoble ainsi que par plusieurs organisations de défense de l’environnement dont Oxfam France, Greenpeace France, Notre Affaire A Tous et la Fondation Nicolas Hulot, a gagné ses recours contre le gouvernement concernant l’insuffisance des décisions prises pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

Après la décision du 19 novembre du Conseil d’Etat, qui demandait à l’Etat de justifier sous 3 mois que la trajectoire de réduction à horizon 2030 pourra être respectée, le 1er juillet 2021 il annule le refus d’agir du gouvernement et il enjoint au gouvernement de prendre des mesures supplémentaires avant le 31 mars 2022, pour diminuer les émissions de gaz à effet de serre.

Si le gouvernement n’agit pas d’ici le 31 mars 2022, le Conseil d’Etat pourrait décider d’une astreinte financière pour l’obliger à agir.

Voici le communiqué du Conseil, d’Etat du 1er juillet :

Lire le reste de cet article »

La diminution des émissions de gaz à effet de serre n’est pas assez rapide en France

Publié le 2 juillet 2021

Le Haut Conseil pour le Climat (HCC) a présenté le 30 juin son rapport annuel intitulé « Renforcer l’atténuation, engager l’adaptation ». Il indique que les baisses des émissions de gaz à effet de serre (GES) sont insuffisantes pour s’aligner sur la trajectoire de réduction des émissions prévue par la Stratégie nationale bas-carbone (SNBC)… et les objectifs européens vont demander d’aller encore plus loin.

Encore une fois, la loi sur le climat, actuellement débattue au parlement, ne répond pas et de loin à la situation qui se dégrade car les impacts du réchauffement climatique se font déjà ressentir sur l’ensemble des régions françaises.

Et il va falloir que les régions, les départements, les EPCI et les communes choisissent leurs investissements en fonction de cette nécessité de diminuer rapidement les émissions de GES. Par exemple à la Métro, il faut un plan vélo ambitieux sur l’ensemble du mandat.

Lire le reste de cet article »

Concertation sur le 3ème plan de protection de l’atmosphère de l’agglomération

Publié le 11 juin 2021

Rappel, avant le 18 juin 2021, les habitants peuvent participer à la concertation sur le 3ème plan de protection de l’atmosphère de l’agglomération grenobloise (PPA 3)

Le premier PPA a été adopté en 2006, un deuxième PPA en 2014 et suite aux pressions du Conseil d’Etat et de la Commission européenne, la décision a été prise par l’Etat (préfet de l’Isère) d’engager une révision du PPA, afin d’y intégrer de nouvelles mesures permettant de réduire plus rapidement les niveaux de pollution constatés. Il traduira la stratégie portée par l’État et les acteurs du territoire pour la période de 2022 à 2027.

Lire le reste de cet article »

Diverses actualités

Publié le 4 juin 2021

Les disparités de revenu plus élevées dans les grandes villes. Une analyse de l’INSEE : en France métropolitaine, en Martinique et à La Réunion, la moitié de la population a un niveau de vie annuel supérieur à 21 650 euros en 2018. Les inégalités de niveau de vie augmentent avec la taille des aires d’attraction des villes. Elles sont plus fortes au sein des pôles, en particulier dans les communes-centres, et dans les départements d’outre-mer. La pauvreté y est également plus présente.


La pollution atmosphérique associée à un risque plus élevé de cancer du sein. Les polluants atmosphériques augmentent non seulement le risque de cancer du poumon, mais ils pourraient aussi être un facteur de risque du cancer du sein. Les chercheurs ont identifié un lien entre le dioxyde d’azote (NO2) et la survenue de cancer du sein dans des études réalisées chez des femmes en Amérique du Nord et en Europe.


Rapport interministériel sur l’adaptation des logements, des villes, des mobilités et des territoires à la transition démographique. Le rapport propose un nouveau pacte entre générations.


Rapport du HCFEA (Haut Conseil de la famille, de l’enfance et de l’âge) : « L’évolution des dépenses sociales et fiscales consacrées aux enfants à charge au titre de la politique familiale : bilan des réformes des vingt dernières années ». La politique familiale revient dans l’agenda politique suite au recul démographique actuel, l’INSEE indiquant que le solde naturel est le plus faible depuis 1945.

Lire le reste de cet article »

Ouverture de la concertation sur le 3ème PPA métropolitain (2022-2027)

Publié le 21 mai 2021

Conformément à la loi, une concertation préalable est organisée par le préfet de l’Isère afin d’associer le public à l’élaboration du 3ème plan de protection de l’atmosphère (PPA) de l’agglomération grenobloise.

Elle se déroulera du vendredi 21 mai au vendredi 18 juin 2021.

Le plan de protection de l’atmosphère est l’un des outils prévus par la réglementation pour améliorer la qualité de l’air en particulier dans les secteurs où cette qualité de l’air est dégradée.

Ce plan est piloté par les services de l’État, en étroite collaboration avec l’ensemble des acteurs concernés sur le territoire (collectivités, associations, acteurs économiques, etc.). Il prévoit diverses mesures réglementaires ou volontaires visant à diminuer les émissions de polluants atmosphériques dans plusieurs secteurs d’activités.

Lire le reste de cet article »

Zone à faible émission pour tous les véhicules, il faut avancer vite

Publié le 21 mai 2021

Vu la nécessité d’agir vite et fort pour essayer de suivre une stratégie bas carbone efficace afin d’éviter un emballement climatique sévère qui transformerait nos territoires en zones de plus en plus difficiles à habiter, avec en plus avec la nécessité de diminuer fortement les pollutions atmosphériques, les politiques publiques locales doivent être déterminées, rapides et solidaires.

Le débat qui s’ouvre à la Métro sur la zone à faible émission (ZFE) pour tous les véhicules est très important et plusieurs logiques s’affrontent. Pourtant les objectifs sont clairement et précisément définis dans les divers documents de planification élaborés depuis des années au niveau de l’agglomération, notamment : le Plan Climat Air Energie (PCAE) adopté par le conseil de métropole du 7 février 2020. Le Plan de Déplacements Urbains PDU 2030 adopté le 7 novembre 2019, le Plan de Protection de l’atmosphère (PPA) qui date (2014) et va être revu (voir article à ce sujet). Les zones à faibles émissions y sont amplement décrites et programmées.

Lire le reste de cet article »

Impact de pollution de l’air sur la mortalité en France métropolitaine

Publié le 16 avril 2021

Le 14 avril, Santé Publique France publie une étude sur la mortalité due à la pollution de l’air qui a vu une légère amélioration ; l’étude prend en compte le confinement du printemps 2020. Mais malgré cette amélioration, 40.000 décès par an sont encore attribuables à l’exposition aux particules fines. L’agence estime aussi que plus de 2.000 décès liés à la pollution de l’air ont été évités lors du premier confinement du printemps 2020. Elle invite à poursuivre les efforts de réduction sur toutes les sources de pollution, notamment le chauffage au bois domestique.

« Cette étude a répondu à deux objectifs : – évaluer les impacts à court et plus long terme sur la mortalité, de la diminution transitoire de l’exposition de la population à la pollution atmosphérique en lien avec les mesures prises pour limiter la propagation de l’épidémie de Covid-19 au printemps 2020 ; – réévaluer le fardeau ou poids total à long terme de la pollution atmosphérique sur la mortalité annuelle en France métropolitaine pour la période 2016-2019 afin de mettre en perspective les résultats obtenus, et plus largement pour actualiser les estimations publiées en 2016 par Santé publique France. Méthodes :

Lire le reste de cet article »

Lutte résolue contre les dégâts du changement climatique et la pollution de l’air à Grenoble

Publié le 2 avril 2021

Le 29 mars 2021, le conseil municipal a adopté une délibération, présenté par les adjoints au maire, Pierre-André Juven et Gilles Namur, qui liste les nombreuses contributions et demandes de la ville de Grenoble au plan d’actions territorial 2021- 2023 pour la qualité de l’air.

La Ville de Grenoble s’implique de façon très active en faveur de l’amélioration de la qualité de l’air en lien avec l’État, Grenoble-Alpes Métropole et le Syndicat Mixte des Mobilités de l’Aire Grenobloise (SMMAG), chacun agissant dans le cadre de ses compétences. Dès 2012, la Ville avait ajouté à son Plan climat un volet qualité de l’air pour structurer sa contribution aux principaux documents de planification (PDU, PLU, PPA…), sensibiliser les habitant·e·s et les établissements recevant des publics sensibles et agir en interne (flotte de véhicules, plan de mobilité, indemnité kilométrique vélo…). Les collectivités ont positionné le bassin de vie grenoblois comme un territoire pilote au niveau national sur le sujet de la qualité de l’air.

Lire le reste de cet article »

Il faut améliorer la qualité de l’air dans la cuvette et diminuer les gaz à effet de serre

Publié le 15 janvier 2021

Florent Cholat, maire de Champagnier et Eric Piolle, maire de Grenoble ont rédigé le 11 janvier une lettre ouverte appelant à ce que l’année qui s’ouvre soit celle de l’amélioration de la qualité de l’air et l’accélération de la lutte contre les gaz à effet de serre. Il s’agit d’un programme d’action qui remplit un manque politique car la majorité métropolitaine n’a toujours pas élaboré un contrat majoritaire de mandat dont ne veut pas le président, contrairement à ce qui s’est passé en 2014. Ce dernier a mal pris cette lettre considérant que c’était une mise en cause des insuffisances de la Métro, mais lui qui considère que la Métro est un syndicat de maires devrait se réjouir de recevoir des propositions constructives de certains de ces maires. De même on attend toujours du président du SMMAG un programme d’action pour le mandat, c’est urgent vu les grandes difficultés financières qui frappent ce syndicat, raison de plus pour dégager des priorités essentielles et ne pas mener la politique du chien crevé au fil de l’eau.

Localement la Métropole, le SMMAG et les communes, en coopération avec l’Etat, doivent agir, chacun dans ses compétences, contre les pollutions dues au chauffage au bois et aux émissions des automobiles, accélérer les transitions pour assurer un avenir vivable dans l’agglomération en ayant comme priorité la justice sociale. Cette lettre ouverte est un vrai programme d’action qu’il est urgent d’adopter.

Voici le texte de la lettre ouverte :

Lire le reste de cet article »

Nouvel indice ATMO en 2021

Publié le 8 janvier 2021

L’indice ATMO, indice national de la qualité de l’air au quotidien, créé en 1994, est un indicateur journalier défini par l’Etat en concertation avec les Associations agréées de surveillance de la qualité de l’air. Il était calculé sur les agglomérations de plus de 100 000 habitants, à partir des concentrations dans l’air de quatre polluants réglementaires : dioxyde de soufre (SO2), dioxyde d’azote (NO2), ozone (O3) et particules de diamètre inférieur à 10 µm (PM10). 

Dès janvier 2021, l’indice ATMO, évolue, il intègre les PM2,5 plus dangereuses pour la santé que les PM10 et les seuils sont abaissés ce qui a pour conséquence d’augmenter les jours où les seuils seront dépassés. Ses modalités ont été précisées dans un arrêté ministériel du 10 juillet 2020. Ce nouvel indice apporte des évolutions notables au regard des enjeux de santé publique. Il permet de fournir une prévision calculée à l’échelle de chaque établissement public de coopération intercommunale (EPCI), sur l’ensemble du territoire national, y compris outre-mer.

Lire le reste de cet article »

Pollution de l’air dans la vallée de l’Arve : l’État reconnu fautif, mais rien ne se passe…

Publié le 4 décembre 2020

Le 24 novembre 2020, le tribunal administratif de Grenoble dans un jugement un peu hypocrite, rejette neuf requêtes demandant la condamnation de l’Etat en raison de la pollution dans la vallée de l’Arve, mais reconnait que l’Etat est fautif.

Les requérants souhaitaient obtenir réparation des préjudices subis du fait de la mauvaise qualité de l’air de la vallée (asthme, dégradation de pathologies ou aggravation de symptômes de maladies déjà existantes).

Le tribunal considère que la persistance d’un dépassement des valeurs limites de trois polluants entre 2011 et 2016 dans la vallée de l’Arve révèle, en dépit de l’adoption et de la mise en œuvre d’un plan de protection de l’atmosphère le 16 février 2012, une carence fautive de l’Etat au regard de ses obligations.
Il a rejeté les neuf requêtes qui lui étaient soumises dès lors que les éléments médicaux et scientifiques produits ne permettaient pas d’établir de lien direct et certain entre les dépassements des valeurs limites de pollution et la contraction ou l’aggravation des pathologies invoquées par les requérants.

Lire le reste de cet article »

Le démontage des Tempo-Vélos… en marche

Publié le 6 novembre 2020

En plein re-confinement, le vice-président chargé de la voirie à la métropole, Sylvain Laval fait démonter la Tempo vélo sur le quai rive gauche de l’Isère, sans avoir eu l’accord de la Ville de Grenoble et sans aucune discussion politique collective préalable. Alors que la Métropole avec le SMMAG et les communes du territoire, avait décidé à la fin du dernier mandat de favoriser les déplacements à vélo durant la crise sanitaire pour désengorger notamment les transports en commun, le premier acte significatif de M. Laval est de remettre en cause cette politique alors qu’aucune évaluation n’a été faite de l’utilisation de cette Tempo-Vélo. Il n’a pas fallu attendre longtemps pour que le nouveau vice-président renonce à cette politique favorable à la qualité de l’air et à la santé au profit d’un retour « au tout pour la voiture ». De plus, compte tenu du re-confinement, la circulation automobile a diminué et il n’y avait donc aucune urgence à supprimer cette Tempo-Vélo.

Lire le reste de cet article »

Un nouveau service pour aider au covoiturage à l’Est et l’Ouest de l’agglomération

Publié le 9 octobre 2020

Le Syndicat mixte des mobilités de l’agglomération grenobloise (SMMAG) et la société Ecov lancent un nouveau service pour le covoiturage M’Covoit-Lignes+. Ce service fonctionne sur le modèle de celui des transports en commun, sans réservation mais avec des lignes régulières et des arrêts physiques.

À l’Est de l’agglomération, M’Covoit-Lignes+ propose 9 arrêts dans la vallée du Grésivaudan et quatre sur le territoire métropolitain. À l’Ouest, c’est trois arrêts dans le pays voironnais et deux dans la Métropole. Le passager se rend à l’un de ces arrêts puis demande un covoiturage via l’application M’Covoit-Lignes+ ou en envoyant un texto (au 06 44 64 42 73).

Lire le reste de cet article »

Bilan 2019 de la qualité de l’air extérieur en France, peut mieux faire

Publié le 18 septembre 2020

Le gouvernement doit établir chaque année un bilan de la qualité de l’air extérieur en France, son évolution possible et ses effets sur la santé et l’environnement.

Le Bilan 2019 qui vient d’être publié, confirme que des progrès ont été accomplis pour réduire les émissions de polluants atmosphériques suite aux actions impulsées à l’échelle nationale et au niveau local. Mais la France reste confrontée à des dépassements des seuils réglementaires de qualité de l’air pour la protection de la santé humaine à long terme pour certains polluants et elle mise en cause par la justice nationale et européenne.

Un effort particulier doit être poursuivi dans l’agglomération grenobloise comme dans d’autres agglomérations qui sont toujours trop polluées.

Lire le reste de cet article »

Les pollutions entrainent un décès sur huit dans l’Union européenne

Publié le 11 septembre 2020

L’Agence européenne de l’environnement (AEE) a publié le 8 septembre un rapport qui rappelle que 13% des décès dans l’Union Européenne sont imputables à la mauvaise qualité de l’environnement. La pollution de l’air fait, de loin, le plus de victimes (400 000 décès prématurés par an) suivie de la pollution sonore (12 000 décès) ; les conséquences du changement climatique, notamment les vagues de chaleur et l’exposition à des produits chimiques dangereux sont à l’origine de nombreux problèmes de santé en Europe.

Pour l’AEE, s’attaquer aux problèmes de pollution et changement climatique en Europe améliorera la santé et le bien-être, notamment des plus vulnérables.

Lire le reste de cet article »

L’Etat est condamné à prendre des mesures pour réduire la pollution atmosphérique

Publié le 17 juillet 2020

Le 12 juillet, le Conseil d’État, réuni en Assemblée du contentieux (sa formation la plus solennelle), ordonne au Gouvernement de prendre des mesures pour réduire la pollution de l’air, dans un délai de 6 mois, sous astreinte de 10 millions d’euros par semestre de retard !

Le Conseil d’État, constate en effet que les valeurs limites de pollution restent dépassées dans 9 zones en 2019 : Vallée de l’Arve, Grenoble, Lyon, Marseille-Aix, Reims, Strasbourg et Toulouse pour le dioxyde d’azote, Fort-de-France pour les particules fines, et Paris pour le dioxyde d’azote et les particules fines.

Lire le reste de cet article »

La France deux fois mise en demeure par la Commission européenne !

Publié le 5 juin 2020

Le 14 mai 2020, la Commission européenne a mis en demeure la France pour deux manquements importants aux règles concernant la qualité de l’air et l’accès à l’information en matière d’environnement :

  • Qualité de l’air : la Commission demande instamment à la FRANCE, à CHYPRE et à la LITUANIE d’améliorer leurs règles en matière de lutte contre la pollution atmosphérique.
  • Accès à l’information en matière d’environnement : la Commission demande instamment à la FRANCE d’améliorer l’accès des citoyens à l’information en matière d’environnement.
Lire le reste de cet article »